Tristan

Une minute de lecture

Comment vous appelez-vous ?

Tristan Février-Bazin

Quel âge avez-vous ?

17 ans

Avez-vous des pouvoirs ?

Des pouvoirs ? ahahaha non, non, pas du tout, je ne suis pas un superhéros. Ni un chasseur de monstres, comme mon amie Mei.

Une relation ou un coup de foudre ?

La question piège ! Je suis amoureux d’une de mes meilleures amies. Je n’ose pas lui avouer de peur de détruire notre amitié.

Couleur de cheveux ?

Roux

De yeux ?

verts émeraude

Votre couleur préférée ?

vert

Meilleur(e) ami(e) ?

Axel, Ambre et Mei

Où habitez-vous ?

Dans un appart avec mes parents et ma sœur.

Date de naissance ? (si vous en avez, sinon ce n’est pas grave).

2003

En couple ou célibataire ?

Célibataire. L’année dernière, je suis sorti avec Axel, mon meilleur pote, et j’ai découvert que j’étais ultra jaloux. Je ne sais pas bien comment gérer ça. Ça m’inquiète.

Votre famille ?

Mes deux mamans : Sophie et Claire et ma sœur Mara. On est roux, tous les quatre, du coup, on nous surnomme la famille Weasley.

Ennemis ?

Les gens étroits d’esprits, à commencer par ceux de la Manif pour tous. Vous voulez vraiment que je vous fasse une liste ? Car malheureusement, ça risque d'être long.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Scribopolis
Quatrième concours de Scribopolis.

Thème : La Porte.

[CONCOURS TERMINÉ | MERCI AUX PARTICIPANTS]
250
69
227
115
Erreur 404
Afin de préserver l’univers, il faut sauver la Terre et vaincre le Néant. La destinée de tous repose sur le Clan Darck souverain de la Magie, et ce, depuis que les sorciers ont quitté leur planète d’origine pour la tienne. Seul problème, le Commencement des Temps trouve sa source dans le futur.

Une boucle s’est formée. L’unique chance de la briser et de bénéficier enfin du libre arbitre : la Trinité, dont le pouvoir suprême fut forgé au long des générations, sous la machiavélique supervision de la Gardienne du Continuum et d’Andromède Darck.
164
50
1336
110
Dahu Hypnotique

   J’y suis enfin. Devant moi la ligne blanche, la seule qui importe vraiment, effaçant par là même et sans nul doute toutes celles que j’ai franchies jusqu’alors.
Elle est là.
Elle m’attend.
Et malgré cette certitude, j’ai encore beaucoup de mal à y croire : demain matin, il me sera permis de la dépasser.
   Autorisé à glaner quelques feuilles flétries aux lauriers de la gloire, je me lancerai, non sans alarme, sur la piste ; celle qui se déroule, tranquille, sous mes regards avides.
Déjà, je la parcours.
Déjà, je la dévore.
Déjà, elle parvient à me fuir ; se réfugiant, pudique, à l’ombre d’un géant :


le Mont Olympe.

   Depuis une éternité, le très céleste Olympien n’avait été, pour moi, rien d'autre qu’un objectif inaccessible. Un point lumineux, trouant mes nuits dans le lointain, engloutissant mes vains espoirs. Aujourd’hui, ce noeud s’est tant et si bien rapproché qu’il m’aveugle et me saisit d’une juste crainte : mon passé, mon présent et mon futur s’y confondant désormais.
Combien ai-je sacrifié afin que cela m’advienne ?
Combien d’échecs ai-je endurés afin que cet instant se produise ?
Combien il me coûte de ne pas fuir.
Dès l'aube, je serai au plus près de ces idoles aux éclats stellaires, brûlant ma peau nue aux rayons de leurs exploits, m’élançant et gageant, dans la course, mes rêves d’immortalité.
J’en tremble.
Aurais-je, moi aussi, une mer pour linceul ?
   La convocation olympique, lorsqu’elle me fut adressée, m’indiquait sans ambages que ni mes années d’entraînement, ni mes efforts acharnés et mes performances bien moins que le reste, ne m’avaient valu l’honneur ; je devais tout au triste sort, au hasard implacable. Il est aveugle, à ce que l'on dit, et il frappe à tâtons ; il y a une semaine, il se jeta sur le véloce Nestor, l’inébranlable enjambée d’Arcadie, et le tint en respect. Ce champion de tout un peuple, le plus dévoué parmi les Orion et le plus bien aimé des amants de Niké, passa son tour et j’entrai sur la piste. Était-il raisonnable de prétendre pouvoir le remplacer ? Qu’aurais-je dû faire ? Pécher par humilité ?
Peu importe !
      J'ai scellé mon sort.
               Je n'y renoncerai pas !
                         Demain, j’y serai.
101
149
204
15

Vous aimez lire Peggy "Ladaline" Chassenet ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0