32 - Between Both

5 minutes de lecture

 - Je... Heu...

 Je ne trouve rien à dire, je me déteste quand je suis comme ça. Mes yeux clignotent comme la guirlande sur le sapin. Je cherche une excuse que je sais d'avance idiote. Il sait que je n'ai rien à lui répondre, c'est d'ailleurs pour ça qu'il a posé la question.

 - Le projet est remis à après les vacances, Griffin voulait qu'on se concentre sur Bach, mens-je.

 - Tu fais quoi après le réveillon ? demande William.

 - Je participe à la masterclass de Graham, et vous ?

 Il me jette un bref coup d'œil, comme si la question m'était particulièrement destinée.

 - Alors tu t'es inscrit ? demandé-je.

 Le coin de ses lèvres se retrousse.

 - Vous aussi ?

 J'acquiesce en soupirant. William se lève, part chercher les bières puis met la musique. Je grogne en devinant le début de la Sonate Arpeggione de Schubert.

 - T'étais vraiment obligé de plomber l'ambiance ? râlé-je à son attention.

 Corentin pouffe en silence.

 - Bah quoi !? s'offusque Will.

 Je meurs dramatiquement sur le canapé en entendant les premières notes du violoncelle de Rostropovich.

 - Moi je trouve plutôt ça gai. Un chouilla nostalgique, d'accord, mais...

 - Tu veux dire que c'est carrément déprimant... Tu sais au moins que Rostropovich a fini sa vie dans le coma et que sa famille lui passait ce morceau. Il parait que ça le faisait pleurer.

 Un silence gênant s'installe rapidement que le rire de Corentin brise d'un éclat.

 - Bon d'accord, je change. C'est carrément glauque ton histoire.

 Schubert est très vite remplacé par une musique d'ambiance sur fond de jazz. Il faut dire que le rire de Corentin a le don de détendre l'atmosphère. Will en profite pour ramener sa fameuse bière de Noël qu'il nous sert généreusement.

 - A la votre, trinque-t-il avant de de descendre sa peinte.

 - Tu n'y vas pas un peu fort ? lui fais-je remarquer.

 Il se ressert une deuxième fois tandis que Corentin s'installe un peu plus dans le canapé.

 - A la tienne petit frère, à la musique, et à maman. Et toi, il n'y a pas une raison pour laquelle tu voudrais trinquer ? demande-t-il à notre invité.

Pente glissante... Du William tout craché.

 - A ta reprise du violon, lance-t-il une once de malice dans la voix.

 Ouch. Ça c'était osé, même si je ne peux que le féliciter intérieurement de cette pique. Mon regard se braque immédiatement sur William et scrute sa réaction. Il a tiqué. Pendant une fraction de seconde, il hésite entre se vexer ou lui renvoyer la balle. Finalement, il reprend contenance et affiche son sourire mielleux.

 - Et au violon, reprend-il un peu trop allègrement. J'ai appris que tu savais te servir d'un archet ?

 Cette fois-ci c'est au tour de Corentin de relever : je le sens se redresser légèrement dans le canapé, mal à l'aise.

 - Il parait. Alors comme ça tu jouais au philharmonique de New York ?

 - Premier violon.

 Ils se jaugent un instant du regard. Aie, mais qu'est-ce que qu'ils me font tous les deux, là...

 - Une belle performance, commente Corentin. Et ce n'était pas trop fatiguant ?

 - Pas le moins du monde, rétorque Will, une lueur de défi dans les yeux.

 Corentin rigole avant d'avaler une gorgée de bière.

 - Ça n'a pas dû être facile d'atteindre un tel niveau...

 - Ma famille a toujours été là pour m'épauler, rétorque le grand-frère prodigue, fier de sa réussite.

Parle pour toi... soufflé-je en soupirant intérieurement.

 William a toujours le don pour te rappeler à ta propre médiocrité.

 La discussion s'enchaîne dans la bonne humeur, ou plutôt dans l'humeur d'un Noël qui se veut festif mais qui a tôt fait de réveiller l'ego surdimensionné des musiciens présents. Après un bon quart d'heure servi à cette sauce, je finis par quitter le salon et pars retrouver la dinde. Il faut dire que la fraîcheur du frigo me permet aussi de m'aérer l'esprit : la présence de Corentin à moins de trente centimètres de moi sur le canapé ne me permet pas d'avoir les idées très claires. Je n'arrête pas de le regarder en me demandant si sa présence ici ce soir est bien réelle.

 Finalement, peut-être qu'un Schubert bien déprimant serait venu à bout de ces pensées néfastes, plutôt que d'imaginer Corentin à mes côtés pendant tout le repas...

 Nous prenons place à table tandis que William sert le plat de résistance. Corentin s'installe à ma droite. Le grand-frère se retrouve en face et garnit copieusement chaque assiette, tout en relançant la discussion sur les vacances et les sources chaudes naturelles.

 - D'ailleurs la masterclass aura lieu dans une station thermale, précise-t-il. Rien de tel pour se prélasser entre deux ateliers.

 - Vraiment ? m'exclamé-je.

