- Prologue -

3 minutes de lecture

Elizabeth

Cœur de lion. Corps de lionne. C'est ce que ma mère n'a cessé de me répéter. Jour après jour. Nuit après nuit. À chacun de mes moments de faiblesse, elle s'est toujours trouvée à mes côtés pour me remettre sur le droit chemin et me pointer la lumière au bout du tunnel.

Au départ, cette comparaison me faisait pleurer à chaudes larmes. Il y a quelques mois encore, j'étais persuadée d'être faible et impuissante. Persuadée que si la nature en avait eu l'occasion, elle ne m'aurait jamais sélectionnée pour survivre en ses terres sauvages.

Avec le temps, j'ai appris. Je me suis élevée pour me rendre compte à quel point, j'étais dotée d'une force incomparable. J'avais survécu plus d'une fois à la noirceur du monde. J'ai donc fini par adopter sa métaphore, embrassant les cicatrices de mon passé, souvenirs de mes combats férocement gagnés.

Ma mère a passé des centaines de soirées à me caresser les cheveux tout en essuyant mes larmes. À me rappeler que la lionne qui est en moi, quoi qu'il arrive, incarnerait toujours le féminin. Mon féminin. Qu'elle sera aussi majestueuse que je le veux, mais surtout : l'éternelle égale du Lion. Je ne devais pas l'oublier. Les femmes sont aussi fortes et puissantes que les hommes. Ma mère continuait, en me souriant, me disant que cette force, qui couvait en moi me rendait tout simplement différente et unique. Il fallait juste que je trouve ma part. Ma place. Mon rôle.

Elle m'a affirmé que ma sensibilité extrême, ma capacité à ressentir et à m'ouvrir, bien que ces qualités me rendent plus vulnérable, ne voulaient pas dire que j'étais faible. Loin de là. Je devais faire la paix avec moi-même, trouver l'équilibre parfait.

— La lionne c'est la reine de la savane. Attentive, rien ne lui échappe. Elle n'a aucun problème à se faire respecter, murmurait-elle tandis que je m'endormais.

Je devais retrouver mon fauve intérieur. Que je le réapprivoise pour ranimer la flamme de mon âme. C'est ce que j'ai fait. Je suis partie en quête de ma savane. Celle où j'allais pouvoir m'épanouir comme une reine.

***

Griffin

La société attend des hommes qu'ils soient intransigeants, forts et à même de diriger leur propre vie ainsi que celle de leur famille. Ils doivent être de véritables leaders au travail. Ils doivent s'affirmer, être capables. Je n'en suis rien. Je ne fais pas partie de ces prédateurs avides de pouvoir ayant pour seule ambition qu'un jour, ils puissent assouvir leur soif de domination.

C'est ce que je me répétais alors que je réfléchissais à quel crâne d'animal, j'allais me faire tatouer. Les autres membres du gang avaient tous opté pour des animaux puissants : loup, dragon, ours, requin... Des carnivores aux longues dents qui n'ont peur de rien. Des bêtes qui ne me ressemblent pas.

J'ai longtemps tourné les pages du book du tatoueur, jusqu'à ce que je tombe sur les herbivores. Bélier, bouc, taureau et enfin, le cerf. Noble et digne, il m'a tout de suite fait de l'œil. Un animal à la fois fin et majestueux, droit. Ses bois chutent chaque hiver pour repousser au printemps, comme pour lui apporter une certaine humilité. C'est nécessaire pour lui rappeler qui il est : un simple mammifère... Bien qu'il soit le roi de la forêt. La repousse de ses bois sert à le guider, à retrouver sa noblesse et sa dignité perdues. Comme moi : j'ai tout perdu lorsque ma mère est morte.

Le cervidé est un symbole de résurrection permanente. Sa présence impose le respect. Il marche avec grâce, le cœur en avant et la tête relevée. Il est fier, mais non orgueilleux. Il est le roi dans la cour de dame nature. Le cerf est à la fois puissance et fragilité. Son brame devient alors le chant de sa fierté d'être. Pour moi, il allait être mon exutoire. Mon cri de détresse. Mon hurlement de désespoir.

J'espère que le prologue vous a plu !

