Chapitre 31

6 minutes de lecture

Avril traversa le couloir en évitant de faire craquer les lattes et murmura à Ronan qui se réveillait dans ses bras de ne pas faire de bruit. Bien qu’encore endormi, le petit garçon sembla comprendre le message. Des pas résonnèrent sur le carrelage de la cuisine, se rapprochant de plus en plus. Apercevant le lourd rideau opaque sur le palier, Avril décida de se cacher derrière. Elle se colla dans un coin, derrière le fauteuil, espérant passer inaperçue.

Les marches de l’escalier grincèrent, Il montait. Avril retint sa respiration et suivit Sa progression aux bruits qu’Il faisait. Les tapis du couloir étouffèrent Ses pas, les portes grincèrent lorsqu’Il les ouvrit. Elle compta. Une porte. Deux portes. Trois portes. Quatre portes. Voilà, la maison était vide, Il pouvait partir. Elle pria pour qu’Il parte.

Il repassa dans chaque pièce, renversa les meubles, vida les sacs. Alors qu’Il repassait pour la troisième fois dans la chambre d’Avril, Il se figea. Au même moment, la jeune fille se souvint du téléphone oublié sur le lit.

— Je sais que vous êtes là, murmura-t-Il.

Il sortit dans le couloir, observa chaque recoin, chaque mur, chaque morceau du plafond. C’est là qu’Il vit la trappe. Avril L’entendit faire descendre l’échelle avant de monter lentement dans le grenier.

— J’arrive.

Alors que le plafond craquait au-dessus de sa tête, Avril saisit l’opportunité qui se présentait. Elle écarta le rideau, dévala l’escalier à toute vitesse et sortit par la porte d’entrée, ignorant Bidouille qui grognait depuis la cuisine.

Elle courut pour se mettre à couvert, sous les arbres. Une fois parvenue à la lisière de la forêt, elle ne s’arrêta pas et poursuivit sa course, pieds nus, en pyjama, son petit frère dans les bras. Envahie par la peur, elle n’osa pas se retourner, n’osa pas ralentir. Elle écrasa des brindilles, glissa sur le sol boueux, écarta les branches qui lui barraient le passage, laissa les ronces lui griffer les jambes.

Dans l’obscurité, Avril distinguait à peine les arbres, les évitant au dernier moment. Elle suivait son instinct et continuait de courir. Elle crut entendre du bruit derrière elle et se força à accélérer malgré son corps qui lui criait de s’arrêter. Les quelques plaques de neige restantes lui glacèrent tant les pieds qu’elle finit par ne plus les sentir. Elle devinait les battements du cœur de Ronan qui s’accéléraient à mesure que la peur le gagnait. Elle le lui avait promis, Il ne le toucherait pas. Jamais.

Essoufflée, gelée, la gorge brûlante et les bras douloureux, Avril ne s’arrêta pas. Elle se passait en boucle sa promesse et continuait d’avancer, bien que les formes qui l’entouraient devinrent de plus en plus floues. Elle avançait maintenant à l’aveuglette. Son pied droit se coinça dans une racine, manquant la faire tomber. Chaque pas lui faisait désormais horriblement mal, la ralentissant. Elle suivit le bruit du ruisseau et lorsque ses pieds touchèrent les galets, elle s’arrêta pour poser Ronan.

— J’ai froid, souffla le petit garçon entre deux claquements de dents.

— Je sais. Moi aussi. Mais j’en peux plus. Je me suis tordue la cheville.

— Avril…

— Ça va aller, on va marcher tranquillement jusqu’au village, ça va nous réchauffer.

— Avril…

— On dormira chez le père Mathieu. J’appellerai le groupe là-bas.

— Avril…

— Merde, je connais pas le numéro. Tant pis, on ira à la gendarmerie, ils trouveront bien un moyen de les prévenir.

— Avril…

— Mais ça va aller, on va s’en sortir.

— Avril ! s’exclama Ronan, agacé.

— Quoi, qu’est-ce qu’il y a ?

Ce n’est que lorsqu’elle cessa de parler qu’Avril entendit les bruits environnants. Des brindilles qui craquaient. Des branches qu’on écartait. Si seulement elle avait écouté plus attentivement, si seulement elle n’avait pas parlé aussi fort. Il les avait entendus, elle L’avait guidé jusqu’à eux.

