Chapitre 2

6 minutes de lecture

Tout était noir, les couleurs avaient disparues. Les sons résonnaient contre des murs invisibles. Perdue, Avril cherchait un point de repère, une sortie, quelque chose. Les sons se rapprochaient, se transformant en bruit de pas. Avril se mit à courir, ignorant où aller. Les pas la suivaient, quel que soit la direction qu’elle prenne. Son cœur battait si fort, elle ne parvenait plus à respirer tant la peur l’étreignait. Un cri retenti. Une voix, un ordre. « Ne reste pas là, va-t-en ! Sauve-toi avant qu’il ne soit trop tard ! ». Au loin, une silhouette apparu, figure noire mouvante sur l’obscurité environnante. Elle courait vers Avril. Paniquant, la jeune fille leva le bras droit, pointant une arme à feu vers l’inconnu, et appuya sur la gâchette. Le coup de feu tapa contre les tympans, suivi du bruit mat d’un corps s’écroulant au sol. Avril s’approcha doucement vers le mort. La morte. Toute de noir vêtu, seuls les cheveux roux détonaient. Elle avait son visage.

La pâle lumière du matin passait à travers les volets, tirant Avril de son sommeil. Elle chassa les images de son cauchemar et s’étira dans son lit avant de fixer le plafond, guettant les bruits de la maison. Elle entendait sa mère s’activer dans la salle de bain, se préparant avant de partir au travail. Les pas lourds de son beau-père sur la moquette se dirigèrent vers la porte d’entrée, suivit quelques secondes plus tard du grincement plus éloigné du portail alors qu’Il quittait la maison.

Avril attendit encore quelques minutes, comme chaque matin depuis le début des vacances d’été. Elle sourit en entendant les petits sons habituels : une porte grinça, des pas furtifs se firent entendre et la porte de sa chambre s’ouvrit tout doucement, laissant apparaître une petite silhouette. La jeune fille tourna la tête et contempla cette merveilleuse image pour laquelle elle était prête à attendre des heures : son petit frère, dans son pyjama trop grand, les yeux encore bouffis, son pouce dans la bouche et son éternel doudou coincé sous son coude. Il resta posté à côté du lit, sans bouger, jusqu’à ce qu’Avril soulève un coin de la couette. Un grand sourire se dessina sur le visage de Ronan qui grimpa se blottir contre sa sœur.

Lovés l’un contre l’autre, ils observèrent les ombres disparaître, révélant le maigre ameublement de la pièce : le lit double dans lequel ils étaient pelotonnés se trouvait face à la fenêtre, un bureau en bois occupait un coin et une vieille armoire, également en bois, occupait l’autre. Les murs blancs étaient dépourvus de décoration, aucune touche de couleur ne venait apporter un semblant de gaieté à l’endroit. Avril se désintéressa de sa contemplation pour se tourner vers son frère.

— Mon petit prince, prêt pour une nouvelle journée ? demanda-t-elle.

— On fait ‘oi aujou’d’hui ? murmura le petit garçon, son pouce toujours dans la bouche.

— J’ai pensé à un pique-nique. C’est bien, non ?

— Oh oui ! s’écria Ronan en souriant, libérant son doigt. Mais avant on va à l’église, j’ai promis au père Mathieu de l’aider.

Trois coups secs résonnèrent avant qu’Avril ne puisse répondre. La porte de la chambre s’ouvrit, laissant apparaître leur mère.

— Les enfants, c’est l’heure de se lever. Avril, j’y vais, tu t’occupes de ton frère. À ce soir.

— À ce soir ! répondirent-ils en chœur.

Le silence s’installa dans la maison, occasionnellement rompu par le moteur d’une voiture ou les aboiements d’un chien.

— Bon, déclara Avril d’un air malicieux, je crois que c’est l’heure du petit déjeuner ! Je mangerai bien un petit prince !

Sur ce, elle sauta sur son frère et se mit à le chatouiller. La pièce s’emplit alors de cette douce mélodie qu’est le rire d’un enfant, ce qui sembla la rendre bien plus vivante.

— Le dernier arrivé a perdu, cria Ronan en s’échappant des bras de sa sœur.

