1.

7 minutes de lecture

Je paie mon taxi avec le dernier billet trouvé dans ma poche, je manque de me tordre le cou en essayant d'admirer l'immense façade du célèbre pub. Avec mes vieilles Converses trouées et mes cheveux peignés en un chignon assez approximatif je me demande si je vais vraiment avoir ma place ici.

Je monte difficilement les marches en marbre, il est déjà dix-huit heures et les clients ne devraient pas tarder à arriver, si ce n'est déjà fait.

Une fois arrivée en haut des marches, je reprends mon souffle et tire la lourde porte en verre, je ne manque pas de trébucher sur le tapis démesuré de l'entrée. Une musique style jazz émane du comptoir, d'où je m'approche.

La salle est immense, j'aperçois quelques personnes déjà installées sur les tables du fond. La lumière est tamisée et une fine odeur de cigare est ancrée dans les vieux rideaux bordeaux qui apportent une atmosphère plus intimiste.

Il n'y a qu'une personne derrière le comptoir, je suppose donc que c'est lui mon sauveur. Les muscles de mon bras me font souffrir, je cherche le barman du regard en espérant que cela me redonne du courage.

Il finit par me remarquer et se rapproche de moi pour venir à mon secours :

-Salut moi c'est Stev', comment je peux t'aider ?

Le fait qu'il me tutoie me rend encore plus nerveuse, j'entrouvre plusieurs fois les lèvres sans qu'aucun son ne sorte.

Je remets la longue mèche qui s'est échappée de mon chignon derrière mon oreille, en toisant l'homme derrière le comptoir. Il est le seul à porter un large t-shirt à l'effigie du groupe Nirvana en contraste avec ses collègues qui eux, ont leurs nœuds papillon noir bien serrés autour du cou.

Il essuie un verre, et s'arrête dès que mes yeux croisent les siens en attendant une réponse de ma part.

-Bonjour...Je suis Judith..Judith Geoffray..

Les grands luminaires modernes ajoutent une lumière plus intime au bar, des centaines de bouteilles d'alcool sont illuminés par de petits LED se trouvant sous l'étagère.

"Stev"prend un shaker dans sa main, et son visage finit par s'élargir d'un grand sourire.

-Judith ?...Oui ça me dit quelque chose...Tu ne serais pas la nouvelle femme de ménage ?

Intimidée par son grand sourire et ses grands bras musclés découverts par son t-shirt je peine à trouver mes mots :

-Quoi ?...Non ... non...Je...On m'a contacté en tant que barmaid... je chuchote.

Un rire cristallin éclate dans la pièce, je me retourne et ne croise personne à qui ce rire pourrait appartenir.

J'entends des pas sur le parquet sombre se rapprocher, un autre garçon encore plus grand que Stev' apparaît. Je me demande comment il peut avoir un teint aussi halé alors que le ciel de Londres ne nous offre son soleil que rarement. Il porte une chemise blanche bien cintrée, son nœud papillon est détaché. Il tient un grand plateau en bois dans sa main droite.

Son regard se fait gentil mais moqueur, il s'approche de son collègue fan de Nirvana et pose son plateau près de lui.

-Il te fait marcher Miss ! il intervient.

Je me mets à ricaner nerveusement pour ne pas paraître plus idiote que j'en ai l'air avec ma valise plus grosse que moi, et mon sac de sport que je peine à porter.

-Excuse-moi...Je ne peux jamais m'en empêcher... Continue Stev'.

-Tu es la nouvelle barmaid c'est ça ? me demande son ami en posant de gros verre de whisky sur son plateau

-Oui. Normalement.. dis-je faiblement.

-Super ! Moi c'est Jack, je suis le responsable de salle ! dit-il en me souriant.

-Ouais...C'est juste un serveur ! intervient Stev.

-..Le serveur le plus beau gosse de la salle, si tu voyais comment la gente féminine me regarde...

Les yeux noisette de Jack sont en forme d'amande, et si je ne m'abuse, son accent m'indique qu'il n'est pas anglais pure souche.

-Tu ne sais pas où est Castiel ? C'est lui son référent apparemment ! Dit Stev' en analysant une feuille froissée accrochée sur le mur.

Jack soulève d'une main son plateau bien rempli en jetant un rapide coup d'œil au document.

-Il est en repos, surement avec Lucy à la librairie...Et ce n'est pas pour lire des livres ! Rit-il

Stev' lève les yeux au ciel en secouant sa tignasse dans tous les sens, il ouvre un petit tiroir sous le comptoir et attrape une clé.

-...Chambre B7 ! souffle-t-il en consultant toujours sa feuille.

Il contourne le bar pour se retrouver en face de moi et me faire complexer de ma morphologie inexistante, fine, aucune forme. Mes cheveux rouges sont bien la seule chose qui me font exister.

-Oh non...Pas la chambre en face de la mienne... rogne Jack en me faisant un clin d'œil avant de repartir dans la salle à grand pas.

