Chapitre 3

7 minutes de lecture

Assise contre un frêne, Avril grignotait des framboises en observant son petit frère fouiller le sol et les buissons à la recherche de nouveaux petits trésors. Le soleil avait disparu derrière les nuages et une légère brise faisait frissonner la jeune fille. Le bruit du ruisseau leur parvenait, accompagné du chant d’un troglodyte perché quelques branches plus loin. Voyant les nuages s’amonceler dans le ciel, Avril déclara qu’il était temps de rentrer.

— J’ai pas envie, soupira Ronan.

— Je sais bien, moi non plus, mais je crois qu’il va pleuvoir.

— Est-ce qu’on peut passer à la maison aux lanternes avant ? S’il-te-plaît s’il-te-plaît s’il-te-plaît !

— Tu as trouvé des trésors ?

— Euh… Oui… bafouilla Ronan en cherchant autour de lui. Celui-là ! déclara-t-il en attrapant une branche en forme de baguette de sourcier.

Avril soupira mais ne put rien lui refuser. Ils rangèrent le pique-nique dans le sac et rejoignirent le sentier jusqu’au vélo. Ronan grimpa dans son siège et Avril poussa la bicyclette jusqu’à la route avant de pédaler en direction de la maison aux lanternes. À l’approche de la bâtisse, elle perçut quelque chose de différent dans l’atmosphère, comme si un changement s’était opéré durant la nuit. Elle arrêta le vélo à l’entrée du chemin parsemé de cailloux et aida Ronan à descendre avant de parcourir le reste de l’allée à pieds.

La maison apparut au détour d’un virage, jusqu’alors dissimulée par la végétation. Les volets en bois étaient ouverts, des cartons étaient empilés devant la porte d’entrée et un van noir était garé sur le chemin de gravier menant à la route. Ronan, qui marchait devant elle, s’arrêta, surpris.

— Mes trésors ! s’écria-t-il soudain en courant.

Un énorme chien noir surgit de derrière la maison, courant vers le petit garçon en aboyant. Paniquée, Avril lâcha le vélo et se précipita à la suite de son frère, le rattrapant en rien de temps. Elle le prit dans ses bras au moment-même où l’énorme bête les rejoignait, leur tournant autour en aboyant.

— Bidouille ! Au pied !

Un jeune homme sortit de la maison, descendant précipitamment les marches du perron. Tout de noir vêtu, il semblait avoir la vingtaine. Il attrapa le collier du chien afin de le maintenir à l’écart et le fit s’asseoir.

— Ça va, vous n’avez rien ? demanda-t-il.

— Non, répondit Avril.

— Bidouille est imposant et un peu effrayant, mais il est très gentil et il adore les enfants.

Avril ne dit rien, gênée. Tout ce qu’elle souhaitait, c’était faire demi-tour et pédaler loin d’ici.

— Bonjour !

Un autre garçon les rejoignit, ses bouclettes châtain dansant au rythme de ses pas. Son teint mat et son grand sourire le rendait sympathique et moins austère que le premier.

— Moi c’est Hippolyte, vous avez déjà rencontré mon frère, Tim.

— Moi c’est Ronan, intervint le petit garçon, heureux de faire les présentations. Et ma sœur, c’est Avril.

— Enchanté, répondit Hippolyte. Qu’est-ce qui vous amène ici ?

— Je veux récupérer mes trésors !

— Tes trésors ? Et ils sont où ?

— Dans la véranda, répondit Avril en baissant les yeux.

— Mais c’est qu’elle parle ! s’écria Tim. Attendez, les cailloux, les branches et tout le bric-à-brac qui traînait, c’était à vous ?

— C’est pas des briques à braques ! C’est mes trésors ! Ils sont où ?

— Ronan soit gentil, intervint Avril, intimidée. On ne va pas les embêter avec ça, on en trouvera d’autres.

— Non ! Je veux mes trésors ! s’énerva Ronan, devenant tout rouge.

Sentant la situation lui échapper, Avril décida d’en finir au plus vite.

— Je suis désolée, on pensait que cette maison était inhabitée. Il y tient beaucoup à ses trésors. Vous ne les avez pas jetés, si ? ajouta-elle avec une pointe d’inquiétude.

— Non, pas encore, répondit Hippolyte. Venez.

Avril le suivit, tenant toujours Ronan dans ses bras. Ils grimpèrent les quelques marches du perron et entrèrent dans la maison. Aux yeux de la jeune fille, l’intérieur était aussi beau que la façade. Le visage de Ronan s’illumina lorsqu’il réalisa où il se trouvait.

