Chapitre 4 : Un danger à supprimer

6 minutes de lecture

 Lou-Ann a toujours eu la qualité d'être sociable. Elle parle souvent aux autres, s'amuse avec eux, les réconforte, les encourage... au fond d'elle, elle adore se faire de nouveaux amis. C'est pourquoi, lorsqu'elle a ressentit une nouvelle âme entrer dans ces lieux, elle a immédiatement voulu aller voir. Mais avant, elle doit se faire belle, ce n'est pas tout les jours qu'on reçoit un nouvel arrivant ici, au contraire, c'est très rare.

 Alors, elle se rue vers la salle de bain, chaque dortoir en a au moins deux et vue le petit nombre d'apprentis super-héros, c'est loin de poser un problème. Rapidement, elle asperge son visage avec plusieurs rafles d'eau froide, ce qui la réveille totalement, après quoi elle se sèche le visage avec sa serviette. Elle passe plusieurs coups de peigne dans ses cheveux courts bruns et tente de se coiffer correctement. Elle prend deux élastiques et se fait deux couettes. Elle attache une barrette en forme de fleurs à chacune d'entre elles. Puis elle se brosse les dents. Elle se regarde dans le miroir puis sourie, contente du résultat.

 Elle ressort de la salle de bain, se dirige vers son lit, enlève son pyjama et son corset libérant alors une paire d'ailes noires et majestueuse. Les plumes noires reflétent les rayons du soleil, leur donnant un côté reluisant. L'adolescente sort la valise qui se cachait en dessous de sa couchette et l'ouvre. Elle prend un jean bleu foncé, un nouveau corset marron, un tee-shirt jaune orangé, une longue veste grise, des chaussures Dr. Martens roses et s'habille avec le tout, en prenant bien attention à attachés correctement ses ailes avec le corset. Une tenue originale mais colorée.

 Elle observe les alentours et remarque que toutes les autres filles sont déjà partie, sûrement pour aller au jardin, elles ignorent que quelqu'un de nouveau est arrivé. Lou-Ann veut être la première à lui parler. Mieux vaut éviter que ce soit Rosa qui lui tombe dessus en première, avait-elle pensé.

 Toute joyeuse, l'adolescente traverse un large couloir et se rend au dortoir des garçons, mais il n'y a personne. Rien n'a changé, aucuns lits n'a bougé, pas de nouvelle valise et aucune trace du passage de la nouvelle âme ici. Les âmes laissent derrière elles des traces, comme si elle laissait une traînée de poudre flottante derrière elles, mais là Lou-Ann ne voit rien d'inhabituel. L'idée que le nouvel arrivant n'ai pas d'âmes lui donne des frissons, ce qui est tout de même peu probable vue qu'elle l'a sentit arrivée... ou peut-être était-ce juste son aura.

 Loin de s'avouer vaincue, la fille ferme les yeux. Tout devient noir autour d'elle. Elle tente de localiser le garçon. Sans bouger, elle envoie son esprit traverser les couloirs à toute vitesse, fouillant le moindre recoin et arrive à le trouver. Il est dans la chambre d'isolement. Tout à coup, son esprit revient à elle. Lou-Ann fait de gros yeux, surprise par cette nouvelle. Pourquoi l'avoir mis en isolement dés le premier jour de son arrivée, en général, il n'y a que ceux qui ont gaffée qui si retrouve. Aurait-il fait quelque chose de mal à peine arrivé ? se demande-t-elle. Non, je l'aurais ressentit s'il avait dérapé, or, ce matin, je n'ai ressentit que de la tristesse et une pointe de colère émaner de son être...

 Inquiète, la télépathe sors de devant le dortoir et cours jusqu'en face de la chambre d'isolement, mais là, il y a un problème, un gros. Oméga est debout contre un mur, le bras croisés, pas très loin de la porte de l'inconnu. Il semble monter la garde...

Mince, mais qu'est-ce qu'il se passe, ici ? se demande-t-elle en s'approchant.

 Oméga l'aperçoit, il va à sa rencontre.

  — Salut, Omé. Tu peux m'expliquer ce qu'il se passe là ? demande Lou-Ann, un sourire aux lèvres, en essayant de lire ses pensées, sans y arriver.

  — Ho, tu parles de Lucas ? Il vient d'arriver à l'improviste, personne n'était au courant de son arrivée, pas même nous. Maintenant, tu m'excuseras, j'essaie de réfléchir là, répond le robot en lui faisant signe de partir avec sa main.

 Lou-Ann recule d'un pas, il a parlé avec une telle nonchalance, ça se voit, il n'est pas d'humeur aujourd'hui.

  — C'est parce qu'il est dangereux ? C'est ça ? Il est isolé et tu veilles à ce qu'il ne sorte pas... attend, c'est un instable, c'est ça ? Tu pensais à quoi avant que j'arrive ?

