Chapitre 22

6 minutes de lecture

Avril découvrit deux yeux de givre qui la fixaient lorsqu’elle se réveilla. Elle mit du temps avant de se rappeler les évènements de la veille et l’endroit où elle se trouvait.

— T’es réveillée, là ? demanda Ronan.

— Je crois, répondit-elle en l’enlaçant. Fais-moi un câlin.

— J’ai vu un écureuil pendant que tu dormais, déclara Ronan en se lovant contre sa sœur. On voit tout ici !

Avril se tourna vers la fenêtre qui occupait une partie du mur, à sa gauche. La pluie avait cessée et mais le ciel était parsemé de nuages. Les gouttes d’eau s’accrochaient aux branches des arbres, luttant contre la gravité. Dans la pièce, les affaires de Tim étaient éparpillées par terre.

— Avril ? Qu’est-ce qu’on fait là ?

— Je me suis dit qu’on serait mieux ici, non ? Pour quelque temps en tout cas.

— Ça veut dire qu’on rentre plus à la maison ? s’enthousiasma le petit garçon.

— Pas tout de suite.

En fait, Avril n’avait aucune idée de ce qui allait se passer. Maintenant que l’adrénaline était retombée, elle se demandait ce qui avait bien pu lui passer par la tête. Son beau-père devait déjà avoir appelé la police et s’Il les retrouvait, Il ne les accueillerait certainement pas à bras ouverts. D’un autre côté, elle se sentait bien ici. Et Ronan avait l’air content. Ils en profiteraient le temps du week-end et aviseraient après.

— Avril ?

— Quoi ?

— J’ai faim.

— Viens, on va petit-déjeuner, annonça-t-elle en souriant.

Ils descendirent dans la cuisine après s’être habillé. Leurs amis étaient déjà attablés et les accueillirent de bonjours endormis. Pendant qu’ils mangeaient en silence, Avril et Tim échangeaient des regards, se remémorant la soirée de la veille avant qu’elle ne tourne mal. Une fois la table débarrassée, Tim monta récupérer ses affaires dans sa chambre pendant qu’Etienne sortit promener le chien. Hippolyte monta avec Ronan afin de lui montrer le grenier.

— Il y a de la pommade dans le placard de la salle de bain si tu veux, déclara Raphaëlle la tête dans le lave-vaisselle. Et de l’aspirine aussi.

— Merci, murmura Avril.

Elle monta les escaliers et se déshabilla dans la salle de bain. Son œil et sa lèvre avaient dégonflés mais la douleur persistait. Ses jambes étaient couvertes de bleus et un large hématome s’étendait sur ses côtes. Elle attrapa le tube de pommade et en appliqua sur chacune de ses marques.

Dans son dos, une ecchymose s’étalait sur son omoplate droite et un cercle noir recouvrait le bas de son dos. Elle tenta d’y appliquer de la pommade, mais il lui fallait placer son bras dans une position inconfortable et douloureuse pour atteindre ces blessures.

— Tu as besoin de quelque chose ? demanda Raphaëlle de l’autre côté de la porte.

— Non, merci.

Les pas de Raphaëlle s’éloignèrent avant de s’arrêter lorsqu’Avril la rappela.

— Attends ! J’arrive pas à… Je veux dire… Tu veux bien m’aider ?

— Je peux entrer ?

— Attends, répondit Avril en enfilant rapidement son pantalon. C’est bon.

Raphaëlle pénétra dans la pièce et se retrouva devant son amie, en soutien-gorge et pantalon, les bras croisés sur sa poitrine, tentant de cacher le plus de bouts de peau amochée possible.

— J’arrive pas à mettre de la pommade dans mon dos, murmura Avril, gênée.

