J'arrivais à vingt ans

de Image de profil de Alfred De NédarAlfred De Nédar

Apprécié par 7 lecteurs
Image de couverture de J'arrivais à vingt ans

J’arrivais à vingt ans au pied de millénaires,

Abordant solitaire le vaste inconnu.

Dans mes maigres paquets des années de galère

Et au fond de ma poche quelque idée perdue


J’arrivais à vingt ans, je dis c’était hier

Jeudi noir, jeudi gris, dans une ville rose.

En marchant je me voyais repeindre la pierre

Et les esprits petits des habitants moroses.


Je disais bien des « si », biens des « il faut changer ! »

« Si l’on changeait le monde il tournerait bien mieux »

Je me voyais déjà l’érudit du quartier

Et peut-être demain un bien savant monsieur.


Mais écumant toujours les rues de ma cité,

J’arrivais un matin dans un bar, ingénu.

J’ai commandé un verre et de verre en année

J’ai laissé dans l’ivresse quelque idée perdue.

Poésie
Tous droits réservés
1 chapitre d'une minute
Commencer la lecture

Table des matières

Commentaires & Discussions

J'arrivais à vingt ansChapitre8 messages | 4 ans

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0