Un diamant pour Emma

6 minutes de lecture

Terre ou mer ? Emma hésitait.

- Dis-moi, où serais-tu allée si tu avais osé faire l'école buissonnière ?

- J'aurais pris un chemin de traverse et flâné sans mesurer le temps.

- Un chemin que tu n'empruntes jamais...

Louis réfléchit un instant et proposa :

- Je t'emmène déjeuner dans un sous-bois.

Il coiffa une toque de chef et sans tarder souleva une des coupelles argentées.

Intriguée, Emma se leva pour tenter d'en savoir plus. En vain.

- Patience, dans quelques minutes, tu sauras tout.

Puisqu'elle ne pouvait rien apercevoir, son attention se fixa sur les bruits : elle entendit un bouillonnement discret puis le son régulier de la lame du couteau, des indices trop minces pour deviner la trame de l'intrigue.

Louis se montrait concentré, agissait avec précision et minutie.

- Tu sembles aussi motivé que les candidats de Top Chef !

- Ah ah, j'adore cette émission. Devant toi aujourd'hui, je suis en dernière chance. Je dois faire honneur à ma toque de chef.

- Toi ! Adepte de la téléréalité ?

- Pierre aussi. On n'a raté aucune saison. L'émission nous a donnés envie de nous lancer des défis.

- Des défis pour vous surpasser en cuisine ?

- Oui c'est ça. On choisissait un ingrédient durant une semaine et on s'amusait à le décliner sous des formes parfois très inattendues.

- Une manière originale de casser la routine.

- Quelques ratés, de belles surprises, des fous rires et beaucoup de souvenirs...

- Pour moi, cuisiner au quotidien a été plus souvent une contrainte qu'un plaisir.

- On ne s'est jamais pris la tête pour les repas, les courses ou les tâches de la vie courante.

- Votre entente me laisse rêveuse... À part les défis, vous aviez d'autres secrets ?

- On s'est appuyés sur quelques principes déjà énoncés.Tu connais la maxime « La critique est aisée mais l'art est difficile. »

- Vous avez trouvé une méthode pour bannir la critique ?

- C'est une attitude assez facile à repérer.

- Facile à repérer, moins facile à réprimer.

- Il faut une volonté consentie de part et d'autre et éventuellement une monnaie d'échange.

- Une monnaie d'échange ?

- Une critique égal un gage. Pierre avait des idées de gage pas possible. Je te promets, ça dissuade.

- Mais si l'un est plus perfectionniste que l'autre par exemple ?

- C'était le cas. Je considère autant l'ordre que Pierre ignore le désordre. L'ordre me rassure tellement que je m'arrange pour ne rien déranger.

- Ah j'imagine. Tu es du genre à classer tes papiers dans des pochettes déjà étiquetées, ne jamais laisser ton bol trainer dans l'évier, essuyer la moindre goutte d'eau pour éviter une trace de calcaire...

- Oui, ce genre de choses. J'ai intégré ces gestes dans mes habitudes, tout simplement parce que je n'aime pas perdre de temps inutilement.

- Finalement, la fée du logis, c'est toi ! Ta stratégie peut faire gagner du temps mais cette attitude précautionneuse, c'est aussi le chemin pour tomber dans les manies.

- Avec Pierre, aucune chance de devenir un grand maniaque.

- Explique-moi ça !

- Pour lui, chaque objet ne détient pas une, mais plusieurs places légitimes dans un même espace.

- C'est-à-dire ?

- Il m'a fait comprendre que la place que j'attribue à chaque chose n'est que pure exigence de ma part et l'exigence est parfois l'ennemi de la perfection.

- Et tu as compris ça comment ?

- Un matin, je m'apprêtais à ranger ses affaires éparpillées un peu partout. Me voyant faire, il s'est mis au piano et a improvisé une chanson. "Veux-tu écouter ma petite complainte des fringues ? Eh toi ! Pourquoi veux-tu me priver du velours de ce canapé, est-ce pour me pendre à ce fil de fer tout courbaturé ? Olé Olé ! "

- J'adore son humour.

- Elle était marrante sa complainte. Son humour m'a fait prendre conscience à quel point j'étais arbitrairement exigeant envers lui et envers moi-même aussi.

- Exiger de l'autre, c'est un poison dans une relation. Que s'est-il passé ensuite ?

- J'ai cessé de ramasser ses affaires et il a fait des efforts pour refermer les portes des placards... Avec le temps, j'ai appris à me détacher de cette vision de l'ordre que j'avais si bien cultivé.

- Lorsque l'exigence régit les rapports humains, notre place devient un enjeu. J'avais pourtant l'esprit rebelle mais je n'ai pas réussi à m'en affranchir...