Un buisson bougea, une silhouette se faufila, et Il était là, près d’eux, essoufflé. Avril n’entendait plus le bruit du ruisseau, la forêt retenait son souffle.

— Vous rentrez, ordonna-t-Il entre deux halètements.

— Non, répondit Ronan en repensant à sa sœur qui Lui avait tenu tête quelques jours plus tôt.

— Discutez pas !

Avril sursauta, des oiseaux s’envolèrent.

— Non, on ne rentre pas, affirma-t-elle.

— Toi, comment t’as pu aller raconter des conneries pareilles aux flics ?! Tu sais ce qu’on raconte maintenant au village ? Tu vas me le payer, en commençant par retirer cette plainte à la con !

— Non. J’ai dit la vérité.

— La vérité, c’est que tu adores ça, tu en veux toujours plus. Quoi, tu crois que c’est pour mon plaisir que je te baise ? Mais ça ne m’apporte rien, tout ça je le fait pour toi.

Avril sentit son dîner lui remonter dans la gorge.

— Et toi Ronan, tu es mon fils, ta place est auprès de ton papa. Tu veux le récupérer ?

Il brandit alors une peluche en forme de singe de derrière Son dos, récupérée dans la maison lors de Sa fouille.

— Neil ! s’écria le petit garçon.

— Ronan, non ! cria Avril.

Mais pour un enfant de cinq ans, serrer un doudou contre son cœur, c’est comme s’assurer que tout ira bien. Quand on se rend compte qu’on l’a perdu, le monde s’arrête. Les petits pieds de Ronan avancèrent sur les galets qui parsemaient les rives du ruisseau. Avril tenta de le rattraper, mais Il fut plus rapide. Sentant la main de son père se refermer sur son bras, Ronan cria. Il cria, cria aussi fort qu’il le put.

La plupart des enfants ont peur des monstres qui se cachent sous les lits ou dans les placards. Ils ont peur des monstres qui n’existent pas mais que leur imagination leur montre. Ronan avait peur d’un monstre qui ne se cachait pas, qui vivait sous son toit, de l’autre côté du mur ou de la table. Et ce monstre venait de l’attraper, c’était fini, il avait perdu.

— Arrête de crier ! s’énerva-t-Il, serrant toujours le bras du petit garçon, bien trop petit pour une si grosse main. Tu rentres avec papa.

— T’es pas mon papa ! T’es pas mon papa t’es pas mon papa t’es pas mon papa…

Avril vit la colère sur le visage de son beau-père. Elle vit la main qui serrait si fort ce petit bras le lâcher. Elle vit cette main se lever dans les airs avant de s’abattre sur la joue de Ronan et résonner comme un claquement sec. Elle avança, tendit les bras, mais ne fut pas assez rapide.

Ronan tomba par terre.

Sa tête heurta les galets qui parsemaient le bord du ruisseau.

Un craquement résonna dans la nuit, déchirant et monstrueux.

Des oiseaux s’envolèrent.

Le silence retomba.

Avril ne percevait toujours pas le bruit du ruisseau. Elle n’entendait plus rien, ne voyait plus rien d’autre que ce petit corps allongé par terre. Ce petit corps qui ne bougeait pas. Elle s’accroupit tout doucement, avança à quatre pattes, s’approcha lentement, effrayée. Elle n’avait jamais eu aussi peur. Ces quelques secondes interminables étaient empreintes d’incompréhension et de frayeur.

Elle était désormais à ses côtés, elle pouvait le toucher, l’observer, l’écouter. Elle se pencha plus près de son visage, chercha. Mais ne trouva pas. Elle regarda son ventre, chercha. Mais ne trouva pas. Elle colla son oreille à son torse, chercha. Mais ne trouva pas. Elle le toucha de ses doigts délicats. Ses joues, son nez, ses mains, ses jambes, ses pieds, ses épaules, elle toucha, chercha. Mais ne trouva pas.

Son souffle s’accéléra, comme si elle respirait pour deux. Elle le prit dans ses bras et continua de chercher. Un souffle, un battement de cœur, un pouls. Tout. Rien. N’importe quoi. Un signe de vie.

