RESTITUÂMES *

6 minutes de lecture

Qu’est-ce qu’il a dit ? « Ma chérie » ? Pas la moindre hésitation dans la voix. Aucune pointe de plaisanterie non plus. Un lapsus ? Il aurait dit « mon chéri » dans ce cas.

- Qu’est-ce que tu as dit, Louis ?

- À quel propos ?

- Tu m’as appelée « ma chérie » ?

- Ah bon… Tu crois ?

- Est-ce bien ce que j’ai entendu ?

- As-tu aimé ce que tu as entendu ?

- Tu as dit ça si naturellement. Peut-on dire « ma chérie » comme ça, par inadvertance ?

- Tu crois que j’ai dit ces mots par inadvertance ?

- Ah, tu admets donc les avoir dits ?

- Si j’admets, les trouverais-tu inconvenants ?

- Inconvenants à cause d'une petite voyelle en trop ?

- Tu ne la trouves pas impertinente avec son petit poing levé ?

- Et si je te la volais pour mes répliques ?

- Tu peux. Chérir, c'est aimer, non ?

De questions en questions, Emma et Louis avaient franchi le porche puis traversé le hall, insensibles à l'accueil prestigieux de la bâtisse.

- Madame, Monsieur, bienvenue au Grand Hôtel Moderne !

- Bonsoir, Louis Frère et voici Emma Sansoussi.

- Enchanté, répondit le réceptionniste avant de consulter la liste des réservations. La suite Master, votre séjour compte six nuits, c’est bien cela ?

- Six nuits, confirma Louis.

Emma leva la tête vers les sculptures florales qui ornaient la pièce, décor évocateur de l’Art nouveau et de la Belle Époque.

- Vos bagages sont déjà installés. Laurent va vous accompagner jusqu’à votre suite. Je dois vous informer qu’une personne vous attend dans le salon.

- Une personne ? reprit Louis, surpris.

- Voici sa carte.

Brigitte Mirecourt

Infirmière Diplômée d’Etat

Soins à domicile, Douleur – Soins palliatifs

Tél. 0815211906

- Très bien, nous attendions cette personne en effet, répondit-il, à mi-voix.

- Elle vient juste d’arriver. Elle nous a dit qu'elle passerait quelques appels en vous attendant. Prenez le temps de vous installer.

- Dans ce cas, pouvez-vous lui indiquer notre suite d’ici une quinzaine de minutes ?

- Bien sûr Monsieur. Je vous souhaite à tous deux un excellent séjour. N’hésitez pas à faire appel à la réception. Quelle que soit l’heure, un membre de notre équipe est à votre écoute.

- Qui est-ce, Louis ? s’inquiéta Emma.

- Une personne qui nous veut du bien, répondit-il, brièvement.

- Tu sais, je n’ai jamais mis les pieds dans un palace. Grandiose comme je l’imaginais mais c’est aussi chaleureux et plein de charme. Comme j’ai hâte de découvrir notre appartement !

Le majordome marchait au rythme du couple respectant ainsi la fatigue de Louis et la curiosité d’Emma dont le regard papillonnait sous les lumières des pampilles. Louis observait le lent battement de ses cils, s’ouvrir puis se fermer sur chaque plante, et vrille de nénuphars avant que les bois exotiques viennent détourner ce regard bleu de cyan si peu habitué aux décors enchanteurs. Emma évoluait avec grâce et l’insouciance de ses pas résonnait au loin dans la mémoire de Louis : étrange expérience enfantine que celle du merveilleux venu anéantir peur et timidité, la sensation toute nouvelle de se sentir « grand ». Le ravissement d'Emma réveillait cette force enfouie en lui, capable d'évincer ses peurs les plus morbides.

- Cet escalier en spirale. Regarde l’effet ! dit-elle basculant la tête en arrière, au risque de chavirer dans le mouvement vertigineux de sa rampe en bois d'acajou.

- Le grand escalier fait toujours sensation auprès des voyageurs. C’est l’œuvre de Louis Majorelle, une pièce maitresse de l'hôtel avec notre salle à manger qui porte son nom. J'espère avoir l'occasion de vous y accompagner ces prochains jours.

Il ne restait qu’une dizaine de minutes avant que la magie du lieu tombe sous le couperet de la réalité. Plus le temps nous est compté moins il faut se soucier de courir, pensa Louis.

Emma poussa la porte de la suite avec l'impatience savoureuse d'une découverte interdite.

La suite Master n’avait pas entendu d’exclamations aussi flatteuses depuis des années. Emma ne tarissait pas d’éloges : la vue, l’espace, le mobilier, l'immensité des lits, le chic de la décoration…

Amusés, les deux amis se regardèrent avant de se laisser tomber à la renverse sur leur lit.

