Chapitre 2 : L'Assemblée (Partie 2/2)

6 minutes de lecture

Quelques murmures se dispersent à travers la foule. Se pourrait-il qu'il ait raison ? Peuvent-ils réellement abandonner leur colère, offrir une seconde chance à celle qui a tenté de causer leur perte ? Si leur père en est persuadé, pourquoi continuer à la rejeter ? Mais cinq siècles de rancœur ne s'effacent pas comme ça. Ce sont des choses qui demandent du temps. Sont-ils vraiment prêts à y consacrer le leur ?



— Cependant, songez à ceci : Kozoro n'a pu renaître parmi les divins par elle-même. Pas sur Terre. Quelqu'un y a contribué.



Voici enfin venue la question que tous se posent depuis que l'aura de Kozoro a été de nouveau ressentie. Comment a-t-elle retrouvé sa véritable nature ? La Terre est un endroit vaste, emplie d'une infinité de merveilles, abritant des êtres si proches mais si différents d'eux, que chacun considère à sa manière. Mais la Terre est un endroit dangereux. Non pas que qui ou quoi que ce soit y ait le pouvoir de les blesser ou pire encore, loin de là. En vérité, il n'y a aucune chance qu'ils y meurent, car seule la main d'une autre Incarnation, seule la main de l'un des leurs, peut leur apporter souffrance et mort. Elles peuvent vivre un millénaire entier avant de s'éteindre en paix. Et grâce au pouvoir de leur père, le seul à disposer d'une éternelle longévité, elles peuvent renaître.



Renaître, pas revenir à la vie, c'est là une chose bien différente, mais qui aurait peut-être été bien pratique. Car à chaque renaissance, elles sont dépossédées des souvenirs de leurs anciennes vies, et voient leur personnalité changée. Une Incarnation n'est jamais la même au fil de ses vies. C'est un cycle éternel. Mais il existe un lieu où il n'est pas bon d'être une Incarnation en péril, où il ne faut surtout pas mourir. Ce lieu, c'est la Terre, le monde des humains. Car lorsque la mort vous y prend, le cycle de renaissance fait toujours effet... cependant, vous ne revenez pas en tant que divinité, mais en tant qu'humain.



L'Incarnation ayant le malheur de mourir sur Terre renaîtra indéfiniment en tant qu'humaine aux pouvoirs à jamais scellés, inconsciente de sa véritable nature. Et il lui est impossible de la regagner. Son aura, qui peut en temps normal être ressentie et localisée par n'importe lequel de ses pairs, est effacée, considérée comme morte. C'est là la pire chose qui puisse arriver, car la Barrière n'est alors plus alimentée par cette aura. Et des rares ayant subi un tel sort parmi les précédentes Générations ayant veillé sur l'Univers, aucun n'a jamais pu revenir parmi les siens. Le retour de Kozoro reste ici un mystère. Et si quelqu'un sur Terre a découvert un moyen de défaire ce sortilège... comment considérer cette personne ? Alliée ou ennemie ?



— Je crains que votre sœur ne soit en danger là-bas. Qui sait quelles sont les intentions de celui qui l'a réveillée ? Nous devons y aller et la ramener. Empêcher que son cœur si bienfaisant ne soit à nouveau lâchement corrompu. Je ne me permettrais pas de perdre ma fille une seconde fois !



— Qu'est ce qui vous dit que son cœur sera bienveillant ? intervient de nouveau l'homme assis en tailleur. Vous l'avez dit vous-même, elle ne peut plus être celle que nous avons connue. Avant sa trahison, elle était aimante, généreuse. Et avait toujours cette obsession maladive pour le bien-être des humains. Peut-être en est-elle aujourd'hui l'exact opposée ?



— Je l'espère bien, ne peut s'empêcher de clamer la femme à ses côtés d'un sourire mauvais, elle était si faible, je ne pouvais pas m'amuser pleinement avec elle.



À ces mots, Beran s'élance promptement vers elle, le regard menaçant :



— Tu ne la toucheras pas une seule fois de plus !



— Quoi, le petit mouton s'énerve ? Il a peur que je fasse mal à sa… désormais ex chère et tendre ? lui susurre-t-elle avec provocation.



— Assez ! ordonne un autre frère en s'interposant.



— Rabat-joie... souffle la première en abandonnant son sourire.



— Je t'en prie Sterel, calme moi car je sens que je vais exploser... grogne le second en serrant les poings.



La tension commence à devenir palpable. Il était en effet craint que Rakovina ne vienne mettre son grain de sel dans l'affaire, comme dans toute conversation concernant Kozoro. Et lorsque l'Incarnation du Bélier est dans les parages à ce moment là, ça ne se termine jamais bien. Tout le monde sait qu'elle prenait plaisir à maltraiter sa sœur, et que Beran était toujours le premier à la défendre, parfois rageusement. Et presque à chaque fois, c'était une intervention salutaire du Sagittaire qui mettait fin à toute confrontation.



