Chapitre 19

9 minutes de lecture

Emmitouflée dans son blouson, Avril pédalait contre le vent en direction de la maison aux lanternes, Ronan collé contre son dos afin de se protéger du froid. La nuit commençait à tomber et de gros nuages sombres obscurcissaient le ciel. Loin derrière eux, le clocher de l’église sonna sept coups étouffés par la distance et les arbres.

Avril avait passé le reste de l’après-midi à se demander comment obtenir l’autorisation pour sortir le soir avec Ronan à son beau-père. Finalement, Il était rentré éméché, une femme à Son bras. Ils s’étaient faufilés dans la chambre parentale sans lui prêter attention et Avril en avait profité pour s’éclipser en douce avec Ronan. Elle priait encore pour qu’Il ne remarque rien, auquel cas son corps subirait une nouvelle vague de violence, déjà qu’elle peinait à garder le rythme sans grimacer.

Tandis que les bourrasques de vent se renforçaient, Avril aperçut de la lumière entre les arbres. Elle tourna à droite et s’engagea sur le sentier menant à la maison, soulagée d’arriver à destination. Elle descendit péniblement du vélo avant de l’attacher à la rambarde du perron, prit la main de Ronan et grimpa les marches.

— On vous attendait ! s’écria Raphaëlle en s’écartant pour les laisser entrer.

— Bonsoir ! Garde ton blouson bonhomme, déclara Hippolyte à l’attention de Ronan. On repart tout de suite.

— On va où ? questionna le petit garçon.

— Que dirais-tu d’un bon hamburger et d’une bonne séance de cinéma ?

— Oh oui !

— Je n’ai pas de quoi payer, murmura Avril, gênée.

— Toi tu restes ici avec moi, ils s’occupent de tout.

Regardant derrière Hippolyte, Avril aperçu Tim, appuyé contre le mur du couloir. Elle s’apprêtait à protester mais le sourire qu’il affichait l’en dissuada et elle regarda le reste du groupe enfiler leurs blousons sans rien dire, serrant toujours la main de Ronan. Etienne sortit le premier afin de démarrer le camion.

— Toi, tu viens avec moi, dit Raphaëlle en prenant Ronan dans ses bras. Dis, ton adresse c’est derrière le magasin de bricolage, c’est bien ce que tu nous avais dit ? ajouta-elle à l’attention d’Avril. On déposera ton frère directement là-bas au retour. Vers vingt-deux heures trente, ça va ?

Elle sortit à son tour, sans attendre de réponse, accompagnée d’Hippolyte qui referma la porte derrière eux. Le silence emplit l’espace avec une rapidité déconcertante et Avril réalisa qu’ils n’avaient absolument pas semblés surpris par ses blessures. Tim avait dû les prévenir afin d’éviter les regards gênants.

— Bon, tu comptes garder ton blouson toute la soirée ? demanda-t-il, amusé.

— Hein ? Non. Non, bien sûr, répondit-elle.

— Donne-moi ça.

Il s’avança et l’aida à l’enlever avant de l’accrocher au porte-manteau. Il se retourna et regarda Avril, cette lueur d’amusement toujours inscrite dans ses yeux.

— T’as pas besoin de ça, ajouta-il en abaissant la capuche de la jeune fille, dégageant son visage. Va falloir que tu détendes. Ton frère est en sécurité et tu n’as aucune raison d’avoir peur ici. Viens, suis-moi.

Avril respira profondément et monta l’escalier à la suite du jeune homme. Bidouille les observa depuis le salon avant de se rallonger dans son panier. À l’étage, une échelle menait à une trappe dans le plafond du couloir qu’Avril n’avait jamais aperçue lors de ses précédentes visites.

— Les dames d’abord, dit-il en l’invitant à monter.

Avril découvrit un grenier aménagé, une petite bulle de quiétude au sein de cette maison d’ores et déjà apaisante. Le sol en bois était parsemé de tapis et de coussins, des étagères croulant sous le poids des livres épousaient la forme du toit et des guirlandes dispersées çà et là diffusaient une chaude lumière. Une lucarne laissait voir la tempête qui se levait au-dehors. Les branches des arbres étaient secouées dans tous les sens et la pluie commençait à tomber. Soulagée d’être à l’abri, Avril évita de penser au moment où il lui faudrait rentrer en vélo. Tim s’engouffra à son tour et prit la main d’Avril pour la guider jusqu’à la lucarne où une petite table était dressée.

