Chapitre 13 : L'élite (Partie 2/3)

10 minutes de lecture

Les deux blonds s'échangent des regard surpris et, si l'on observe bien, presque apeurés : il n'est pas dans les habitudes du Taureau de se mettre en colère ou encore de le montrer. D'ordinaire, elle fait preuve d'une telle douceur qu'on oublie vite la monstrueuse puissance qu'elle détient. Tout penauds, ils se murent dans le silence, préférant ne pas lui donner de raison supplémentaire d'extérioriser son agacement à leur égard. Ils ont déjà été témoins de ce que pouvait donner son poing sur une montagne, alors sur un être vivant et sans retenue, mieux vaut ne pas l'imaginer. Même Panna, qui la seconde en terme de force physique, ne s'oserait jamais à l'affronter au corps à corps, c'est dire comme les frissons qui lui parcourent l'échine sont légitimes.

— Regardez-vous un peu, continue leur aînée, vous vous comportez comme des enfants alors que ce n'est ni le lieu, ni le moment pour vous laisser aller à ce genre d'attitude ! C'est à croire que malgré toutes ces années, vous ne réalisez pas ce qui est en jeu ! Que dirait Père s'il vous voyait vous quereller ainsi ?

— Que ce n'est certainement pas pour faire preuve d'une telle futilité que nous sommes ici.

La soudaine intervention du patriarche surprend toute l'assistance, qui se confond en excuses avant de s'incliner à son entrée. Il descend les marches dans le plus grand des calmes, s'arrête un instant près de la longue table détruite et, dans un murmure, en fait apparaître une toute nouvelle. Il pose ensuite sa main sur l'épaule de Byka, lui adressant par là même un sourire apaisant, puis traverse le reste de la pièce pour se diriger vers son propre piédestal, qui domine le reste de l'assemblée. De ses grands yeux verts et noirs fatigués, il jauge les divins présents, analyse leur gestuelle et les expressions sur leurs visages, mais plus particulièrement le siège vide dans la rangée dédiée à l'Été.

— Comme d'habitude, il n'est pas encore là. Cela ne me surprend guère... Quoi qu'il en soit, histoire de mettre un point final à vos enfantillages avant le début de notre réunion, il est vrai que Panna a pris sur elle le soin de me raconter en détails les raisons qui l'ont poussée, aussi surprenant que cela puisse être, à prendre part à un combat d'Opposés Astraux. Et ce, il est bon de le préciser, dans un lieu prévu à cet effet. C'est pourquoi je lui ai pardonné cet écart, ainsi qu'à Ryby. En ce qui te concerne, en revanche, mon fils, je ne puis me montrer aussi clément. Je dois avouer que de tous mes enfants, tu es celui que je m'attendais le moins à voir impliqué dans une telle situation. Cette action aurait pu mettre gravement en danger tes Cortégiens, ainsi que ceux de Beran. Nous parlons de vies, ce n'est pas une chose avec laquelle on peut se permettre de jouer. Autant j'aimerais savoir ce qui vous est passé par la tête à tous les deux, autant je préférerais ne pas avoir à écouter vos prétextes.

— Allons-nous recevoir une punition ? demande Vahy après un instant de silence.

— Je ne l'ai pas encore décidé. Avant que Kozoro ne disparaisse, cela faisait déjà bien longtemps que j'avais abandonné l'espoir qu'elles soient d'une quelconque utilité à Rakovina.

— À ce propos, Père, ça va maintenant faire deux jours qu'elle est partie sur Terre. Pourquoi n'est-elle toujours pas revenue ? Ce n'est quand même pas si compliqué que ça, de faire un aller retour, signale Byka sur un ton inquiet.

— Je l'ignore. À vrai dire, j'ai mon idée sur la question, mais j'attendrais de l'entendre de sa bouche avant de vous la confirmer.

— Ah, sommes nous vraiment obligés de parler d'elle, ou de presser son retour ? s'exclame une voix masculine provenant de l'entrée de l'amphithéâtre.

