Chapitre 14.1

3 minutes de lecture

Une grimace de douleur déforma son beau visage lorsqu'elle fixa un bandage sur la marque qui lui déchirait l'épaule. Ses longs cheveux de jais contrastaient avec le rose de sa peau. Ses yeux bleus et leur pupille d'ébène, portés vers le lointain, étincelaient sous les lueurs cobalt des glaces millénaires du Niflhel. Avec l'élégance d'un cygne aux ailes déployées, elle s'étira de tout son long et salua son visiteur.

« Tu as peur pour lui, n'est-ce pas ? fit Garm.

— Si cela ne tenait qu'à moi, je lui demanderais de rester parmi nous, répondit Modgud. Helheim est un endroit calme mais nous ne serions pas trop de trois pour en surveiller les frontières.

— Malgré l'attachement que j'ai pour lui, j'ai le sentiment que sa place n'est pas ici. Son Destin est celui d'un élu. Sinon, comment expliquer que le Murmure se soit prolongé dans le plan du réel ? La Toile réclame de Valgard qu'il accomplisse de grandes choses.

Du bout de ses doigts fins, Modgud caressa le pelage de l'animal.

— La boule de poils, ce grand sage ! »

Les deux complices se sourirent puis se turent. Ils restaient souvent l'un près de l'autre sans échanger un mot. Depuis un temps qui prenait parfois des allures d'éternité, ils étaient les sentinelles de ce monde oublié. Perdus dans un état à mi-chemin entre la vie et la mort, il leur arrivait d'oublier qu'ils ne faisaient pas partie de ces cadavres ambulants qui empruntaient sans cesse Giallarbru. Le molosse avait toujours vécu ici. Les choses étaient différentes pour son amie. D'ailleurs, ce n'était pas pour son talent que Modgud avait été envoyée dans ce sombre royaume. En vérité, elle avait été punie.

« Tu dis préférer que le jeune maître reste à nos côtés. Est-ce la vérité ?

La valkyrie haussa un sourcil.

— De quoi parles-tu ?

— Odin. Tu as un compte à régler avec lui, n'est-ce pas ? En donnant à Valgard la possibilité de le faire à ta place, tu t'offres cette vengeance que tu désires tant.

— Tu divagues, Garm. Si mon cœur contient effectivement une part de haine, crois bien qu'elle n'est aucunement dirigée contre ce vieux fou. Non, une autre personne est responsable de mon exil ici. Un jour viendra, elle devra payer pour cela. Je me dois seulement d'être patiente.

— Une autre solution consisterait à ce que Valgard la rencontre.

— Et si elle commet l'erreur de se dresser sur son chemin, je serai enfin vengée, oui. »

Naturellement, il n'avait jamais été dans les intentions de Modgud de se servir de Valgard pour obtenir sa revanche, mais elle devait se rendre à l'évidence : imaginer que le guerrier qu'elle avait forgé puisse malmener sa vieille ennemie avait de quoi lui plaire, assurément.

Elle n'eut guère le temps de s'appesantir davantage sur la question. Venue des alentours d'Eliudnir, une détonation épouvantable retentit sur des milles à la ronde. La femme manqua perdre l'équilibre lorsque survint une vibrante secousse. Garm plissa les yeux avec méfiance et retroussa ses babines.

« Un grand danger, à en juger par les perturbations dans le Wyrd, gronda-t-il.

— Le château serait attaqué ? s'inquiéta Modgud. Comment ? Et par qui ?

— C'est ce que je compte découvrir.

— Je viens avec toi.

— Non, j'irai seul. N'oublie pas qu'il t'est interdit de quitter Giallarbru. Imagine qu'il s'agisse d'une diversion visant à nous faire abandonner la surveillance du pont. Ton rôle est d'empêcher quiconque de le traverser. Quoi qu'il advienne, tu dois t'y tenir !

La vierge avait envie d'en découdre, c'était indéniable. Cela dit, les paroles de Garm s'étaient faites une fois de plus les ambassadrices de la raison. Peut-être cherchait-on à leur tendre un piège. Si tel était le cas, Giallarbru ne devait pas être laissé sans protection.

— N'oublie pas de rester prudent, ajouta Modgud à contrecœur. Tant que nous ne savons pas à qui ni à quoi nous avons affaire. »

Une crête de poils feu se dessina sur le pelage noir de la bête. Ses poumons se gonflèrent en un grognement rauque. Ses muscles se tendirent et ses oreilles triangulaires s'inclinèrent vers l'arrière. Ses pattes s'enfoncèrent dans la roche et dans la terre, leurs ongles courts recourbés tels des crochets.

D'un bond, il s'élança vers Helgrind, ignorant ce qui l'attendait.

Annotations

Recommandations

Itane Watine
Afin de révéler la vérité sur l’improbable existence de DIEU, un être superbe du nom d’Itane Bel voit sa vie être sauvée grâce à l’aide de Joseph Dedzer, un jeune homme aigri dont l’empathie démesurée fait de lui un personnage au caractère singulier. Seulement un ange schizophrène du nom de Jiznée vient troubler la vie des 2 hommes d’un amour vertigineux. Dès lors, la quête divine s’en trouve édifiante de clarté.

« Ami, mon nom est Joseph Dedzer. J’ai au demeurant, en ce jour d’anniversaire, trente-trois ans ; et d’ici peu de temps je ne serai plus de ce monde. Laisse-moi te léguer mon histoire à la logique corrompue. Celle d’un homme aux mille et un talents découvrant le jour de sa mort que celui-ci n’a pas vécu. Tel sera mon récit. Vois entre tes mains le manuscrit d’un lâche où tout commence par une chaude soirée d’été, une soirée qui fit chavirer ma vie à jamais… »

Telle une rivière qui coule au coeur de l'océan laissez-vous porter par le courant d'une intrigue enchanteresse, telle sera la promesse de DEUS EX MACHINA.
196
236
1206
175
Ludwio
Jeune homme parlant d une histoire vécu il y a longtemps..
3
4
74
1
Natacha TIBI
Pour mener à bien ce défi,
j'ai choisi le thriller
de Sire Cédric "Le premier sang".
5
11
0
1

Vous aimez lire Erène ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0