Une statue bien triste

3 minutes de lecture

Notre histoire se passe dans un monde régi par la magie, Eldarys et plus précisément dans le village de Wilendar, sur le continent Eurédya. Ce dernier avait été construit au beau milieu d’une forêt et était entouré d’arbres, la ville la plus proche se trouvait à quatre heures de route en charrette et à cheval, les habitants avaient dû alors s’arranger pour subvenir à leur besoin. Ils se spécialisèrent chacun dans un métier, c’est ainsi que l’on pouvait avoir un meunier, qui cultivait le blé et faisait la farine, ainsi qu’un boulanger, un boucher et ainsi de suite.

Notre fée quant à elle, s’était installée à proximité du village, dans la forêt où elle avait bâti une petite maison en bois qu’elle protégeait avec une barrière magique, de sorte à ce que personne ne pouvait la voir. Derrière sa maison, se trouvait un jardin, mais contrairement à sa cousine, il n’y avait pas de citrouilles, à la place se trouvait une statue en cristal de petite taille, représentant sans doute un enfant. Bafika allait tous les jours la voir et lui parler, elle en prenait soin, la lavant et lui mettant même des vêtements lorsqu’il pleuvait ou qu’il faisait froid. Ce jour-là encore, elle alla voir sa petite merveille et lui caressa la joue affectueusement :

- Que se passe-t-il mon joli ? Tu as une triste mine aujourd’hui.

Questionna-t-elle, en voyant une larme couler le long de la joue de la statue.

- Je ne m’occupe pas assez de toi ? Ou peut-être te sens-tu seul ?

Un léger sourire se dessina sur son visage puis elle ajouta :

- Ne t’en fais pas, il y a plein d’enfants comme toi. Bientôt, tu ne seras plus seul, je te le promets.

La fée l’embrassa sur la joue puis tourna les talons et rentra dans sa petite maison en chantonnant, toujours le sourire aux lèvres. Vous vous demandez sans doute qui est la statue ou bien que représente-t-elle ? Vous vous souvenez de cette maman désespérée qui avait imploré de l’aide parce que son petit garçon n’écoutait rien ? Eh bien, cette statuette est ce même petit garçon, la fée s’est, un jour, présentée à lui amicalement, et le sacripant n’a rien trouvé de mieux que de lui donner un coup de pied dans le tibia.

C’était bien entendu un test de la part de Bafika, qui le soir même l’attrapa en l’attirant avec ce qu’il désirait le plus, une montagne de jouets. Lorsque le garçon fut assez absorbé par ses jeux, la fée le transforma en statue de glace, lui expliquant alors que les enfants désobéissants et méchants étaient punis par elle, Bafika la fée des punitions. La pauvre maman pleurait son enfant perdu, les habitants du village s’étaient mis à sa recherche, mais il n’y avait aucune trace de ce dernier. La forêt était grande et il y avait des animaux sauvages, ils finirent pas penser que l’enfant, c'était sans doute perdu ou pire...S’était fait dévorer.

Cette affaire, n’empêcha pas certains enfants de continuer à désobéir à leur parents ou bien d’être méchant au grand plaisir de la fée qui se régalait chaque fois qu’elle attrapait un vilain garnement, c’est ainsi que petit à petit son jardin se remplissait de statuettes, il y avait même parmi elles des petites filles qui n’avaient pas été sages, cela dit les disparitions d’enfants commencèrent à inquiéter les villageois qui ne parvenaient pas à les retrouver, ce qui engendra des idées de toutes sortes, comme celle d’une bête immonde qui mangeait les petits enfants.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Aleyss Lunastique ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0