Que pensez vous de Griffin et Elizabeth ? Vous avez hâte qu'ils se rencontrent ? :D

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
OD'UN

Adelaaaaaaa! Adela degeerella! Vite, il faut que tu apporte ta coquille d'or
Ce n'était pas un poisson d'avril. Une Venus rouge, annoncée sur RTL, devait naître sur une nacre, comme un trésor. 
- Emmènes Adèle avec toi, elle fera une splendide sensuelle contralto 
Quelqu'un comme toi, séduira les beautés de l'amour dans un roman-photo
Toi, la chrysalide qui était chenille. Sur le fleuve amour de l'érable, tu as dénudée le Canada, le mimosa s'est pris pour Vivaldi et ses quatre saisons
Tu as Casta sa feuille d'origine du monde pour corser tes émotions
Tu t'es croustilles une baguette de pain, et même Babar s'est trompé de pied! 
Faire du rafting sur le papayer et palmier une queue de poisson, rien ne t'as arêtee...
Et micocoulier l'abricot de Provence, tout en faisant une chorégraphie partouzee de LFMAO avec des perruques
Tiens, le sketch avec Olivier de Bohême, tu en as fait craquer des chenillettes, en suçant les pucerons sur leurs nuques! 
Je garde un merveilleux souvenir de ta toile microcosmos avec des fusains d'Europe
Tu ne t'es pas noyée avec Cathay, mais à Panama, tu as eu un savonnier, fan de pop
Oh, le concert avec Épicéa, belle voix de soprano! Parce que Newton, il a Apple à l'aide. C'était grave!
Sur les grands arbres, tu t'es enrichies de 40 écus en faisant du Yoga scandinave.
La chrysalide est devenue papillon, riche de mille et une histoires des cinq continents.
A Ibiza, les yeux bleus de Mélissa, toujours dévêtue, azuraient Malina d'un sourire volcan 
T'as azurée avec Dan Brown et Marie: tu as trouvée le code du Da Vinci
D'un battement d'ailes, tu as Battus devilliers qui était trop mouillère avec un bombyx myope, en photo dans Voici
Le bombyx plumait des ocelles aveugles avec un Agus sanguinaire à chaque aurore, une vraie barbarie
J'avais demandé aux belles dames, de te chanter " Ma cabane au Canada", devant les saumons roses, cachés dans la trésorerie
A Tahiti, tu as Flambée les bananes qui se vahinaient sur les hanches ondulantes
Le Parnassius apollo a déposé sa rose sur les seins des belles succulentes
Un miracle se produisit: tous les papillons se rejoignirent et dans une symphonie inachevée, battèrent et batterent des ailes pour offrir un arc-en-ciel magique, qui n'avait ni début, ni fin à toutes les Miss du monde
Cette acoustique lumineuse ont donnée le pouvoir aux anges-gardiens de les protéger des violences, du tiers-monde aux Joconde!  
2
6
0
2
Anna22
Blue Harmony. Un havre de paix, une véritable corne d'abondance où chacun peut réaliser ses rêves. Fifth en est une anomalie, un imparfait. Tentant alors de trouver sa place dans les légendaires combats d'arènes, et cela malgré ses piètres performances, le jeune homme ne cesse sa quête d'identité, soutenu par sa seule amie, la jolie Height.
Toutefois, quand pour une raison obscure, Fifth accepte de fuir la sphère utopique de BH, il ne se doute en aucun cas que cette décision provoquera un tournant radical dans son existence.

« Elles furent au nombre de huit, mais suite à la Grande Guerre, il n'en resta que quatre. Un fragile traité de paix fut alors signé, reposant sur l'existence d'un coffre dont personne ne connaissait le contenu. Ce coffre, il ne peut s'ouvrir qu'à l'aide de quatre clés... »

Le résumé est plutôt pourri, l’histoire l’est sûrement également, car c’est l’une de mes premières. Elle est d’ailleurs basée sur le jeu Clash Royal, mais je fais en sorte du mieux qu’en je puisse pour que l’on puisse la comprendre sans même connaître le jeu. Pour éviter tout quiproquos, j’ai publié le début de cette histoire sur Wattpad, même si je compte sûrement le supprimer sur cette plateforme (Wattpad) et continuer l’histoire petit ici.
9
6
35
16
Défi
Lean Mildon

Comme le dit la légende
Le phoenix renaît de ses cendres
Mais toi qui parle tout bas
Tu ne peux plus aimer ça

Cette vie, qui te fait souffrir
Mais qui finira par t'éblouir
Car je te redonnerai tant de confiance
Que tu iras bien même en mon absence

Abandonnée à la naissance, tu seras fière de me choisir
Toi ma chère amie à qui je ferais découvrir
L'envers du décor, des ruines chargées d'or
Dont toi seule connaîtra la clé, sacre de ton sort

Je te montrerai le ciel comme jamais tu ne l'as vu
Pour que chaque jour tu t'émerveilles moi qui ai toujours su
Que ton voyage commencerait par un premier pas
Ainsi où que tu ailles je te guiderai à travers toi, et te prendrai dans mes bras...

Toi mon amie qui veut tout oublier
Je ne te laisserai pas abandonner
Tu ne mérites pas que je te laisse passer de la lumière à l'ombre,
C'est pourquoi je resterai là pour toi à t'aimer les jours sombres.


12
26
1
1

Vous aimez lire Laulkhel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0