CHAPITRE 78 : « Imperia » « Commandeur Mistieee »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 78 : « Imperia » « Commandeur Mistieee »

« Quelques mois plus tard. »

Le « Kinouuu » reste en orbite basse au-dessus d’Imperia, les habitants de la cité impériale en ayant des crampes dans le cou à s’émerveiller devant ce vaisseau vivant qu’ils voient en vrai à de si rares occasions.

S’exclamant sur sa ligne épurée et ce regard si spécial scrutant l’étendue de l’espace autour de lui et ce sous la surveillance du commandeur « Mistieee » qui en est depuis des millions d’années l’unique capitaine.

Cette dernière se lisse les moustaches de satisfaction à la pensée des monceaux de fromage qui l’attendent, n’étant pas dans sa nature d’être curieuse de la raison de la convocation impériale l’ayant sortie de son ennui quotidien depuis qu’elle avait laissé le « Kinouuu » rejoindre sa famille.

Le signal d’un appel externe retentit tandis que s’allume la holo-vision laissant apparaître le maître incontesté de l’univers connu, Sa Majesté impériale "Thomasss premier" le juste.

L’appellation « le juste » étant venue tout naturellement à son retour après le départ du tyran, montrant l’énorme soulagement des peuples à se retrouver dans cette paix impériale qui n’existait plus que dans les anciens holo-livres d’histoire.

Le commandeur s’agenouille et se courbe en deux, prononçant les paroles de respect devenues un réflexe avec le temps.

- Longue vie à Sa Majesté !!
- J’ai été averti de ton arrivée, je t’attends dans mon bureau privé !!

La holo se coupe aussi rapidement qu’elle était apparue, laissant le commandeur dans une certaine expectative devant la brièveté de la conversation.

Elle s’adresse alors à l’IA cognitive du vaisseau.

- Télétransporte-moi au bureau privé de Sa Majesté !!

- Bien commandeur !!

***/***

L’empereur arpente la pièce de long en large, visiblement nerveux de la décision qu’il doit prendre et qui pourtant ne date pas du jour et a eu suffisamment le temps de mûrir dans son esprit.

L’apparition du commandeur le stoppe en venant directement vers elle pour la prendre dans ses bras en signe d’affection et de l’amitié indéfectible qu’il lui porte.

Le commandeur se laisse enlacer avec un réel plaisir et aussi un grand ouf, maintenant quelque peu rassurée de la brièveté du dernier appel.

- Votre Majesté est toujours aussi démonstrative à ce que je vois !!
- Comment pourrait-il en être autrement, tes visites sont tellement rares !!

Le commandeur laisse passer le moment de congratulation, pour une fois tous deux assis face à face l’un de l’autre en arriver au pourquoi de cette convocation.

Thomas la renseigne alors sur ce qu’elle pourrait ignorer des dernières délibérations officielles, terminant par le plan où elle va avoir son rôle à jouer.

- Tu ne devras prendre que le minimum de risques, mais suffisamment toutefois pour que le « Kinouuu » s’en effraie et soit crédible dans son appel à l’aide.

- Alors il va falloir aller regarder ces vaisseaux dans le blanc des yeux ! Hi ! Hi ! Le « Kinouuu » n’est pas ce qu’on pourrait appeler un couard, j’ai eu pour ma part maintes frayeurs venant de son audace et de son indiscutable courage.
- Ah !! Mince alors !!

Le commandeur voit bien la grimace de l’empereur accompagnant ce « ah mince alors » incontestablement dit avec désappointement.

- La mission reste néanmoins réalisable, juste que la part de risque sera plus élevée que prévue !! De plus, le temps qu’il vient de passer en semi-liberté avec son père n’est pas pour arranger les choses, il voudra a minima lui montrer à quel point lui aussi peut-être fort et courageux.

Thomas maintenant hésite visiblement, alors que le commandeur a bien compris l’enjeu vital de cette mission pour bon nombre de mondes vassaux des confins.

- Je vais faire au mieux !! Pourtant le moment ne me semble pas le plus opportun pour une réussite assurée Votre Majesté !!
- Comment cela pas opportun ?
- J’ai eu le temps de bien observer le « Kannn » et de discuter sur lui, au départ pour faire simplement connaissance avec le fils de l’unique et du tien.
- De quoi !!

Le commandeur sursaute devant la surprise de l’empereur, comprenant qu’il n’a pas été mis au courant de la présence de son fils dans l’espace Kallanien.

Thomas reste un moment le cœur battant à tout rompre avant qu’un début de colère ne monte en lui pour l’avoir laissé ignorant d’une affaire aussi personnelle que la présence d’un fils qu’il n’a encore jamais vu.

Le commandeur voit l’orage venir et a un réflexe étonnant pour éviter que quelques officiers subissent l’ire impériale, celui d’interroger l’IA du palais.