 - C'est vrai que pour toi c'est une grande première... Il ne sort jamais de l'appart, explique-t-il en aparté à Corentin. C'est à se demander s'il sait qu'il y a une vie à l'extérieur. Déjà quand il était petit, il passait toutes ses vacances à la maison. Les rares amis qu'il arrivait à se faire étaient obligés de se faire inviter pour pouvoir lui rendre visite. Je te laisse imaginer...

Crevard.

 - Et toi, tu allais à l'école dans le coin ? poursuit-il.

 - J'ai fait toute ma scolarité à l'étranger. Je n'avais pas beaucoup d'amis non plus, comme nous nous déplacions souvent, répond Corentin en se tournant vers moi.

 Je ne sais pas si c'est sa réponse qui me touche ou le fait qu'il semble tout particulièrement s'adresser à moi, mais je ressens comme une boule de chaleur dans le creux de mon ventre. Je suis rassuré. Un court instant, j'avais pensé que de ne pas avoir eu d'amis serait rédhibitoire à ses yeux. Que mon passé serait un frein à ce qu'il veuille me connaître. Mais il n'en est rien.

 Nos regards se frôlent : comme pour la musique, les mots nous échappent. Je devine au reflet dans ses yeux qu'il a compris. Et si j'avais le courage, je l'en remercierais. Au lieu de quoi, je finis par baisser les miens sur mon assiette.

 Corentin et moi n'avons jamais pris le temps de mieux nous connaître. Peut-être parce que nous n'en avons pas le besoin. Il suffit d'écouter sa musique pour le voir lui, nu, sans artifices. Pour connaitre ses peines, ses joies, l'expression de sa pensée. Certains disent que la musique est le reflet de l'âme. Je crois que c'est pour ça que sa musique à lui brille au milieu de toutes les autres.

 Parce que son âme brille.

 Parce qu'il est beau.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Mon cher Edouard !

Ce soir en remontant la vallée de l'Issole, j'ai croisé de "verts souvenirs"...
Une symphonie jouait sur la route : la forêt et la montagne s'offraient à moi dans un camaïeu de vert !
Le vert, que dis-je, les verts : champêtre des érables, chatoyant des sycomores aux pétioles rouges, le vert mat, opaque et dentelé des ormes des montagnes, glauques des aiguilles de pins sylvestres et abrupte des pins noirs, doux et argenté des tilleuls, sombre des épicéas, le vert éclatant des pousses de printemps des sapins, tendre et fleuri des robiniers et des frênes, le vert duveteux des alisiers blancs, ... ce vert lumineux de l'espérance, ce vert de mon uniforme de garde forestier.

5
20
0
0
Défi
phillechat
Demain, la justice
8
2
0
1
Défi
Natsyn007

Des yeux sans couleur exacte, une mine renfrognée, un physique banal, le reflet que renvoie le miroir n’est guère flatteur. Tu flottes dans ce vieux t-shirt deux fois trop grand pour toi. Tes jambes nues portent encore les éraflures du chat siamois aux yeux vairons de ta grand-mère qui te déteste. Cette mine renfrognée est d’ailleurs due à ces éraflures qui te défigurent tes jambes que tu ne trouves pas si mal.
Ta mère te trouve trop mince. Tu remontes l’ourlet du t-shirt jusqu’à tes côtes et inspire fort. Tes côtes en ressortent plus saillants. « Elle a probablement raison », que tu te dis. Tu soupire en relâchant le t-shirt. Tu te rapproches du miroir. Tu parais timide, introvertie, sans importance. Ta silhouette fluette tantôt critiquée, tantôt admirée te donne envie t’effacer. Littéralement. Puis ensuite te redessiner selon leurs critères. Tu tires sur le col du t-shirt : des clavicules saillantes apparaissent. Tu les aimes bien pourtant. Mais ce n’est pas l’avis de tous. Pour eux, c’est scandaleux, c’est affreux, c’est effrayant. Tu te retournes, relève le vêtement jusqu’à tes fesses. Tu portes une culotte en coton gris clair. Tu as un petit fessier à peine rebondi. Sur la fesse gauche, cachée sous ce tissu en coton gris clair, se trouve cette grosse tâche noire, souvenir d’une brulure au lait très chaud. Tu ne les trouves pas moches tes fesses, tu les aimes bien. Ce qui n’est toujours pas aussi du goût de tout le monde.
Tu remontes encore plus le t-shirt jusqu’au milieu du dos. La tâche noire qui suit ta colonne vertébrale s’y trouve toujours encore après toutes ces années. Tu ne l’aimes pas, tu aimerais l’effacer avec une gomme.
Tu refais face au miroir. Il te renvoie toujours la même image peu flatteuse. Mais si l’on se rapproche, si l’on voit bien tout au fond de ces yeux oscillants tantôt entre le noir et le marron, tantôt entre le gris foncé et le marron, on y voit ta vraie beauté. Dans ton regard, on voit à quel point tu es en paix avec toi-même. A quel point tu es pugnace, stricte, forte, juste, rêveuse, empathique, altruiste, bosseuse, indépendante, insolente, douce. Tu trouves tes imperfections parfaites. Et à cette question : « miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? », tu réponds toujours : « Je n’en ai vraiment à foutre de le savoir ! ».
3
2
3
2

Vous aimez lire Gwenouille Bouh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0