- Peut-être que tes amoureux n'ont pas compris ta rébellion ?

- Au début, je prenais du plaisir à m'occuper du repas, à inventer des recettes, c'était une manière d'être attentive à l'autre mais, à chaque fois, l'attention est devenue un dû et mes envies ont fondu comme neige au soleil.

- Parce que cette tâche te revenait quelles qu'en soient les circonstances ?

- Lorsque je rentrais des maraudes, parfois tard le soir, cuisiner était au dessus de mes forces. La plupart du temps, je faisais réchauffer des plats préparés.

- Difficile de passer de la misère de la rue à une cuisine inventive... Aucun d'eux n'a eu l'idée de s'activer en cuisine ?

- Non, par contre la critique allait bon train. "Pourquoi as-tu choisi un métier si difficile ?", "Rentrer si tard pour un salaire de misère", "Ton métier va-t-il nous pourrir la vie encore longtemps ?"...

- Avec Pierre, ils auraient payé cher en gage ! Je comprends que le sens de l'humour t'a fait défaut.

- C'était plutôt les prémices d'une tragédie et tu connais mon goût pour la tragédie...

- Tes amoureux n'ont rien compris à ta rébellion. Ils en ont fait une affaire personnelle alors que tout ce que tu refuses, c'est la souffrance d'autrui.

- Je me sentais encore plus révoltée à les voir se morfondre devant leur assiette. Comment pouvaient-ils se sentir défavorisés face des gens qui n'ont plus rien ? Mais assez parlé de mes amoureux !

Cette odeur ? C'est puissant ! Mais qu'est-ce c'est ?

- La cuisine est un voyage et j'ose espérer que tu ne connais pas cette destination.

- Je n'ai aucune idée de là où tu m'emmènes.

Louis se redressa et prit soin de coucher une serviette blanche sur son avant-bras avant de servir.

- Voici pour vous madame : blanc-manger d’œuf mollet à la truffe blanche d'Alba sur émulsion de cèpes !

- Waouh !

- Trois ingrédients seulement : œuf, cèpes et Tuber Magnatum Pico. (1)

- Que c'est beau !

- Réinventer des plats du quotidien, c'est ma spécialité.

Emma prit plaisir à démonter le petit donjon construits en écailles de cèpes qui encerclait le jaune orangé dont l'onctuosité se mêla à la légèreté de la mousse de cèpes. Un feu d'artifice explosa en son palais.

- Mmmmm... C'est l'essence du divin !

- Un diamant blanc originaire du Piémont italien et pour la petite histoire...

- J'adore quand tu commences comme ça...

- Ce champignon aurait été créé par Zeus et ses acolytes : Héphaïstos, Dionysos et Aphrodite (2).

- Alors là, je salue ce brillant travail d'équipe. Ils se sont surpassés ! Rien à dire ! Je ne sais pas qui de l'odorat ou du goût en est le plus bouleversé.

- Dans l'Antiquité, elle était utilisée pour les philtres d'amour.

- Ah Ah, tu avais peur qu'on se dispute ?

- Non, mais je crois au pouvoir de la magie culinaire.

- C'est réellement magique. Et ce nom étrange ?

- C'est à la Renaissance qu'un certain Vittorio Pico, un médecin, la nomma ainsi en référence aux personnes de la haute société.

- Je savoure pleinement ce privilège, dit-elle en fermant les yeux.

- Et pour finir, tu connais sûrement le tournedos Rossini ?

- Oui, un classique que j'ai déjà apprécié mais jamais avec cet accompagnement.

- On dit que Rossini l'avait surnommée « Mozart des champignons ».

- Les dieux de l'Olympe, un diamant blanc, Rossini, Mozart... Ta recette, c'est une épopée !

________________________________________________________________________________________________________

(1) Tuber Magnatum Pico est uniquement sauvage. Elle affectionne les terrains particulièrement humides et pousse près d’arbres tels que les saules ou les peupliers. La Truffe blanche, se récolte principalement autour de la ville d’Alba, dans les Langhe, au nord-ouest de l’Italie, dans le Piémont. Elle se trouve aussi, de manière plus limitée, dans le nord, en Lombardie, en Vénétie, en Émilie-Romagne ainsi que dans le centre, en Ombrie, en Toscane, dans les Marches et les Abruzzes.


(2) Zeus (Roi des dieux), Héphaïstos (Dieu du feu et des forgerons), Dionysos (Dieu du vin et des fêtes) et Aphrodite (Déesse de l’amour et de la beauté).

Annotations

Vous aimez lire Mina singh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0