17 - Hellish Night (part 1)

6 minutes de lecture

 Il est huit heure lorsque Laura se présente a la porte.

 Après un après-midi à fustiger mon idiot de frangin, ce dernier s'est enfin décidé à aller faire des courses, comme par hasard, à l'heure où les invités commencent à arriver. William, toujours plein d'entrain pour proposer des soirées, mais jamais trop quand il s'agit de les assumer...

 L'apéro n'est pas prêt, Eugène attend déjà depuis un bon quart d'heure dans le salon, aussi détendu qu'un robot en attente d'ordre.

 Mal à l'aise, j'accueille Laura avec un sourire gêné.

 - Salut.

 - Salut.

 Elle entre, me tend une bouteille de vin tout en détaillant la pièce du regard. Ça doit bien faire deux mois qu'elle n'a pas mis les pieds ici, mais rien n'a vraiment changé. Ni les meubles ni la décoration. Elle quitte son manteau qu'elle suspend derrière la porte et me gratifie d'un sourire tendu.

 - William n'est pas là ?

 Un instant, son attention s'échappe en direction de la cuisine.

 - Il ne devrait pas tarder. Il est parti acheter deux trois trucs.

 Préoccupée, elle consulte son portable et finit par rejoindre Eugène sur le canapé, dans l'idée de lancer la conversation. Le garçon n'est pas bavard, c'est à peine si on l'entend. Je soupire : la soirée risque d'être longue...

 Finalement, William revient encombré de quatre énormes sacs et a récupéré sur le pallier Thomas et Clément, les deux autres membres de son quatuor. Laura bondit si vite du sofa que l'appréhension s'empare de moi. Sans un mot, j'abandonne Eugène pour la cuisine, où elle s'est glissée discrètement dans l'espoir d'y trouver William.

 - Pizza, bières... T'as même pensé aux glaces ! lance Thomas impressionné. Tu ne t'es pas foutu de notre gueule !

 - Donne-moi ça.

 William lui arrache le pack de bières des mains et décapsule une bouteille. Puis il en décapsule deux autres pour lui et Laura, pendant que Clément cherche dans les placards des bols pour l'appéritif.

 - Ca me fait penser à Snively, la fois où il s'est pointé en cours à moitié bourré, ricane Thomas. Tu te souviens ? Il avait bu au moins un litre de Vodka et tenait à peine sur ses pieds.

 Clément sort la tête du placard :

 - On se souvient surtout de la tête du prof quand il s'est mis à chanter sa dernière composition paillarde sur tous les modes.

 William s'esclaffe, et tous les regards se tournent soudain vers Eugène dans un soupir désespéré.

 - Pas d'alcool pour lui ce soir, propose le frangin.

 - Pas d'alcool pour lui ce soir, confirme Thomas.

 - Au moins, il connait ses modes, ce qui n'est pas le cas de tout le monde !

 - Hey, bien sur que si je les connais ! se justifie William. J'en ai bouffé en trois ans, qu'est-ce que vous croyez ?

 - On ne t'en veut pas, mon pote, rétorque Thomas en lui passant un bras sur l'épaule. Tu t'en remettras !

 William affiche un air faussement renfrogné et se laisse gentiment charrier en rejoignant le salon. J'apporte les apéritifs et les bières qui manquent, puis m'installe dans le seul fauteuil une place. Suspicieux, Eugène me dévisage, puis rapporte son attention sur les cacahuètes, qu'il essaie d'attraper au vol avec sa bouche.

 - Alors raconte, c'était comment New York ?

 Laura s'est discrètement glissée à côté de lui et picore les chips dans l'assiette en essayant de le lancer sur le sujet. C'est peine perdu. Ca fait dix jours que William n'a pas lâché un mot sur sa vie Outre-Atlantique.

 Il se redresse, les sourcils relevés, le sourire aux lèvres :

 - Grand... et froid.

 - D'ailleurs j'ai entendu parler du chef d'orchestre. Il est plutôt stricte, non ? avance Thomas.

 - Ca va. Juste passionné, comme un peu tout le monde à ce niveau...

Brièvement, William semble pensif.

