4. Hakuna Matata

7 minutes de lecture

D’un coup, l’avion amorce un nouveau virage en piquant légèrement. Une annonce retentie :

« Mes chers amis, vous pouvez observer la jolie vue sur les petits villages de la Normandie. Et oui les amis : nous sommes de retour en France ! Notre voyage s’achèvera bientôt n’ayez crainte. Nous avons prévenu les aiguilleurs du ciel que nous revenions sur Paris suite à un problème moteur. Ils nous attendent. Tout comme Allah. Nous allons probablement rencontrer quelques turbulences alors faite attention à ne pas être amochés pour la grande rencontre avec Allah. Je reviendrai vers vous bientôt. Et comme disent tous les pilotes du monde : enjoy your flight ! ».

Camille hurle aux passagers de trouver immédiatement un siège, de s’asseoir et de s’attacher. La cabine à l’arrière est pleine et certains n’ont plus de sièges disponibles. Sandro s’exclame « Hors de question que je retourne devant. Je préfère mourir debout que retourner là-bas !! ».

Les autres passagers ont l’air d’accord avec lui. Comment leur en vouloir se dit Camille... Elle non plus n’a pas envie de remettre un pied de l’autre côté du rideau. Elle a encore en tête les images d’horreur qu’elle a vu quelques temps plus tôt.

Anna a alors une idée. Elle sait qu’elle a gagné la confiance des passagers, alors elle tente.

« Je viens avec vous devant. Ne vous inquiétez pas, ils se sont enfermés dans le cockpit. Il faut impérativement vous attacher. On ne sait pas ce qu’ils vont faire et si il y a effectivement des turbulences, ça peut être dangereux ! Il faut être attaché. Tout le monde sans exception ! Mais avant de me suivre dans la cabine avant, attendez 5 min. ». Elle regarde Julio et Camille. Ils ont compris que la jeune hôtesse veut « remettre en état » la cabine. Elle se dirige vers les couchettes du personnel et en ressort avec des draps. Alors elle entre dans la cabine avant et aidée de Julio et Camille, déplace les corps sans vie de Léon, Lou, Olivia et l’autre passager vers le galley et pose un drap dessus, non sans un dernier regard envers son amie. Ils mettent également des draps par terre pour recouvrir les tâches de sang qui témoignent du massacre. Enfin, ils tendent un drap entre la porte du cockpit et la cabine.

En retournant à l’arrière, Anna prend la main d’une jeune femme qui est debout et l’amène sans la quitter des yeux vers le dernier siège. Plusieurs passagers la suivent en silence. Anna leur parle d’une voix douce, leur distribue des couvertures et pose une main bienveillante sur l’épaule de Margaux qui la regarde avec un air apeuré. Puis elle va s’asseoir à l’avant d’eux et entonne une chanson. Elle chante la chanson du Roi Lion. Elle chante d’abord tout doucement, puis de plus en plus fort. Julio s’assoit à côté d’elle, la regarde d’un air étonné puis éclate de rire et commence à chanter avec elle.

Très vite, toute la cabine entonne le Roi Lion à tue-tête. Camille rigole. Elle trouve cette idée formidable. Les passagers hurlent la chanson comme pour évacuer la pression. Rire et s’amuser quelques secondes. Ça fait du bien !

En retournant à l’arrière un sourire aux lèvres, Camille remarque Sandro qui est toujours debout au fond de l’avion. Il s’énerve contre elle en lui demandant de déplacer un passager pour qu’il puisse s’asseoir car il est hors de question qu’il aille devant. Elle trouve la situation tellement absurde qu’elle éclate de rire. C’est bien le moment de faire des manières tiens !

