CHAPITRE 69 : « En route vers la source mystique » « Florian »

6 minutes de lecture

CHAPITRE 69 : « En route vers la source mystique » « Florian »

Comme son maître le lui avait prédit, la fête s’est retournée contre celles qui avaient prémédité ce coup bas de les rendre inconscients pour qu’ils puissent être arrêtés par la soldatesque locale.

Le vin a pourtant bien eu l’effet escompté mais seulement sur ceux et celles auquel il n’était de toute évidence pas destiné et qui maintenant s’écroulent un à un dans un sommeil profond sur le lieu même de leur beuverie.

Florian et ses amis se chargent alors de la grande prêtresse locale et de ses deux acolytes les plus âgées, les traînant jusqu’au temple devant l’autel des quatre dieux.

Ils attendent ensuite patiemment leur réveil, tuant le temps en ressassant le temps passé depuis la découverte par sir Timan de ces trois garçons atypiques qui depuis pour au moins deux d’entre eux sont devenus des amis incontournables.

Le temps défile donc très vite, souvent marqué d’une crise de rires joyeux en se rappelant quelques anecdotes particulièrement amusantes.

Arrive enfin le moment où quelques gémissements les alertent sur l’éveil prochain des trois femmes, Florian s’installant alors à la place qu’occupe généralement la grande prêtresse lorsqu’elle officie au nom des dieux.

Comme de bien entendu la surprise est la première expression qu’ils peuvent tous lire sur leur visage, Florian leur laissant quelques minutes de façon à ce qu’elles s’éclaircissent l’esprit avant de commencer ce qu’il a prévu pour elles.

Il sait qu’il va devoir puiser au plus profond de ses maigres forces et les impressionner suffisamment pour qu’elles ne voient plus en lui que le représentant ultime des divinités qu’elles servent avec dévotion.

La grande prêtresse n’a pas encore décroché une parole, fixant le jeune rouquin en cherchant vraisemblablement à lire dans son regard ses intentions mais également à comprendre le pourquoi d’avoir été amenée là, ce lieu étant pour elles toutes, le saint des saints où seule l’élue reçoit et interprète, la vision envoyée par les dieux.

Florian se concentre, d’un geste vif de la main passant par-dessus les vasques à huile il déclenche le feu qui illumine la stèle de marbre, entraînant un murmure de consternation venant de celles qui comprennent à ce moment précis l’authenticité de toutes ces rumeurs concernant ce garçon.

Florian comprend alors par la lassitude soudaine qui suit son geste, qu’il va lui falloir les convaincre rapidement de mettre leurs efforts en commun avec les siens et ne plus le considérer comme un ennemi, voire ce monstre que par pure ignorance les populations de ce monde craignent entre tous.

Son esprit entre un bref moment dans celui d’Alexandre.

« Prépare-toi à me venir discrètement en aide, je risque de m’évanouir devant elles après ce que je m’apprête à faire pour les convaincre. »

Un petit signe montrant qu’il a bien reçu et compris le message et le voilà se concentrant de nouveau, laissant son regard prendre cette apparence si spécifique à ce qu’il est tandis que son esprit se tend vers les trois femmes pour leur envoyer une image identique en tout point à celle qu’elles reçoivent des dieux lors de leurs prières.

L’image s’imprégnant en elles, le montre lui, baignant dans un paysage paradisiaque, salué par les divinités auxquelles il donne l’apparence des fresques couvrant les murs du temple.

Les yeux incontestablement non humains et cette vision paradisiaque s’imprégnant dans leur esprit, font se prosterner les prêtresses devant l’autel où se trouve celui qui incontestablement à la faveur des dieux.

Florian profite de cet instant précis pour montrer un signe de faiblesse faisant réagir de suite Alexandre, ce dernier le ceinture alors fermement en le faisant sortir du champ de vision de ces nouvelles adoratrices, évitant ainsi de leur montrer la faiblesse de celui qu’elles viennent tout juste de reconnaître.

***/***

« Le lendemain matin. »

Alexandre ouvre le premier les yeux, son regard faisant le tour rapide de la pièce en se demandant sur le coup où il peut bien être.

Bien sûr ce n’est l’histoire que de quelques secondes qui lui permettent de s’éveiller totalement et de sourire en s’étirant le corps, ce dernier lui amenant quelques douleurs rappelant les affres qui ont terminé la soirée et duré une grande partie de la nuit.