- Y a-t-il eu des rapports à l’intention de Sa Majesté lui signalant l’arrivée de son fils accompagnant celui de l’unique ?

- Plusieurs rapports font état de la présence de deux terriens escortant deux élus et se rendant sur Kallania pour tenter d’approcher le « Kannn », l’un étant le fils de l’unique et se prénommant Toshio, l’autre terrien se prénommant Tomoya.
- Rien sur le lien filial du prénommé Tomoya d’avec Sa Majesté ?
- Je ne trouve aucune trace d’un tel lien dans mes banques de données.
- Merci, ce sera tout !!
- A votre service commandeur.

« Mistieee » se retourne cette fois vers Thomas avec un sourire satisfait lui faisant trembloter ses moustaches.

- Pas de quoi s’emporter majesté, personne ne connaissait votre lien de parenté.
- Personne dis-tu ? J’en connais au moins deux qui vont voir d’ici peu de quel bois je me chauffe !!
- Je ne pense pas que cela ait été volontaire de leur part, reconnaissons que la mission qui leur a été confiée puisse leur avoir fait oublier ce point de détail.

Thomas va pour en rajouter une couche sur ce qu’il en pense du « point de détail » quand il comprend ce que le commandeur essaie de lui dire, il trouve alors suffisamment d’apaisement pour revenir au point qui lui a valu cet aveu involontaire.

- Revenons-en à ce que tu voulais me dire sur le timing de notre affaire, je prendrais les mesures qui me conviendront pour régler l’autre. Tu me disais donc que le moment n’était pas opportun ? Quand le serait-il alors pour toi ?
- Juste au moment du départ du « Kannn » puisque si j’ai bien compris il doit prendre le même vortex que celui utilisé par l’ennemi pour nous envahir.
- C’est à prendre en considération, je me dois de l’admettre !!
- De plus vu l’impressionnante taille du « Kannn », son passage devrait être l’occasion de détruire tout ce qui se trouvera à l’intérieur du vortex, faisant d’une pierre deux coups.
- T’a-t-on donné une idée de quand il sera prêt à partir ?
- D’après le commandeur « Ticcc » qui supervise avec Toshio l’équipement interne du « Kannn », il ne reste plus qu’à mettre les batteries en charge, j’avoue ne pas très bien avoir compris de quoi il parlait.

Thomas en est visiblement au même point quand il se souvient du dernier équipement à mettre en place, mais surtout quel rôle il est appelé à jouer pour le retour de l’unique.

- Je sais donc ce qu’il me reste à faire pour les charger au plus vite, vu la terreur des populations je ne pense pas que ce sera très long pour y arriver !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Roméo.JW

Je suis mort, évidemment. Tout le monde y croit dur comme fer. J'adore ce sentiment de liberté. J'ai décidé de commencer par ma famille.
-Pourquoi ?! Il ne peut pas être mort, c'est impossible...Commenca ma mère.
-C'est la vie...Mais si tôt, continua mon père.
-Qu'est-ce qui se passe ? Demanda Rose, ma soeur.
-Rien ma chérie, va dormir ! Il est tard, soupira la femme de la maison.
Disons chez mon meilleur ami.
-Mon pote, je pensais pas que t'allais crever si facilement, souffla l'ami.
Tu l'as dit ! Bon, chez ma copine. Elle pleure. Et si...J'allais la voir ? J'hésite. Non, reprends toi !
-Damien...Tu vas tellement me manquer, Dit-elle. Je n'ai pas eu la chance de te le dire mais je t'aime vraiment.
Aie, une corde sensible. Je DOIS lui parler.
-Je suis là. Ne pleure plus, s'il te plait, lui dis-je en entrant par la fenêtre.
- Da...Damien ?! T'es pas mort !
Elle me sauta dans les bras.
-Attends un peu. T'es pas mort !
Cette fois ci, elle me gifla.
-Je l'ai méritée, avouais-je. Mais pas si fort ! ça fait mal !
1
2
0
1
Défi
AlineCara