Avril sourit en sortant lentement du lit et traversa le couloir dont la vieille moquette tachée se décollait, pour se rendre dans la cuisine. Elle passa devant la chambre de son frère, située face à la sienne, et celle des parents, face à la salle de bain. La pièce principale de la maison se divisait entre la cuisine, le salon, et la salle à manger. Pour ainsi dire, la moitié était occupée par de l’électroménager bas de gamme, et l’autre contenait, malgré sa petite taille, une table à manger, un canapé deux places et une petite télévision qui ne captait que peu de chaînes, quand elle captait. Tous les murs étaient blancs, seuls les meubles apportaient de la couleur et le peu de fenêtres ne laissait pas entrer suffisamment de lumière, ce qui donnait une impression d’étouffement.

Avril entama sa routine de tous les jours. Elle servit un bol de céréales à son frère, nettoya la vaisselle laissée par sa mère et son beau-père, mangea à son tour, habilla Ronan, et se prépara pendant qu’il jouait dans sa chambre. Au moment de quitter la maison, elle glissa dans son sac des sandwichs préparés avec le reste de pain de la veille et récupéra la monnaie laissée sur la table pour en acheter du nouveau. Elle ferma la porte à clef et enfourcha son vélo pour emmener son frère dans des endroits plus radieux.

***

Les portes de l’église s’ouvrirent alors qu’Avril s’engageait sur la place du village. Elle accrocha son vélo à un lampadaire tandis que plusieurs personnes commençaient à descendre les marches.

— Plus vite, on est en retard ! s’écria Ronan, impatient.

La jeune fille l’aida à sortir de son siège et le suivit tandis qu’il courait à l’intérieur de l’église, se faufilant dans la foule.

— Ronan, attends-moi !

Le petit garçon rejoignit le père Mathieu, qui l’accueillit d’un large sourire.

— Ah ! Je commençais à croire que tu ne viendrais pas. Allons-y, c’est l’heure.

Avril les suivit au fond du bâtiment, sous le clocher, où une corde pendait dans le vide. Ronan l’attrapa et, aidé du prêtre, ils tirèrent fort, jusqu’à ce que la cloche retentisse dans le village, annonçant la fin de la messe. Ils restèrent ensuite immobiles, les yeux fixés sur cet instrument de métal qui se balançait dans les airs, jusqu’à ce que la dernière note s’évanouisse.

— Bon, vous m’aidez pour le potager ? demanda le père Mathieu.

— Oui ! s’écria Ronan.

— Allez-y, je vous rejoins plus tard, déclara Avril.

Main dans la main, le prêtre et le petit garçon sortirent par l’arrière de l’église qui donnait sur une petite cour où se trouvait la dépendance du religieux, ainsi qu’un potager aménagé au fil des années.

Pendant ce temps, Avril retourna dans la nef et s’installa derrière le piano. Profitant du lieu désert, elle fit danser ses doigts sur le clavier de l’instrument, laissant la musique envahir chaque recoin du bâtiment. Jouer lui procurait toujours une sensation de bien-être, comme si une bulle se formait autour d’elle, la coupant de la réalité.

Avril habitait ce village depuis ses cinq ans, soit treize années, et elle ne s’y était jamais sentie bien. Le fait que tout le monde se connaisse l’étouffait et c’est en cherchant un coin d’isolement qu’elle s’était réfugiée dans les bois, loin des maisons, des gens et des regards. Le seul autre endroit où elle était aussi apaisée que dans la nature était l’église, bien qu’elle ne soit pas croyante. Une profonde sérénité imprégnait ce lieu où les bancs en bois craquaient lorsqu’on s’y asseyait, où les murs de pierre étaient recouverts de poussière et où les rayons du soleil qui passaient à travers les vitraux teintaient l’air de couleurs multiples. L’église étant trop petite pour accueillir un orgue, le piano faisait office d’accompagnement pour les chants. Dès qu’elle en avait le temps, Avril passait y jouer un air et reposer son esprit. Le père Mathieu s’asseyait généralement sur un banc non loin et l’écoutait en silence, les yeux fermés, s’il n’était pas occupé avec Ronan.

