Chapitre 36

5 minutes de lecture

— Viens, je veux te montrer quelque chose, dit Tim en reposant doucement Avril par terre.

Il se dirigea vers la porte d’entrée et attrapa sa veste avant de sortir, laissant Avril seule au milieu de la pièce. Elle ne bougea pas, gardant les yeux rivés sur la porte toujours ouverte. Elle avait bien trop peur pour sortir, mais voulait également le rejoindre, savoir où il souhaitait l’emmener. Elle s’approcha de la porte et aperçu Tim qui l’attendait à la lisière de la forêt.

— Viens. Je ne te quitterai pas. Promis.

Entendant du bruit derrière elle, Avril se retourna et vit Bidouille s’approcher lentement. Il s’assit à côté d’elle et leva la tête pour la regarder. Ils restèrent un long moment ainsi, à se dévisager.

— D’accord, déclara Avril en s’adressant au chien, si c’est ce que tu veux.

Elle mit ses chaussures et attrapa un manteau au hasard parmi ceux suspendus au porte-manteau. Après avoir récupéré un trousseau et éteint les lumières, elle sortit, Bidouille sur les talons. Elle ferma la porte à clef et rejoignit Tim. Ils s’enfoncèrent dans la forêt, main dans la main, le gros chien trottinant derrière eux.

Tim semblait savoir où il allait malgré l’obscurité qui les entourait. Avril se contenta de suivre la cadence sans poser de question. Elle sursautait à chaque petit bruit, bien qu’elle sache que son beau-père était désormais derrière les barreaux. La forêt était devenue une zone de deuil, le cocon s’était brisé. Chaque fois qu’elle se retournait, Tim lui caressait le dos de la main avec son pouce, la rassurant. Sans ce contact, elle aurait pris ses jambes à son cou depuis bien longtemps.

Après quelques minutes de marches qui semblèrent une éternité pour la jeune fille, des lueurs apparurent au loin, comme des petites lucioles qui dansaient à travers les arbres. Plus ils approchaient, plus elles grossissaient. Ils émergèrent des bois pour arriver dans une clairière où le village entier semblait s’être réuni. Tous tenaient une lanterne de papier à la main. Malgré le monde qui se trouvait là, aucun bruit ne brisait le calme de la nuit.

Tim entraîna Avril vers un petit groupe de personnes qu’elle reconnut à la lueur des bougies comme étant Raphaëlle, Etienne et Hippolyte. Posées sur le sol à leurs côtés se trouvaient deux autres lanternes, éteintes. Tim les ramassa et en tendit une à Avril, qu’elle tint de ses deux mains. Etienne fit craquer deux allumettes pour allumer les mèches. Puis, ils restèrent immobiles, regardant Avril comme s’ils attendaient quelque chose, un signal. Même Bidouille ne bougeait plus, sagement assis à ses côtés.

— Je ne comprends pas, murmura-t-elle.

— C’est le père Mathieu qui a eu l’idée, répondit Raphaëlle en souriant. Il nous a simplement dit qu’il avait trouvé comment faire danser les étoiles. Il a dit que tu comprendrais.

Avril regarda autour d’elle. La boulangère se tenait aux côtés de son mari, à quelques pas du pharmacien, en compagnie du boucher. La fleuriste avait accroché quelques fleurs sur sa lanterne. Les caissiers du supermarché formaient un petit groupe. Émile, le SDF, tenait son chien dans ses bras, ainsi qu’une lanterne fabriquée à partir des matériaux dégotés dans les poubelles du magasin de bricolage. La vendeuse de vêtements surveillait ses enfants du coin de l’œil, tenant la main de sa femme. Avril aperçut le père Mathieu un peu plus loin, seul, les yeux rivés sur sa lanterne.

Elle se tourna alors vers la sienne et observa longuement la flamme de la bougie dont les reflets dansaient sur les parois de papier. Ses mains ne voulaient pas lâcher cette lumière qui avait brillée pendant cinq courtes années dans sa vie. Mais elle savait qu’elle devait le faire, lâcher prise. Aucun retour en arrière n’était possible, rien de ce qui était arrivé ne pouvait être changé.

Avril leva les yeux vers le ciel étoilé. La nuit était fraîche et calme. Les arbres restaient silencieux, aucune brise ne faisait bouger les branches. Si aucun nuage ne masquait les étoiles, la lune demeurait absente du paysage. Ils étaient entrés dans un autre espace-temps, celui des adieux.

Avril aurait voulu dire tellement de choses. Elle voulait serrer son frère dans ses bras, sentir son odeur de pomme et de pin, plonger son regard dans ses yeux de givre. Elle voulait le prendre par la main et l’emmener voir les kangourous, les forêts tropicales, les aurores boréales et la mer. Ils auraient fait le tour du monde et la lune aurait été le dernier de leur voyage.

