Jour J

2 minutes de lecture

L'effervescence était palpable chambre 480.

Après une dernière vérification des bagages selon la check liste établie par Louis, Emma rangea sa trousse de toilette et boucla enfin la dernière valise.

Elle avait choisi une tenue décontractée pour voyager : un pantalon de coton bleu assorti à une tunique ample en mousseline blanche imprimée de motifs picturaux. Ses vêtements marquaient souvent une rupture de style sans jamais rompre l'harmonie de sa silhouette. Un léger maquillage colorait son teint pâle et mettait en valeur le bleu cristallin de ses yeux. Ses cheveux blonds cendrés encore très courts rendaient à son visage un charme lumineux.

Louis s'était réveillé tôt, bien avant l'heure du petit déjeuner. Il prit le temps de déguster un thé corsé avant de débuter ses exercices de remise en forme, devenus une discipline quotidienne. Après ce dérouillage matinal, la marche serait plus aisée. Pas question de quitter la chambre en fauteuil roulant, s'était-il promis.

- Eh bien quelle élégance tous les deux ! Laissez-moi vous regarder : vos tenues sont coordonnées. Elles ont le goût du printemps. C'est charmant.

- Aucune concertation entre nous pourtant mais vous travaillez aujourd'hui, Sophie ? S'étonna Emma surprise de voir entrer l'infirmière.

- J'ai pu interchanger mon jour de repos avec une collègue. Je tenais à être présente à votre départ. Je vais vérifier la PCA de Louis et changer la cassette d'oxycodone. Ainsi, un seul remplissage sera utile durant les cinq jours de votre séjour à Lourdes.

- Je suis touchée de votre présence, Sophie. Je me souviens encore de vos paroles rassurantes lorsque j'ai franchi pour la première fois le seuil du service, la peur au ventre. Votre sourire n'a jamais cessé de me donner foi en l'avenir.

- Je suis admirative de votre projet et surtout très heureuse qu'il se concrétise aujourd'hui. Je sais que vous avez déjà le numéro pour joindre le Docteur Ferrari, voici le mien également en cas de besoin. Une modeste façon de vous accompagner dans cette aventure.

- Merci beaucoup, je le garde précieusement. Il y a un trésor que je n'emporte pas, répondit Emma en regardant le jeu qui trônait sur la table. Le temps de la jouissance est venu, je n'aurai plus de questions à soumettre aux échecs ces prochains jours. Je vous confie mon compagnon de jeu...

Sophie serra Emma dans ses bras, une étreinte silencieuse qui témoignait d'une affection sincère entre les deux femmes.

- C'est l'heure ! Le chauffeur de taxi vient de m'avertir de son arrivée, se réjouit Louis. Il nous attend à l'entrée et s'occupe de nos bagages. Emma, je tiens à faire le chemin à pied, veux-tu me prêter ton bras ?

- Viens je t'emmène... lui fredonna-t-elle enjouée.

Louis accélérait le pas, soucieux de ne pas faire attendre leur chauffeur, sa main s'aggripait avec force au bras de son accompagnatrice.

Enfin sous le porche, il se redressa à la vue du ciel limpide qui s'offrait à eux et s'immobilisa le temps d'une longue inspiration d'un air qui sentait bon la liberté.

Les doigts de Louis se décrispèrent. Emma sentit sa main glisser le long de son bras pour se rapprocher de la sienne, l'effleurer, hésiter à l'enlacer, aimer s'éterniser dans cette caresse. Amusés par ce geste mi-enfantin mi-sensuel, ils décidèrent qu'il n'avait rien d'indécent.

Main dans la main, ils marchèrent d'un même allant pour traverser le porche.

Annotations

Vous aimez lire Mina singh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0