11 - You ? Never !

5 minutes de lecture

Il avale ses nouilles en silence, les mâche plus longtemps que de rigueur. Et regrette très certainement le retour de son petit frère dans sa vie. Pendant ce temps, je finis mon propre bol que j’entasse dans l’évier, avec celui de la veille et de l’avant-veille. Puis file à la douche.

Là, appuyé devant le miroir, je prends enfin le temps de me poser. Je ne suis pas habitué à avoir du monde chez moi, et le savoir de l’autre côté de la cloison ne m’aide pas à me détendre. J’ai besoin d’air.

Calme-toi Maxime, ce n’est que ton frère.

Je tente d’accepter ces changements en me convainquant que ce n’est que pour un temps. Que tout rentrera bientôt dans l’ordre. Enfin… probablement.

Je soupire, fixe mon reflet dans la glace. J’ai mauvaise mine, et je me dis que j’en ai peut-être besoin, après tout. De manger du bio, affalé sur mon sofa devant un documentaire animalier. D’aller boire une bière avec le premier voisin que je croise.

Mon esprit s’arrête. Je le revois qui me dévisage sur le pallier et réalise que c’est la première fois que je le vois vraiment. Brun, sensiblement moins grand que moi. Plutôt fin, pour ne pas dire maigre. Longiligne, comme dirait William. Le regard éclairé. Le genre de gars qui ne parait pas bête, qui semble même insupportablement insolent. J’aurais presque pu aller boire une bière avec lui si je n’étais pas persuadé qu’on ne s’entendrait pas.

J’allume la douche dans un nouveau soupir, repense à son Chopin. A son Debussy et ses arabesques magnifiquement dessinées. Qu’est-ce qui a pris William d’interpeler un inconnu ? Et qu’est-ce que je vais trouver à lui dire la prochaine fois que je le croiserai dans les couloirs ?

L’eau sur mon visage me permet peu à peu de me changer les idées. Il me reste encore deux jours pour préparer mon cours avec Griffin. L’appréhension me noue l’estomac. De toute façon, ça ne servira pas à grand-chose. Qu’importe ce que je proposerai, ça ne conviendra pas…

Un Schumann ? Non… Je n’ai jamais aimé ses œuvres pour piano. Pas mon style. Un Mozart ? Peut-être que ça conviendrait mieux à mon jeu… Ou alors un Bach. Je secoue la tête. Non, en ce moment je n’ai juste pas envie de me prendre la tête avec des détails techniques.

Après trente minutes de réflexion, je finis par opter par un Chopin. Ballade n° 2, Opus 38. Une œuvre que je n’ai jamais travaillée. Mais j’ai comme le besoin de comprendre. D’appréhender l’univers de mon voisin. Chopin… Est-ce qu’en allégeant ma main gauche, ça fonctionnerait ? Ou en rendant les aigües plus brillants ? Si j’étais lui, j’op…

Mes pensées se figent en entendant la porte s’ouvrir. William débarque dans la salle de bain sans prévenir :

- Ah, tu es là…

- Merci de frapper ! m’offusqué-je en me ruant hors de la douche.

Je passe rapidement une serviette autour de ma taille, protège sans attendre ce qui peut encore l’être.

Et tu crois que tu ferais demi-tour ?

- Ne t’inquiète pas, il n’y a rien que je n’ai déjà pas vu, plaisante-t-il.

Le froid me glace jusqu’aux os. Toute la buée s’est échappée avec l’arrivée du frère prodigue.

- N’oublie pas d’éteindre en sortant, grommelé-je, contrarié.

Je ne m’attarde pas et gagne rapidement ma chambre. Une fois mon pyjama enfilé, j’allume la lumière du bureau et m’assois derrière ma partition.

Ballade n° 2, Op 38.

Mes doigts pianotent sur le bureau au rythme des notes qui défilent dans ma tête. Le son s’échappe de mon clavier imaginaire comme si Robert chantait de concert. Je mémorise les passages les plus techniques, précise les doigtés au crayon.

La folie, la passion, l’obsession qui guettent l’esprit serein m’inspirent. Schumann aurait dit de cette œuvre, après l’avoir entendue pour la première fois, qu’elle fût fade. C’est un constat qui me répugne car selon moi, elle aborde fidèlement la dualité d’un esprit passionné. La folie issue d’une frustration contenue. La création née du chaos, quand la rage et l’obsession deviennent lucidité.

En silence, j’aborde le thème. Cherche la résonnance, le bon tempo. Tente de donner une direction à mon phrasé. Un poids à chaque note. Les déséquilibres que je ressens me poussent à accélérer. Je lutte, tends avant tout à la sérénité de l’instant en allégeant la main gauche.

Puis, les yeux fermés, je reprends la première page, avant de passer à la suivante. Insiste sur les passages moins instinctifs. Continue, jusqu’à ce que le caractère de l’œuvre change. En suspens, mes doigts s’arrêtent. J’ouvre les yeux, me pose et réfléchis à la manière dont je veux aborder ce passage. Est-ce que je ne ferais pas mieux de tout décortiquer ? Comment aurait-il joué ça, lui ?

Cette pensée attise ma curiosité et je me mets à repenser à son Chopin. Le sien. Est-ce que lui passe autant de temps sur sa partition ? Est-ce que lui connait seulement le goût de l’effort ?

