CHAPITRE 29 : « Royaume de Fram » « Sire Timan »

5 minutes de lecture

CHAPITRE 29 : « Royaume de Fram » « Sire Timan »

Ale comprend alors seulement qu’il se heurte une fois de plus à la non-reconnaissance de sa sexualité, n’y ayant pas pris garde jusque-là, puisqu’à part sire Timan il n’a pas vraiment eu l’occasion d’avoir quelqu’un avec qui parler.

- Je comprends !! Tu aurais pu me le dire depuis longtemps au lieu de m’entendre encore et encore rabâcher les mêmes paroles, sans doute est-ce que je t’ai heurté avec ma sexualité non conventionnelle ?
- Te voilà encore une fois à employer des mots dont j’ignore le sens, cela montre ton érudition mais pourrait également te faire valoir moult ennemis se sentant vexés. Pour te répondre, ta sexualité représente malgré tout une part sans aucun doute non négligeable de la population des cinq royaumes mais ce n’est pas pour autant qu’elle soit acceptée, garde cela dans ta tête et évite d’aborder ce sujet avec n’importe qui, attend d’avoir suffisamment confiance en la personne pour ce faire.
- Je suivrai ton conseil, sans doute imaginais-je que c’était chose courante comme de là d’où je viens !!
- Le sujet est clos !! Il nous faut maintenant prendre plusieurs décisions, mais avant toute chose nous devons faire en sorte qu’il ne reste aucune preuve quand nos deux jeunes novices vont reprendre conscience.

Ale comprend bien de quelles preuves il s’agit, l’inquiétude marque de nouveau ses traits à la pensée d’avoir à les toucher.

Sire Timan qui ne le quittait pas des yeux fait immédiatement le lien, aussi lui prend-il amicalement l’épaule pour le rassurer.

- Cela nous aidera à mieux comprendre.
- Comment cela ?
- Je me demande si en étant conscient l’effet sera le même sur eux.
- Bien sûr que non allons !!

Sire Timan le regarde cette fois avec étonnement.

- Com… ah mais oui… bien sûr !! J’avais oublié que vous vous étiez serré la main en vous présentant l’un à l’autre !! Du coup cela ne remet pas en question le fait de les accompagner, il faudra juste faire en sorte que vos nuits se passent le plus loin possible les uns des autres.

En disant ces mots, sire Timan reprend le chemin menant à la chambre, suivi par Ale qui a perdu son sourire à la pensée de devoir sans cesse se surveiller.

Ce n’est qu’une fois devant la couche où dorment toujours les deux novices qu’il se rend compte de l’étendue des dégâts, laissant malgré tout à son ami le soin d’ôter les vêtements et leur changer de couverture.

- Occupe-toi de laver le linge, je m’occupe du reste.

Ale jette un œil rapide sur « le reste » qui ma foi est resté en pleine « gloire » malgré les turpitudes de la nuit, sire Timan voit bien sa curiosité aussi lui envoie-t-il le tas de vêtement au visage dans un geste d’énervement.

- Tu n’en as pas fait assez !! Il y a un baquet dans la cour, sers t’en.

Ale commence à faire demi-tour quand une évidence lui vient à l’esprit.

- Ce ne sera jamais sec avant qu’ils ne se réveillent !!
- Cela va de soi mais ils n’en ont pas qu’une paire je présume, je regarderai dans leurs bagages et avec un peu de chance ils ne s’apercevront de rien.
- Pffttt !! Comme s’ils allaient tout oublier !!
- Ils se poseront des questions mais sans preuve ils douteront que cela ait été réel.

Ale hausse les épaules, pas vraiment convaincu et part pour remplir sa tâche en bougonnant dans ses dents.

***/***

« Le matin sur la route de la cité royale. »

Déjà deux heures pleines qu’ils chevauchent au rythme que peuvent soutenir les prêtresses, sire Timan en tête avec Ale et les deux novices à l’arrière, semblant tous deux plongés dans le questionnement à chercher dans leurs souvenirs de la nuit passée.

Ale qui se tourne relativement souvent vers eux se fait reprendre par le maître d’armes.

- Arrête ça, tu veux, sinon ils vont finir par comprendre qu’ils n’ont rien imaginé.

Ale change de position pour s’adresser à son compagnon de voyage.

- Je n’aurais jamais imaginé le genre de réponse que tu leur as donnée.
- Ils sont novices pour devenir chaman, c’était donc le plus indiqué pour eux de leur faire croire qu’ils ont eu une vision ! Ha ! Ha ! Je me demande bien quelle interprétation ils vont pouvoir lui donner et qui reste dans leurs façons de voir les choses !!

***/***

« Trois jours et demi plus tard, aux abords de la cité royale. »

La vue pourtant encore lointaine des murailles de défense de la cité, laisse néanmoins des traces de contentement sur les visages de la petite troupe.