Tous les regards se tournent alors vers le nouvel arrivant, un jeune homme dont les cheveux roux ébouriffés contrastent avec la peau tannée. Maintenant qu'il est devenu le centre d'attention général, il s'adosse contre le mur et croise les bras et les jambes en toute confiance, un sourire presque insolent aux lèvres. Peu importe le nombre des années, l'Incarnation du Lion ne changera jamais.

— C'est vrai, quoi, pour une fois que nous sommes soulagés de sa présence maléfique, je dis que nous devrions en profiter tant que ça nous est possible ! Laissons la où elle est, elle est très bien là-bas et nous de même ici.

— Pour commencer, merci d'enfin te joindre à nous, Leïv. Ensuite... tu te rends bien compte, mon fils, qu'elle ne va pas y rester pour l'éternité ?

— Oh, l'éternité, c'est surfait de nos jours. La moindre minute sans elle me fait des vacances, pas vous ?

— Quand bien même nous aurions certainement tous aimé agréer de tout coeur, Rakovina n'est point le sujet de ce rassemblement, comme tu le sais. Maintenant, va t'asseoir afin que nous puissions débuter.

Haussant lourdement les épaules, celui qui est depuis longtemps considéré comme le plus irritant des fils d'Ophiuchus finit par s'exécuter dans une démarche tranquille et nonchalante. Une fois installé à gauche de Panna, il allonge ses jambes et pose ses pieds sur la table, agitant sans aucune pudeur ses orteils se terminant par de longs ongles noirs taillés en pointe, à l'image de griffes d'animal.

— Voudrais-tu bien te donner la peine de placer ton séant et tout ce qui le suit correctement ? le réprimande Panna avec dégoût.

— Prêt pour le rapport quotidien, Monseigneur mon père, déclare-t-il tout haut en ignorant royalement sa soeur.

Celui que l'on surnomme l'Éternel en raison de son infinie longévité soupire d'exaspération, se massant d'une main le côté droit de sa tête et de l'autre l'arête de son nez, avant de se redresser et de retrouver une allure digne.

— Bien, commençons. Byka ?

La femme en armure se lève en signe de respect avant de prendre la parole :

— Rien d'inhabituel chez moi pour le moment. Il semblerait qu'encore une fois, seule la constellation du Serpentaire soit concernée. Je continue cependant de percevoir des faiblesses de la part de la Barrière, et... ça m'inquiète fortement. J'ai peur que si la situation persiste dans cette voie, elle ne finisse par dégénérer.

— Elle tiendra, ma fille, je comprends tes craintes mais ne perds jamais cette conviction. Pour l'instant, ce n'est l'affaire que d'une ou de quelques fissures, ce n'est pas comme s'il s'agissait d'une brèche béante à proprement parler. Puisque l'on y vient, Vahy, as-tu du nouveau sur le sujet ?

Elle se rassied tandis que le jeune homme se met debout à son tour :

— Non, Père, je regrette. Je n'ai toujours rien trouvé sur la partie de la Barrière que j'inspecte actuellement. En ce qui concerne mon domaine, je n'ai rien à déclarer non plus, je rejoins la conclusion de Byka.

— Et j'en fais de même, renchérit Panna en suivant le même mouvement, tout est calme, et mes Cortégiens respectent scrupuleusement mon couvre-feu. Je n'ai aucune intrusion à signaler à travers les portails de la Balance et du Scorpion, prions pour que cette discipline perdure.

— Très bien. Leïv ?

Contrairement à ses frères et soeurs, le Lion ne bouge pas de sa confortable position, pas par irrespect, mais plutôt par simple fainéantise.

— Je n'ai rien à ajouter par rapport à ce qu'on sait déjà. Tout est exactement pareil qu'hier, et la nuit d'avant, et l'année d'avant, et cetera, et cetera, et il en sera sûrement de même demain, et la nuit d'après, et l'année d'après, et cetera, et cetera, dit-il en accompagnant ses mots de gestes des bras exagérés, à la limite du théâtral.

À cet élan de pitrerie auquel il aurait préféré éviter d'assister, le patriarche recommence à se masser le crâne bien qu'il n'y ait aucune douleur à atténuer, c'en est presque devenu un tic au fil des siècles.