— Je reviens tout de suite, déclara-t-il après qu’elle se soit assise.

Se laissant aller dans le coussin, Avril observa la pièce plus en détail. Les livres étaient anciens, abîmés, et semblaient ne pas avoir bougé depuis des siècles. Des bougies entamées étaient disposées aux côtés d’objets étranges comme une vieille paire de lunettes ou un oiseau empaillé.

Avril se leva pour s’approcher de l’une des bibliothèques et y prit le cadre qui avait attiré son attention. Les couleurs de la photo étaient quelque peu effacées, mais elle reconnut les deux enfants qui se tenaient la main. Raphaëlle et Etienne ne devaient pas avoir plus de cinq ans. Le garçon affichait un sourire qu’elle n’avait jamais vu sur le visage du jeune homme d’aujourd’hui. Derrière eux se tenaient deux personnes âgées qui devaient être leurs grands-parents. À l’arrière-plan, des ampoules enfermées dans des bouteilles tombaient des arbres.

— Ils étaient mignons, hein ? remarqua Tim en remontant dans le grenier. Dommage que ça se soit gâté avec le temps.

Avril sourit en reposant la photo à sa place, prêt d’une matriochka en bois.

— Etienne avait l’air heureux, remarqua-t-elle.

— Oui. C’est vrai qu’il sourit moins. Ça date des problèmes de santé de Raphaëlle je crois. Ça l’a beaucoup marqué. Depuis il s’efforce de veiller sur nous et fais difficilement confiance aux autres. Je crois qu’il a peur que quelqu’un vienne briser l’équilibre qu’il a réussi à créer.

Avril rejoignit Tim pour se rasseoir et découvrit deux assiettes remplies de lasagnes fumantes.

— C’est toi qui as fait ça ? demanda-t-elle.

— Non, c’est Raphaëlle. J’ai pas assez de patience pour faire la cuisine.

Ils mangèrent en silence, accompagnés par le bruit du vent qui s’amplifiait à mesure que le temps passait. Une fois repus et l’assiette vidée, ils restèrent avachis dans leurs coussins.

— Depuis quand tu fais piano ? demanda Tim.

— J’avais cinq ans quand j’ai commencé. C’est Valentine, la sœur du père Mathieu, qui m’a appris. Quand on a emménagé ici, ma mère n’avait pas de travail et le père Mathieu lui avait proposé de faire le ménage à l’église en échange d’une faible rémunération, tout juste suffisante pour payer les courses. À chaque fois, je l’accompagnais. Elle venait me chercher à l’école et on allait à l’église. Pendant qu’elle nettoyait, je m’asseyais sur un banc et j’écoutais Valentine jouer du piano. Et puis un jour, elle m’a laissée m’asseoir à sa place et a commencée à m’apprendre. Tous les jours après l’école, je me rendais à l’église et je jouais, même après que ma mère ait trouvé un emploi. Pendant six ans, Valentine m’a attendue devant l’église et m’apprenait patiemment le solfège. Et puis elle est morte. Accident de voiture. J’ai arrêté d’aller à l’église pendant quelque temps, jusqu’à ce que le père Mathieu me propose de revenir. Je me souviens, il était venu à la maison et m’avait demandé de faire chanter l’église.

— Avril. Je ne te l’ai pas dit mais… Je suis désolé pour ta mère. Vraiment. Et pour Valentine aussi. Elles doivent te manquer.

Elle regarda Tim dans les yeux et comprit qu’il était sincère. Pour la première fois depuis la mort d’Isabelle, Avril se sentit bien. Ils se dévisagèrent en silence, jusqu’à ce qu’un éclair illumine soudainement la pièce, surprenant la jeune fille qui sursauta. Ricanant, Tim se leva pour s’asseoir près d’elle.

— Tu ne vas pas me dire que tu as peur d’un petit orage quand même ?

— Quoi ? Non ! Pas du tout ! s’empressa de répondre Avril en rougissant.

— Je ne te crois pas, plaisanta Tim en passant son bras par-dessus les épaules d’Avril pour l’attirer contre lui.