-Donne-moi ça ! dit Stev' en portant ma lourde valise à une main.

Je me baisse pour ramasser mon sac de sport plein à craquer, mais ses grandes mains fortes le font à ma place sans difficulté.

Nos regards se croisent et il m'offre un sourire rassurant. Je le suis jusqu'à l'ascenseur qui nous emmène au premier étage, deux couloirs s'offrent à nous. Le sol est recouvert de moquette grise, je me crois dans un hôtel deux étoiles de Californie, je marche dans l'ombre des grandes jambes de mon futur collègue.

Il s'arrête devant la porte où "B7"est gravé noir sur blanc. Il fait deux tours avec la clé et m'ouvre une vaste chambre, où un lit deux places occupe la pièce.

Il dépose mes affaires au pied de celui-ci et caresse frénétiquement son menton rasé.

-Castiel était censé s'occuper de ta chambre...Il a au moins eu l'amabilité de poser les draps sur ton lit c'est déjà ça... Dit-il en soupirant.

Je jette un regard à la pièce fermée d'à côté, il suit mon regard et ajoute :

-Tu as de la chance, tu occupes la seule chambre avec une baignoire ! me sourit-il et depuis mon arrivée ici, je lui rends un sourire vrai et franc.

-Tu as besoin d'aide pour le lit ? On peut le faire à deux si tu veux ? Castiel ne remplit pas toutes les conditions de référent parfois mais tu vas voir il est plutôt cool quand tu apprends à le connaître ! Il rajoute en haussant les épaules.

-Non ça va aller... Je souris

Il se détourne alors et s'apprête à sortir en posant la clé sur le petit bureau collé au mur, avant de poser une main sur la poignée et de me demander :

-Si tu as d'autres questions n'hésite pas !

J'acquiesce et fait mine d'ouvrir mon sac pour ranger mes affaires. Soudain mon courage prend le dessus sur ma timidité et je lève la main pour l'arrêter quand il appuie sur le bouton d'appel de l'ascenseur.

-Stev' ! je l'appelle avec un peu trop d'entrain.

-Oui ? Rit-il.

-Pourquoi tu ris comme ça ? Je me suis trompée de prénom ? je demande surprise

-Non non, ta façon de prononcer mon nom est juste charmante !répond-il, je découvre à ce moment-là de petites fossettes se former sur son visage

Mes joues me brûlent et mon visage pique un fard.

-Hum..Merci...Qu'est-ce que tu entends par..Par référent ?

Il pose son pied sur l'entrée de l'ascenseur pour empêcher les portes de se refermer.

-C'est la personne qui va te former pendant quelques mois, celle à qui tu dois te référer si tu as un souci ou des interrogations. Mais ne t'inquiète pas, Castiel sera là demain, il commence à la même heure que toi. Vous avez le même emploi du temps. En parlant de ça, le tien est rangé dans le tiroir de ton bureau. Me sourit-il.

Les portes de l'ascenseur le font disparaître et une immense solitude s'empare de moi.

Je retourne dans ma chambre et allume la petite lampe bleue de mon bureau, la nuit est déjà tombée et ma chambre semble bien plus étroite qu'à première vue.

Le tiroir bruyant du vieux bureau en chêne me fait découvrir une petite feuille plastifiée intitulée "Emploi du temps - Judith- Barmaid".

Mon nœud papillon noir est déjà posé sur mon lit, prêt à être noué autour de mon cou à la peau couleur porcelaine.

Mon expérience de barmaid a commencé à Lyon, ville touristique française, inscrite en école privée pour travailler dans le social, infirmière plus précisément.

J'ai vite été dans la galère quand mes parents ont appris que je voulais partir vivre à l'étranger pour une année sabbatique. Ils m'ont coupé tout argent de poche alors mes études sont vite devenues catastrophiques jusqu'au jour où j'ai du abandonner par manque d'argent.

Je me suis retrouvée avec des petits boulots dénichés dans les rues de Liverpool avant d'obtenir ce poste à Londres. Logement compris, autant vous dire que dans l'institution qu'est ce pub, des annonces comme celle-ci ça arrive une fois tous les trois ans.

J'ai passé ma soirée à manger une Salmon pizza devant la rediff de DirtyDancing, j'ai posé mon vieil ordinateur sur le rebord de ma fenêtre comme pour me donner un effet de télé écran plat dernier cri.

Je remercie d'ailleurs ce certain Castiel de m'avoir laissée galérer avec ces draps à la con, au moins ça m'a fait une séance de yoga gratuite.

Je peine à fermer les yeux, le bar fermera ses portes à deux heures du matin, après que toute la vaisselle soit rangée.

Je reconnais la voix de Jack et de Stev' lorsqu'ils rejoignent leurs chambres. La pluie battante sur mes fenêtres finira par m'endormir.

-Fin du chapitre 1 -

Annotations

Recommandations

Vous aimez lire Lita Frrt ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0