 - J'ai dit à mon prof que je voulais tenter les concours, enchaîne-t-il, mais apparemment il faut que je travaille mon coup d'archet. Mon style n'est pas assez classique. Vous y croyez ?

 Clément s'esclaffe. William sourit.

- Le coup d'archet... Juste une question de technique, soupire le grand-frère.

 - Une question de technique qui me pourrit la vie, ouai. C'est juste la méga prise de tête.

 Il fait mine de s'enfoncer dans le sofa, mais ressuscite tout de même pour pour sa bière. Clément tente faussement de lui remonter le moral :

 - J'ai une technique assez imparable pour ça, regarde...

 - Encore une de tes vidéo a la con ?

 - Non, vraiment !

 Clément sort son portable, satisfait de lui-même, et pianote quelques secondes sur l'écran tactile. Le son devance la vidéo : un violoncelliste chevronné se lance soudain dans un trait à une vitesse hallucinante. Pour le coup d'archet, on reviendra. Le jeune homme se marre, Thomas rit jaune.

 - Pfff mais comment vous pouvez regarder ça, geint-il en se prenant la tête entre les bras. Vous êtes fous les gars. Vous, les génies, vous ne pouvez pas comprendre ce que ressentent les simples mortels !

 Cette fois, tout le monde rigole. Thomas se roule sur le canapé pendant qu'Eugène se fout de sa gueule. La sonnerie de la porte retentit. Je me lève.

 Elena s'engouffre la première dans l'appartement. Elle a les joues rosies par l'hiver, le bonnet et l'écharpe qui vont avec. Elle se déshabille, suspend son manteau et salut les personnes présentes d'un ton chantant. Elle est visiblement de bonne humeur.

 Puis c'est au tour de Corentin. Il passe la pas de la porte avec plus de retenu. Adresse un bref signe de la main à tout le monde et met quelques temps à trouver ses marques. Je lui indique où poser ses affaires et vais chercher les pizzas à la cuisine en attendant qu'il nous rejoigne.

 - Maxime, magne tes fesses !

Et tu crois que tu bougerais les tiennes, toi ?

 Dans le salon, les éclats de rire fusent. J'entends Elena glousser à une blague de William et imagine la tête de Laura, partagé entre le plaisir de la savoir heureuse et la lassitude que m'inspire le génie de service.

 Le temps que je revienne, Corentin a pris place au bout du sofa, à côté d'Eugène, tandis qu'Elena est allée se chercher une chaise.

 - A chaque fois qu'il tournait la tête dans ma direction, j'étais obligé de retenir mon souffle.

 - Testé et approuvé, commente Clément en faisant la grimace. Il a une haleine de chacal, ses fringues sont dégueulasses et je vous parles même pas de ses mains.

 - Ah ouai, ses doigts ! s'écrie Thomas en roulant des yeux. En fait, vous n'avez pas envie de les voir. Ce type sort tout droit d'un épisode de Walking Dead.

 Tout le monde s'esclaffe.

 - Je crois qu'il fait de la sculpture, commenté-je, en cherchant où poser les pizzas.

 Clément s'empresse de me dégager de la place pendant que Laura sert des bières aux nouveaux venus. Aussitôt, Eugène tente de s'emparer de la dernière bouteille du pack.

 - Pas de ça pour toi, intervient William.

 - Crois-moi, tu nous remercieras plus tard...

 - Moi, je me demande surtout comment il a fait pour devenir prof, soupire Elena.

 - Il jouait bien, à l'époque, dit William en attrapant une part de pizza. Il était violoniste, et pianiste. Et accordéoniste aussi, je crois. (Il fronce les sourcils.) Une fois, il a joué un concerto de Rachmaninov, et franchement, il se débrouillait bien. C'était une des meilleures interprétations qu'il m'ait été donne d'entendre. D'ailleurs, mon prof ne tarissait pas d'éloges à son sujet.

 - William ?

 Le frère relève la tête :

 - Will.

 - C'est vrai, j'oubliais... O Will, frère vénéré de mon cœur, insisté-je exagérément, pourrais-tu me passer les cacahuètes, s'il te plait ?

