la plaine

Une minute de lecture

Alors c'est ça la mort ?

Je n'ai devant moi qu'une plaine morne à perte de vue, peuplée d'esprit innombrables. Je n'éprouve ni tristesse, ni bonheur. Je n'ai pas de regret à quitter la vie, mais j'avoue être un peu déçue par la mort. Je repense à l'accident, la tole de la voiture qui se tord sous la violence du choc. Mais plus j'y pense et plus j'oublie. Je ne suis là que depuis quelques minutes mais déjà, je ne me souviens plus de mon nom. Les visages s'effacent de mon esprit, comme les sons et les odeurs. Je ne me souviens plus de ma chanson préférée alors que je suis certain de la connaitre par coeur. J'ignore l'odeur du café alors que j'en buvait tous les jours. Petits à petit je sens mon visage s'émousser.

Je suis mort depuis quelques minutes et je rejoins les esprits des autres. Nous nous ressemblons tous ici. Hommes et femmes. Adultes et enfants. Blancs, noirs, ou jaunes. La mort n'épargne personne.

La mort est la seule chose dans ce monde qui nous rend tous égaux.

Je regarde cette vaste plaine qui m'attire comme un aimant. Alors je vais rejoindre les autres, et comme eux je vais attendre, pour l'éternité.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vous aimez lire PM34 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0