Pensant que c’est une blague, elle le prend par le bras et commence à l’amener à l’avant mais il se débat et la pousse contre un fauteuil en l’insultant. Camille est sonnée. Quel con ! Adrien, le jeune homme qui l’a aidée plus tôt et qui s’était blessé lors du virage, accoure et lui demande si ça va. Puis il empoigne Sandro, lui dit d’arrêter ses conneries et commence à le traîner vers l’avant. Mais Sandro ne se laisse pas faire et commence à rouer de coup le jeune voyageur. Des passagers s’interposent et l’un d’eux lance : « C’est bon ! Je vais à l’avant ! Prends ma place connard ! ». C’est Fabrice le cadre commercial qui prenant son courage à deux mains, quitte son siège et va s’installer plus haut dans l’avion. Lorsqu’il arrive devant, les autres passagers sont encore en train de chanter. Cette fois-ci, c’est la chanson de la Reine des Neiges. Fabrice déteste cette chanson, ses enfants la chantent en boucle. Mais à ce moment précis, tout est bon pour décompresser, alors il s’assoit, boucle sa ceinture, se racle la gorge et mêle sa voix à celle des autres passagers.

Anna en bonne chef d’orchestre lève les mains en rythme et donne le ton.

Une toute autre ambiance règne à l’arrière, les passagers encore choqués de ce qu’il vient de se passer regardent Sandro avec dégout. Camille se dit que l’être humain est décidément un être bien complexe capable du meilleur comme du pire. Elle s’avance pour s’asseoir à côté d’Adrien. Le jeune homme a l’air d’aller bien malgré sa blessure à la tête et sa récente altercation avec Sandro. Il lui sourit et lui demande si elle va bien. Elle le remercie et lui demande ce qu’il compte faire au Canada. Adrien lui raconte son projet de road trip. D’abord Montréal, puis il montera vers Québec, puis Tadoussac, la pointe à Blanc-Sablon, puis demi-tour par le lac Saint Jean, et enfin, le tour de la Gaspésie. Camille est impressionnée. Elle aimerait avoir le courage de faire un tel voyage seule. Adrien lui sourit à nouveau et lui dit que tout est possible, c’est juste une question de volonté. Camille se fait la promesse que si elle sort vivante de cet avion, elle quittera ce travail et partira elle aussi, à la découverte du monde.

D’un coup, l’avion commence à secouer dans tous les sens. A l’avant, Margaux a l’impression d’être dans des montagnes russes. Elle a envie de vomir, elle ne se sent pas bien du tout. Les passagers ont stoppé net leurs chansons et s’agrippent à leurs sièges. Anna attrape la main de Julio. Le jeune homme la lui serre de toutes ses forces. Elle le regarde et se tourne vers les passagers. « Concentrez-vous sur votre respiration, prenez la main de votre voisin si vous le souhaitez. Ce ne sont que des turbulences, il n’y a rien de grave ». Julio est impressionné par Anna. Même morte de peur, elle fait tout pour rassurer les passagers. C’est vraiment une hôtesse de l’air incroyable. Malgré ses paroles rassurantes, Margaux peine à se détendre. Elle essaie de penser à sa sœur qui l’attend à Montréal, à sa fête anniversaire qui promet d’être mémorable. Mais rien n’y fait, d’un coup elle sent que ça ne va pas. Elle se détache et court vers l’avant de l’appareil, non sans mal, pour y déverser l’ensemble de son déjeuner. Anna s’approche d’elle et la prend dans ses bras en lui murmurant que tout va bien, que ça va aller. Elle lui donne un peu d’eau et malgré les turbulences qui ne s’arrêtent pas, l’accompagne à son siège et reste près d’elle, accroupie, en lui parlant doucement. Elle reste près d’elle plusieurs minutes, c’est Julio qui finalement la rejoint, en s’accrochant aux sièges pour garder l’équilibre, et lui demande de revenir s’asseoir. C’est trop dangereux de rester là. L’avion tangue toujours autant et il a peur pour sa jeune collègue. Margaux se sent bien avec Anna, mais elle sait que l’hôtesse met sa vie en danger pour rester à ses côtés, alors elle lui dit que tout ira bien, qu’elle se sent mieux et la remercie vivement et laisse Julio entraîner Anna retrouver son siège.