Les Incarnations peuvent parfois s'affronter pour de multiples raisons, parfois pour le simple divertissement. Mais il n'est jamais bon de combattre sérieusement car cela peut entraîner de graves blessures, voire la mort. Et malheureusement pour la douce Déesse du Capricorne, c'était sur elle que Rakovina avait jeté son sadique dévolu. Il n'était alors pas rare de voir le loyal et gentil Beran brûler de colère et tenter de faire justice lui-même. Des attitudes hautement dangereuses que tous préféreraient éviter, particulièrement en ce jour.



Sterel s'immobilise, bras tendus, déterminé à séparer ses frères et sœurs et endiguer une nouvelle catastrophe. Tous deux ne se lâchent pas du regard durant de longues minutes, mais décident d'un commun accord d'en rester là. Du moins, pour le moment. Beran retourne auprès de Styr, qui le dévisage d'un air autoritaire mais compréhensif, tandis que Rakovina recule, sourire en coin, pour reprendre sa place. Une fois le calme – à peu près – revenu, Ophiuchus décide, puisque tout a été dit, de congédier ses enfants. Si possible avant qu'une guerre éclate dans son palais.



— Vous pouvez retourner à vos domaines. Il n'y a rien que nous puissions faire désormais, à part espérer.



Certains se dévisagent, constatant dans leurs différents regards le même mélange de doute, de méfiance, mais aussi d'espoir, à leur grande surprise. Les unes après les autres, les Incarnations quittent la pièce, certaines restant ensembles dans les jardins extérieurs du royaume du Serpentaire, d'autres rejoignant les portails menant à leurs constellations respectives. Beran, visiblement renfrogné, tourne une dernière fois ses yeux dorés, pétillants comme des flammes, en direction de sa rivale avant de partir à son tour.



— Ne la laisse pas voir ton mécontentement. Ne lui donne pas cette satisfaction.



Il soupire aux paroles pourtant sages de Styr. Ce serait en effet la meilleure chose à faire, mais lui-même sait qu'il est incapable de se contenir éternellement, en particulier lorsqu'il s'agit de Kozoro.



— J'aimerai être comme toi, parfois. Tu es toujours si calme, si stoïque.



— J'ai de quoi m'entraîner, rétorque-t-elle avec amusement.



Il ne peut empêcher un léger rire d'éclater. C'est vrai, elle passe ses journées à écouter et repousser des avances. N'importe qui s'en lasserait au point d'immédiatement fuir ou se mettre en colère, surtout que 820 années de compliments et autres tentatives de séduction font bien plus que seulement paraître long ; mais l'Incarnation du Scorpion en profite au contraire pour aiguiser son tempérament... ainsi que son sens de la répartie. Calmé, Beran décline poliment la proposition de la jeune femme de passer du temps en sa compagnie, affirmant avoir besoin de rester seul pour réfléchir, et emprunte le portail menant à la constellation du Bélier.



Les grandes portes du palais se referment, laissant Ophiuchus seul dans l'amphithéâtre. Du moins, en apparence. Adossée contre une colonne, Rakovina le fixe de ses petits yeux fins, semblant attendre quelque chose. Dos à elle, il reste silencieux quelques minutes avant de prendre la parole, un ton bien plus sombre et grave dans la voix :



— Tu es l'actuelle gardienne de la Terre. Alors, exceptionnellement, je veux que tu y ailles et que tu ramènes ta sœur. Tant qu'elle sera là-bas, la Barrière restera altérée. Ta présence, légitime, contrebalancera ce déséquilibre. Jusqu'à présent, nous pouvions encore ignorer ce monde, mais désormais nous n'avons plus le choix.



Les yeux de Rakovina se mettent alors à briller d'une lueur sadique tandis qu'un sourire propre à elle seule orne son visage.



— À vos ordres, Père.

Annotations

Recommandations

ElliePyroFire
Ellie se découvre la maîtrise du feu et doit tout mettre en œuvre pour se cacher de ses ennemis. Alors qu'elle ne parvient pas totalement à contrôler ses émotions, celle-ci se voit confier la mission de retrouver un katana aux dangereux pouvoirs avant qu'il ne tombe entre de mauvaises mains.
Elle pourra compter sur l'aide de ses alliés, mais certaines découvertes pourraient lui rendre la tâche encore plus difficile.

Couverture réalisée sur Canva.
130
157
465
145
Défi
Nikal Dapar
Réponse au défi des micronouvelles de Ceryse, SeekerTruth et Sven123
74
78
1
2
vani974
Loa est une jeune adolescente de dix sept ans qui vie seule avec sa mère. Tout est parfait, un petit ami fantastique, une famille et des amis formidable, et bientôt l'université, cependant, depuis quelque temps, Loa fait des rêves qui lui semble bien réel, des visions d'un jeune homme ne cesse de la hanté. Qui est-il? Pour le découvrir, elle devra accepté sa vrai nature, une nature or du commun, car Loa n'est autre qu'un ange. . .
59
11
25
220

Vous aimez lire Merywenn1234 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0