Bien que surprise, elle ne se dégagea pas et posa même sa tête dans le creux de son cou. Le menton posé sur le crâne de la jeune fille, Tim se mit à compter les secondes jusqu’au coup de tonnerre, comme il s’amusait à le faire depuis tout petit.

— Dix secondes ! On va pas mourir tout de suite.

— Qu’est-ce que tu racontes ?

— Tu ne connais pas ça ? Tu comptes les secondes entre l’éclair et le coup de tonnerre, ça te donne une idée de la distance. Au prochain, on le fait ensemble.

Ils attendirent l’éclair, les yeux rivés sur la fenêtre dégoulinante de pluie.

— Un ! cria Tim lorsque le ciel s’illumina.

— Deux, poursuivit Avril.

— Trois !

Les secondes résonnèrent dans le grenier, comme le tic-tac chantant d’une horloge, ponctuel et mélodieux.

— Quatre.

— Cinq !

— Six !

— Sept !

— Huit !

La détonation les surprit tous les deux, entraînant un fou rire incontrôlable.

— Alors, l’orage est loin ? demanda Avril une fois calmée.

— J’en sais rien, avoua Tim en riant de plus belle.

La soirée se poursuivit entre rires et silence. Avril se sentait bien, détendue, apaisée. Elle ne voulait pas que ce moment se termine. Elle écouta Tim lui raconter des anecdotes sur le groupe en évitant de penser à l’heure qui tournait.

— Quand Bidouille était encore petit, il a mordu Hippo à la fesse. Depuis, il a peur de lui ! Pourtant, y a pas plus gentil comme chien !

— Il m’a dit ce qu’il avait vécu.

— Qui, Bidouille ?

— Mais non, ton frère !

Tim détourna le regard et sembla se refermer. Avril sentit ses muscles se crisper sous son pull.

— Pardon, j’aurai pas dû en parler. Excuse-moi.

— C’est pas ça, c’est juste… Chaque fois que j’y pense, je me sens coupable. J’ai pas été là pour lui. J’ai merdé.

— Tu l’as sauvé ! s’écria Avril en se redressant. Il serait mort sans toi !

— Mais il aurait jamais dû en arriver là ! cria Tim en se levant. J’aurai dû voir ce qu’il se passait, il aurait dû avoir suffisamment confiance pour venir m’en parler, j’aurais dû l’aider. C’est mon rôle. Au lieu de ça, je fumais joint sur joint, comme un con !

Avril se leva à son tour et lui prit le visage entre les mains pour le regarder droit dans les yeux.

— C’est du passé. On ne peut pas effacer nos erreurs et ce n’est pas avec des « si » qu’on fabrique l’avenir. Ce qui compte, c’est ce que tu fais maintenant. Et ce que je vois, c’est que tu aimes ton frère, que tu veilles sur lui. C’est ça qui compte. C’est ça qui est important.

Tim laissa ces paroles atteindre son cerveau avant de se rasseoir. Il attendit qu’Avril s’installe à ses côtés avant de reprendre la parole.

— J’ai commencé à fumer à la fin du collège. C’était occasionnel, juste quand j’étais avec mes potes. Et petit à petit, c’est devenu de plus en plus fréquent. Je ne sais même pas pourquoi. Je crois que j’ai pas vraiment réfléchi. J’avais pas l’impression de me mettre en danger. Mes consommations devenaient quotidiennes, et j’ai commencé à boire. Je voyais tellement de gens le faire, j’ai voulu essayer et puis j’ai pensé que ça me donnait l’air cool. Je suis allé tellement loin que j’ai dû faire une cure de désintoxication au milieu de mon année de seconde, et j’ai failli retomber quand j’en suis sorti. C’est pour ça que j’ai redoublé. Mais en changeant de classe, j’ai changé de fréquentations et j’ai arrêté les conneries. Raphaëlle avait eu ses problèmes entre temps et j’ai compris que mes amis avaient besoin de moi. Ça m’arrive encore d’avoir envie, mais je repense à mon frère et je me dis que j’ai pas le droit. Alors ça passe. Bien sûr, c’était pas aussi facile au début. Mais j’ai pas le droit de merder. Pas encore.

— On a tous nos démons, murmura Avril. Ils ne nous quittent pas. Mais on fait avec. On se concentre sur le moment présent, on évite de penser au passé, et au futur. Comme je te l’ai dit, c’est ce que tu fais aujourd’hui qui est important.