Elle regarda ses yeux. Ses yeux de givre. Mais elle ne vit rien. Uniquement le reflet du ciel étoilé. La joie qui les rendait si vivants avait disparue. Alors, son cœur effrayé qui battait si vite jusqu’à présent se déchira. Puis, c’est son corps tout entier qui se fendit en deux. En trois. En cent. En mille et mille morceaux.

— Mais qu’est-ce que t’as fait ? murmura-t-elle. Qu’est-ce t’as fait ? QU’EST-CE QUE T’AS FAIT ?!

Elle leva la tête mais Il était parti. Elle était seule. Terriblement, horriblement, monstrueusement et douloureusement seule, au milieu de la forêt, en pleine nuit, le corps de son petit frère dans les bras.

— Je t’aime Ronan, dit-elle tout bas, espérant qu’il poursuive leur petite chanson. Je t’aime je t’aime je t’aime je t’aime je t’aime…

Mais Ronan ne répondit pas. Dans le ciel, la lune avait disparu. Elle s’était éteinte en même temps que son petit cœur.

Annotations

Recommandations

Flora Lune
Journal d'une étudiante de septembre à juin.

Nouvelle initialement écrite pour Rêves de Lignes
11
0
0
4
Défi
Tom Men

— Je vous souhaite la bienvenue à tous chez Prophéties et Associés, la plus grande fabrique de légendes de l'Univers !
 L'hôtesse, à la peau bleue comme des saphirs, nous souriait en dardant sur nous des yeux brillants tels des étoiles. J'y étais enfin ! Mon premier jour dans l'entreprise de légendes la plus réputée de toute la Création. C'était surtout ici, cent ans avant qu'elle ne se réalise, que la prophétie de Zadear et la princesse de glace avait été écrite. L'auteur était depuis éternellement connu et adulé : il avait réussi à créer le couple le plus parfait de tous les temps et pacifier la planète la plus habitée par la même occasion, rien que ça !
 On nous fit visiter une partie des locaux, de l'atelier de fabrication de la lumière céleste aux salles de réunion des plus grands prophètes de l'Histoire. Il y avait partout des fontaines d'éther, des micro-nuages stellaires holographiques et des statues des Infinis, des hérauts dont le travail était tout simplement inégalable.
 Un homme se présenta alors devant nous. Il avait des yeux rouges et oranges, sa peau rutilait comme un diamant et sa toge, d'un blanc immaculé, semblait faite de nuage. Il murmura quelques mots à l'oreille de l'hôtesse avant de se tourner vers nous.
— Bonjour à tous. Avant de vous séparer dans nos différentes équipes, nous allons procéder à une évalution de votre potentiel d'inventivité. Suivez mademoiselle Nariel quand elle appelera votre nom, je vous prie.
 Le mien fut le troisième. L'hôtesse me mena à travers quelques couloirs. Le trajet me parut interminable, comme une suite de portes, toutes fermées, qui vous oblige à poursuivre votre route sans pour autant voir la destination. Nariel me fit entrer dans un bureau. Les murs, recouverts de motifs floraux or et argent, étaient éclairés par un immense globe universel qui flottait au-dessus de son terminal. Près de l'installation, deux personnes étaient assises à une table de verre. La première avait une tête triangulaire recouverte d'écailles chatoyantes, tandis que la seconde ne montrait pas son visage : il était enfoui sous une tonne de longs poils brun-roux. En me voyant entrer, chacun se présenta, l'un après l'autre.
— Susssie, dit le serpent avec une voix rauque de femelle Sarpanta.
— Stoaktitoothrrrork, dit l'homme-serpillère, mais tu peux m'appeler Rork.
— Aely, me présentai-je avant de m'asseoir.
 Nariel déposa un porte-documents sur la table et en sortit un parchemin, qu'elle tendit aux prophètes, puis quitta la pièce. Pendant qu'ils discutaient, je laissai mon regard parcourir le globe. C'était une représentation intégrale de l'Univers mesurant près de trois mètres de diamètre. A l'intérieur, on y découvrait une vingtaine de petits repères lumineux de différentes couleurs, représentant des prophéties en cours.