La porte d’entrée donnait sur un couloir aux murs recouverts d’une tapisserie fleurie dont les motifs étaient quelques peu défraîchis. Sur la gauche, une ouverture dévoilait un salon avec un canapé jaune, des fauteuils en cuir et une cheminée. Une vieille télévision était posée dans un coin, débranchée. Au bout du couloir se trouvait une cuisine spacieuse aux airs vintages. Sur la droite, une table à manger en bois occupait la fameuse véranda aux vitres cassées, maintenant remplacées par des plaques de bois. De nombreux bibelots habitaient la maison : un vieux téléphone débranché, un métronome cassé, des poupées russes, des figurines en verre, des boîtes aux motifs divers et plein d’autres babioles. De multiples cadres étaient posés sur les meubles ou accrochés aux murs et la plupart des photos en noir et blanc étalaient le bonheur d’une famille au fil des âges. Des cartons étaient dispersés dans les pièces et le couloir, obligeant Hippolyte à les pousser pour se frayer un passage.

Derrière le plan de travail de la cuisine, occupé à préparer des tartines, se trouvait un troisième garçon dont la peau pâle faisait ressortir la noirceur de ses cheveux décoiffés. Vêtu d’une marinière et d’un pantalon en toile bleu, il ne remarqua pas la présence des nouveaux venus.

— Hippo, tu veux quoi, du chocolat ou de la confiture ?

— Chocolat. On a des invités.

L’inconnu leva la tête, ses grands yeux bleus rencontrant ceux d’Avril.

— Bonjour, déclara-t-il froidement.

— Bonjour, répondit Avril d’une petite voix.

Des chaussures claquèrent sur les marches de l’escalier en bois sombre qui se trouvait juste à droite de la porte d’entrée. Avril se retourna et découvrit une fille qui semblait avoir son âge, vêtue d’un short noir, de bottines délacées et d’un t-shirt à l’effigie d’E.T. tellement large qu’il dénudait l’une de ses épaules, dévoilant le haut de son soutien-gorge. La nouvelle arrivante se déplaçait d’une démarche enjouée, presque sautillante.

— Ah, il me semblait bien avoir entendu du monde ! Bonjour ! s’exclama-t-elle.

À la grande surprise d’Avril, la jeune fille s’approcha d’elle et lui fit la bise, ainsi qu’à Ronan, avant de faire le tour du plan de travail. À la voir à côté du troisième garçon, Avril n’eut aucun doute sur le fait qu’ils étaient frère et sœur : même cheveux noirs, même peau pâle et surtout, mêmes yeux bleus.

— Avril, Ronan, déclara Hippolyte, je vous présente Raphaëlle, ma copine, et son frère jumeau, Etienne.

— Enchantée !

Si Raphaëlle semblait sincèrement ravie, Etienne ne dit rien, gardant les yeux rivés sur ses tartines.

— Tu veux une tartine à quoi ? demanda-t-il à sa sœur.

— J’en veux pas. Qu’est-ce que vous faites ici ?

— Mes trésors ! Je veux mes trésors !

— Ronan, sois plus poli. Recommence.

— Mes trésors ! Je veux mes trésors !

Perdant patience, Avril posa Ronan par terre et s’accroupit face à lui. Elle voulait rentrer chez elle et se pelotonner dans son lit pour ne plus en sortir.

— Regarde-moi. On ne dit pas « je veux », on dit « s’il-vous-plaît », et on est gentil avec les gens.

— Mais je veux mes trésors, murmura Ronan en gardant la tête baissée, au bord des larmes.

— Demande gentiment, comme je t’ai appris.

Elle se releva et poussa doucement Ronan afin de l’inciter. Le petit garçon garda la tête baissée et réitéra sa demande, d’une seule traite.

— Est-ce-que-je-peux-avoir-mes-trésors-s’il-vous-plaît ?

— Il est trop mignon ! s’exclama Raphaëlle. Mais c’est quoi, ces trésors ?

— Viens, suis-moi bonhomme.

Ronan regarda sa sœur avant de prendre timidement la main qu’Hippolyte lui tendait. Ce dernier l’entraîna vers des cartons ouverts disposés en vrac sur la table à manger. Il attrapa Ronan pour le porter afin qu’il puisse voir l’intérieur de l’un d’entre eux. Le visage du petit garçon s’illumina d’un grand sourire, soulageant sa sœur.

— Avril ! Ils sont là ! Ils sont tous là !

Elle s’approcha et découvrit des galets aux couleurs diverses, des branches aux formes étranges, et des pommes de pin plus ou moins ouvertes au fond d’un carton.

— Ah c’est ça ! s’écria Raphaëlle en s’approchant. Quand on a trouvé tout ça dans la véranda, on n’a pas su quoi en faire. Heureusement que vous êtes passés aujourd’hui, sinon je pense qu’on les aurait balancés dehors…

— Vous pouvez prendre le carton, ce sera plus simple pour les ramener chez vous, ajouta Hippolyte, tenant toujours Ronan contre lui.

