LIFE...

2 minutes de lecture

Je n'avais pas cinquante ans lorsque ma vie a basculé. J'ai tout réussi dans ma brève existence, sauf mon mariage. En même temps, qui peut s'enorgueillir d'une telle chose ? Une vie à deux, c'est un peu comme jouer à la roulette russe, non ? Vous ne savez jamais à l'avance si vous êtes tombé sur le bon numéro. D'ailleurs existe-t-il vraiment ? Et vous, en êtes-vous un ? Autant de questions qui resteront à jamais sans réponse, car là où je me trouve à présent ne me permet plus de parler d'avenir...

Si j'avais su que tout cela me serait retiré d'un claquement de doigts, j'aurais certainement fait plus attention. Mais voilà, on imagine toujours que cela n'arrive qu'aux autres. Et pourtant...

J'ai grandi dans une famille aimante entourée de frères et de sœurs. J'ai pris le monde à bras-le-corps en essayant de faire la fierté de mes parents. J'étais chirurgienne en cardiologie. Je dis j'étais, car je ne suis pas sûre de pouvoir reprendre mes activités un jour. Je travaillais au sein d'un hôpital réputé pour le nombre et la qualité de ses interventions, avec une liste interminable de patients en consultation. C'est peut-être ça le problème, le stress.

On n'imagine pas ce qu'il peut engendrer. On pense pouvoir le maîtriser alors que c'est lui qui vous tient. On se croit plus fort, presque indestructible jusqu'au jour où l'accident survient. À ce moment-là, vous vous sentez tellement fragile, une pauvre petite chose que la vie ballote au gré de ses humeurs. J'ai toujours eu confiance en moi, mais je peux vous assurer que tout cela disparait, très vite, lorsque vous ne pensez plus qu'à une chose... survivre.

Je reste là, allongée, sans pouvoir bouger, à me demander si cette situation va perdurer et combien de temps, à la merci des médecins, comme mes patients autrefois. Je suis passée de l'autre côté du miroir. L'opération est prévue aujourd'hui, je prie pour que tout se passe bien et que mes séquelles soient les moins lourdes possibles. Mais lorsqu'on subit un AVC, je suis bien placée pour savoir qu'on ne sait jamais...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Vous aimez lire Valerie MUSSET ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0