1 - The World Inside

2 minutes de lecture

 La salle est plongée dans le noir. Le public, suspendu au bout de mes doigts. Bien avant de poser la première note, l'émotion m'envahit. Puis la convoitise accompagne mon geste lorsque mes mains effleurent les touches. L'envie de faire ressentir, de faire naitre, de donner vie à cette œuvre.

 Sonate Waldstein.

 Beethoven n'a que trente-cinq ans quand il la compose. J'en ai dix-neuf. Je m'attaque à un chef-d'œuvre et je compte bien montrer à la terre entière mon génie.

 Après une première exposition du thème réussie, mes doigts reprennent la mélodie qu'ils ont maintes et maintes fois jouée. Je connais la partition par cœur ; mon corps connait cette partition par cœur. De mon cerveau qui la voit défiler devant mes yeux, à mes pieds qui dansent sur les pédales. Mes doigts, fidèles, suivent scrupuleusement ce qui y est écrit. Le phrasé. Les nuances. Jusqu'à l'interprétation et le sens que je dois y mettre. Rien ne m'échappe.

 Rapidement, la mélodie s'emballe. Beethov, mon petit Beethov pro du développement, ne me laisse pas un instant de répit. Les pages se noircissent de dièses et de bémols. Il module. Accélère. Captivé, le public a les yeux rivés sur moi. Il est surpris, se demande comment un si jeune pianiste peut faire preuve d'autant de maturité. Moi je sais. Je vole, survole le clavier à une vitesse époustouflante. Ma technique est irréprochable. Car c'est là tout ce dont il s'agit. De rigueur. De doigté.

 De génie.

 Mes doigts s'emparent de la mélodie sans jamais la lâcher. Mon être tout entier ne fait qu'un avec la musique. Je vis. Je touche. J'effleure. Et chaque seconde me rapproche un peu plus de Beethov. Mon sang bout, agonise. J'ai besoin de respirer. De reprendre mon souffle. Mais la ligne s'est emparée de moi, elle me consume, me dévore. Je ne peux la rompre. Ne peux trahir l'œuvre. Mon sacrifice n'aura pas été vain : un silence parfait règne dans la salle.

 Dernière partie et le sentiment du triomphe s'éveille en moi. Encore quelques minutes et je savourerai ma victoire. Mes doigts glissent, volent, s'emballent. Je suis un dieu. Personne ne m'égale. Je vais terminer ce premier mouvement libre de toute entrave et demain, demain... je n'aurai plus de comptes à rendre. Mon corps rit. Mes mains cavalent. Elles courent, euphoriques, courent après les notes quand je réalise soudain que je suis en train de me perdre. Que je m'oublie. Les notes s'échappent, le charme s'envole. Mes doigts s'enfoncent, chaotiques, sur le clavier de plomb.

 Dans la salle, le public s'éveille. Les gens remuent et murmurent. Leur attention me fuit. C'est la soudaine descente aux enfers. Je me perds dans les eaux noires. Dans le désespoir qui accompagne les génies désabusés, tandis que je résiste à l'envie de tout planter et de quitter la scène. Encore quelques mesures, quelques notes à peine... Le poids de la gêne pèse sur mes épaules, mes doigts ploient dans la douleur, avant que ne résonnent enfin les dernières notes. J'entends sonner le glas de mon trépas. Quelques applaudissements, timides, qui traversent le public. Je ne suis pas dupe. Le manque d'entrain fait cruellement écho à la qualité de la prestation. On vient de m'annoncer ma condamnation : demain, Stein se fera un plaisir de m'achever.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Mon cher Edouard !

Ce soir en remontant la vallée de l'Issole, j'ai croisé de "verts souvenirs"...
Une symphonie jouait sur la route : la forêt et la montagne s'offraient à moi dans un camaïeu de vert !
Le vert, que dis-je, les verts : champêtre des érables, chatoyant des sycomores aux pétioles rouges, le vert mat, opaque et dentelé des ormes des montagnes, glauques des aiguilles de pins sylvestres et abrupte des pins noirs, doux et argenté des tilleuls, sombre des épicéas, le vert éclatant des pousses de printemps des sapins, tendre et fleuri des robiniers et des frênes, le vert duveteux des alisiers blancs, ... ce vert lumineux de l'espérance, ce vert de mon uniforme de garde forestier.

5
20
0
0
Défi
phillechat
Demain, la justice
8
2
0
1
Défi
Natsyn007

Des yeux sans couleur exacte, une mine renfrognée, un physique banal, le reflet que renvoie le miroir n’est guère flatteur. Tu flottes dans ce vieux t-shirt deux fois trop grand pour toi. Tes jambes nues portent encore les éraflures du chat siamois aux yeux vairons de ta grand-mère qui te déteste. Cette mine renfrognée est d’ailleurs due à ces éraflures qui te défigurent tes jambes que tu ne trouves pas si mal.
Ta mère te trouve trop mince. Tu remontes l’ourlet du t-shirt jusqu’à tes côtes et inspire fort. Tes côtes en ressortent plus saillants. « Elle a probablement raison », que tu te dis. Tu soupire en relâchant le t-shirt. Tu te rapproches du miroir. Tu parais timide, introvertie, sans importance. Ta silhouette fluette tantôt critiquée, tantôt admirée te donne envie t’effacer. Littéralement. Puis ensuite te redessiner selon leurs critères. Tu tires sur le col du t-shirt : des clavicules saillantes apparaissent. Tu les aimes bien pourtant. Mais ce n’est pas l’avis de tous. Pour eux, c’est scandaleux, c’est affreux, c’est effrayant. Tu te retournes, relève le vêtement jusqu’à tes fesses. Tu portes une culotte en coton gris clair. Tu as un petit fessier à peine rebondi. Sur la fesse gauche, cachée sous ce tissu en coton gris clair, se trouve cette grosse tâche noire, souvenir d’une brulure au lait très chaud. Tu ne les trouves pas moches tes fesses, tu les aimes bien. Ce qui n’est toujours pas aussi du goût de tout le monde.
Tu remontes encore plus le t-shirt jusqu’au milieu du dos. La tâche noire qui suit ta colonne vertébrale s’y trouve toujours encore après toutes ces années. Tu ne l’aimes pas, tu aimerais l’effacer avec une gomme.
Tu refais face au miroir. Il te renvoie toujours la même image peu flatteuse. Mais si l’on se rapproche, si l’on voit bien tout au fond de ces yeux oscillants tantôt entre le noir et le marron, tantôt entre le gris foncé et le marron, on y voit ta vraie beauté. Dans ton regard, on voit à quel point tu es en paix avec toi-même. A quel point tu es pugnace, stricte, forte, juste, rêveuse, empathique, altruiste, bosseuse, indépendante, insolente, douce. Tu trouves tes imperfections parfaites. Et à cette question : « miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? », tu réponds toujours : « Je n’en ai vraiment à foutre de le savoir ! ».
3
2
3
2

Vous aimez lire Gwenouille Bouh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0