Prologue

2 minutes de lecture

Il existe deux mondes, celui où la lumière domine et où des créatures bienveillantes habitent, et il existe un monde plus sombre où vivent des créatures moins gentilles. C’est ici que se cachent les êtres qui font peur à vos enfants tels que le croque-mitaine, le monstre du lit, ou bien la créature qu’ils entendant lors des nuits d’orages, mais jamais, on ne vous a parlé des fées malignes n’est-ce pas ? Non bien sûr, pour vous, ce sont des créatures tout à fait adorables qui ne feraient de mal à personnes ? Eh bien, détrompez-vous, toutes les fées ne sont pas bienveillantes et protectrices si vous ignorez cela, c’est que vous n’avez pas entendu parler des fées malignes, ni de l’histoire concernant un village de pêcheurs. Je vais donc vous raconter ici, l’histoire d’une fée qui est loin d’être gentille, Bafika. Cette fée était connue dans son monde pour enlever les enfants désobéissants, ceux qui faisaient du mal aux animaux et les enfants terribles, pourtant aucun parent n’a jamais mentionné son prénom, préférant parler du père fouettard et du croque-mitaine pour essayer de se faire obéir.

Cela fonctionna un temps puis les enfants finirent par ne plus croire à ses êtres des ténèbres, dans son coin Bafika attendait son heure, elle savait que tôt ou tard quelqu’un craquerait, elle savait que tôt ou tard elle sortirait de son monde et partirai à la chasse aux enfants pas sages et c’est ce qui arriva. N’en pouvant plus de son enfant, qui était un petit garçon turbulent, une maman demanda de l’aide priant de toute son âme. C’est là que notre fée, put sortir de son monde, par sa demande la maman, avait ouvert un passage entre le monde des ombres et celui des humains, ne se rendant pas compte qu’elle venait de soulever le couvercle de la boite de Pandore. Bafika se rendit dans le monde des humains, se retrouvant en pleine forêt et se mit à rire, vous savez ? Ce rire si caractéristique qu’ont les sorcières, un rire aïgue qui feraient fuir n’importe quel enfant s’il l’entendait. Seulement ce n’était pas le rire d’une sorcière, mais, celui d’une fée, une très belle fée qui plus est, mais…. Si maligne, si fourbes, si... Mauvaise. Bafika avait de très longs cheveux noirs avec quelques mèches oranges, ils étaient attachés en un chignon et elle avait laissé deux longues mèches tomber sur les côtés de son visage. Sa peau était blanche et elle avait un teint de porcelaine, elle avait de longs ongles qu’elle avait peints avec du vernis rouge vermillon, ses yeux étaient les mêmes que ceux d’un chat, mais avaient une couleur orangée.

Elle avait de grandes ailes transparentes, où l’on pouvait voir des nervures de couleur orange, une longue robe en velours vert bouteille habillait la fée, des gants en dentelles de la même couleur ornaient ses mains. Elle portait à son cou un pendentif avec une grosse pierre noire où l’on pouvait percevoir quelque chose qui ressemblait à des volutes de fumée et qui tournait dans le même sens, en cercle. La fée s’envola, battant des ailes puis se rendit vers le village où la maman désespérée l’avait sans le vouloir appelé. Une fois sur place, elle regarda les alentours, ferma ensuite les yeux et sourit, humant l’air ambiant.

- Des enfants, plein d’enfants pas sages. Je vais me régaler !

Dit-elle, alors qu’elle retourna vers la forêt où elle était apparue, ainsi commenca notre histoire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Aleyss Lunastique ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0