Raphaëlle lui prit délicatement le tube des mains et s’assit sur la baignoire, derrière Avril. Elle posa ses mains sur son dos et sentit les muscles de la jeune fille se crisper à son contact. Elle attendit qu’elle se détende avant d’étaler la crème, caressant doucement la peau meurtrie, lui rappelant la saveur de la douceur après la haine, comme le soleil qui réchauffe le cœur après la tempête.

— C’est bien que tu sois partie.

— Je sais pas, soupira Avril. Je ne suis plus sûre que ce soit une bonne idée.

— C’est normal que tu doutes, la rassura Raphaëlle. Dans ces moments-là, tu dois te rappeler ce qui t’a poussée à prendre cette décision.

Avril réfléchit en silence pendant que Raphaëlle fermait le tube de pommade pour le ranger dans le placard. Elle en sortit une boîte de comprimés et en prit un qu’elle tendit à Avril.

— Pour Ronan. Je ne pouvais plus rester. C’était trop dangereux.

Raphaëlle leva la tête et regarda son amie dans les yeux. Une pointe de fierté brillait dans ses pupilles en entendant ces mots.

— J’ai cru le protéger pendant cinq ans. Mais c’était le contraire. Je le mettais en danger. Je veux pas finir comme ma mère.

— Ça n’arrivera pas.

Elles restèrent immobiles, se dévisageant en silence, reliées par un petit comprimé blanc. Elles souriaient alors qu’elles s’installaient un peu plus confortablement dans le cœur de l’autre.

— C’est de l’aspirine, ça fera passer la douleur.

Avril avala le comprimé et remit son pull avant de suivre son amie dans le couloir. Elles croisèrent Hippolyte qui aidait Ronan à descendre l’échelle du grenier.

— On a retrouvé un vieux Pictionary dans le grenier, annonça le jeune homme.

— C’est vrai ? On y jouait tout le temps avec mes grands-parents et Etienne.

— Tous au salon, c’est l’heure de jouer !

Tim les rejoignit au rez-de-chaussée en même temps qu’Etienne qui rentrait avec Bidouille. Ils passèrent la matinée à dessiner diverses expressions, riant devant les esquisses inachevées. L’équipe d’Avril, Hippolyte et Tim l’emporta haut la main et Hippolyte passa le déjeuner à taquiner sa copine.

— Avril, t’as pris Le Petit Prince ? demanda Ronan au dessert.

Elle avoua l’avoir laissé sur la table de chevet, oublié dans la précipitation.

— Je peux te prêter le mien si tu veux, proposa Etienne au petit garçon.

— C’est vrai ? Tu l’as ?

— Oui. C’est mon grand-père qui me l’avait offert, mais je l’ai toujours laissé ici. Il est dans la bibliothèque du grenier je crois.

— Merci !

Avril sourit, réjouie de voir la carapace d’Etienne s’effriter petit à petit. Ronan s’installa sur le canapé après le repas et demanda à Etienne de lui lire l’histoire. Avril s’adossa au mur du couloir et écouta la douce voix du jeune homme parler d’astéroïdes, de roses et de moutons.

« Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde… »

Au-dehors, la pluie se remit à tomber mais personne ne sembla y prêter attention dans la maison. Le monde extérieur ne leur était d’aucune importance, l’air qu’ils respiraient était chargé de gaieté et d’apaisement.

À la tombée de la nuit, une fois Ronan couché, ils branchèrent la télévision et se pelotonnèrent sur le canapé. Raphaëlle glissa une vieille cassette dans le lecteur et deux lettres violettes s’affichèrent à l’écran, sur fond de musique spatiale.

— Allez, c’est reparti pour un tour ! s’exclama Tim, faussement agacé.

— Il faut qu’Avril le voie, répliqua Raphaëlle. Rien ne t’oblige à rester.

— Mais tu auras tout le temps de lui montrer ! Elle ne part pas demain, peut-être jamais d’ailleurs.

Etienne s’enfonça un peu plus contre le dossier, le visage fermé.

— J’arrive pas à croire que cette cassette marche encore, s’extasia Hippolyte.

