CHAPITRE 64 : « Imperia » « Thomasss »

6 minutes de lecture

CHAPITRE 64 : « Imperia » « Thomasss »

« Un an environ après la disparition de l’unique. »

L’immense salle de conférences impériale reçoit l’ensemble des élus pour la première fois depuis sa création, qui pourtant date des fondations de l’empire.

L’empereur se lève de son trône imposant pour venir les rejoindre, montrant ainsi sa considération envers ceux qui pour lui ne sont pas moins que ses égaux, seuls les besoins nécessaires au bon fonctionnement des institutions de l’immense empire ayant accordé grades et attributions différentes à chacun.

Ici pourtant, on voit bien à leur façon de se tenir qu’ils se sentent tous égaux et que seul reste le respect dû à l’âge datant des tout débuts, à l’époque où ils n’étaient encore tous que de simples mortels.

Le commandeur « Damiennn » récemment revenu de sa mission sur Kallania, devient alors le porte-parole désigné par l’empereur pour leur en relater les résultats.

Il active le holo-cube qui remplit aussitôt l’espace, dévoilant pour la première fois l’existence de ce monstre biologiquement modifié qu’est le « Kannn ».

L’ensemble des élus ont alors le même geste instinctif de recul et la même expression d’effroi devant ce qui représente l’arme ultime créée par l’unique.

Ils assistent pendant quelques longues minutes à ses retrouvailles avec sa femelle et son petit, dire qu’ils sont impressionnés par sa taille ô combien supérieure au « Kinnn » serait une bien pauvre interprétation de leur véritable ressenti.

Le commandeur coupe l’émission du holo-cube en leur laissant quelques instants à retrouver pleinement leur esprit, pour ensuite prendre la parole et donner son rapport de mission.

Tous l’écoutent avec attention, conscients des enjeux aussi bien pour la pérennité de l’Imperium que pour leur propre avenir en tant qu’élus.

Le commandeur les rassure sur le deuxième point en expliquant comment ils allaient tous pouvoir continuer à vivre le temps du retour de l’unique, en prenant toutefois garde aux accidents de la vie qui auraient un impact différent.

Chacun boit littéralement ses paroles suivant son propre schéma de pensée sur la question, certains ne pensant égoïstement qu’à leur propre cas personnel tandis que d’autres dont Antonin fait partie et qui y voient là l’occasion de résoudre ce qui jusque-là était un problème semblant insoluble.

- Ne serait-ce pas également la solution pour ceux restés sur Terre ?
- Je ne vois pas en quoi cela changerait quelque chose pour eux à part bien entendu pour les mêmes raisons que nous, mais tu as entièrement raison et je suis heureux qu’au moins l’un d’entre nous y ait pensé, je vais m’en occuper sitôt cette réunion terminée.

Thomas voit bien que sa réponse ne satisfait pas entièrement le petit blond qui se mordille les lèvres en hésitant à montrer son désaccord.

- Pensais-tu à autre chose par hasard ?
- Je me demandais juste à partir de quelle base peut-on dire qu’un corps n’est plus identique, peut-être qu’un faible changement dans la chaîne ADN suffirait pour que par exemple le commandeur puisse serrer la main à son homologue sur Terre.

Plusieurs sons indistincts résonnent dans la vaste salle, montrant que l’idée ne semble pas plaire à tout le monde, le commandeur le premier n’y voyant pas l’intérêt et ne se prive pas pour le faire savoir.

- Pourquoi faire une telle chose ? Qui se sentirait à l’aise de rencontrer son sosie qui de plus raisonne comme nous le faisions avant de connaitre le statut d’immortel ? N’est-il pas préférable qu’ils restent sur Terre ? Rien n’empêche de les inclure dans le programme Kallanien, j’avoue que je me sentirais mal à l’aise de me demander à chaque fois si je parle à celui que j’ai toujours connu ou bien à celui recréé à notre image par pur sentimentalisme de la part de notre rouquemoute à son départ d’exil.

Cette fois encore une cacophonie se reproduit, montrant combien les avis sont partagés sur la question et c’est Thomas qui prend la parole pour clore à la fois le sujet et revenir aux buts premiers de la réunion.

- Nous ferons ce qui est le mieux pour eux en attendant le retour de Florian, concentrons-nous plutôt sur les urgences du moment. Je vous rappelle qu’une forte concentration de vaisseaux non identifiés se renforce sans cesse dans les confins, nous avons mis les populations les plus en danger à l’abri en réduisant drastiquement notre périmètre de défense. Vous n’êtes pas sans savoir l’impact que cela va avoir si cet état de fait perdure, un pourcentage essentiel de nos matières premières venant justement de ces systèmes planétaires que nous venons de mettre en jachère.

