CHAPITRE 79 : « Imperia » « Palais de l’unique »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 79 : « Imperia » « Palais de l’unique »

Le commandeur comprend alors de quoi il s’agit, connaissant parfaitement les deux éléments aussi essentiels que vitaux pour celui que tous appellent l’unique, mais qui pour elle reste et restera toujours le jeune rouquin qui un jour lui a sauvé la vie et l’a sortie de sa misérable condition, alors qu’elle déambulait dans un sous-sol humide à chercher une maigre pitance.

Thomas l’observe avec attention et voit bien lui aussi qu’elle est soudainement partie loin, très loin même, vers des souvenirs tellement anciens que même lui en a perdus une bonne partie.

- C’était la belle époque, n’est-ce pas mon amie ?
- Hein… comment ?? Ah oui… la belle époque en effet, mais… si lointaine déjà !!
- La regrettes-tu à ce point ?
- Parfois mon cœur se serre à m’en rappeler, la vie était moins compliquée convenons-en ! Hi ! Hi !
- Je dirais plutôt… différente… oui c’est cela, différente !!

Le commandeur sourit jusqu’aux oreilles, revenant à une conversation plus terre à terre, l’idée même de continuer celle-là lui étant vraiment trop pénible en lui ravivant des sentiments qu’elle pensait oubliés depuis longtemps.

- Pour lequel des deux besoins primordiaux est donc prévu ce… chargeur !!
- Les prières bien sûr !!
- Pourtant cela aurait été intéressant de récolter les orgasmes de toute une civilisation.
- Déroutant tu veux dire ! Ha ! Ha !

Le ton quelque peu grivois de l’empereur accentue le sourire du commandeur, reconnaissant bien là son ami des premiers jours.

Thomas se sent étrangement bien, redevenant un instant un simple quidam plaisantant avec une amie, pourtant les choses sérieuses lui reviennent rapidement et lui rendent sa prestance impériale.

- Je vais aller de ce pas au temple de l’unique donner mes ordres en ce sens au grand maître des prières.
- Je peux t’être utile à quelque chose ?
- Tu pourrais m’amener quelqu’un discrètement ?
- Seul ou les deux ?
- Comme il leur plaira du moment que mon fils accepte de te suivre.

« Mistieee » revoit le jeune Tomoya avec qui elle a eu une brève discussion et quoique la reconnaissance de la beauté humaine lui soit une chose complètement inconnue, elle ne s’en rappelle pas moins tous ces regards portés sur ce jeune homme et qui à eux seuls suffisent largement à ne pas la tromper sur ses prochaines paroles.

- Sa beauté et sa prestance naturelle ne peuvent tromper personne sur son origine, il vous ressemble trop avec un petit quelque chose qui accentue encore la curiosité de ceux qui le croisent.
- Sa mère est de loin l’une des femmes les plus belles que j’ai rencontrées sur Terre, j’imagine bien mon fils tenant d’elle pour sa grâce et son regard.

C’est au tour de l’empereur de faire un saut dans le passé, revoyant avec un pincement au cœur son amie Masako, si belle et si intelligente, regrettant un bref instant cette décision prise il y a quelques années d’éviter de revenir sur cette planète qui pourtant lui a apporté des joies certes différentes de celles qu’il connaît dans l’Imperium, mais ô combien heureuses.

Un signe de la main signifie le congé du commandeur, ce dernier se levant alors pour sortir après la courbette révérencieuse toute protocolaire qui va avec.

- J’y vais de ce pas Votre Majesté.

Ce n’est qu’une fois seul que Thomas se secoue pour chasser toute cette langueur qui l’avait pris soudainement, se rappelant alors de sa prochaine tâche pour lancer l’appel prévenant un autre ami très cher de sa visite.

Le seul que Florian a bien voulu sortir de la Terre où ils étaient en exil pour en faire le représentant du culte sur sa propre personne, afin d’éviter les dérives du passé qui ont été l’une des principales raisons de cet exil d’un millénaire.

L’autre raison étant un attachement très fort et le fait qu’il n’y avait étrangement pas d’élus de la même identité que lui, en faisant un amant occasionnel pour Florian mais également pour lui.

