Chapitre 18

6 minutes de lecture

Les parents patientaient devant l’école, discutant entre eux de leurs enfants et de leur quotidien. Certains surveillaient la grille, impatients de serrer leur progéniture dans les bras. D’autres profitaient de ces quelques minutes pour passer un coup de fil ou répondre à un dernier mail. Des goûters avaient été achetés, attendant d’être mangés par une petite bouche affamée, tandis que d’autres parents comptaient attacher l’enfant dans la voiture et courir faire une course urgente. Comme chaque après-midi, la rue de l’école était parsemée d’une brochette d’adultes tous aussi différents les uns que les autres.

Un peu à l’écart, assise sur le trottoir, une jeune fille massait son genou douloureux, le visage dissimulé par sa tignasse rousse et une capuche trop grande. Certains regards se posaient sur elle avant de s’éloigner rapidement, des bouches formaient discrètement son nom, passant d’une oreille à l’autre. Le poids du silence l’entourait, lourd et pesant. Cernée par les adultes, elle ne se sentait pas en sécurité et personne ne vint lui parler, lui demander si elle allait bien.

Lorsque les portes de l’école grincèrent, Avril leva la tête, cherchant son frère du regard. Les enfants sortirent en courant, heureux à l’idée d’être en week-end. Au milieu de ces sourires enfantins, un petit garçon aux cheveux blond vénitien marcha lentement vers sa sœur, tête baissée. Avril se releva péniblement à son approche avant d’attraper sa petite main.

En se réveillant le matin-même, Avril avait senti son corps entier se crisper à chacun de ses mouvements, la tiraillant de douleur. Elle avait aidé Ronan à s’habiller et, incapable de se changer, avait simplement enfilé un sweat à capuche par-dessus ses vêtements de la veille. Elle n’avait rien mangé, observant simplement son petit frère vider son bol de céréales sans appétit. Par chance, son beau-père était déjà parti au travail, lui évitant la pénible épreuve de Le croiser dès le matin. Ils avaient ensuite pris le chemin de l’école à pieds, Avril ne supportant pas l’idée de monter sur un vélo. Elle avait passé le reste de la journée à la maison, allongée dans son lit, avant de retourner le chercher le soir-même, à pieds.

Ils marchaient lentement dans les rues, observant les nuages dériver dans le ciel. Le village semblait désert, ils ne croisèrent personne. Seul le bruit de leurs pas résonnait sur le bitume. Ronan affichait une mine fatiguée, ravagée par les cauchemars qui l’avaient réveillé à plusieurs reprises durant la nuit. Après quelques minutes de marche, il lâcha la main de sa sœur et s’arrêta au milieu du trottoir. Ses yeux étaient rivés sur le sol, empêchant Avril de distinguer son visage.

— Qu’est-ce qu’il y a ? demanda-t-elle. Ronan, parle-moi, dis-moi ce qui ne va pas.

Le petit garçon leva la tête, révélant un visage trempé de larmes. Le sel coulait de ses yeux empreints d’une tristesse qu’Avril n’y avait jamais vue. Les sanglots de Ronan creusaient des sillons dans le cœur de sa sœur.

— Je veux pas, hoqueta-t-il, je veux pas rentrer à la maison. Je veux pas, je veux pas, je veux pas, je veux p…

Avril le serra fort dans ses bras, sentant ses épaules trembler. Elle absorba chacune de ses larmes, épongea sa détresse. Elle ne s’écarta qu’une fois le petit garçon apaisé et le regarda dans les yeux pour lui répéter une vieille promesse.

— Il ne te touchera pas, je te le promets. Jamais. Tu m’entends ? Jamais.

Ronan hocha la tête et se lova contre sa sœur.

— Je t’aime, murmura-t-il.

— Jusqu’à la lune, Ronan.

Ils reprirent leur marche après quelques minutes. Ronan serrait fort la main de sa sœur.

— Avril ? demanda-t-il quelques pas plus tard.

— Mmmh.

— C’est pas le chemin de la maison.

— Que penses-tu d’un petit détour ? On n’est pas pressés, si ?