 Il lui lance un regard assassin, l'humanoïde connaît les pouvoirs de l'adolescente, il refuse qu'elle entre dans son esprit. Même s'il n'est qu'un robot, la LifeBox qui lui sert de coeur, lui donne aussi un esprit et une âme et donc Lou-Ann peut tenter d'y accéder. Si elle savait ses pensées, elle la gênerait sûrement. Alors, avec impatience, il ordonne de faire demi-tour et de ne plus revenir.

 Lou-Ann se retourne, mais avant de partir, elle lui demande :

  — Tu ne va pas l'éliminer, hein ? Pas comme tu l'a fais avec Vulgor ? Fais ça et je te jure que tu vas le regretter.

 Puis, elle repars les poings serrés, laissant Oméga seul, choqué et figé. Il ne sait pas comment réagir face à cette accusation, qu'il sait vrai. Tout à coup, la rage l'envahit. Comment ose-t-elle !?! pense l'humanoïde. Elle sait rès bien que ce n'était pas de ma faute !

 Vulgor était l'un de ses élèves, un garçon de dix ans, il était gentil et sérieux dans ses études. La nuit, il retournait au dojo, pour contrôler son pouvoir : celui de la Lumière Destructrice. Parfois, Oméga allait le rejoindre et ensemble il passait des nuits blanches à s'entraîner. Oméga savait que ces pouvoirs étaient instables pourtant il s'accrochait à l'espoir qu'un jour, ils arriveraient à les stabiliser. Cependant, Vulgor fit promettre à son maitre que si un jour, il perdait le contrôle, celui-ci devrait l'éliminer. Oméga accepta, pour lui cela n'arriverais jamais. Mais voilà, un jour, tout à dérapé. Vulgor s'était élevé au milieu de la cafétéria, ses yeux et sa bouche brillaient tels des lampes torches, sa voix était devenus étrange comme-ci différentes personne parlaient en même temps et une folie meurtrière s'était emparée de lui. Détruisant tout sur son passage, blessant les autres apprentis, tentant de les tuer. Lou-Ann, prise par surprise, avait été propulsée contre un mur, ça l'avait assommée sur le coup. Les fléchettes tranquilisantes ne faisait rien à Vulgor et personne n'arrivait à s'approcher de lui pour le mettre K.O. Soudain, Oméga se rappela d'une chose, l'un de ses points faibles, il était vulnérable aux balles, celles-ci passaient à travers ses attaques. Alors que son élève était sur le point d'achever Lou-Ann, Oméga perdit le contrôle de son bras, celui-ci se transforma en une mitraillette et il tira plusieurs salves. L'enfant lui jeta un dernier regards et il lanca un sourire, comme pour le remercier de l'en avoir empêché. Peu après, la cible s'écrasa au sol, inerte. Et c'est en voyant Vulgor mort, dans une mare de sang, que l'humanoïde comprit... il avait échoué, il n'avait pas réussi à aider son élève à contrôler ses pouvoirs, alors ce sont ses pouvoirs qui avaient pris le contrôle de celui-ci. Je n'avais pas le choix... c'était la seule option !

  — C'était la seule option !!! Hurle-t-il en donnant un grand coup d'en le mur d'à côté formant un trou dans celui-ci.

Ce jour-là, j'ai failli perdre deux de mes élèves, je ne peux pas me permettre de laisser ça se repasser. Il ne veut pas reproduire la même erreur avec Lucas, celui-ci a de puissant pouvoir, trop puissants, trop instable. Il va finir par perdre le contrôle comme Vulgor et alors... Oméga préfère le faire maintenant, le tuer, là. Il a été programmé pour éliminer les menaces, Lucas en est une. Pas besoin de s'attacher et de souffrir. C'est facile, il n'a qu'à rentrer dans sa chambre et avant, que l'adolescent ne remarque quoi que ce soit, il lui tire une balle dans le crâne. Une mort rapide et sans douleur. Il n'y aurait plus de danger. Et après, il n'aurait qu'à dire que l'adolescent avait perdu le contrôle de ses pouvoirs tout en s'arrangeant pour que son histoire tienne la route. Et ainsi, il aurait accompli, son devoir : protéger l'établissement.

 Alors, animé par cette pensée, il se retourne et se déplace jusqu'à la porte de Lucas. Il transforme son bras droit en un pistolet et la cache dans son dos, après quoi, il ouvre la porte pour rentrer...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Défi
Pétales de nacre
La réponse au défi "Une phrase par jour" en trio...

Quelqu'un, Laurent Datünder et Ténèbres Lumineuses réunissent leurs plumes pour présenter cette nouvelle œuvre, qui risque d’osciller entre poésie, folie, humour et amour.

Merci pour votre passage ! <3

(PS : Ne sont-ils pas adorables, ces trois petits oursons ? ^^)
445
405
9
6
Œil de Lynx
Quelques articles de mon journal "L'œil du Lynx"... (je précise que les articles sont humoristiques ^^")
18
12
5
2
Sainsu
Dans ces courts textes j'essaie de vous faire deviner ce qui est important pour moi.
25
75
1
1

Vous aimez lire Matthew O'well ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0