— C’est vrai. Mais c’est pas quelque chose qu’on nous apprend non plus. Dès notre enfance, on nous demande ce qu’on veut faire plus tard. Ce qu’on veut faire de notre vie. Comme si la vie était plus tard. Mais c’est faux. On se demande toujours ce qu’on fera tout à l’heure, demain, dans dix ans. Plus tard. Mais la vie elle est là. Tout à l’heure, demain, dans dix ans, plus tard, c’est incertain. Ça n’existe peut-être pas. J’ai arrêté de me demander ce que je voulais faire plus tard. Je me concentre sur ce qu’il se passe aujourd’hui. Maintenant. Je me concentre sur mon frère. Et sur toi.

Après un court silence, Tim se tourna vers Avril et sourit à la vue de ses joues rougissantes.

— C’était philosophique, hein ? ironisa-t-il, tentant de détendre l’atmosphère.

Avril laissa un gloussement s’échapper dans un souffle.

— Je peux te dire un secret ? demanda Tim

— C’est pas déjà fait ?

Un nouvel éclair projeta les ombres des arbres sur les murs, donnant à l’oiseau empaillé un air étonnamment vivant.

— C’est moi qui ai la trouille de l’orage ! avoua Tim en se pelotonnant contre Avril.

Le rire de la jeune fille résonna en même temps que le tonnerre, semblable à un éclair de bonheur.

Annotations

Recommandations

Flora Lune
Journal d'une étudiante de septembre à juin.