Ravi, le petit garçon marcha d’un pas plus léger dans les ruelles menant à l’église avant de courir à l’intérieur en appelant le père Mathieu.

— Mon père ! Mon père !

La voix de l’enfant résonna contre la pierre et emplit l’espace de gaieté. Même le Christ cloué sur sa croix de bois semblait sourire. Le père Mathieu apparut de l’autre côté de la nef et souleva Ronan dans ses bras, un large sourire aux lèvres. Il se tourna vers Avril, prêt à la remercier d’être venue, lorsqu’il découvrit le visage déformé dissimulé sous la capuche. Déboussolé, il ne sut que dire, se contentant de la fixer du regard, ce qui la mit mal à l’aise.

— Les citrouilles, elles poussent ? demanda Ronan, mettant fin au supplice de sa sœur.

Le père Mathieu détourna le regard pour reporter son attention sur l’enfant dans ses bras. Il lui détailla l’évolution du potager avant de l’y emmener, laissant Avril seule dans l’église.

Elle déambula entre les bancs, observant la lumière jouer avec les couleurs des vitraux. Les cierges brûlaient aux pieds de la vierge Marie. Le bois des bancs était rugueux et la pierre des murs poussiéreuse. Avril laissa sa main glisser sur les objets qui l’entouraient, se laissant guider jusqu’au piano.

S’approchant petit à petit, elle finit par s’y installer et posa les mains sur le clavier. Certains de ses doigts étaient recouverts de bleus et son poignet gauche la faisait souffrir. Ignorant ce corps qu’elle ne voulait plus voir ni sentir, elle ferma les yeux. Les secondes passèrent, se transformant en minutes, et le silence régnait toujours au sein de l’édifice. Avril laissait la quiétude de l’église la gagner peu à peu.

Enfin, les notes de musique retentirent et l’air se transforma en douce mélodie, harmonieuse et apaisante. Le temps et l’espace disparurent, Avril s’était détachée de la réalité. Il n’y avait plus de sensations, son enveloppe corporelle n’existait plus, il restait simplement cette musique qui enveloppait chaque parcelle de son âme, guérissant les plaies intérieures.

Perdue au milieu des notes, Avril n’entendit pas les pas résonner sur les pavés. De longues minutes passèrent avant que le calme ne s’installe à nouveau. Des applaudissements retentirent dans son dos, la faisant sursauter. Elle ferma précipitamment le piano avant de se lever.

Tim l’observait depuis l’allée, la fixant comme si cette facette qu’il venait de percevoir le déconcertait. Avril garda la tête baissée, tirant un peu plus sur sa capuche.

— Bonjour. Ça fait plaisir de te revoir.

Il attendit quelques secondes, laissant le temps à Avril d’ouvrir la bouche, de former des sons, de prononcer des mots, des phrases. Mais elle garda le silence.

— Je ne savais pas que tu jouais du piano. Je passais sur la place quand j’ai entendu la musique. J’espérai de croiser en fait. Non parce que ça fait un mois qu’on ne vous a pas vu. Forcément on a imaginé le pire. Du coup, de temps en temps, je passe dans le village, je te cherche, juste pour me rassurer. Mais tu as l’air d’aller très bien, tu n’avais pas besoin de nous en fait. Tu pourrais me regarder au moins, me dire quelque chose, je sais pas, n’importe quoi.

Le barrage s’effondra, les mots fusèrent et les larmes coulèrent, rompant la quiétude du lieu. Avril leva la tête, révélant ses blessures à la lumière du jour. Tim resta stupéfait, cloué sur place par l’histoire inscrite sur ce visage.

— Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? s’énerva Avril. Ma mère est morte, t’es content ? Elle s’est tuée, elle m’a abandonnée. Je hais ma vie, je hais ma mère et je hais ce village. Vous m’emmerdez tous à vous mêler de ma vie. Je sais très bien ce que vous pensez, je suis minable, incapable de me défendre, je fais honte à ma mère, je ne sais pas comm…

Tim se précipita vers Avril et la prit dans ses bras, empêchant le flot de mots de poursuivre sa route. Il attendit qu’elle se calme en la serrant contre son cœur. Elle pleurait désormais à chaudes larmes, ses sanglots résonnant dans l’air. Elle laissa sa tête enfouie dans le cou de Tim bien après que les larmes se soient taries, respirant son odeur et profitant de son étreinte rassurante.

