Chapitre 5.1

3 minutes de lecture

Leur curiosité piquée, les serviteurs ne parlèrent que de l'absence de la gardienne des morts. Bien que la vérité leur ait été cachée, ils comprirent tout de même que Ganglot et Ganglati en savaient plus que quiconque à ce propos. Durant plus d'une journée, une effervescence peu commune se répandit à travers le palais. À Helheim, on n'était guère habitué à ce genre d'aventure. Et si les valets de la fille de Loki n'étaient plus que des âmes dépourvues de corps, l'insatiable curiosité des humains les avait suivis dans l'au-delà. Au fil des heures, leur indiscrétion allait grandissante, ce qui les amena à se demander où leur geôlière avait pu s'en aller. Certains racontèrent qu'Odin était venu la mettre à mort ; d'autres soutinrent qu'elle était partie défier les forces d'Asgard et ainsi lancer les hostilités annonciatrices du Ragnarok²⁶, ce moment fatidique où les dieux seraient tenus de rendre des comptes.

Une chose demeurait évidente, cependant : tous s'étaient imaginé que le voyage de leur reine serait immédiatement suivi de terribles conséquences qui ne manqueraient pas de secouer les neuf mondes. Leur déconvenue se révéla à la hauteur de leurs fantasmes : trop vite, elle fut de retour et s'enferma dans sa chambre. Déception, le statu-quo avait été préservé.

Malgré l'inquiétude de ses gens, Hel refusa de se confier à qui que ce soit. Plus les mois passaient, plus elle s'enlisait dans un mutisme profond. Depuis la surface, des milliers d'âmes continuaient d'affluer en Helheim ; la souveraine des lieux n'en avait cure, préférant se morfondre dans sa prison de solitude.

Mais un jour, un cri épouvantable s'éleva, qui libéra dans l'air une onde de souffrance. Dans tout le royaume, on entendit ce hurlement monstrueux, presque animal ; quoique condamnés à une éternité de misères, les morts réalisèrent que, non loin, se terrait une chose dont le sort était pire que le leur. Et il ne pouvait s'agir que de Hel.

Déterminés à lui porter secours, Ganglot et Ganglati coururent jusqu'à sa chambre, poussèrent la lourde porte de fer puis pénétrèrent dans la sombre pièce. Frappés de stupeur, ils se retrouvèrent face à leur souveraine, qui, tordue de douleur sur son grand lit, se débattait nerveusement, le corps parcouru d'horribles spasmes. Son visage déjà hideux en était déformé. Des filets de bave mousseuse coulaient le long de ses joues tandis que ses yeux inégaux semblaient vouloir sortir de leurs suppurantes orbites. Des râles rauques s'échappaient de sa gorge dévastée, ébauches dissonantes de cris de détresse. Les visqueuses humeurs qui fuyaient son intimité se déversaient sur le matelas telles des coulées de lave sanglante. Pareille scène était sans équivoque : elle allait donner naissance à un petit être, une mystérieuse créature dont l'origine devait remonter à cette journée passée dans le monde du dessus.

Ganglot, de son vivant, avait accouché à plusieurs reprises. Mieux que quiconque, elle connaissait la douleur qui accompagnait ce genre d'évènements. La domestique, résolue à soulager la souffrance de sa souveraine, fit apporter une bassine remplie de la sève de Hvergelmir. Le liquide avait beau brûler la peau des morts, il restait inoffensif pour les dieux ou les mortels. Comme prévu, il se montra fort utile pour chasser l'ichor qui avait commencé à fuir la chair ignoble de la future mère.

Il fallut des heures avant que le bébé ne daigne enfin se montrer. Étonnamment, il ne possédait aucun des traits repoussants de sa mère. Sa peau était claire et douce, son visage ravissant. Les petits cris qui s'échappaient de son adorable bouche étaient ceux d'un nourrisson tout à fait normal. Seul le jaune ocre de ses yeux et le blanc du léger duvet qui tapissait son crâne bombé, étaient empruntés à la fille de Loki.

Cette dernière posa un regard épuisé sur le poupon. La fatigue prenait le dessus sur le semblant de bonheur qu'elle aurait dû ressentir en voyant ce petit être dont personne, sauf elle, n'attendait la venue. Très vite, elle désira qu'on la laisse de nouveau et qu'on en profite pour faire toucher à l'enfant la terre froide et aride de l'endroit qui l'avait vu naître.

Valgard, fils de la lumière et des ténèbres, venait de voir le jour.

----------

Lexique :

26 - Ragnarok : forme simplifiée de Ragnarøkkr. Nom donné au Crépuscule des Puissances, guerre prochaine et annoncée aux dieux par la iotun prophétesse Iarnvidia. Ce conflit devrait voir la victoire des iotnar sur les troupes divines.

Annotations

Recommandations

Itane Watine
Afin de révéler la vérité sur l’improbable existence de DIEU, un être superbe du nom d’Itane Bel voit sa vie être sauvée grâce à l’aide de Joseph Dedzer, un jeune homme aigri dont l’empathie démesurée fait de lui un personnage au caractère singulier. Seulement un ange schizophrène du nom de Jiznée vient troubler la vie des 2 hommes d’un amour vertigineux. Dès lors, la quête divine s’en trouve édifiante de clarté.

« Ami, mon nom est Joseph Dedzer. J’ai au demeurant, en ce jour d’anniversaire, trente-trois ans ; et d’ici peu de temps je ne serai plus de ce monde. Laisse-moi te léguer mon histoire à la logique corrompue. Celle d’un homme aux mille et un talents découvrant le jour de sa mort que celui-ci n’a pas vécu. Tel sera mon récit. Vois entre tes mains le manuscrit d’un lâche où tout commence par une chaude soirée d’été, une soirée qui fit chavirer ma vie à jamais… »

Telle une rivière qui coule au coeur de l'océan laissez-vous porter par le courant d'une intrigue enchanteresse, telle sera la promesse de DEUS EX MACHINA.
196
236
1206
175
Ludwio
Jeune homme parlant d une histoire vécu il y a longtemps..
3
4
74
1
Natacha TIBI
Pour mener à bien ce défi,
j'ai choisi le thriller
de Sire Cédric "Le premier sang".
5
11
0
1

Vous aimez lire Erène ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0