Thomas reporte son attention sur le commandeur en lui faisant signe de reprendre là où il en était arrêté.

- Qu’as-tu à nous dire sur le « Kannn » ?

La mine soucieuse du commandeur ne présage rien de bon dans ce qui va suivre, aussi le silence se fait et l’attention des élus devient presque palpable, suffisamment en tout cas pour mettre encore plus de pression sur lui…

- Chaque tentative d’approche a été un échec cuisant, insister aurait mis nos vies en danger, la mienne mais aussi celle des Kallaniens pensant pouvoir réussir à l'approcher.
- Le fait d’avoir retrouvé sa femelle et son petit ne l’a donc pas mis en condition ?
- C’est peu de le dire !! Je ne sais pas à quoi pensait Florian en créant ce… « monstre ».
- Sans doute ne voulait-il justement pas que quiconque que lui ne puisse en avoir la maîtrise.

Le commandeur se tourne vers le grand amiral.

- Je peux comprendre ça mais alors pourquoi avoir envoyé les croquis de cette étrange machine ? Je ne vois vraiment pas l’intérêt de la construire si nous ne pouvons pas la mettre en place.
- Serait-il envisageable de transférer cette machine sur le « Kinnn » ?
- Nous réduirions trop son espace habitable et rien ne dit que le « Kinnn » aurait la puissance nécessaire pour aller le rejoindre, de plus cela mettrait en danger son équipage.

Visiblement la conversation arrive à un point où la solution semble désespérément faire défaut, du coup un silence aussi impressionnant que pesant commence à mettre tout le monde mal à l’aise, chacun conscient du danger potentiel qui les attend s’ils ne trouvent pas comment se sortir de ce mauvais pas.

Le grand amiral prend alors la parole, amenant quelque espoir là ou tous commençaient à ne plus en avoir.

- Plusieurs paramètres nous posent problème, il va nous falloir les gérer un par un par priorité !! En premier lieu nous devons trouver un moyen de bloquer l’arrivée massive de ces vaisseaux qui depuis bientôt un an sortent du vortex à partir d’on ne sait où, au rythme ou cela va ils vont bientôt largement dépasser en nombre notre propre capacité militaire. De plus nous ne connaissons rien de leur puissance de feu, peut-être même sont-ils complètement robotisés et dans ce cas ils n’auront pas comme pour nous à se préoccuper du nombre de pertes occasionnées. Le « Kinnn » et sa puissance destructrice devraient pouvoir tenir l’entrée et stopper l’invasion, à nous la charge de détruire ou de raisonner ceux se tenant déjà en formations dans notre univers.
- Arriverons-nous seulement à les empêcher d’entrer avec juste le « Kinnn » ? Ne pouvons-nous pas faire en sorte que le « Kannn » prenne poste en lieu et en place ?

Le grand amiral sourit à Antonin qui comme bien souvent amène les idées des autres à pousser plus loin dans leurs raisonnements.

- Dans ce cas il nous faudrait remettre à plus tard la recherche de Florian.
- Hum !! Nous semblons tous aller dans le sens où il se serait fait piéger, rien ne dit que c’est le cas et aux dernières nouvelles il avait annoncé qu’il partirait avec Alexandre pour quelque temps à la recherche de réponses.
- C’était également ma pensée au tout début mais il y a longtemps que je ne retiens plus cette option, pourquoi ce qui ressemble fort à une invasion serait-elle miraculeusement apparue justement au moment de son départ ? Tout comme le « Kannn » que nous découvrons à ce moment précis comme par hasard et qui semble indomptable qui plus est !!

Une voix restée juvénile retentit alors et tous se tournent vers celui qui malgré son jeune âge apparent n’en est rien moins que le chef de la sécurité sur Imperia.

- Je ne dirais pas ça !! Il y a à mon sens au moins une personne capable à par Florian de se faire reconnaître et diriger le « Kannn », je trouve étrange que personne n’y ait songé alors que c’est pourtant d’une logique imparable.

Le grand amiral bien qu’il ait été interrompu, n’en tient pas rigueur à celui qui malgré son physique resté à l’état de jeune enfant n’en a pas moins un esprit fort pointu reconnu de tous, aussi c’est avec le sourire qu’il pose la question au jeune « Ludo ».

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
flooney
Ce matin vous vous rendez au bureau, seul dans votre voiture. La ville est calme, les rues désertes. Vous vous dites que quelque chose n’est pas comme d’habitude. Vous avez raison.
12
68
16
116
Défi
Maryam

Les larmes crient à sa place
4
4
0
0
pierre françois

Un trait blanc crayeux
s'étale sur un tableau-
poussière de mots...
0
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0