 Laura pouffe, se penche par dessus son bras et me tend le ramequin.

 - Merci.

 - Pourquoi est-ce qu'il n'est pas devenu prof de piano, alors ? demande Elena.

 Will inspire un grand coup et retient son souffle avant de répondre :

 - Le piston... enfin je pense, lâche-t-il sceptique.

 - D'ailleurs, en parlant de piston, vous êtes au courant ? Marc va jouer le premier concerto de Tchaikov ! lance Clément.

 Avant qu'il ne continue, tous les regards se tournent soudain dans sa direction.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Mon cher Edouard !

Ce soir en remontant la vallée de l'Issole, j'ai croisé de "verts souvenirs"...
Une symphonie jouait sur la route : la forêt et la montagne s'offraient à moi dans un camaïeu de vert !
Le vert, que dis-je, les verts : champêtre des érables, chatoyant des sycomores aux pétioles rouges, le vert mat, opaque et dentelé des ormes des montagnes, glauques des aiguilles de pins sylvestres et abrupte des pins noirs, doux et argenté des tilleuls, sombre des épicéas, le vert éclatant des pousses de printemps des sapins, tendre et fleuri des robiniers et des frênes, le vert duveteux des alisiers blancs, ... ce vert lumineux de l'espérance, ce vert de mon uniforme de garde forestier.

5
20
0
0
Défi
phillechat
Demain, la justice
8
2
0
1
Défi
Natsyn007

Des yeux sans couleur exacte, une mine renfrognée, un physique banal, le reflet que renvoie le miroir n’est guère flatteur. Tu flottes dans ce vieux t-shirt deux fois trop grand pour toi. Tes jambes nues portent encore les éraflures du chat siamois aux yeux vairons de ta grand-mère qui te déteste. Cette mine renfrognée est d’ailleurs due à ces éraflures qui te défigurent tes jambes que tu ne trouves pas si mal.
Ta mère te trouve trop mince. Tu remontes l’ourlet du t-shirt jusqu’à tes côtes et inspire fort. Tes côtes en ressortent plus saillants. « Elle a probablement raison », que tu te dis. Tu soupire en relâchant le t-shirt. Tu te rapproches du miroir. Tu parais timide, introvertie, sans importance. Ta silhouette fluette tantôt critiquée, tantôt admirée te donne envie t’effacer. Littéralement. Puis ensuite te redessiner selon leurs critères. Tu tires sur le col du t-shirt : des clavicules saillantes apparaissent. Tu les aimes bien pourtant. Mais ce n’est pas l’avis de tous. Pour eux, c’est scandaleux, c’est affreux, c’est effrayant. Tu te retournes, relève le vêtement jusqu’à tes fesses. Tu portes une culotte en coton gris clair. Tu as un petit fessier à peine rebondi. Sur la fesse gauche, cachée sous ce tissu en coton gris clair, se trouve cette grosse tâche noire, souvenir d’une brulure au lait très chaud. Tu ne les trouves pas moches tes fesses, tu les aimes bien. Ce qui n’est toujours pas aussi du goût de tout le monde.
Tu remontes encore plus le t-shirt jusqu’au milieu du dos. La tâche noire qui suit ta colonne vertébrale s’y trouve toujours encore après toutes ces années. Tu ne l’aimes pas, tu aimerais l’effacer avec une gomme.
Tu refais face au miroir. Il te renvoie toujours la même image peu flatteuse. Mais si l’on se rapproche, si l’on voit bien tout au fond de ces yeux oscillants tantôt entre le noir et le marron, tantôt entre le gris foncé et le marron, on y voit ta vraie beauté. Dans ton regard, on voit à quel point tu es en paix avec toi-même. A quel point tu es pugnace, stricte, forte, juste, rêveuse, empathique, altruiste, bosseuse, indépendante, insolente, douce. Tu trouves tes imperfections parfaites. Et à cette question : « miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? », tu réponds toujours : « Je n’en ai vraiment à foutre de le savoir ! ».
3
2
3
2

Vous aimez lire Gwenouille Bouh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0