— Heureusement, j’ai oublié le DVD.

— Je reviens, j’ai un coup de fil à passer, déclara Etienne en sortant de la pièce.

— E.T. téléphone, maison, lança Hippolyte en s’esclaffant.

Avril passa la soirée dans les années 80 en présence d’un petit extra-terrestre et d’acteurs à la bouille enfantine. Elle en vint même à oublier qu’elle s’était enfuie et qu’elle n’avait plus de foyer. En fait, elle avait plutôt l’impression d’en avoir enfin trouvé un.

Annotations

Recommandations

Flora Lune
Journal d'une étudiante de septembre à juin.

Nouvelle initialement écrite pour Rêves de Lignes
11
0
0
4
Défi
Tom Men

— Je vous souhaite la bienvenue à tous chez Prophéties et Associés, la plus grande fabrique de légendes de l'Univers !
 L'hôtesse, à la peau bleue comme des saphirs, nous souriait en dardant sur nous des yeux brillants tels des étoiles. J'y étais enfin ! Mon premier jour dans l'entreprise de légendes la plus réputée de toute la Création. C'était surtout ici, cent ans avant qu'elle ne se réalise, que la prophétie de Zadear et la princesse de glace avait été écrite. L'auteur était depuis éternellement connu et adulé : il avait réussi à créer le couple le plus parfait de tous les temps et pacifier la planète la plus habitée par la même occasion, rien que ça !
 On nous fit visiter une partie des locaux, de l'atelier de fabrication de la lumière céleste aux salles de réunion des plus grands prophètes de l'Histoire. Il y avait partout des fontaines d'éther, des micro-nuages stellaires holographiques et des statues des Infinis, des hérauts dont le travail était tout simplement inégalable.
 Un homme se présenta alors devant nous. Il avait des yeux rouges et oranges, sa peau rutilait comme un diamant et sa toge, d'un blanc immaculé, semblait faite de nuage. Il murmura quelques mots à l'oreille de l'hôtesse avant de se tourner vers nous.
— Bonjour à tous. Avant de vous séparer dans nos différentes équipes, nous allons procéder à une évalution de votre potentiel d'inventivité. Suivez mademoiselle Nariel quand elle appelera votre nom, je vous prie.
 Le mien fut le troisième. L'hôtesse me mena à travers quelques couloirs. Le trajet me parut interminable, comme une suite de portes, toutes fermées, qui vous oblige à poursuivre votre route sans pour autant voir la destination. Nariel me fit entrer dans un bureau. Les murs, recouverts de motifs floraux or et argent, étaient éclairés par un immense globe universel qui flottait au-dessus de son terminal. Près de l'installation, deux personnes étaient assises à une table de verre. La première avait une tête triangulaire recouverte d'écailles chatoyantes, tandis que la seconde ne montrait pas son visage : il était enfoui sous une tonne de longs poils brun-roux. En me voyant entrer, chacun se présenta, l'un après l'autre.
— Susssie, dit le serpent avec une voix rauque de femelle Sarpanta.
— Stoaktitoothrrrork, dit l'homme-serpillère, mais tu peux m'appeler Rork.
— Aely, me présentai-je avant de m'asseoir.
 Nariel déposa un porte-documents sur la table et en sortit un parchemin, qu'elle tendit aux prophètes, puis quitta la pièce. Pendant qu'ils discutaient, je laissai mon regard parcourir le globe. C'était une représentation intégrale de l'Univers mesurant près de trois mètres de diamètre. A l'intérieur, on y découvrait une vingtaine de petits repères lumineux de différentes couleurs, représentant des prophéties en cours.
 Les rouges, tout d'abord, étaient celles qui avaient échoué. C'était peu fréquent, surtout chez Prophéties et Associés, mais il n'était pas impossible que le sujet d'une prédiction meurt avant de la résoudre. C'était la principale cause d'échec. S'ajoutaient à ça le risque de dissipation spatiale, la concurrence, et, malheureusement, la malchance de voir que le héros ne trouve pas son oracle.