***/***

« Bureau du grand maître des prières. »

Paolo est à sa table de travail comme chaque jour à cette heure précise, quand l’appel lui arrive, un coup d’œil sur l’appelant et son regard brille alors de plaisir quand il accepte l’holo-vidéo.

Le visage de l’empereur se dévoile à lui, tout souriant et étrangement semblable au sien, avec les mêmes traits fins et ronds, les mêmes yeux bleus si envoûtants et surtout les mêmes cheveux blond doré, faisant des deux garçons des personnes sur qui le monde se retourne volontiers.

L’un comme l’autre de par leur fonction, au sommet de la pyramide de commandement pour Thomas et de la piété religieuse pour Paolo.

- Sa Majesté va-t-elle me faire l’honneur d’une visite ? J’avoue me sentir un peu seul depuis quelque temps déjà !!
- Je te renverrai bien tes paroles, mais je me doute que tout comme pour moi ton temps ne suffit pas pour gérer ta charge de travail.
- Dans ce cas je pourrai me libérer si tu en fais de même, nous pourrions passer un moment en tête à tête tous les deux.

Thomas va pour répondre que Paolo ne lui en laisse pas le temps.

- Nous pourrions ensuite discuter de ce qui t’a amené à me contacter.

L’empereur n’hésite que le temps d’une brève pensée sur le travail de la journée à peine entamée qui lui reste, l’envie étant trop forte soudainement de serrer son ami tendrement dans ses bras et de se laisser aller à des sentiments qui il doit l’avouer en ce moment lui manquent terriblement.

- Faisons comme ça alors, j’avoue que je suis également en manque de tendresse ! Hi ! Hi !
- Je te rejoins dans ta chambre d’ici une petite heure, le temps de me préparer.
- Nous pourrions prendre notre bain ensemble, pourquoi attendre ?

Paolo se mordille les lèvres, signe que Thomas connaît pour ce qu’il signifie de la montée en puissance de l’envie qui prend les reins de l’ancien garde Suisse, qui avant cela était un de ses plus proches camarades d’école perdu de vue durant une longue période et rencontré à nouveau dans une situation pour tous deux des plus inattendues.

- J’arrive, fais couler l’eau ! Hi ! Hi !

***/***

« Chambre privée de l’empereur. »

L’immense jacuzzi commence à se remplir quand le signal d’un visiteur empruntant le téléporteur privé indique à Thomas que son ami n’a pas perdu de temps.

Il baisse le régime d’arrivée d’eau pour aller l’accueillir, se retrouvant face à face à se dévorer du regard, l’un dans sa soutane immaculée et l’autre dans sa tenue impériale de travail.

Le premier réflexe venant des deux côtés les jette dans les bras l’un de l’autre à s’étreindre avec passion, leurs lèvres se redécouvrant comme si c’était la première fois.

Les yeux d’un bleu azur de l’un se noyant dans ceux tout aussi bleus mais presque transparents de l’autre, leurs bras s’enlaçant avec une fièvre née de cette excitation qui les prend comme à chaque fois qu’ils se rencontrent en privé.

Paolo n’acceptant étrangement que Florian et Thomas comme amants depuis que l’a quitté celui qu’il aimait, resté jusqu’à la fin à servir son propre dieu au sein même de l’Église dans sa fonction de camerlingue rattaché à Sa Sainteté le pape.

Thomas est le premier à desserrer son étreinte en repensant soudainement à l’eau qui s’écoule dans la salle de bains, y entraînant alors son copain en le prenant par le bras.

- Viens !! Tous ces vêtements ne demandent qu’à nous en débarrasser !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
flooney
Ce matin vous vous rendez au bureau, seul dans votre voiture. La ville est calme, les rues désertes. Vous vous dites que quelque chose n’est pas comme d’habitude. Vous avez raison.
12
68
16
116
Défi
Maryam

Les larmes crient à sa place
4
4
0
0
pierre françois

Un trait blanc crayeux
s'étale sur un tableau-
poussière de mots...
0
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0