À l’arrière, pas un mot ne sort de la bouche des passagers. On entend seulement Colette la petite mamie, qui, toujours à côté du jeune Mathéo, tente de lui changer les idées en lui racontant depuis plus d’une heure les histoires du Père Castor. Toute la cabine est pendue à ses lèvres pour éviter de penser au pire. Camille se revoit enfant, quand elle passait des heures devant ce dessin animé. C’était son préféré ! Elle sourit en repensant aux batailles de coussins qu’elle faisait jadis avec sa sœur : la gagnante avait priorité sur la télécommande. Pour pouvoir regarder son dessin animé préféré, Camille avait développé des techniques professionnelles : elle était devenue championne en bataille de coussin !

Les turbulences se calment enfin et tout le monde respire. Camille se lève pour faire un tour de la cabine et vérifier que personne n’est blessé. Elle passe vers Sarah, toujours dans un état de semi-conscience suite à son choc sur la tête. La jeune femme a du mal à garder les yeux ouverts. Elle demande à Camille de prendre sa fille avec elle, elle ne veut pas qu’elle la voit mourir. Camille lui assure qu’elle ne va s’en sortir mais Sarah les larmes aux yeux, insiste. Camille prend alors la petite Nina dans ses bras et l’emmène s’asseoir entre Adrien et elle. Elle retourne vers Sarah qui a fermé les yeux, lui caresse la tête et lui parle doucement. Elle demande à Martin d’aller cherche une deuxième bouteille d’oxygène, mais le steward lui fait non de la tête. Camille s’énerve, mais très vite comprend que la jeune maman ne s’en sortira pas et que dans la situation actuelle, ils ne peuvent pas utiliser une bouteille d’oxygène « pour rien ». Alors elle reste avec elle, toujours en lui parlant de tout et de rien. De temps en temps, Sarah esquisse un sourire. Elle lui tient fermement la main, sans vraiment savoir qui est en train de rassurer l’autre. Elle ne la quitte pas. Elle ne la quittera pas. Jusqu’à la fin.

Annotations

Recommandations

Eugénie L.
Libre un jour... C'est tout ce qu'on espère. Briser ses chaînes, le cadenas de notre cage. Hurler au monde entier qu'on peut être enfin heureux(se)... si c'est possible... Et quand on est seul(e) au monde ? Trouver la liberté, oui... mais à quel prix ?

Un recueil de poèmes et de sombres tragédies romantiques écrits au fil est des années.
0
0
0
14
Défi
Adrien de saint-Alban