S’il avait encore quelques doutes à l’esprit, ceux-ci sont vite mis à mal par l’odeur sans équivoques emplissant la pièce et ce n’est qu’une fois redressé sur sa couche qu’il peut se rendre compte de l’état général des autres intervenants.

Les positions de leurs corps nus, démontrant bien à quoi se tenait pour chacun d’entre eux le dernier moment de plaisir de la nuit.

Il est là à ricaner bêtement en les détaillant un par un quand ses yeux s’ouvrent en grand sous l’effet de la surprise, reconnaissant parmi eux des visages qui ne devraient pas s’y trouver.

Alexandre comprend alors qu’il va devoir rapidement faire en sorte que leur réveil ne leur laisse que de vagues souvenirs et que rien de concret ne reste à leur vue qui pourrait les déstabiliser dans leurs futures relations sexuelles.

Il réveille alors un par un ses compagnons adeptes de leur orgie « Florianesque » pour les faire quitter la chambre commune tandis que lui et Sam qui semble une fois de plus particulièrement résistant à l’état comateux ressenti par le reste du groupe après ce genre de soirées, nettoient au mieux toutes les traces de leurs frasques et redonne une position plus conventionnelle aux trois dormeurs restants.

Le fait que ce soit leur première fois et l’ivresse du repas aidant, étant sans doute ce qui leur permet à tous deux de redonner un semblant d’ordre dans la chambre sans qu’aucun des trois n’ouvre un œil.

Ils terminent en remettant au mieux les vêtements des trois ronfleurs, Alexandre surprenant Sam à fixer le bas-ventre de Ben.

- Arrête ça, tu veux bien !!
- De quoi ? Je n’ai rien fait !!
- Déjà que je me sens mal pour eux quand ils vont se réveiller.
- Personne ne les a forcés non plus à nous rejoindre.

Alexandre fait une grimace explicite sur ce qu’il en pense et surtout le reproche qu’il s'adresse à ne pas avoir anticipé ce qui pourtant ne pouvait pas manquer d’arriver, vu l’état de fatigue quasi comateux de Florian.

- Je n’aurais pas dû les laisser rester avec nous alors que je savais très bien à quoi m’en tenir !!
- Il est bien temps maintenant d’avoir des regrets… et puis d’ailleurs… qui te dit qu’ils regretteront d’avoir au moins connu ça une fois ?

C’est Florian une fois revenu près d’eux qui répond à la question.

- Il n’y a pas que dans cette pièce qu’il y a eu disons des débordements.
- Comment ça, explique toi ?
- Aidez-moi à transporter maître Timan et les deux autres loustics à côté et vous comprendrez !!

Florian se tourne vers Nam et Nok encore à moitié dans le cirage.

- Aidez-nous vous autres et faisons en sorte qu’ils ne s’éveillent pas pendant que nous les changeons de place.
- Et comment tu comptes t’y prendre petit malin ?

Florian lui tend alors une petite fiole qu’il a trouvée dans ses vêtements en transportant la prêtresse endormie jusqu’au temple.

- Faites-leur en boire quelques gouttes et l’affaire sera jouée, c’est le produit qui nous était destiné pour nous cueillir à notre réveil.
- Tu crois que ça leur fera oublier la nuit??

Florian l’emmène dans la pièce à côté où esclaves, novices et autres serviteurs du temple sont dans des positions similaires aux leurs à leur réveil, Alexandre sourit en comprenant alors l’idée de son ami.

- C’est bien vu !! Même s’ils ont des doutes, ils se demanderont toujours si c’était réel ou pas !!
- Même si c’est le cas, il y a suffisamment de garçons d’impliqués pour qu’ils aient des doutes suffisants à ne pas vouloir aller plus loin dans leurs souvenirs ! Hi ! Hi !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
flooney
Ce matin vous vous rendez au bureau, seul dans votre voiture. La ville est calme, les rues désertes. Vous vous dites que quelque chose n’est pas comme d’habitude. Vous avez raison.
12
68
16
116
Défi
Maryam

Les larmes crient à sa place
4
4
0
0
pierre françois

Un trait blanc crayeux
s'étale sur un tableau-
poussière de mots...
0
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0