Point de vue d'Éléonore Jäger

2 minutes de lecture

La charrette roule sous la pluie, tirée par deux chevaux. Le caporal Livaï et moi avons rabattu les capuches de nos capes vertes sur nos visages pour nous protéger des intempéries. Sieg est allongé, la lance foudroyante dans son ventre dont le détonateur est relié à son cou pour le dissuader de bouger et les yeux mi-clos, il murmure :

- C'est la seule solution . . . L'éradication douce d'Eldia . . .

L'éradication douce d'Eldia ?

En entendant ces mots, mon caporal se retourne et arrête les montures. Il vient à l'arrière de la charrette et demande à mon aîné :

- T'as dit quoi ? L'éradication douce ? Tu vas finir dans la gueule puante d'un titan, à crever en écoutant tes os se faire broyer. C'est déjà une mort trop douce pour une ordure comme toi, comparé aux vies des nôtres que tu as volées.

- Je ne les ai pas volées . . . Je les ai sauvées . . . J'ai épargné à celles qui auraient été enfantées les souffrances de ce monde infâme . . . J'ai raison, hein ?

- Tes pattes repoussent, constate mon supérieur en dégainant sa lame.

- Monsieur Xaver ! Regardez-moi !

Sieg venait de hurler ces derniers mots en jetant brusquement sa tête en arrière, tirant sur la corde reliée au détonateur de la lance ! Elle va exploser dans moins d'une seconde !

J'ai un brusque mouvement de recul instinctif mais je sais parfaitement que je n'aurai jamais le temps de m'éloigner du danger imminent qui nous menace !

Mes pensées vont alors à mes amis, à tous les gens que j'aime . . . Je n'aurai jamais le temps de les revoir, de les remercier pour tout !

Je sens une main m'attraper par la taille et en tournant mon regard vers ma gauche, je vois le caporal Livaï. Il m'attire à lui et me serre fermement contre son corps de son bras gauche tandis que son bras droit tient toujours le sabre en acier renforcé. Son regard exprime une grande détermination mais je peux aussi y déceler une part de peur . . . Il saute alors en l'air et positionne sa lame de façon à ce qu'elle fasse rempart entre nous et la lance foudroyante mais il est évident que ni cette protection, ni le temps ne suffiraient à nous sauver !

Le détonateur de la lance s'active alors, l'explosion est imminente ! Mon regard bleu croise une dernière fois celui gris bleuté de cet homme aux cheveux noirs . . . Livaï . . . Je n'aurai jamais le temps de te dire . . .

La lance explose et son puissant souffle nous sépare ! Mon corps est projeté en l'air avec une violence inouïe et la lumière des flammes dorées et bleutées m'éblouit ! Je perds conscience . . .

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Ystorienne Histoire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0