Nouvelle initialement écrite pour Rêves de Lignes
11
0
0
4
Défi
Tom Men

— Je vous souhaite la bienvenue à tous chez Prophéties et Associés, la plus grande fabrique de légendes de l'Univers !
 L'hôtesse, à la peau bleue comme des saphirs, nous souriait en dardant sur nous des yeux brillants tels des étoiles. J'y étais enfin ! Mon premier jour dans l'entreprise de légendes la plus réputée de toute la Création. C'était surtout ici, cent ans avant qu'elle ne se réalise, que la prophétie de Zadear et la princesse de glace avait été écrite. L'auteur était depuis éternellement connu et adulé : il avait réussi à créer le couple le plus parfait de tous les temps et pacifier la planète la plus habitée par la même occasion, rien que ça !
 On nous fit visiter une partie des locaux, de l'atelier de fabrication de la lumière céleste aux salles de réunion des plus grands prophètes de l'Histoire. Il y avait partout des fontaines d'éther, des micro-nuages stellaires holographiques et des statues des Infinis, des hérauts dont le travail était tout simplement inégalable.
 Un homme se présenta alors devant nous. Il avait des yeux rouges et oranges, sa peau rutilait comme un diamant et sa toge, d'un blanc immaculé, semblait faite de nuage. Il murmura quelques mots à l'oreille de l'hôtesse avant de se tourner vers nous.
— Bonjour à tous. Avant de vous séparer dans nos différentes équipes, nous allons procéder à une évalution de votre potentiel d'inventivité. Suivez mademoiselle Nariel quand elle appelera votre nom, je vous prie.
 Le mien fut le troisième. L'hôtesse me mena à travers quelques couloirs. Le trajet me parut interminable, comme une suite de portes, toutes fermées, qui vous oblige à poursuivre votre route sans pour autant voir la destination. Nariel me fit entrer dans un bureau. Les murs, recouverts de motifs floraux or et argent, étaient éclairés par un immense globe universel qui flottait au-dessus de son terminal. Près de l'installation, deux personnes étaient assises à une table de verre. La première avait une tête triangulaire recouverte d'écailles chatoyantes, tandis que la seconde ne montrait pas son visage : il était enfoui sous une tonne de longs poils brun-roux. En me voyant entrer, chacun se présenta, l'un après l'autre.
— Susssie, dit le serpent avec une voix rauque de femelle Sarpanta.
— Stoaktitoothrrrork, dit l'homme-serpillère, mais tu peux m'appeler Rork.
— Aely, me présentai-je avant de m'asseoir.
 Nariel déposa un porte-documents sur la table et en sortit un parchemin, qu'elle tendit aux prophètes, puis quitta la pièce. Pendant qu'ils discutaient, je laissai mon regard parcourir le globe. C'était une représentation intégrale de l'Univers mesurant près de trois mètres de diamètre. A l'intérieur, on y découvrait une vingtaine de petits repères lumineux de différentes couleurs, représentant des prophéties en cours.
 Les rouges, tout d'abord, étaient celles qui avaient échoué. C'était peu fréquent, surtout chez Prophéties et Associés, mais il n'était pas impossible que le sujet d'une prédiction meurt avant de la résoudre. C'était la principale cause d'échec. S'ajoutaient à ça le risque de dissipation spatiale, la concurrence, et, malheureusement, la malchance de voir que le héros ne trouve pas son oracle.
 Les vertes, ensuite, étaient celles qui avaient été accomplies. Le globe en comptait douze, un peu partout. Le seul moyen pour une prophétie de se réaliser était d'observer un mode d'emploi très précis : découvrir l'oracle et suivre ses instructions à la lettre. Un seul pas de travers de la part du sujet pouvait tout faire échouer.
 Les jaunes étaient en déplacement : attaché à un rayon de soleil, elles prenaient le trajet le plus rapide vers leur destination. Les bleues quant à elles, étaient en cours de réalisation. Je savais qu'il me suffisait de toucher l'un des points pour faire apparaître un écran présentant les événements, passés ou présents.
 Je remarquai qu'il y avait un espace non représenté sur le globe. Avant que je ne puisse m'y attardé, les prophètes se tournèrent vers moi.
— C'est un très bon projet de fin d'année que vous avez présenté à l'Académie des Jumeaux Devins.
— Merci.
— Papier de l'Arbre Feror, sur la planète Neuvis, encre de lumière vusrinéene à la plume - très belle écriture d'ailleurs.
— Sujet original. La situation sur Grara vous déplaît ?
— Je suis née là-bas. Depuis l'avénement du faux-roi, tout a changé.
— Attention alors, siffla le serpent. Dans une prophétie, vous ne pouvez absolument pas vous impliquer.
— J'ai mis une année graraïque pour l'écrire. Je ne fais plus ce genre d'erreur.
 Ils se regardèrent - si Rork voyait quelque chose. Puis Susssie se leva et contourna le globe. Elle passa près de la zone noire, siffla, puis désigna un endroit à l'autre bout de l'Univers. L'hologramme se transforma pour afficher une unique planète.
— Saolia, pour un premier test, Rork ?
— Pourquoi pas ? Ils sont habitués à recevoir nos prophéties.
— Excusez-moi, mais pourquoi il y a une zone floue sur votre mappe ?
— Ah, la Voie lactée...
 Susssie revint en arrière et zooma sur le néant présent sur son image. Rork plaça sa tête entre ses énormes mains, coudes posés sur la table.
— Nous étions trois dans ce bureau, avant. Le dernier a été remercié il y a quelques siècles.
— Notre partenaire a perdu les pédales pendant nos vacances. Il a littéralement bombardé une planète de prophéties. En moins de deux siècles autochtones, il y a mis près de cinquantes messagers.
— Il a même brisé la première règle du prophète.
— Ne jamais s'adresser directement ou indirectement au sujet, récitai-je.
— Pauvre Dieu, je ne sais même pas ce qu'il est devenu, déplora Rork.
— Depuis deux milles ans, la zone est en quarantaine. Les experts pensent qu'il y en a encore pour un moment.
 La sarpanta replaça l'hologramme sur Saolia, puis revint s'assoir. Elle me tendit un parchemin vierge, Rork me donna une plume d'oiseau-shird à pointe de cristal.
— Voyons comment tu te débrouilles avec le stress. Tu as un an pour écrire et réaliser une prophétie.
— Un an ici ?
— Autochtone, s'esclaffa Rork. On a à peine le temps de prendre notre pause, alors tu devrais te dépêcher !
 Sussie régla alors un sablier puis ils quittèrent la pièce en lançant le "A toute à l'heure !" le plus stressant de toute ma vie.
3
2
8
4
Feerieland
Abigail une adolescente solitaire et un peu bohème vit avec sa mère dans le Nevada et rêve de devenir actrice ou chanteuse. Sa mère n'a surtout pas envie qu'elle ait la même vie qu'elle, enceinte encore adolescente, abandonnée par le père et vivant d'un emploi de serveuse sans interêt.
7
4
14
23

Vous aimez lire Croque Morts ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0