Les deux novices depuis déjà la veille dans l’après-midi, se sont rapprochés de leurs deux compagnons de voyage qui les ont vus arriver avec un fort étonnement pour l’un et beaucoup de contentement pour l’autre.

Depuis ils discutent sans revenir sur cette nuit qui les a laissés dans un état d’épuisement tel, qu’il a fallu raccourcir le temps de trajet qu’ils s’étaient imparti pour cette première journée de voyage en commun.

Quelque chose dans leur comportement inquiète sire Timan qui les voit devenir de plus en plus proches au fur et à mesure du temps qui passe, il profite d’un moment à rester seul avec Ale pour lui faire part de son inquiétude.

- Nous sommes juste devenus amis rien de plus.
- Je trouve pourtant que leur façon de te regarder n’est plus la même.
- Comment ça plus la même ?

Le maître d’armes hésite à remettre de l’huile sur le feu en donnant son impression, impression qui depuis le rapprochement devient de plus en plus une certitude.

Ale commence à le connaître suffisamment pour commencer à lire en lui comme à livre ouvert, aussi n’attend-il pas qu’il reprenne la parole pour lui donner son sentiment.

- Tu te demandes s’ils n’ont pas fini par interpréter tes paroles et leurs vagues souvenirs, comme réellement venant d’une action divine et que je serais lié d’une quelconque façon à cette interprétation ?
- Cela me semble logique en y réfléchissant puisque tu étais entre eux deux, leur cerveau a sûrement gardé trace de ta présence et de là à déduire la suite il n’y a qu’un pas à faire.
- Voilà donc que les choses s’arrangent pour le mieux.
- Comment ça ? Ne me dis pas que tu vas retenter l’expérience avec eux ?
- Qui sait !! Éveillé et consentant, les choses peuvent devenir différentes et n’était-ce pas le but de leur venue ? Imagine quelle sera leur réaction quand ils rencontreront Yo ? Bien sûr c’est impossible pour toi, mais rappelle-toi mes paroles quand je te disais qu’il est infiniment plus puissant que moi.

Sire Timan reporte son attention sur le chemin sans répondre, se demandant de plus en plus s’ils ont eu la meilleure idée qu’il soit d’accueillir les fugitifs et si ce n’est pas le gouverneur qui avec raison les fait rechercher.

Pourtant il ne lui vient aucune pensée à nuire d’une quelconque façon à celui qui pour lui maintenant compte comme un véritable ami, ne se doutant pas qu’il réagit de cette façon à cause justement de la nature même de ce jeune homme à la beauté si déstabilisante.

Ce n’est que bien plus tard à l’approche des portes de la cité, qu’il reprend la parole et cette fois encore avec une pensée sécuritaire pour son compagnon.

- Ajuste bien ta cagoule et si les gardes te fixent ne baisse surtout pas les yeux, les gardes noirs sont à la fois respectés et craints par les soldats du roi, jamais l’un de nous n’a baissé le regard devant l’un d’eux.
- Je ferai de mon mieux mais je ne suis pas ce genre de personne à être aussi sûre d'elle.
- Crois-moi que tu le seras après ta formation. Allez, avance et agis comme moi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Roméo.JW

Je suis mort, évidemment. Tout le monde y croit dur comme fer. J'adore ce sentiment de liberté. J'ai décidé de commencer par ma famille.
-Pourquoi ?! Il ne peut pas être mort, c'est impossible...Commenca ma mère.
-C'est la vie...Mais si tôt, continua mon père.
-Qu'est-ce qui se passe ? Demanda Rose, ma soeur.
-Rien ma chérie, va dormir ! Il est tard, soupira la femme de la maison.
Disons chez mon meilleur ami.
-Mon pote, je pensais pas que t'allais crever si facilement, souffla l'ami.
Tu l'as dit ! Bon, chez ma copine. Elle pleure. Et si...J'allais la voir ? J'hésite. Non, reprends toi !
-Damien...Tu vas tellement me manquer, Dit-elle. Je n'ai pas eu la chance de te le dire mais je t'aime vraiment.
Aie, une corde sensible. Je DOIS lui parler.
-Je suis là. Ne pleure plus, s'il te plait, lui dis-je en entrant par la fenêtre.
- Da...Damien ?! T'es pas mort !
Elle me sauta dans les bras.
-Attends un peu. T'es pas mort !
Cette fois ci, elle me gifla.
-Je l'ai méritée, avouais-je. Mais pas si fort ! ça fait mal !
1
2
0
1
Défi
AlineCara