- La literie « nuage » tient ses promesses, j’ai l’impression de flotter. Un rêve !

- Se vautrer sur les nuages, un rêve comme tu dis ! Tu as vu le mur d'en face, plus de trois mètres, presque comme au ciné et aucun affreux tableau à décrocher !

- Demain, j’ai prévu une journée détente : grasse matinée, petit-déjeuner, cinéma, concert… une sortie pour déjeuner chez Majorelle. Depuis le temps qu'on entend parler de lui...

- Excellent ton programme ! D’ailleurs, ça me semble dommage de venir ici uniquement pour y passer la nuit. C'est tellement beau que je regretterai chaque minute à dormir.

- Mais tout d'abord, il faut se débarrasser de la personne qui nous attend à la réception.

***

- Bonjour, heureuse de vous rencontrer, je m’appelle Brigitte Mirecourt. J’espère que vous avez fait bon voyage.

- Enchanté, Louis et voici Emma. Nous n’attendions pas votre venue si tôt.

- Les infirmières qui vous suivent à Nice m’ont parlé de votre situation et surtout de votre projet. Elles m'ont chargée de vous saluer et sont impatientes d'avoir de vos nouvelles.

- Elles sont sympas de s'inquiéter ainsi et nous sommes rassurés de pouvoir compter sur vous.

- J’ai préféré venir tout de suite et vérifier le bon fonctionnement de votre PCA (1). Ne vous inquiétez pas, j’ai l’habitude de ce type de matériel et je ne vais pas vous ennuyer longtemps.

- Aucun problème avec la pompe mais il était temps d’arriver, je n’ai plus de bolus (2) en réserve. Pas de bolus, pas de pitrerie !

- En effet, vous avez consommé toutes les doses autorisées. Je vois que vous savez gérer parfaitement ce dispositif. Comment vous sentez-vous ?

- Fatigué par le voyage mais j’ai pu bouger sans trop de difficulté et surtout sans douleur. Je n’ai pas mal la nuit et demain nous avons prévu une journée détente. Tout ira bien.

- Je vous appellerai dans deux jours pour vérifier que le traitement soit toujours adapté, avant de remplir la pompe. Si vous voulez me donner votre ordonnance, je pourrai récupérer les produits à la pharmacie de l’hôpital. Vous n’aurez pas à vous déplacer comme nous l’avions prévu initialement.

- Je vous remercie beaucoup de cette initiative. L’idée d’une escapade à l’hôpital ne m’enchantait pas du tout.

- C'est aussi ce que j'ai pensé. Cette chambre est magnifique, je l'ai occupée une nuit, un souvenir très particulier, poursuivit l'infirmière visiblement troublée. Une dernière question avant de m’éclipser, souhaitez-vous mon aide pour la toilette ?

La toilette ? Sans doute aurai-je besoin d’aide. La salle de bain est à deux pas. Demander à Emma ? Elle est mon amie, pas garde-malade, mais l’infirmière tous les matins, ça va sévèrement casser l’ambiance.

Je ne m’attendais pas à cette question. Louis ne répond pas. Je me demande s’il souhaite mon aide. Même si nous sommes intimes, son corps m’est inconnu. Je serais gênée de le voir nu. Il le serait tout autant, c’est un homme pudique. Mais la visite de cette infirmière tous les matins…

- Je pourrai t’aider Louis si tu le souhaites. La salle de bains est spacieuse, nous devrions nous en tirer.

- Oui, elle est aménagée pour les personnes à mobilité réduite, ce qui vous facilitera la tâche.

- C’est entendu, répondit Louis, soulagé par la proposition d’Emma.

- En tout cas, vous pouvez changer d'avis à tout moment. Il est temps que je vous laisse profiter maintenant. Si quelque chose ne va pas, vous pouvez me joindre à toute heure du jour et de la nuit. Alors à mardi au téléphone.

Aussitôt l’infirmière avait-elle tourné les talons, qu'on frappa de nouveau à la porte.

- Notre amie qui nous veut du bien a une question subsidiaire ?

- Je préférerais un maître d’hôtel sexy et les plateaux repas…

Emma se pressa pour ouvrir.

- Emma Sansoussi ?

- Oui, dit-elle, tout étonnée d’entendre prononcer son nom dans un lieu si fastueux.

- J’ai ceci à vous remettre. Très bonne soirée à vous, chère madame.

________________________________________________________________________________________________________

(1) Pompe PCA : Analgésie Contrôlée par le Patient

(2) Bolus : dose que reçoit le patient quand il appuie sur le bouton poussoir, en plus de la dose constante délivrée par la PCA sur 24 heures. Le bolus vise à soulager les accès douloureux ou prévenir les douleurs induites par les mobilisations ou les soins.

* SUITE MASTER

Annotations

Vous aimez lire Mina singh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0