— J’ai pas le droit de les ramener à la maison, mon papa il sera pas content et il va les jeter, expliqua Ronan. Avril, tu crois que le père Mathieu, il veut bien les garder ?

— Je ne sais pas, peut-être.

Le silence plana quelques instants, jusqu’à ce que Raphaëlle les fasse tous sursauter, même Etienne qui semblait jusqu’à présent s’être coupé du monde.

— J’ai une idée !

— Nous tuer d’une crise cardiaque ?

— Vous n’avez qu’à les laisser là ! expliqua-elle, ignorant la remarque de Tim. On les garde ici, et tu peux passer les voir quand tu veux, ajouta-elle à l’adresse de Ronan.

Du coin de l’œil, Avril vit Etienne relever la tête. Cette idée ne semblait pas lui plaire, mais il ne dit rien.

— C’est une bonne idée. Qu’est-ce que t’en dis bonhomme ? demanda Hippolyte.

— Oui ! Avril, t’es d’accord ? Dis, t’es d’accord ? S’il-te-plaît, dis oui !

— Je ne sais pas, murmura la jeune fille.

— Allez, ça nous fait plaisir ! Et puis, on ne connaît personne ici, insista Hippolyte.

Bien que mal à l’aise à l’idée de revenir, Avril ne put résister au sourire de son petit frère et accepta, ce qui sembla ravir le couple.

— Bon, vous restez goûter ? proposa Tim.

— Non, merci, il faut vraiment qu’on rentre.

Une fois reposé à terre, Ronan attrapa la main de sa sœur et la suivit vers la sortie. Il fit un signe à ses nouveaux amis afin de leur dire au-revoir. Puis, poussé par Avril, il se retrouva dehors, assis sur le vélo. Avril s’éloigna le plus vite possible sans prêter attention à Raphaëlle et Hippolyte qui les observait depuis le perron. Couché dans l’herbe, Bidouille mangeait les restes du pique-nique qui traînaient par terre, tombés du sac lorsqu’Avril avait lâché le vélo pour rattraper son frère. Les premières gouttes de pluie s’écrasèrent sur le verre des lanternes suspendues aux arbres, toujours éteintes.

Annotations

Recommandations

Flora Lune
Journal d'une étudiante de septembre à juin.

