CHAPITRE 82 : « Complexe De Bierne » « Xiao »

4 minutes de lecture

CHAPITRE 82 : « Complexe De Bierne » « Xiao »

« Maison résidentielle des Tsu. »

Patricia tient son mari à deux mains en lui serrant très fort le bras, la tristesse de voir son unique fils les quitter lui ôtant toute logique.

Logique qui lui dirait que c’est naturel pour un enfant de vivre de ses propres ailes, d’autant plus que le nouveau nid de Xiao n’est qu’à quelques centaines de mètres à peine de là.

Yuan lui tapote les mains de la sienne restant libre, le cœur un peu noué lui aussi par ce départ qu’il sait pourtant pour le bien de son fils et de ceux avec qui il va vivre dans cette maison fraîchement construite qu’ils vont aménager pour se bâtir une nouvelle vie.

- Allons chérie, ne va quand même pas te rendre malade alors qu’il ne vivait déjà quasiment plus ici depuis un bon moment !! En plus ce n’est pas comme s’ils partaient au bout du monde, mais plutôt au bout de la rue ! Hi ! Hi !
- Je vois que tu prends plutôt ça bien.

Yuan sourit tendrement à son épouse.

- Pense que dorénavant nous serons plus nombreux à table les dimanches.

Patricia renifle un grand coup avant de sourire à son tour, reprenant visiblement ses esprits à la plus grande joie de son mari.

- Va falloir qu’on apprenne à manger avec des baguettes, tu crois ?
- Tu pourras toujours essayer mais je ne te garantis rien, par contre je suis certain qu’Hoshio sera heureux de cette attention venant de ta part.

Patricia plonge un instant dans ses pensées à ressasser les derniers événements ayant eu comme incidence le déménagement de Xiao.

Une exclamation lui vient alors qui surprend Yuan.

- Mais j’y pense !! Peux-tu m’emmener en ville !!
- Là... maintenant ?
- Oui !! S’il te plaît !!
- Mais enfin chérie… qu’y a-t-il de si urgent pour te précipiter ainsi, on a le temps pour les baguettes et Hoshio jusque-là n’en a jamais fait état, il se débrouille tout aussi bien avec nos couverts.
- Ce n’est pas à lui que je pensais !!
- Ah non ?

Patricia se retient de rire devant l’air sérieux de Yuan à tenter de comprendre ses pensées.

- Au fait !! Que veux-tu trouver en ville qu’il ne s’y trouve pas déjà aux nombreux commerces du village ?
- Une assiette chauffante pour le grand nerveux ! Hi ! Hi !
- Pffttt !! Toi alors et tes plaisanteries !!
- Mais non enfin… je suis sérieuse, Chloé m’en avait parlé un jour et sur le coup cela m’avait bien fait rire, maintenant je comprends mieux et je ne voudrais pas que notre « doudou » mange froid.

Yuan ouvre grand les yeux de surprise.

- Notre « doudou » ?? Depuis quand est-ce que Mathieu a le droit à cette appellation ?
- Depuis qu’il est devenu en quelque sorte notre beau-fils. Je trouve que cela lui va bien en plus et tu sais combien il comptait déjà pour moi bien avant cela !!
- Comme pour nous tous j’imagine.

Yuan se détache tendrement de l’étreinte de son épouse pour aller rejoindre la camionnette qu’il s’apprête à démarrer, Patricia l’entend bougonner pour lui seul.

- Doudou !! Je t’en foutrais des « doudous » !!

***/***

« Nouvelle maison où vont vivre Xiao, Hoshio et Mathieu. »

La première camionnette transportant les affaires de Mathieu repart une fois libérée de sa cargaison de linge et autres meubles et bibelots, dont le fameux « doudou » ne veut pas se séparer.

Hoshio quant à lui en a déjà fini avec ses propres affaires, vu qu’il n’avait pour ainsi dire rien à part ses deux valises pour venir faire ses études à Shanpaï, il observe donc avec amusement et beaucoup de tendresse le troisième larron, figé devant sa pile de cartons somme toute assez impressionnante.

- Heureusement que la maison a été payée intégralement.

Xiao se tourne vers lui sans comprendre le sens de ses paroles.

- Pourquoi donc ?
- J’imagine qu’avec un crédit sur vingt ans, Mathieu ne se serait même pas donné la peine d’ouvrir ses cartons ?
- De quoi tu parles ??

Hoshio compte sur ses doigts avec un sourire montrant bien qu’il n’y a rien de sérieux.

- Bien voyons entre le temps qu’il va passer à tout déballer, si tu en remets autant pour tout remballer.
- Oui et donc ?
- Je pense qu’au rythme où il est parti, les vingt ans seront insuffisants ! Hi ! Hi !
- Pffttt !! Moque-toi bien alors que tu devrais plutôt t’empresser d’aller l’aider.
- Pourquoi donc s’il te plaît ?
- Cela dépend en fait !! Si tu avais l’intention de pendre la crémaillère et d’inaugurer notre nouveau lit « King size » ce soir, ou attendre que « Math » ait tout rangé.

Xiao termine sa phrase seule, Hoshio portant déjà secours au beau Mathieu, montrant ainsi ses intentions pour la nuit qui vient.

Un haussement d’épaule avant qu’il ne les rejoigne et qu'ils terminent juste à temps pour l’arrivée de la dernière camionnette contenant ses propres affaires.

***/***

« Plus tard dans la soirée. »

Xiao s’écroule sur le canapé, complètement fourbu de cette journée des plus chargées, rejoignant Hoshio qui y est déjà avachi.

Ce dernier en le recevant près de lui a un regard à trois cent soixante degrés dans la pièce principale, cherchant visiblement le troisième larron des yeux.

- Tu sais où est « Math » ?
- Il prend sa douche, pourquoi ?
- Hum !! Ôte-moi d’un doute !! C’est un ballon ou une chaudière ?
- Un ballon pourquoi ?
- Tu me demandes ?? Tu as déjà oublié qui utilise l’eau chaude en ce moment ?
- Oups !!

Les deux copains se lèvent d’un bond et se dirigent vers la salle de bains en se dévêtant en route, trop heureux d’avoir trouvé le prétexte à commencer les hostilités promises pour ce premier jour de vie commune.

Heureusement que tout a été conçu pour et donc la salle de bains aussi, avec son immense douche italienne digne d’un sanitaire d’équipe de foot.

Le beau Mathieu est couvert de mousse quand il se sent pris en étau par ses deux amants, s’agenouillant dans la foulée pour avoir un accès direct, l’un au postérieur pommelé et l’autre à cette chose bizarre prenant une soudaine ampleur en comprenant quelle félicité l’attend.

La surprise lui fait lâcher ce son de gorge d’excitation qui annonce une nuit sans sommeil et un réveil tête dans le cul.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
flooney
Ce matin vous vous rendez au bureau, seul dans votre voiture. La ville est calme, les rues désertes. Vous vous dites que quelque chose n’est pas comme d’habitude. Vous avez raison.
12
68
16
116
Défi
Maryam

Les larmes crient à sa place
4
4
0
0
pierre françois

Un trait blanc crayeux
s'étale sur un tableau-
poussière de mots...
0
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0