Omniscience

3 minutes de lecture

Je m'éveille.

Si je devais l’expliquer à l'une de mes nombreuses créations douées de pensée — donc à peu près tout ce qui n'est pas minéral — je dirais que je sors d'un sommeil profond. Bon, moi je sais bien que c'était juste une grosse sieste. Ça a duré quoi ? Trois rotations de trou noir. J'ai pourtant bien le droit de fermer les yeux quelques instants. J'ai créé l'univers en une poignée d’heures, tout au plus. J'ai quand même bien bossé. Une symphonie galactique de base ça prend deux jours grand max. Moi, j'ai pas ménagé ma peine pour y ajouter de la vie partout. Les ajustements étaient nombreux et nécessaires pour que l'harmonie perdure.

Euh...

Ça met toujours un peu de temps. J'ai beau être omniscient, avec mon âge avancé je suis lent au démarrage après le réveil. Ça aussi j'aurai du mal à l'expliquer à un organisme vivant. Je vois ça d'ici :

— Vous voyez tout, vous savez tout.

— Ouais, alors... Je perçois simultanément toutes les dimensions de l'univers, à chaque point des espaces et du temps.

— Vous entendez les prières de vos fidèles où qu'ils soient ?

— Mes quoi ? Je te parle de la résonance mélodique de chaque chose dans les sept dimensions d'espace et de temps que j'ai dû superposer pour que ça tienne un peu la route. Essaie de suivre.

Là normalement je perds le bestiau. Rien que sur Terre, le règne animal a une petite dizaine de sens qui se limitent à leur expérience proche ou interne, et la plupart de ses représentants se concentre sur cinq ou six seulement en ignorant les autres. Alors de là à percevoir l'ensemble des lignes de résonance de l'univers comme je les ai ordonnées...

Euh...

Rien n'a bougé. Quelques étoiles sont mortes pour en alimenter d'autres, rien de bien extraordinaire. Au niveau macrocosmique, tout roule. Les moyennes sont bonnes partout. Ah, merde. C'est quoi ce bruit de fond ? On dirait un sèche-cheveux — un quoi ? C'est toujours pareil, l'omniscience me joue des tours. Je fais des liens avec des trucs que je découvre en même temps que d'autres. Donc, là, quelque chose s'est désynchronisé ou désaccordé. C'est quoi ce sèche-cheveux ? D'où ça vient ce machin ? À peine j'y pense, mon savoir infini me renseigne et répond à mes questions. Ça ressemble un peu à un moteur de recherche — c'est nouveau ça aussi. Mais… J’ai dormi combien de temps ?

Alors un sèche-cheveux ça sèche les cheveux, ouais merci... Et un moteur de recherche ça sert à se renseigner sur tout et n'importe quoi sur Internet avec un ordinateur ou un téléphone portable. Donc, autour de l'étoile Rê, la seule planète à vie organique a évolué pendant ma sieste plus vite que pendant tout le temps où je me suis occupé à la guider. Super sympa, ça fait plaisir. Vous avez carrément pas besoin de moi pou...

Euh...

Non mais c'est pas juste le sèche-cheveux et l'ordinateur ! Je les ai laissés alors qu'ils étaient pas nombreux — suffisamment pour qu'ils se soient découvert une nécessité impérieuse à se faire la guerre — et qu'ils pensaient presque tous que j'étais plusieurs. Ils m'ont donné tellement de noms que j'ai arrêté de suivre. Et là, je me réveille, ils sont sept milliards et ils jouent avec l'atome et le génome — ils ont même trouvé des noms pour ça alors qu'au début de ma sieste ils avaient aucune idée que ça existait.

Mais ?

Et il est où mon peuple élu ? C'est quoi cette... C'est quoi cette merde — donc je découvre aussi que le vocabulaire local a changé — Ils ont appelé ça États-Unis et ils ont tué tout mon peuple pandimensionnel préféré qui vivait là. Super. Mais quels cons — là ça va trop loin, leur vocabulaire de bouseux me saute à la gorge ! J'avais pas emmerdé les autres arpenteurs du globe parce que je voulais leur laisser une chance, mais ils ont survécu à leur propre imbécilité et trouvé le moyen d'anéantir les seuls qui vivaient en accord avec ma partition cosmique.

Putain je vais les fumer ces connards !

Ah, ces Terriens… Ils se font appeler humains, mais ça manque d’humanisme tous ces massacres entre singes imberbes. Et ça vient d'où ce terme de connard ? Je leur demanderais. Je vais même le faire de suite. Je descends, et j'en remonte un ici pour qu'il m'explique ce que je sais déjà — Omniscient, voilà — et je le laisse assister au réaccordage de l'harmonie de l'univers — il appellera ça un miracle, je vois ça d'ici — pis hop, je le renvoie chez mamie.

Je vais leur briser le quatrième mur et les gonades dans un autre chapitre...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Vous aimez lire PonponTergeist ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0