Mais l’odeur de pomme et de pin s’était éteinte, les yeux de givre s’étaient fermés et il n’y avait plus de petite main à prendre pour faire le tour du monde. Il était parti tout seul, sans personne pour le rassurer. Si Avril avait dit au père Mathieu qu’elle ne croyait pas en la vie après la mort, il lui semblait maintenant impossible qu’une âme aussi vivante que celle de Ronan se soit simplement éteinte. Elle respira un grand coup, ravalant les larmes qui lui brûlaient la gorge et le cœur.

— Pardon, murmura-t-elle.

Et elle lâcha lentement la lanterne de papier, la regardant s’élever doucement dans les airs. Elle regarda cette petite lumière s’envoler, espérant qu’elle le rassurerait, où qu’il soit. D’autres lumières s’envolèrent. Une, puis deux, puis cinq, puis treize, et tant et tant qu’elle ne pouvait plus les compter. Les étoiles s’étaient lancées dans un somptueux ballet.

— L’univers a été fait pour être vu de tes yeux, Avril Loiseau, ne l’oublie pas.

Tim adressa un clin d’œil à Avril lorsqu’elle le regarda, avant de se tourner vers le ciel. Avril repensa à ce qu’il lui avait dit quelques minutes plus tôt et sourit. Elle aussi l’aimait. Oui, elle en était désormais sûre, elle aimait Tim. Elle ignorait combien de temps cela prendrait, mais elle le lui dirait un jour. Elle approcha sa main de celle du jeune homme et y entrelaça ses doigts. Il la regarda de nouveau, surpris.

Les yeux de Tim, bien qu’aucune larme ne coulât, étaient humides. Mais il souriait. Avril savait que cela aussi prendrait du temps. Sourire. Être heureuse. Mais elle finirait par y arriver. Elle l’espérait, le voulait. Pour y parvenir, elle devait cependant faire ce qu’elle avait promis à Ronan. Elle serra un peu plus la main de Tim à l’idée des mots qui allaient franchir ses lèvres, ceux qu’elle avait retenu pendant si longtemps.

— Je veux partir.

Tim la fixa sans réagir avant de hocher doucement la tête. Ils se tournèrent de nouveau vers le ciel, observant les lumières s’envoler toujours plus haut. Pendant que le village contemplait les petits bouts d’amour qu’ils avaient envoyés à cet enfant qui leur avait tant souri, Avril plongea dans ses souvenirs. Le premier qui lui vint à l’esprit fut celui d’un petit garçon, en t-shirt et caleçon dans le ruisseau, l’eau coulant sur ses petits pieds. Un large sourire illuminait son visage, comme s’il venait de trouver le plus beau galet du monde.

Annotations

Recommandations

Flora Lune
Journal d'une étudiante de septembre à juin.