— Pour une fois dans ta vie, pourrais-tu, s'il te plaît, faire preuve d'un peu de sérieux ? C'est d'un sujet grave dont nous discutons. Mon fils, tu as 819 ans et tu es pire que les petits enfants humains. Est ce que tu as envie que je t'envoie au coin, comme les petits enfants humains ?

— Oh, si on ne peut plus plaisanter... J'essaye simplement de détendre l'atmosphère ! se défend vivement Leïv.

Remarquant que les autres sont sur le point d'intervenir ce qui, connaissant la Vierge, risquerait de se transformer en nouvelle joute verbale indésirable, Byka leur ordonne d'un discret signe de la main de rester en dehors de ça, puis s'adresse au divin estival sur son habituel ton doux et apaisant :

— Mon frère, avec tout mon respect et mon affection, nous n'avons pas besoin d'être détendus mais d'avoir les idées claires. Tu peux le comprendre, n'est ce pas ?

S'apprêtant à sortir une énième brillante réplique, ce dernier se ravise en voyant rivés sur lui les visages agacés aux regards aussi tranchants que des lames. Le poids de ces yeux et du silence ayant pris place dans la salle entière finit parle faire céder dans un grognement de déception :

— D'accord, d'accord ! Puisque tout le monde veut que je me taise, je me tais. Mais ce n'est pas non plus avec des têtes d'enterrement qu'on améliorera les choses !

— La seule chose que cela améliorera, c'est notre humeur générale, et ça, c'est déjà beaucoup en soi, rétorque Panna en cachant au mieux le ton moqueur de sa voix.

Entre deux soupirs et maux de tête, Ophiuchus est sur le point d'appeler au calme une nouvelle fois quand la mine inhabituellement songeuse de Vahy attire soudainement son attention.

— Quelque chose ne va pas, mon garçon ?

— Je... J'ignore si c'est important.

En général, la Balance n'est pas du genre à se ronger les sangs pour un rien, ses intuitions sont même plutôt exactes. Ophiuchus l'a bien compris après toutes ces années, aussi a-t-il toujours estimé qu'il vaut mieux prêter attention à ses paroles, et au vu de l'expression qu'il arbore en ce moment, cela pourrait être sérieux.

— Dis tout de même ce que tu as en tête, nous en jugerons, l'encourage-t-il.

— Fort bien... Écoutez, je ne sais pas si quelqu'un d'autre l'a remarqué hier soir, mais j'ai l'impression que le portail de la Terre n'est plus le seul à se trouver en zone dangereuse. Je crois que le mien, et même celui de Styr doivent eux aussi bénéficier d'une plus importante protection. C'est comme si... leur lien naturel à votre domaine était la source d'un tel intérêt.

— Tu en es certain ? demande Ophiuchus en fronçant les sourcils, intrigué.

— Non, pas encore tout du moins. Je me fais peut-être des idées, mais je n'ai vraiment noté de mouvements suspects qu'autour de ces portails précis, ça ne peut pas être un hasard.

L'Éternel reste silencieux quelques instants, l'esprit plongé dans une intense réflexion, avant de conclure :

— Tu as bien fait de nous raconter cela, nous ne devons négliger aucune éventualité. Si tu as raison, il faudra nous montrer encore plus vigilants qu'auparavant. Je pensais que la renaissance de Kozoro nous offrirait une trêve, mais j'ai le pressentiment que sa présence illégitime sur Terre risque d'avoir un poids sur l'ampleur de la menace à laquelle nous faisons face.

Personne n'en avait fait mention mais c'était bel et bien une chose que tous, au fond, redoutaient. Un tel événement ne peut pas avoir eu lieu sans conséquences, sans rien altérer ou empirer. Quelles que soient les difficultés auxquelles ils ont fait face jusqu'à présent, si rien ne change, elles risquent d'être plus grandes encore à l'avenir.

— Père, finit par déclarer Byka en se relevant, je sais que nous avons déjà eu cette discussion, mais je persiste à penser que nous devrions mettre d'autres personnes dans la confidence. Ne serait ce que Styr, c'est de son portail qu'il s'agit, après tout.