— Viens à la maison, proposa Tim, brisant le silence.

Avril se dégagea à contrecœur en essuyant son visage et le regarda dans les yeux, s’assurant qu’il ne blaguait pas.

— Comment ça ?

— Ce soir, viens à la maison.

— Je ne peux pas. Le père de Ronan ne voudra jamais.

— Tu as besoin de prendre l’air, de te reposer, et j’ai l’impression que ce n’est pas chez toi que tu y arriveras. Vous ne rentrerez pas tard, ajouta-t-il.

Elle réfléchit, pesant le pour et le contre. Elle avait peur de Lui demander quoi que ce soit. Mais elle avait envie de retourner à la maison aux lanternes et de revoir ses amis. Plus que tout. Elle décida de taire la petite voix dans sa tête et de laisser son cœur tenter sa chance.

Annotations

Recommandations

Flora Lune
Journal d'une étudiante de septembre à juin.

Nouvelle initialement écrite pour Rêves de Lignes
11
0
0
4
Défi
Tom Men

— Je vous souhaite la bienvenue à tous chez Prophéties et Associés, la plus grande fabrique de légendes de l'Univers !
 L'hôtesse, à la peau bleue comme des saphirs, nous souriait en dardant sur nous des yeux brillants tels des étoiles. J'y étais enfin ! Mon premier jour dans l'entreprise de légendes la plus réputée de toute la Création. C'était surtout ici, cent ans avant qu'elle ne se réalise, que la prophétie de Zadear et la princesse de glace avait été écrite. L'auteur était depuis éternellement connu et adulé : il avait réussi à créer le couple le plus parfait de tous les temps et pacifier la planète la plus habitée par la même occasion, rien que ça !
 On nous fit visiter une partie des locaux, de l'atelier de fabrication de la lumière céleste aux salles de réunion des plus grands prophètes de l'Histoire. Il y avait partout des fontaines d'éther, des micro-nuages stellaires holographiques et des statues des Infinis, des hérauts dont le travail était tout simplement inégalable.
 Un homme se présenta alors devant nous. Il avait des yeux rouges et oranges, sa peau rutilait comme un diamant et sa toge, d'un blanc immaculé, semblait faite de nuage. Il murmura quelques mots à l'oreille de l'hôtesse avant de se tourner vers nous.
— Bonjour à tous. Avant de vous séparer dans nos différentes équipes, nous allons procéder à une évalution de votre potentiel d'inventivité. Suivez mademoiselle Nariel quand elle appelera votre nom, je vous prie.
 Le mien fut le troisième. L'hôtesse me mena à travers quelques couloirs. Le trajet me parut interminable, comme une suite de portes, toutes fermées, qui vous oblige à poursuivre votre route sans pour autant voir la destination. Nariel me fit entrer dans un bureau. Les murs, recouverts de motifs floraux or et argent, étaient éclairés par un immense globe universel qui flottait au-dessus de son terminal. Près de l'installation, deux personnes étaient assises à une table de verre. La première avait une tête triangulaire recouverte d'écailles chatoyantes, tandis que la seconde ne montrait pas son visage : il était enfoui sous une tonne de longs poils brun-roux. En me voyant entrer, chacun se présenta, l'un après l'autre.
— Susssie, dit le serpent avec une voix rauque de femelle Sarpanta.
— Stoaktitoothrrrork, dit l'homme-serpillère, mais tu peux m'appeler Rork.
— Aely, me présentai-je avant de m'asseoir.
 Nariel déposa un porte-documents sur la table et en sortit un parchemin, qu'elle tendit aux prophètes, puis quitta la pièce. Pendant qu'ils discutaient, je laissai mon regard parcourir le globe. C'était une représentation intégrale de l'Univers mesurant près de trois mètres de diamètre. A l'intérieur, on y découvrait une vingtaine de petits repères lumineux de différentes couleurs, représentant des prophéties en cours.