Concentrée, elle n’entendit pas son frère revenir, accompagné du prêtre. Ronan vint s’asseoir à côté de sa sœur et la regarda jouer pendant que le père Mathieu s’installait sur un banc. Ils la laissèrent terminer son morceau, se contentant d’écouter. Quelques secondes de silence suivirent les dernières notes, laissant les bruits de l’extérieur remplir petit à petit l’enceinte de l’église.

— Bon, on va manger maintenant ? demanda la jeune fille en se tournant vers son frère.

— Oui, j’ai faim !

— Tenez, des framboises du potager, dit le père Mathieu en tendant à Avril un petit sachet.

— Merci, murmura-t-elle en prenant les fruits.

— On se revoit demain, déclara-t-il à l’adresse de Ronan. Tu me parleras de tes nouveaux trésors.

Ils s’en allèrent après avoir salué le prêtre et Avril pédala laborieusement jusqu’à la sortie du village pour s’enfoncer dans la forêt où aucun mur n’arrêtait le rire d’un enfant.

Annotations

Recommandations

Flora Lune
Journal d'une étudiante de septembre à juin.

Nouvelle initialement écrite pour Rêves de Lignes
11
0
0
4
Défi
Tom Men

— Je vous souhaite la bienvenue à tous chez Prophéties et Associés, la plus grande fabrique de légendes de l'Univers !
 L'hôtesse, à la peau bleue comme des saphirs, nous souriait en dardant sur nous des yeux brillants tels des étoiles. J'y étais enfin ! Mon premier jour dans l'entreprise de légendes la plus réputée de toute la Création. C'était surtout ici, cent ans avant qu'elle ne se réalise, que la prophétie de Zadear et la princesse de glace avait été écrite. L'auteur était depuis éternellement connu et adulé : il avait réussi à créer le couple le plus parfait de tous les temps et pacifier la planète la plus habitée par la même occasion, rien que ça !
 On nous fit visiter une partie des locaux, de l'atelier de fabrication de la lumière céleste aux salles de réunion des plus grands prophètes de l'Histoire. Il y avait partout des fontaines d'éther, des micro-nuages stellaires holographiques et des statues des Infinis, des hérauts dont le travail était tout simplement inégalable.
 Un homme se présenta alors devant nous. Il avait des yeux rouges et oranges, sa peau rutilait comme un diamant et sa toge, d'un blanc immaculé, semblait faite de nuage. Il murmura quelques mots à l'oreille de l'hôtesse avant de se tourner vers nous.
— Bonjour à tous. Avant de vous séparer dans nos différentes équipes, nous allons procéder à une évalution de votre potentiel d'inventivité. Suivez mademoiselle Nariel quand elle appelera votre nom, je vous prie.
 Le mien fut le troisième. L'hôtesse me mena à travers quelques couloirs. Le trajet me parut interminable, comme une suite de portes, toutes fermées, qui vous oblige à poursuivre votre route sans pour autant voir la destination. Nariel me fit entrer dans un bureau. Les murs, recouverts de motifs floraux or et argent, étaient éclairés par un immense globe universel qui flottait au-dessus de son terminal. Près de l'installation, deux personnes étaient assises à une table de verre. La première avait une tête triangulaire recouverte d'écailles chatoyantes, tandis que la seconde ne montrait pas son visage : il était enfoui sous une tonne de longs poils brun-roux. En me voyant entrer, chacun se présenta, l'un après l'autre.
— Susssie, dit le serpent avec une voix rauque de femelle Sarpanta.
— Stoaktitoothrrrork, dit l'homme-serpillère, mais tu peux m'appeler Rork.
— Aely, me présentai-je avant de m'asseoir.
 Nariel déposa un porte-documents sur la table et en sortit un parchemin, qu'elle tendit aux prophètes, puis quitta la pièce. Pendant qu'ils discutaient, je laissai mon regard parcourir le globe. C'était une représentation intégrale de l'Univers mesurant près de trois mètres de diamètre. A l'intérieur, on y découvrait une vingtaine de petits repères lumineux de différentes couleurs, représentant des prophéties en cours.