J’ai exploré tous les continents, voyagé dans le temps, découvert des peuples éteints depuis des siècles, observé des arbres grandir en quelques secondes, vu des espèces maintenant disparues naître en pleine nature. J’ai senti l’odeur des bois, le froid de la glace et la fournaise des volcans. Entendu l’éboulement d’une avalanche, vécu la violence d’un tsunami, mesuré la force d’un cyclone. J’ai couru parmi les loups, nagé au milieu des récifs, volé si haut que j’en ai touché les nuages. J’ai tout vu. J’ai fait le tour du monde. Du monde, oui, mais pas celui d’aujourd’hui. Pas celui de l’année 2593.
Je suis né il y a quarante-et-un ans, formé comme mes parents l’avaient souhaité : les yeux verts, couleur adorée par notre population, la chevelure la plus foncée possible pour contraster avec la pâleur de ma peau. Je suis un homme comme on a voulu que je sois : intelligent, vif, aimant découvrir… J’ai du potentiel coincé dans ma boite crânienne, voici le meilleur éloge que ma mère m’ait fait. Je n’ai ni frère ni sœur. Ces mots n’existent plus dans notre quotidien. L’enfant unique et parfait est devenu la seule alternative pour nous tous. Après un premier né en bonne santé, les parents sont immédiatement stérilisés.
L’humain contrôle tout, comme il l’a toujours voulu. À force de s’acharner à exterminer toute menace, il a fini par y arriver. Hélas.
Je n’irais pas jusqu’à dire que nous vivons la fin du monde, bien au contraire ; d’après ce que l’on raconte, la Terre est saine et nous avons trouvé des substituts contre tout ce qui pouvait la détruire. Exploitation, pollution, surpopulation… Je vis à l’époque où tout semble enfin paisible. Trop calme.
L’ennui. L’ennui a poussé notre race à tirer profit abusivement des sciences et des technologies seulement pour combler ce manque d’occupation. Des abominations créées en laboratoire font la une de nos informations. Mélangeant des espèces animales que l’on ne voit plus dans notre nature. Cela amuse tellement la foule qui en redemande. Surprise, peur, curiosité. Elle aime tant ces sensations.
Bien sûr, il y a des inventions bien plus pertinentes que ce cirque des temps modernes. Le développement de la réalité virtuelle a atteint son paroxysme. Toutes les données des siècles passés, les images, les sons, les odeurs… Tout cela peut nous être retransmis via une machine complexe et unique à chaque métropole. Je l'ai surnommée "La Mémoire de la Terre".
L’homme a au moins compris la valeur du partage et du savoir, voilà pourquoi cette machine est accessible à tous. Une fois par jour, depuis que j’ai atteint l’âge de pouvoir m’y rendre, je fais la queue comme nombre d’entre nous. Une attente de plusieurs heures pour une extase de dix minutes chrono. On choisit le programme et on se laisse guider. C’est de là que j’ai tout appris, je connais la Terre comme si je l’avais créée. Mais jamais rien du monde d’aujourd’hui n’est passé devant mes yeux.
La mondialisation a été jetée aux oubliettes, et aujourd'hui, nous jurons que par une seule chose : l'autosuffisance. Ma ville est fortifiée de hauts murs sur lesquels sont placardés des kilomètres d’écrans qui envoient constamment un paysage idyllique. Ce qui se trouve de l’autre côté ? Je n’en ai pas la moindre idée. Même en prenant de la hauteur dans les plus grandes tours, on ne voit pas ce qu’il y a derrière. Peut-être que nous recouvrons la surface entière de la planète et que nos agglomérations sont en réalité collées les unes aux autres. Peut-être qu’il n’y a strictement rien et que les forêts, montagnes, déserts, océans, ont tous disparu et n'existent plus que dans cette si précieuse machine.
Peut-être.
L’année 2593 n’est pas celle qui me fait vivre. Oh non, toutes, mais pas celle-ci. La machine est ma façon de fuir ? Certainement. Celle de m’accrocher ? Absolument.
Il y a une chose qui n’a pas changé depuis toutes ces décennies : l’Homme est trop intelligent pour rester passif. Cette paix ne durera pas et je préfère ne pas y songer.
Les gens autour de moi sont si parfaits. Pas de handicap, pas de défaut. Nous nous ressemblons tous. En des milliers de recherches s’étalant sur des siècles et des siècles, la clef de la jeunesse éternelle n’est toujours pas entre nos mains. Nous vieillissons toujours un peu plus, prenant conscience de la nature éphémère de notre vie. Certains craignent la moindre ride, moi, cela ne me fait pas peur. La Terre sera toujours là après mon départ et c’est tout ce qui m’importe.
Aujourd’hui, je veux seulement regarder les aigles voler, déployer leurs ailes majestueuses du haut de leurs arbres. Les voir planer dans le ciel parfait, fendre sur leur proie avec une aisance déconcertante et les observer repartir nourrir leurs aiglons. Je veux sentir la brise d’un vent frais, l’odeur des pins et des fleurs. Caresser la mousse humide qui recouvre la forêt. À cet instant, je ne pense qu’à ça et c’est tout ce que je souhaite.
C’est à mon tour d’entrer dans "La Mémoire de la Terre".
12
7
8
4
Tristan Kopp (The old one)
Petite nouvelle à l'humour grinçant. Si vous aimez, réagissez. Si vous n'aimez pas... faites de même !
36
19
0
3

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0