— J'entends, mais même si elle était au courant, elle ne pourrait rien y faire, elle n'a pas les pouvoirs adéquats pour affronter ce danger. Même son fabuleux esprit stratège ne nous serait d'aucune utilité. Tous ceux qui sont présents dans cette salle ont été minutieusement choisis pour former l'élite qui depuis 60 ans surveille et protège mon domaine.

— Dans ce cas, pourquoi n'avoir toujours pas inclus Beran et Sterel ? Je suis le seul signe de Feu ici, pourtant c'est bien ce dont nous avons le plus besoin, ajoute Leïv avec incompréhension.

— J'ai déjà exposé mes raisons à plusieurs reprises, mais puisque tu tiens vraiment à me faire répéter... Bien que les pouvoirs des signes de Feu soient en majorité d'une aide précieuse, l'impétuosité et l'instabilité de Beran risqueraient de vous mettre constamment en péril, nous en avons d'ailleurs eu à nouveau la preuve aujourd'hui.

— Bon, ça, c'est vrai, je veux bien l'admettre... Mais Sterel ? Il a la tête sur les épaules, lui.

— En effet, mais il ne saurait cacher une telle chose à vos frères et soeurs contrairement à vous, oui, même toi, aussi surprenant que ce soit. Le connaissant, il préférerait mettre tout le monde au courant plutôt que de garder le silence, et ce n'est pas ce dont nous avons besoin. À moins qu'un jour nous n'ayons plus d'autre choix, cette équipe réduite et soigneusement constituée reste le moyen le plus sûr et le plus efficace de tous nous protéger, sans créer de panique générale ni alimenter de vaines actions héroïques. Je refuse que nous perdions des vies inutilement.

Le Lion s'avoue finalement vaincu. D'un côté, ça lui permet de rester le héros principal, mais de l'autre, il ne dirait franchement pas non à davantage de soutien. Vahy sert à peine repousser la menace, son rôle se jouant davantage aux frontières de la Barrière, tandis que Byka n'a pour seule utilité que de raviver la nature morte afin d'effacer toute trace d'un quelconque combat et qu'ainsi nul ne se doute de rien le lendemain matin. En fin de compte, seule Panna peut être considérée comme une partenaire d'armes digne de ce nom, mais uniquement grâce à une ou deux de ses capacités, ce qui fait de lui la pièce maîtresse du groupe, le rempart majeur entre la survie et la destruction. Et autant ça flatte son ego, autant c'est la seule couronne qu'il trouve lourde à porter. Cette équipe a au moins eu le mérite de fonctionner jusqu'à aujourd'hui malgré les disparités, mais pour combien de temps encore ?

— Il va nous être plus difficile d'agir à partir de maintenant, reprend le patriarche, un portail à protéger en plus du reste de la constellation était déjà quelque chose de laborieux, mais trois... Nous y arriverons, mes enfants, je vous le promets. Il nous suffit de nous battre plus ardemment encore.

Annotations

Recommandations

ElliePyroFire
Ellie se découvre la maîtrise du feu et doit tout mettre en œuvre pour se cacher de ses ennemis. Alors qu'elle ne parvient pas totalement à contrôler ses émotions, celle-ci se voit confier la mission de retrouver un katana aux dangereux pouvoirs avant qu'il ne tombe entre de mauvaises mains.
Elle pourra compter sur l'aide de ses alliés, mais certaines découvertes pourraient lui rendre la tâche encore plus difficile.

Couverture réalisée sur Canva.
130
157
465
145
Défi
Nikal Dapar
Réponse au défi des micronouvelles de Ceryse, SeekerTruth et Sven123
74
78
1
2
vani974
Loa est une jeune adolescente de dix sept ans qui vie seule avec sa mère. Tout est parfait, un petit ami fantastique, une famille et des amis formidable, et bientôt l'université, cependant, depuis quelque temps, Loa fait des rêves qui lui semble bien réel, des visions d'un jeune homme ne cesse de la hanté. Qui est-il? Pour le découvrir, elle devra accepté sa vrai nature, une nature or du commun, car Loa n'est autre qu'un ange. . .
59
11
25
220

Vous aimez lire Merywenn1234 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0