 Les rouges, tout d'abord, étaient celles qui avaient échoué. C'était peu fréquent, surtout chez Prophéties et Associés, mais il n'était pas impossible que le sujet d'une prédiction meurt avant de la résoudre. C'était la principale cause d'échec. S'ajoutaient à ça le risque de dissipation spatiale, la concurrence, et, malheureusement, la malchance de voir que le héros ne trouve pas son oracle.
 Les vertes, ensuite, étaient celles qui avaient été accomplies. Le globe en comptait douze, un peu partout. Le seul moyen pour une prophétie de se réaliser était d'observer un mode d'emploi très précis : découvrir l'oracle et suivre ses instructions à la lettre. Un seul pas de travers de la part du sujet pouvait tout faire échouer.
 Les jaunes étaient en déplacement : attaché à un rayon de soleil, elles prenaient le trajet le plus rapide vers leur destination. Les bleues quant à elles, étaient en cours de réalisation. Je savais qu'il me suffisait de toucher l'un des points pour faire apparaître un écran présentant les événements, passés ou présents.
 Je remarquai qu'il y avait un espace non représenté sur le globe. Avant que je ne puisse m'y attardé, les prophètes se tournèrent vers moi.
— C'est un très bon projet de fin d'année que vous avez présenté à l'Académie des Jumeaux Devins.
— Merci.
— Papier de l'Arbre Feror, sur la planète Neuvis, encre de lumière vusrinéene à la plume - très belle écriture d'ailleurs.
— Sujet original. La situation sur Grara vous déplaît ?
— Je suis née là-bas. Depuis l'avénement du faux-roi, tout a changé.
— Attention alors, siffla le serpent. Dans une prophétie, vous ne pouvez absolument pas vous impliquer.
— J'ai mis une année graraïque pour l'écrire. Je ne fais plus ce genre d'erreur.
 Ils se regardèrent - si Rork voyait quelque chose. Puis Susssie se leva et contourna le globe. Elle passa près de la zone noire, siffla, puis désigna un endroit à l'autre bout de l'Univers. L'hologramme se transforma pour afficher une unique planète.
— Saolia, pour un premier test, Rork ?
— Pourquoi pas ? Ils sont habitués à recevoir nos prophéties.
— Excusez-moi, mais pourquoi il y a une zone floue sur votre mappe ?
— Ah, la Voie lactée...
 Susssie revint en arrière et zooma sur le néant présent sur son image. Rork plaça sa tête entre ses énormes mains, coudes posés sur la table.
— Nous étions trois dans ce bureau, avant. Le dernier a été remercié il y a quelques siècles.
— Notre partenaire a perdu les pédales pendant nos vacances. Il a littéralement bombardé une planète de prophéties. En moins de deux siècles autochtones, il y a mis près de cinquantes messagers.
— Il a même brisé la première règle du prophète.
— Ne jamais s'adresser directement ou indirectement au sujet, récitai-je.
— Pauvre Dieu, je ne sais même pas ce qu'il est devenu, déplora Rork.
— Depuis deux milles ans, la zone est en quarantaine. Les experts pensent qu'il y en a encore pour un moment.
 La sarpanta replaça l'hologramme sur Saolia, puis revint s'assoir. Elle me tendit un parchemin vierge, Rork me donna une plume d'oiseau-shird à pointe de cristal.
— Voyons comment tu te débrouilles avec le stress. Tu as un an pour écrire et réaliser une prophétie.
— Un an ici ?
— Autochtone, s'esclaffa Rork. On a à peine le temps de prendre notre pause, alors tu devrais te dépêcher !
 Sussie régla alors un sablier puis ils quittèrent la pièce en lançant le "A toute à l'heure !" le plus stressant de toute ma vie.
3
2
8
4
Feerieland
Abigail une adolescente solitaire et un peu bohème vit avec sa mère dans le Nevada et rêve de devenir actrice ou chanteuse. Sa mère n'a surtout pas envie qu'elle ait la même vie qu'elle, enceinte encore adolescente, abandonnée par le père et vivant d'un emploi de serveuse sans interêt.
7
4
14
23

Vous aimez lire Croque Morts ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0