C'était une file interminable. Une foule dense qui n'en finissait pas, qui se perdait à l'horizon couvert de brume. Vu de loin, c'était comme un monstre gigantesque vêtu de noir qui se mouvait, qui rampait.
Il pleuvait. Une pluie fine qui ne finissait pas de tomber. Une forêt de parapluie couvrait cette foule compacte où chacun était collé l'un à l'autre pour se réchauffer et pour se soutenir. Cependant, il en fallut davantage pour dissuader cette foule immense et déterminée pour accomplir ce pour quoi elle était venue, comme par devoir.
Oui, rien, ni personne ne pouvait la détourner de son but. L'objet de son déplacement en ce dimanche de novembre était son salut. Elle était venue pour montrer au Créateur et au monde sa colère douce et amère, une colère tant contenue qu'elle en devenait insupportable. Ils étaient venus Lui rendre leur tablier de vivants. Ils étaient des centaines, ils étaient des milliers tels des prisonniers de guerre se suivant les uns derrière les autres. Comme on les voit encore au travers d'images d"archives et qui rappellent encore dans nos mémoires les heures-les-plus-sombres-de-notre-Histoire. Mais là ce ne sont point des prisonniers, nous ne sommes pas en guerre. Où allaient t ils donc? Vers quoi marchaient-ils avec l'Idée en tête, une Idée fixe dans leur tête de vieux, des vieux à la tête chenue pour la plupart ? Allaient-ils voir la Joconde ? C'était ça l'Idée ? Comme ces files d’attente devant les musées aux portes desquels des cons et des chintocs font le pied de grue pour regarder des merdes lors des journées du patrimoine ? Allaient-ils à un enterrement d'un cher disparu ? Ou celui d'une personnalité respectée, regrettée et idolâtrée ? Ou peut être s'agissait-il du versement de leur retraite, aumône tant attendu après une vie de dur labeur ? Non plus, car de leur retraite ils avaient fait leur deuil depuis longtemps. Les socialopes les avaient habitués au minimum vital. La parabole de la grenouille est passée par là. Ils sont intelligents les socialopes. Ils n'avaient déjà plus de sécurité sociale. Ceux qui avaient la chance d'avoir la santé engraissaient Goldman Sachs et les mutuelles privées en attendant leur mort prochaine. Les plus fragiles étaient déjà occis et utilisés comme engrais. La société les avait utilisés de la naissance jusqu'à leur mort. Les moins chanceux étaient là qui avançaient vers cette Idée. Ils avaient décidé d'en finir...par leur volonté. Leur retraite n'était que chimère. Ils s'étaient résignés. Leurs combats successifs n'avaient rien donné. Leur vie ne valait plus rien. Ils ne servaient à rien. Le capitalisme ne voulait plus de cette viande avariée et inutile.
Désormais, le Système avait dressé devant eux, non pas un tapis rouge mais un couloir de misère et de souffrances. Il n'y avait pas d'échappatoire ni à droite, ni à gauche. Quelle était donc cette Idée, cette belle et noble Idée qui les avait arrachés au doux confort de leur chaumière, à leur vie douillette de vieillards misérables et résignés ? Une chose plus grave, une mission plus urgente les appelaient. On les avait grisés. Non pas avec du cidre mais avec des discours. On leur avait promis un monde meilleur. Les communicants leur ont promis mille vierges dans l'Autre Monde. Oui, un Monde meilleur.
Certains étaient venus en couple. Les valides étaient sur leur deux jambes emmitouflés dans leur vieux manteaux noirs fripés. D'autres moins lotis par le destin ou par la vie s'aidaient d'une canne. D'autres encore que la fatalité avait frappé brutalement ou anéanti à petit feu avançaient à petits pas soutenu par un déambulateur qu'une association charitable, la dernière sûrement, avait sans doute financé. Tout cet amas humain n'en pouvait plus. L'espoir d'une vie meilleur ici bas les poussaient malgré tout à s'accrocher à l'existence tant qu'il leur restait un souffle de vie. Mais là c'en était fini. Le rideau venait de tomber. Le désespoir l'avait emporté.
Quand ils atteignirent enfin cette Idée, l'Idée tant convoitée, tant désirée, les premiers levèrent les yeux et lurent sur le fronton de l'établissement:
EPHAD MACRON
SÉDATION PALLIATIVE
EUTHANASIE ACTIVE:
ENTRÉE GRATUITE SANS CONDITION D'ÂGE
Voilà comment je mourrai!
Adrien de saint-Alban
3
4
0
3
Floriane

On a tous des blessures, 
Qu’on persiste à cacher ;
Des plaies qui perdurent,
Contre vents et années.


Et quand enfin l’obscur,
Semble un peu s’éloigner ;
D’autres perdent leurs allures,
D’avoir su si mal nous juger.


On a tous des fêlures,
Qu’on s’obstine à nier ;
Alors on construit des murs,
Pour un peu les sceller.


Et quand craque l’armure,
Qu’on se sent exposé ;
C’est dans nos murmures,
Que se lit notre fragilité.


2016 © Floriane Aubin

Source photo : http://the-mask-of-the-life.skyrock.com/
3
2
0
0

Vous aimez lire Marianne Chapelle ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0