Trois coups frappés à la porte m’arrachent à ma réflexion. Le battant s’ouvre sur le visage à l’air enjoué de mon frère :

- Alors comme ça, tu es devenu un élève sérieux ?

Je ne relève pas.

- Mmm.

- Tu bosses quoi ?

- Un Chopin.

Il mime une grimace et hausse les épaules.

- Tu devrais laisser tomber, tu n’es pas fait pour ce genre de morceau. Avant d’intégrer le philarmonique de…

- Et toi tu devrais laisser tomber. Tu n’es pas fait pour les relations fraternelles, le coupé-je agacé.

Je n’ai pas envie qu’il me parle de son expérience ou du choix de ses morceaux. Après tout, je me suis bien débrouillé sans lui pendant trois ans. Pourquoi est-ce que ça devrait changer ?

Comme à son habitude, il rigole, nullement vexé. Mes propos ne sont que des mots de petit frère. Des mots qui n’ont que peu de poids. Mais pour moi, il s’agit de mon existence. De toute mon existence, car elle se résume à ça : au piano.

C’est à peu près à cet instant que je comprends que jamais il ne m’a pris au sérieux. Que jamais je n’ai eu l’once d’une chance de le surpasser. Je vis dans son ombre. Pour le faire briller, lui. Parce qu’il est le grand frère, et que je suis le petit. Parce que je ne suis pas né le premier. Parce que je n’ai pas son charisme.

- Très bien, souffle-t-il. Je vais me coucher.

- Le matelas est à côté du placard, lancé-je sans le retenir. Bonne nuit.

La porte se referme, me laissant seul face à mon Chopin. Seul face au souvenir de mon frère. Seul face à mon impuissance.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Mon cher Edouard !

Ce soir en remontant la vallée de l'Issole, j'ai croisé de "verts souvenirs"...
Une symphonie jouait sur la route : la forêt et la montagne s'offraient à moi dans un camaïeu de vert !
Le vert, que dis-je, les verts : champêtre des érables, chatoyant des sycomores aux pétioles rouges, le vert mat, opaque et dentelé des ormes des montagnes, glauques des aiguilles de pins sylvestres et abrupte des pins noirs, doux et argenté des tilleuls, sombre des épicéas, le vert éclatant des pousses de printemps des sapins, tendre et fleuri des robiniers et des frênes, le vert duveteux des alisiers blancs, ... ce vert lumineux de l'espérance, ce vert de mon uniforme de garde forestier.

5
20
0
0
Défi
phillechat
Demain, la justice
8
2
0
1
Défi
Natsyn007

Des yeux sans couleur exacte, une mine renfrognée, un physique banal, le reflet que renvoie le miroir n’est guère flatteur. Tu flottes dans ce vieux t-shirt deux fois trop grand pour toi. Tes jambes nues portent encore les éraflures du chat siamois aux yeux vairons de ta grand-mère qui te déteste. Cette mine renfrognée est d’ailleurs due à ces éraflures qui te défigurent tes jambes que tu ne trouves pas si mal.
Ta mère te trouve trop mince. Tu remontes l’ourlet du t-shirt jusqu’à tes côtes et inspire fort. Tes côtes en ressortent plus saillants. « Elle a probablement raison », que tu te dis. Tu soupire en relâchant le t-shirt. Tu te rapproches du miroir. Tu parais timide, introvertie, sans importance. Ta silhouette fluette tantôt critiquée, tantôt admirée te donne envie t’effacer. Littéralement. Puis ensuite te redessiner selon leurs critères. Tu tires sur le col du t-shirt : des clavicules saillantes apparaissent. Tu les aimes bien pourtant. Mais ce n’est pas l’avis de tous. Pour eux, c’est scandaleux, c’est affreux, c’est effrayant. Tu te retournes, relève le vêtement jusqu’à tes fesses. Tu portes une culotte en coton gris clair. Tu as un petit fessier à peine rebondi. Sur la fesse gauche, cachée sous ce tissu en coton gris clair, se trouve cette grosse tâche noire, souvenir d’une brulure au lait très chaud. Tu ne les trouves pas moches tes fesses, tu les aimes bien. Ce qui n’est toujours pas aussi du goût de tout le monde.
Tu remontes encore plus le t-shirt jusqu’au milieu du dos. La tâche noire qui suit ta colonne vertébrale s’y trouve toujours encore après toutes ces années. Tu ne l’aimes pas, tu aimerais l’effacer avec une gomme.
Tu refais face au miroir. Il te renvoie toujours la même image peu flatteuse. Mais si l’on se rapproche, si l’on voit bien tout au fond de ces yeux oscillants tantôt entre le noir et le marron, tantôt entre le gris foncé et le marron, on y voit ta vraie beauté. Dans ton regard, on voit à quel point tu es en paix avec toi-même. A quel point tu es pugnace, stricte, forte, juste, rêveuse, empathique, altruiste, bosseuse, indépendante, insolente, douce. Tu trouves tes imperfections parfaites. Et à cette question : « miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? », tu réponds toujours : « Je n’en ai vraiment à foutre de le savoir ! ».
3
2
3
2

Vous aimez lire Gwenouille Bouh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0