Nouvelle initialement écrite pour Rêves de Lignes
11
0
0
4
Défi
Tom Men

— Je vous souhaite la bienvenue à tous chez Prophéties et Associés, la plus grande fabrique de légendes de l'Univers !
 L'hôtesse, à la peau bleue comme des saphirs, nous souriait en dardant sur nous des yeux brillants tels des étoiles. J'y étais enfin ! Mon premier jour dans l'entreprise de légendes la plus réputée de toute la Création. C'était surtout ici, cent ans avant qu'elle ne se réalise, que la prophétie de Zadear et la princesse de glace avait été écrite. L'auteur était depuis éternellement connu et adulé : il avait réussi à créer le couple le plus parfait de tous les temps et pacifier la planète la plus habitée par la même occasion, rien que ça !
 On nous fit visiter une partie des locaux, de l'atelier de fabrication de la lumière céleste aux salles de réunion des plus grands prophètes de l'Histoire. Il y avait partout des fontaines d'éther, des micro-nuages stellaires holographiques et des statues des Infinis, des hérauts dont le travail était tout simplement inégalable.
 Un homme se présenta alors devant nous. Il avait des yeux rouges et oranges, sa peau rutilait comme un diamant et sa toge, d'un blanc immaculé, semblait faite de nuage. Il murmura quelques mots à l'oreille de l'hôtesse avant de se tourner vers nous.
— Bonjour à tous. Avant de vous séparer dans nos différentes équipes, nous allons procéder à une évalution de votre potentiel d'inventivité. Suivez mademoiselle Nariel quand elle appelera votre nom, je vous prie.
 Le mien fut le troisième. L'hôtesse me mena à travers quelques couloirs. Le trajet me parut interminable, comme une suite de portes, toutes fermées, qui vous oblige à poursuivre votre route sans pour autant voir la destination. Nariel me fit entrer dans un bureau. Les murs, recouverts de motifs floraux or et argent, étaient éclairés par un immense globe universel qui flottait au-dessus de son terminal. Près de l'installation, deux personnes étaient assises à une table de verre. La première avait une tête triangulaire recouverte d'écailles chatoyantes, tandis que la seconde ne montrait pas son visage : il était enfoui sous une tonne de longs poils brun-roux. En me voyant entrer, chacun se présenta, l'un après l'autre.
— Susssie, dit le serpent avec une voix rauque de femelle Sarpanta.
— Stoaktitoothrrrork, dit l'homme-serpillère, mais tu peux m'appeler Rork.
— Aely, me présentai-je avant de m'asseoir.
 Nariel déposa un porte-documents sur la table et en sortit un parchemin, qu'elle tendit aux prophètes, puis quitta la pièce. Pendant qu'ils discutaient, je laissai mon regard parcourir le globe. C'était une représentation intégrale de l'Univers mesurant près de trois mètres de diamètre. A l'intérieur, on y découvrait une vingtaine de petits repères lumineux de différentes couleurs, représentant des prophéties en cours.
 Les rouges, tout d'abord, étaient celles qui avaient échoué. C'était peu fréquent, surtout chez Prophéties et Associés, mais il n'était pas impossible que le sujet d'une prédiction meurt avant de la résoudre. C'était la principale cause d'échec. S'ajoutaient à ça le risque de dissipation spatiale, la concurrence, et, malheureusement, la malchance de voir que le héros ne trouve pas son oracle.
 Les vertes, ensuite, étaient celles qui avaient été accomplies. Le globe en comptait douze, un peu partout. Le seul moyen pour une prophétie de se réaliser était d'observer un mode d'emploi très précis : découvrir l'oracle et suivre ses instructions à la lettre. Un seul pas de travers de la part du sujet pouvait tout faire échouer.
 Les jaunes étaient en déplacement : attaché à un rayon de soleil, elles prenaient le trajet le plus rapide vers leur destination. Les bleues quant à elles, étaient en cours de réalisation. Je savais qu'il me suffisait de toucher l'un des points pour faire apparaître un écran présentant les événements, passés ou présents.
 Je remarquai qu'il y avait un espace non représenté sur le globe. Avant que je ne puisse m'y attardé, les prophètes se tournèrent vers moi.
— C'est un très bon projet de fin d'année que vous avez présenté à l'Académie des Jumeaux Devins.
— Merci.
— Papier de l'Arbre Feror, sur la planète Neuvis, encre de lumière vusrinéene à la plume - très belle écriture d'ailleurs.
— Sujet original. La situation sur Grara vous déplaît ?
— Je suis née là-bas. Depuis l'avénement du faux-roi, tout a changé.
— Attention alors, siffla le serpent. Dans une prophétie, vous ne pouvez absolument pas vous impliquer.
— J'ai mis une année graraïque pour l'écrire. Je ne fais plus ce genre d'erreur.
 Ils se regardèrent - si Rork voyait quelque chose. Puis Susssie se leva et contourna le globe. Elle passa près de la zone noire, siffla, puis désigna un endroit à l'autre bout de l'Univers. L'hologramme se transforma pour afficher une unique planète.
— Saolia, pour un premier test, Rork ?
— Pourquoi pas ? Ils sont habitués à recevoir nos prophéties.
— Excusez-moi, mais pourquoi il y a une zone floue sur votre mappe ?
— Ah, la Voie lactée...
 Susssie revint en arrière et zooma sur le néant présent sur son image. Rork plaça sa tête entre ses énormes mains, coudes posés sur la table.
— Nous étions trois dans ce bureau, avant. Le dernier a été remercié il y a quelques siècles.
— Notre partenaire a perdu les pédales pendant nos vacances. Il a littéralement bombardé une planète de prophéties. En moins de deux siècles autochtones, il y a mis près de cinquantes messagers.
— Il a même brisé la première règle du prophète.
— Ne jamais s'adresser directement ou indirectement au sujet, récitai-je.
— Pauvre Dieu, je ne sais même pas ce qu'il est devenu, déplora Rork.
— Depuis deux milles ans, la zone est en quarantaine. Les experts pensent qu'il y en a encore pour un moment.
 La sarpanta replaça l'hologramme sur Saolia, puis revint s'assoir. Elle me tendit un parchemin vierge, Rork me donna une plume d'oiseau-shird à pointe de cristal.
— Voyons comment tu te débrouilles avec le stress. Tu as un an pour écrire et réaliser une prophétie.
— Un an ici ?
— Autochtone, s'esclaffa Rork. On a à peine le temps de prendre notre pause, alors tu devrais te dépêcher !
 Sussie régla alors un sablier puis ils quittèrent la pièce en lançant le "A toute à l'heure !" le plus stressant de toute ma vie.
3
2
8
4
Feerieland
Abigail une adolescente solitaire et un peu bohème vit avec sa mère dans le Nevada et rêve de devenir actrice ou chanteuse. Sa mère n'a surtout pas envie qu'elle ait la même vie qu'elle, enceinte encore adolescente, abandonnée par le père et vivant d'un emploi de serveuse sans interêt.
7
4
14
23

Vous aimez lire Croque Morts ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0