L'aveu

4 minutes de lecture

La vive luminosité de ce matin de mai tira Emma de ses songes. L'esprit encore embrumé, elle s'étira puis replongea mollement la tête dans l'oreiller pour protéger ses yeux éblouis.

- Humm... on dirait que j'ai raté le lever du soleil, soupira-t-elle.

- Ta nuit a été plutôt courte.

- Quelle heure est-il ?

- Neuf heures et des poussières. J'attendais que tu te réveilles.

- Tu as lu la lettre que je t'ai laissée ?

- Nous en parlerons au déjeuner, si tu veux bien.

- Ça va, Louis ? Ta voix est si grave...

- Grave comme ce que tu écris, Emma.

- Quoi ?!?

Elle se redressa d'un bond, repoussa les coussins trop moelleux qui empêchaient toute attitude défensive puis elle fixa Louis dont les traits figés n'exprimaient que son désarroi.

- Désolée si mes mots ont pu te heurter...

Le front plissé, le regard vissé sur le visage abstrus de son ami, Emma tentait de se rappeler les termes exacts de sa lettre. La nuit l'avait-elle entraîné à des mots si offensants ?

Peu à peu, le visage de Louis se dérida, laissant apparaitre de petits plis au coin des yeux puis une fossette se creusa au bas de sa joue gauche juste avant qu'un éclat de rire résonne sans retenue.

- Mais je te taquine, voyons !

- Hé Louis, c'est cruel de bon matin. J'ai cru...

- Sérieux, Emma ! Si tu avais vu ta tête...

- Tu te moques de moi ! C'est pas drôle et surtout très déloyal... riposta t-elle en lui balançant un à un tous les coussins qu'elle trouva à portée de main.

- Hé Hé, j'adore ce regard qui ne s'avoue jamais vaincu ! assura-t-il, esquivant les projectiles.

- Attends que je retrouve toutes mes facultés.

- Ton aveu, je l'ai trouvé mignon et inquiétant à la fois. Je n'ai pas pu résister à cette petite mise en scène...

- Tu ne perds rien pour attendre !

- Café ou préfères-tu un thé, ma chérie ?

***

Large douche à l'italienne, immense baignoire, barres d'appui... Emma examinait la salle de bains sous tous ses angles.

L'heure de la toilette a sonné et aucune stratégie en vue pour aider Louis. Adopter la technique des soignants à l'hôpital ? Elle pourrait installer un tabouret dans la douche et disposer un drap de bain sur la vitre attenante. Ainsi, Louis n'aurait pratiquement pas besoin de son aide.

L'idée manque cruellement de fantaisie, pensa-t-elle, apercevant un ensemble de flacons bigarrés posés en évidence sur le rebord de la baignoire. Elle sélectionna les bains moussants et ouvrit les autres fioles d'où s'échappèrent des essences de bergamote, jasmin, rose ambrée... Poudrée, florale, chyprée, orientale, Emma se laissa transporter au gré des fragrances.

- Je t'ai perdue dans la salle de bains ? s'inquiéta Louis.

- J'arrive tout de suite ! Quelques petits détails à régler et je suis à toi.

Emma fit de brefs allers retours dans la suite, subtilisant au passage une série d'objets hétéroclites peu familiers des salles de bains.

- Cette odeur persistante de jasmin...

- Si Monsieur veut bien s'avancer, je me ferai un plaisir de l'aider, annonça-t-elle enfin.

- Mais que se passe-t-il ici ?

Étoffes moirées, cierges flamboyants, plantes exotiques... Emma avait rendu à cet espace au luxe cliquant, une ambiance intimiste et chaleureuse digne d'une peinture de Rudolf Ernst (1). La mise en scène célébrait l'authentique pierre de Carrare que les lueurs chatoyantes ne laissaient plus de marbre.

- C'est la porte de l'Orient, ici ! Où as-tu trouvé autant de bougies ?

- Des cierges mis à disposition par l'hôtel, sans doute en hommage à Bernadette. Sais-tu qu'elle est à l'origine de la tradition de « porter un cierge » ?

- Non, mais toi je t'imagine très bien révolutionner la prière !

- Pourquoi pas ? Ça te plaît ?

- C'est fou ! Les tropiques sous la douche... Mais où est passé la baignoire ?

- Ah ! Quelque part par là, sous cette montagne de mousse... Suis-moi, c'est là que je t'emmène.

- Je ne sais pas si je peux prendre un bain avec la PCA (2).

- Ne t'inquiète pas, j'ai les recommandations de Brigitte Mirecourt. Bien sûr, les plongeons sont contre-indiqués, il faut appliquer un pansement étanche sur le DVI, (3) que voici et il suffit d'accrocher la pompe à ce porte-manteau, expliqua-t-elle, joignant le geste à la parole.

Emma chassa un pan de mousse qui poursuivait sa course puis elle tendit bien haut le drap de bain pour en faire un paravent.

- Tu peux enlever tes habits, je ne te regarde pas.

- Connaissant ta curiosité...

- Je pourrais en profiter pour me venger de tes moqueries matinales mais je ne suis pas comme ça !

Louis s'assit sur le rebord de la baignoire puis, enveloppé du drap et des bras de son amie, se laissa glisser sous la mousse.

- Et maintenant Musique !

- D'influence orientale, j'imagine ?

- Dialogue amoureux entre une voix et une clarinette...

- Hum... une clarinette !

- Dhafer Youssef et Hüsnü Şenlendirici (4). Tu vas voir, leur musique est surprenante !

L'Oud entonna ses premières notes nonchalantes échappées d'une ligne mélodique qui entraîna Louis dans l'atmosphère moite et brumeuse des bains orientaux. Il sentit les premiers effets relaxants de l'eau chaude et laissa dériver son corps sous la mousse parfumée.

- J'ai oublié... comme c'est bon ! Ça fait des lustres que je n'ai pas pris de bain...

Inspirée par le charme hypnotique de la clarinette prête à réveiller tous les serpents de la place Jemaa el Fna, Emma ajouta :

- Moi non plus !

À l'instant où la voix se fit instrument, l'instrument s'éprit de la voix.

- Emma, qu'est-ce que tu fais ?

- A-t-on entendu une voix humaine monter si haut et nous faire entrevoir des splendeurs... ? déclama-t-elle en déplaçant les montagnes de mousse qui la séparaient de la vasque.

- Emma, tu ne vas pas...

- Je ne t'ai jamais parlé de ce fantasme ?

- Quoi ?!?

- Et penses-tu que j'ai la patience d'attendre le déjeuner pour discuter de cet aveu en tête à tête ?

__________________________________________________________________________________________________

(1) Rudolf Ernst : peintre orientaliste français d'origine autrichienne (1854 - 1932)

(2) PCA : Analgésie Contrôlée par le Patient

(3) DVI : Dispositif Veineux Implantable - abord veineux central utilisé pour l'administration de substances parentales, ici l'Oxycodone via la PCA.

(4) Dhafer Youssef - compositeur, chanteur et oudiste tunisien, né en 1967

Sounds Of Mirrors Live - https://www.youtube.com/watch?v=4Elh8WytKfA (Haystan dance 55:15 - 59:33)

Hüsnü Şenlendirici - clarinettiste turc, né en 1976

Annotations

Vous aimez lire Mina singh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0