 Les rouges, tout d'abord, étaient celles qui avaient échoué. C'était peu fréquent, surtout chez Prophéties et Associés, mais il n'était pas impossible que le sujet d'une prédiction meurt avant de la résoudre. C'était la principale cause d'échec. S'ajoutaient à ça le risque de dissipation spatiale, la concurrence, et, malheureusement, la malchance de voir que le héros ne trouve pas son oracle.
 Les vertes, ensuite, étaient celles qui avaient été accomplies. Le globe en comptait douze, un peu partout. Le seul moyen pour une prophétie de se réaliser était d'observer un mode d'emploi très précis : découvrir l'oracle et suivre ses instructions à la lettre. Un seul pas de travers de la part du sujet pouvait tout faire échouer.
 Les jaunes étaient en déplacement : attaché à un rayon de soleil, elles prenaient le trajet le plus rapide vers leur destination. Les bleues quant à elles, étaient en cours de réalisation. Je savais qu'il me suffisait de toucher l'un des points pour faire apparaître un écran présentant les événements, passés ou présents.
 Je remarquai qu'il y avait un espace non représenté sur le globe. Avant que je ne puisse m'y attardé, les prophètes se tournèrent vers moi.
— C'est un très bon projet de fin d'année que vous avez présenté à l'Académie des Jumeaux Devins.
— Merci.
— Papier de l'Arbre Feror, sur la planète Neuvis, encre de lumière vusrinéene à la plume - très belle écriture d'ailleurs.
— Sujet original. La situation sur Grara vous déplaît ?
— Je suis née là-bas. Depuis l'avénement du faux-roi, tout a changé.
— Attention alors, siffla le serpent. Dans une prophétie, vous ne pouvez absolument pas vous impliquer.
— J'ai mis une année graraïque pour l'écrire. Je ne fais plus ce genre d'erreur.
 Ils se regardèrent - si Rork voyait quelque chose. Puis Susssie se leva et contourna le globe. Elle passa près de la zone noire, siffla, puis désigna un endroit à l'autre bout de l'Univers. L'hologramme se transforma pour afficher une unique planète.
— Saolia, pour un premier test, Rork ?
— Pourquoi pas ? Ils sont habitués à recevoir nos prophéties.
— Excusez-moi, mais pourquoi il y a une zone floue sur votre mappe ?
— Ah, la Voie lactée...
 Susssie revint en arrière et zooma sur le néant présent sur son image. Rork plaça sa tête entre ses énormes mains, coudes posés sur la table.
— Nous étions trois dans ce bureau, avant. Le dernier a été remercié il y a quelques siècles.
— Notre partenaire a perdu les pédales pendant nos vacances. Il a littéralement bombardé une planète de prophéties. En moins de deux siècles autochtones, il y a mis près de cinquantes messagers.
— Il a même brisé la première règle du prophète.
— Ne jamais s'adresser directement ou indirectement au sujet, récitai-je.
— Pauvre Dieu, je ne sais même pas ce qu'il est devenu, déplora Rork.
— Depuis deux milles ans, la zone est en quarantaine. Les experts pensent qu'il y en a encore pour un moment.
 La sarpanta replaça l'hologramme sur Saolia, puis revint s'assoir. Elle me tendit un parchemin vierge, Rork me donna une plume d'oiseau-shird à pointe de cristal.
— Voyons comment tu te débrouilles avec le stress. Tu as un an pour écrire et réaliser une prophétie.
— Un an ici ?
— Autochtone, s'esclaffa Rork. On a à peine le temps de prendre notre pause, alors tu devrais te dépêcher !
 Sussie régla alors un sablier puis ils quittèrent la pièce en lançant le "A toute à l'heure !" le plus stressant de toute ma vie.
3
2
8
4
Feerieland
Abigail une adolescente solitaire et un peu bohème vit avec sa mère dans le Nevada et rêve de devenir actrice ou chanteuse. Sa mère n'a surtout pas envie qu'elle ait la même vie qu'elle, enceinte encore adolescente, abandonnée par le père et vivant d'un emploi de serveuse sans interêt.
7
4
14
23

Vous aimez lire Croque Morts ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0