J’ai exploré tous les continents, voyagé dans le temps, découvert des peuples éteints depuis des siècles, observé des arbres grandir en quelques secondes, vu des espèces maintenant disparues naître en pleine nature. J’ai senti l’odeur des bois, le froid de la glace et la fournaise des volcans. Entendu l’éboulement d’une avalanche, vécu la violence d’un tsunami, mesuré la force d’un cyclone. J’ai couru parmi les loups, nagé au milieu des récifs, volé si haut que j’en ai touché les nuages. J’ai tout vu. J’ai fait le tour du monde. Du monde, oui, mais pas celui d’aujourd’hui. Pas celui de l’année 2593.
Je suis né il y a quarante-et-un ans, formé comme mes parents l’avaient souhaité : les yeux verts, couleur adorée par notre population, la chevelure la plus foncée possible pour contraster avec la pâleur de ma peau. Je suis un homme comme on a voulu que je sois : intelligent, vif, aimant découvrir… J’ai du potentiel coincé dans ma boite crânienne, voici le meilleur éloge que ma mère m’ait fait. Je n’ai ni frère ni sœur. Ces mots n’existent plus dans notre quotidien. L’enfant unique et parfait est devenu la seule alternative pour nous tous. Après un premier né en bonne santé, les parents sont immédiatement stérilisés.
L’humain contrôle tout, comme il l’a toujours voulu. À force de s’acharner à exterminer toute menace, il a fini par y arriver. Hélas.
Je n’irais pas jusqu’à dire que nous vivons la fin du monde, bien au contraire ; d’après ce que l’on raconte, la Terre est saine et nous avons trouvé des substituts contre tout ce qui pouvait la détruire. Exploitation, pollution, surpopulation… Je vis à l’époque où tout semble enfin paisible. Trop calme.
L’ennui. L’ennui a poussé notre race à tirer profit abusivement des sciences et des technologies seulement pour combler ce manque d’occupation. Des abominations créées en laboratoire font la une de nos informations. Mélangeant des espèces animales que l’on ne voit plus dans notre nature. Cela amuse tellement la foule qui en redemande. Surprise, peur, curiosité. Elle aime tant ces sensations.
Bien sûr, il y a des inventions bien plus pertinentes que ce cirque des temps modernes. Le développement de la réalité virtuelle a atteint son paroxysme. Toutes les données des siècles passés, les images, les sons, les odeurs… Tout cela peut nous être retransmis via une machine complexe et unique à chaque métropole. Je l'ai surnommée "La Mémoire de la Terre".
L’homme a au moins compris la valeur du partage et du savoir, voilà pourquoi cette machine est accessible à tous. Une fois par jour, depuis que j’ai atteint l’âge de pouvoir m’y rendre, je fais la queue comme nombre d’entre nous. Une attente de plusieurs heures pour une extase de dix minutes chrono. On choisit le programme et on se laisse guider. C’est de là que j’ai tout appris, je connais la Terre comme si je l’avais créée. Mais jamais rien du monde d’aujourd’hui n’est passé devant mes yeux.
La mondialisation a été jetée aux oubliettes, et aujourd'hui, nous jurons que par une seule chose : l'autosuffisance. Ma ville est fortifiée de hauts murs sur lesquels sont placardés des kilomètres d’écrans qui envoient constamment un paysage idyllique. Ce qui se trouve de l’autre côté ? Je n’en ai pas la moindre idée. Même en prenant de la hauteur dans les plus grandes tours, on ne voit pas ce qu’il y a derrière. Peut-être que nous recouvrons la surface entière de la planète et que nos agglomérations sont en réalité collées les unes aux autres. Peut-être qu’il n’y a strictement rien et que les forêts, montagnes, déserts, océans, ont tous disparu et n'existent plus que dans cette si précieuse machine.
Peut-être.
L’année 2593 n’est pas celle qui me fait vivre. Oh non, toutes, mais pas celle-ci. La machine est ma façon de fuir ? Certainement. Celle de m’accrocher ? Absolument.
Il y a une chose qui n’a pas changé depuis toutes ces décennies : l’Homme est trop intelligent pour rester passif. Cette paix ne durera pas et je préfère ne pas y songer.
Les gens autour de moi sont si parfaits. Pas de handicap, pas de défaut. Nous nous ressemblons tous. En des milliers de recherches s’étalant sur des siècles et des siècles, la clef de la jeunesse éternelle n’est toujours pas entre nos mains. Nous vieillissons toujours un peu plus, prenant conscience de la nature éphémère de notre vie. Certains craignent la moindre ride, moi, cela ne me fait pas peur. La Terre sera toujours là après mon départ et c’est tout ce qui m’importe.
Aujourd’hui, je veux seulement regarder les aigles voler, déployer leurs ailes majestueuses du haut de leurs arbres. Les voir planer dans le ciel parfait, fendre sur leur proie avec une aisance déconcertante et les observer repartir nourrir leurs aiglons. Je veux sentir la brise d’un vent frais, l’odeur des pins et des fleurs. Caresser la mousse humide qui recouvre la forêt. À cet instant, je ne pense qu’à ça et c’est tout ce que je souhaite.
C’est à mon tour d’entrer dans "La Mémoire de la Terre".
12
7
8
4
Tristan Kopp (The old one)
Petite nouvelle à l'humour grinçant. Si vous aimez, réagissez. Si vous n'aimez pas... faites de même !
36
19
0
3

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0