 Les vertes, ensuite, étaient celles qui avaient été accomplies. Le globe en comptait douze, un peu partout. Le seul moyen pour une prophétie de se réaliser était d'observer un mode d'emploi très précis : découvrir l'oracle et suivre ses instructions à la lettre. Un seul pas de travers de la part du sujet pouvait tout faire échouer.
 Les jaunes étaient en déplacement : attaché à un rayon de soleil, elles prenaient le trajet le plus rapide vers leur destination. Les bleues quant à elles, étaient en cours de réalisation. Je savais qu'il me suffisait de toucher l'un des points pour faire apparaître un écran présentant les événements, passés ou présents.
 Je remarquai qu'il y avait un espace non représenté sur le globe. Avant que je ne puisse m'y attardé, les prophètes se tournèrent vers moi.
— C'est un très bon projet de fin d'année que vous avez présenté à l'Académie des Jumeaux Devins.
— Merci.
— Papier de l'Arbre Feror, sur la planète Neuvis, encre de lumière vusrinéene à la plume - très belle écriture d'ailleurs.
— Sujet original. La situation sur Grara vous déplaît ?
— Je suis née là-bas. Depuis l'avénement du faux-roi, tout a changé.
— Attention alors, siffla le serpent. Dans une prophétie, vous ne pouvez absolument pas vous impliquer.
— J'ai mis une année graraïque pour l'écrire. Je ne fais plus ce genre d'erreur.
 Ils se regardèrent - si Rork voyait quelque chose. Puis Susssie se leva et contourna le globe. Elle passa près de la zone noire, siffla, puis désigna un endroit à l'autre bout de l'Univers. L'hologramme se transforma pour afficher une unique planète.
— Saolia, pour un premier test, Rork ?
— Pourquoi pas ? Ils sont habitués à recevoir nos prophéties.
— Excusez-moi, mais pourquoi il y a une zone floue sur votre mappe ?
— Ah, la Voie lactée...
 Susssie revint en arrière et zooma sur le néant présent sur son image. Rork plaça sa tête entre ses énormes mains, coudes posés sur la table.
— Nous étions trois dans ce bureau, avant. Le dernier a été remercié il y a quelques siècles.
— Notre partenaire a perdu les pédales pendant nos vacances. Il a littéralement bombardé une planète de prophéties. En moins de deux siècles autochtones, il y a mis près de cinquantes messagers.
— Il a même brisé la première règle du prophète.
— Ne jamais s'adresser directement ou indirectement au sujet, récitai-je.
— Pauvre Dieu, je ne sais même pas ce qu'il est devenu, déplora Rork.
— Depuis deux milles ans, la zone est en quarantaine. Les experts pensent qu'il y en a encore pour un moment.
 La sarpanta replaça l'hologramme sur Saolia, puis revint s'assoir. Elle me tendit un parchemin vierge, Rork me donna une plume d'oiseau-shird à pointe de cristal.
— Voyons comment tu te débrouilles avec le stress. Tu as un an pour écrire et réaliser une prophétie.
— Un an ici ?
— Autochtone, s'esclaffa Rork. On a à peine le temps de prendre notre pause, alors tu devrais te dépêcher !
 Sussie régla alors un sablier puis ils quittèrent la pièce en lançant le "A toute à l'heure !" le plus stressant de toute ma vie.
3
2
8
4
Feerieland
Abigail une adolescente solitaire et un peu bohème vit avec sa mère dans le Nevada et rêve de devenir actrice ou chanteuse. Sa mère n'a surtout pas envie qu'elle ait la même vie qu'elle, enceinte encore adolescente, abandonnée par le père et vivant d'un emploi de serveuse sans interêt.
7
4
14
23

Vous aimez lire Croque Morts ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0