 Les rouges, tout d'abord, étaient celles qui avaient échoué. C'était peu fréquent, surtout chez Prophéties et Associés, mais il n'était pas impossible que le sujet d'une prédiction meurt avant de la résoudre. C'était la principale cause d'échec. S'ajoutaient à ça le risque de dissipation spatiale, la concurrence, et, malheureusement, la malchance de voir que le héros ne trouve pas son oracle.
 Les vertes, ensuite, étaient celles qui avaient été accomplies. Le globe en comptait douze, un peu partout. Le seul moyen pour une prophétie de se réaliser était d'observer un mode d'emploi très précis : découvrir l'oracle et suivre ses instructions à la lettre. Un seul pas de travers de la part du sujet pouvait tout faire échouer.
 Les jaunes étaient en déplacement : attaché à un rayon de soleil, elles prenaient le trajet le plus rapide vers leur destination. Les bleues quant à elles, étaient en cours de réalisation. Je savais qu'il me suffisait de toucher l'un des points pour faire apparaître un écran présentant les événements, passés ou présents.
 Je remarquai qu'il y avait un espace non représenté sur le globe. Avant que je ne puisse m'y attardé, les prophètes se tournèrent vers moi.
— C'est un très bon projet de fin d'année que vous avez présenté à l'Académie des Jumeaux Devins.
— Merci.
— Papier de l'Arbre Feror, sur la planète Neuvis, encre de lumière vusrinéene à la plume - très belle écriture d'ailleurs.
— Sujet original. La situation sur Grara vous déplaît ?
— Je suis née là-bas. Depuis l'avénement du faux-roi, tout a changé.
— Attention alors, siffla le serpent. Dans une prophétie, vous ne pouvez absolument pas vous impliquer.
— J'ai mis une année graraïque pour l'écrire. Je ne fais plus ce genre d'erreur.
 Ils se regardèrent - si Rork voyait quelque chose. Puis Susssie se leva et contourna le globe. Elle passa près de la zone noire, siffla, puis désigna un endroit à l'autre bout de l'Univers. L'hologramme se transforma pour afficher une unique planète.
— Saolia, pour un premier test, Rork ?
— Pourquoi pas ? Ils sont habitués à recevoir nos prophéties.
— Excusez-moi, mais pourquoi il y a une zone floue sur votre mappe ?
— Ah, la Voie lactée...
 Susssie revint en arrière et zooma sur le néant présent sur son image. Rork plaça sa tête entre ses énormes mains, coudes posés sur la table.
— Nous étions trois dans ce bureau, avant. Le dernier a été remercié il y a quelques siècles.
— Notre partenaire a perdu les pédales pendant nos vacances. Il a littéralement bombardé une planète de prophéties. En moins de deux siècles autochtones, il y a mis près de cinquantes messagers.
— Il a même brisé la première règle du prophète.
— Ne jamais s'adresser directement ou indirectement au sujet, récitai-je.
— Pauvre Dieu, je ne sais même pas ce qu'il est devenu, déplora Rork.
— Depuis deux milles ans, la zone est en quarantaine. Les experts pensent qu'il y en a encore pour un moment.
 La sarpanta replaça l'hologramme sur Saolia, puis revint s'assoir. Elle me tendit un parchemin vierge, Rork me donna une plume d'oiseau-shird à pointe de cristal.
— Voyons comment tu te débrouilles avec le stress. Tu as un an pour écrire et réaliser une prophétie.
— Un an ici ?
— Autochtone, s'esclaffa Rork. On a à peine le temps de prendre notre pause, alors tu devrais te dépêcher !
 Sussie régla alors un sablier puis ils quittèrent la pièce en lançant le "A toute à l'heure !" le plus stressant de toute ma vie.
3
2
8
4
Feerieland
Abigail une adolescente solitaire et un peu bohème vit avec sa mère dans le Nevada et rêve de devenir actrice ou chanteuse. Sa mère n'a surtout pas envie qu'elle ait la même vie qu'elle, enceinte encore adolescente, abandonnée par le père et vivant d'un emploi de serveuse sans interêt.
7
4
14
23

Vous aimez lire Croque Morts ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0