Nouvelle initialement écrite pour Rêves de Lignes
11
0
0
4
Défi
Tom Men

— Je vous souhaite la bienvenue à tous chez Prophéties et Associés, la plus grande fabrique de légendes de l'Univers !
 L'hôtesse, à la peau bleue comme des saphirs, nous souriait en dardant sur nous des yeux brillants tels des étoiles. J'y étais enfin ! Mon premier jour dans l'entreprise de légendes la plus réputée de toute la Création. C'était surtout ici, cent ans avant qu'elle ne se réalise, que la prophétie de Zadear et la princesse de glace avait été écrite. L'auteur était depuis éternellement connu et adulé : il avait réussi à créer le couple le plus parfait de tous les temps et pacifier la planète la plus habitée par la même occasion, rien que ça !
 On nous fit visiter une partie des locaux, de l'atelier de fabrication de la lumière céleste aux salles de réunion des plus grands prophètes de l'Histoire. Il y avait partout des fontaines d'éther, des micro-nuages stellaires holographiques et des statues des Infinis, des hérauts dont le travail était tout simplement inégalable.
 Un homme se présenta alors devant nous. Il avait des yeux rouges et oranges, sa peau rutilait comme un diamant et sa toge, d'un blanc immaculé, semblait faite de nuage. Il murmura quelques mots à l'oreille de l'hôtesse avant de se tourner vers nous.
— Bonjour à tous. Avant de vous séparer dans nos différentes équipes, nous allons procéder à une évalution de votre potentiel d'inventivité. Suivez mademoiselle Nariel quand elle appelera votre nom, je vous prie.
 Le mien fut le troisième. L'hôtesse me mena à travers quelques couloirs. Le trajet me parut interminable, comme une suite de portes, toutes fermées, qui vous oblige à poursuivre votre route sans pour autant voir la destination. Nariel me fit entrer dans un bureau. Les murs, recouverts de motifs floraux or et argent, étaient éclairés par un immense globe universel qui flottait au-dessus de son terminal. Près de l'installation, deux personnes étaient assises à une table de verre. La première avait une tête triangulaire recouverte d'écailles chatoyantes, tandis que la seconde ne montrait pas son visage : il était enfoui sous une tonne de longs poils brun-roux. En me voyant entrer, chacun se présenta, l'un après l'autre.
— Susssie, dit le serpent avec une voix rauque de femelle Sarpanta.
— Stoaktitoothrrrork, dit l'homme-serpillère, mais tu peux m'appeler Rork.
— Aely, me présentai-je avant de m'asseoir.
 Nariel déposa un porte-documents sur la table et en sortit un parchemin, qu'elle tendit aux prophètes, puis quitta la pièce. Pendant qu'ils discutaient, je laissai mon regard parcourir le globe. C'était une représentation intégrale de l'Univers mesurant près de trois mètres de diamètre. A l'intérieur, on y découvrait une vingtaine de petits repères lumineux de différentes couleurs, représentant des prophéties en cours.
 Les rouges, tout d'abord, étaient celles qui avaient échoué. C'était peu fréquent, surtout chez Prophéties et Associés, mais il n'était pas impossible que le sujet d'une prédiction meurt avant de la résoudre. C'était la principale cause d'échec. S'ajoutaient à ça le risque de dissipation spatiale, la concurrence, et, malheureusement, la malchance de voir que le héros ne trouve pas son oracle.
 Les vertes, ensuite, étaient celles qui avaient été accomplies. Le globe en comptait douze, un peu partout. Le seul moyen pour une prophétie de se réaliser était d'observer un mode d'emploi très précis : découvrir l'oracle et suivre ses instructions à la lettre. Un seul pas de travers de la part du sujet pouvait tout faire échouer.
 Les jaunes étaient en déplacement : attaché à un rayon de soleil, elles prenaient le trajet le plus rapide vers leur destination. Les bleues quant à elles, étaient en cours de réalisation. Je savais qu'il me suffisait de toucher l'un des points pour faire apparaître un écran présentant les événements, passés ou présents.
 Je remarquai qu'il y avait un espace non représenté sur le globe. Avant que je ne puisse m'y attardé, les prophètes se tournèrent vers moi.
— C'est un très bon projet de fin d'année que vous avez présenté à l'Académie des Jumeaux Devins.
— Merci.
— Papier de l'Arbre Feror, sur la planète Neuvis, encre de lumière vusrinéene à la plume - très belle écriture d'ailleurs.
— Sujet original. La situation sur Grara vous déplaît ?
— Je suis née là-bas. Depuis l'avénement du faux-roi, tout a changé.
— Attention alors, siffla le serpent. Dans une prophétie, vous ne pouvez absolument pas vous impliquer.
— J'ai mis une année graraïque pour l'écrire. Je ne fais plus ce genre d'erreur.
 Ils se regardèrent - si Rork voyait quelque chose. Puis Susssie se leva et contourna le globe. Elle passa près de la zone noire, siffla, puis désigna un endroit à l'autre bout de l'Univers. L'hologramme se transforma pour afficher une unique planète.
— Saolia, pour un premier test, Rork ?
— Pourquoi pas ? Ils sont habitués à recevoir nos prophéties.
— Excusez-moi, mais pourquoi il y a une zone floue sur votre mappe ?
— Ah, la Voie lactée...
 Susssie revint en arrière et zooma sur le néant présent sur son image. Rork plaça sa tête entre ses énormes mains, coudes posés sur la table.
— Nous étions trois dans ce bureau, avant. Le dernier a été remercié il y a quelques siècles.
— Notre partenaire a perdu les pédales pendant nos vacances. Il a littéralement bombardé une planète de prophéties. En moins de deux siècles autochtones, il y a mis près de cinquantes messagers.
— Il a même brisé la première règle du prophète.
— Ne jamais s'adresser directement ou indirectement au sujet, récitai-je.
— Pauvre Dieu, je ne sais même pas ce qu'il est devenu, déplora Rork.
— Depuis deux milles ans, la zone est en quarantaine. Les experts pensent qu'il y en a encore pour un moment.
 La sarpanta replaça l'hologramme sur Saolia, puis revint s'assoir. Elle me tendit un parchemin vierge, Rork me donna une plume d'oiseau-shird à pointe de cristal.
— Voyons comment tu te débrouilles avec le stress. Tu as un an pour écrire et réaliser une prophétie.
— Un an ici ?
— Autochtone, s'esclaffa Rork. On a à peine le temps de prendre notre pause, alors tu devrais te dépêcher !
 Sussie régla alors un sablier puis ils quittèrent la pièce en lançant le "A toute à l'heure !" le plus stressant de toute ma vie.
3
2
8
4
Feerieland
Abigail une adolescente solitaire et un peu bohème vit avec sa mère dans le Nevada et rêve de devenir actrice ou chanteuse. Sa mère n'a surtout pas envie qu'elle ait la même vie qu'elle, enceinte encore adolescente, abandonnée par le père et vivant d'un emploi de serveuse sans interêt.
7
4
14
23

Vous aimez lire Croque Morts ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0