Le chemin

3 minutes de lecture

Les bénévoles d'accompagnement pressaient les retardataires à regagner le bus.

Elie agita joyeusement les bras en direction d'Emma et Louis avant de s'asseoir à proximité des quatre garçons.

Sans attendre, le bus s'engouffra sur l'autoroute et reprit rapidement son allure de croisière. Le soleil, haut dans le ciel de mai, donnait de l'entrain au voyage.

- L'enthousiasme de la jeune Elie m'a fait du bien. J'aime ces moments improvisés qui donnent de l'éclat au présent, déclara Emma dans un soupir de satisfaction. À se demander si le bonheur n'est pas contagieux.

- J'ai eu la sensation de connaitre ces personnes depuis toujours. Ça fait longtemps que je n'avais pas ressenti cette chaleur humaine m'entourer. J'en ai même perdu la notion du temps. Quelle heure est-il ?

- Quatorze heures pile. Prochaine étape Lourdes ! se réjouit Emma.

- C'est la première fois que j'apprécie un déjeuner sur une aire d'autoroute. Etrangement aujourd'hui, je réalise que le trajet fait partie intégrante de la destination.

- Ce que tu dis me fait penser à une citation. Il n'y a point de chemin vers le bonheur. Le bonheur, c'est le chemin. Lao-Tseu, si je me souviens bien.

- Tu es sensible à cette pensée, pourtant ton chemin a été épineux.

- Le bonheur pousse aussi au milieu des épines sinon tu ne m'aurais pas suivie dans ce bus.

- Je t'avoue que parfois notre voyage me semble irréel.

Emma pinça Louis pour le ramener à la réalité de son rêve.

- Le bonheur, je le vois comme une peinture faite d'innombrables petites touches de couleur. De près, on ne voit qu'une suite de points. Il faut s'éloigner de la toile pour voir apparaitre sa forme.

- Et si en s'éloignant, on ne perçoit aucune forme ?

- Ton bonheur est peut-être une peinture abstraite. Le sens n'est pas apparent mais chaque couleur est la trace d'une émotion déposée sur la toile. Sans émotion, aucune chance de voir éclore même un petit bonheur.

- Etonnante comparaison ! J'aime me perdre dans le monde ésotérique de Miro, disparaitre dans le foisonnement de Kandinski, j'aime les brouillards de Klee... La peinture abstraite me captive par ses mystères.

- C'est ça ! Le bonheur porte en lui un mystère, un appel à saisir l'invisible...

- Pourtant ils sont nombreux à proposer des recettes élaborées : scientifiques, chercheurs, philosophes, psychologues... ont tous trouvé une clé et une mine d'or avec le développement personnel.

- Une mine qu'ils exploitent jusqu'à l'apauvrissement et des recettes qui font surtout recette pour leurs auteurs et éditeurs. Le bonheur, c'est intime.

- Utiliser les échecs alors que tu traverses les pires tourmentes familiales... ne manque pas de piquant. C'est pour Julien que tu as réinventé les règles, n'est-ce pas ?

- Notre famille vivait dans un séisme permanent, les difficultés de Julien ont déclenché un tsunami. La plupart des règles devenaient inopérantes. Il nous a fallu innover.

- Je ne parviens pas à imaginer l'enfant que tu décris derrière le jeune homme charismatique que j'ai rencontré.

- Je suis fière que mon frère donne cette impression. Julien peut exceller dans des domaines très pointus et se trouver handicapé pour des actes les plus simples de la vie quotidienne.

- C'est déroutant, j'imagine, pour lui comme pour les autres.

- J'ai veillé du mieux que j'ai pu à ce qu'il n'éprouve jamais le sentiment d'être anormal. L'absence de normalité dans notre société est très souvent péjorative. Elle justifie des attitudes de rejet là où il faudrait davantage de compréhension et de sollicitude.

- On dirait qu'aucune tourmente ne te fait peur.

- Détrompes-toi, la crainte et le doute sont bien présents mais au fil du temps, ces émotions sont devenues mes alliées dans mes prises de décision. J'ai revu mes exigences à la baisse et appris à célébrer chaque petite victoire comme une grande.

- Parle-moi encore de Julien.

- Je suis heureuse de ton intérêt pour mon frère. Ce n'est pas fréquent qu'il suscite une telle attention.

- Il est une des rares personnes à qui j'aurais pu faire confiance dès le premier regard.

- Voilà un compliment qui le toucherait beaucoup. Dis-moi, quelle musique choisirais-tu pour lui ?

- Que dirais-tu d'écouter La Symphonie du nouveau monde ?

Annotations

Vous aimez lire Mina singh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0