Chapitre 14 : « Quelque part » « Maître Wong »

6 minutes de lecture

Chapitre 14 : « Quelque part » « Maître Wong »

En prononçant ses paroles, sire Timan ne peut s’empêcher de détourner la tête vers le cabanon qu’il a fait bâtir à la hâte pour pouvoir recevoir son jeune invité.

Deux hommes tout en noir montent la garde devant la porte afin de décourager les serviteurs et autres membres du groupe Wong travaillant ici et qui seraient trop curieux de connaître ce secret semblant bien gardé de ce qui se trouve à l’intérieur.

Ce n’est pas que sire Timan craigne qu’un espion se soit glissé parmi la centaine de personnes vivant ici quasiment en permanence, leur fidélité n’étant en aucun cas remise en question, mais c’est juste une sécurité de plus évitant ainsi des paroles dites sans le vouloir devant des personnes extérieures aux oreilles trop bien aiguisées.

Bien lui en a pris quand après deux semaines sans le moindre changement, alors que les médecins et autres guérisseurs, sont tous repartis sans comprendre la raison qui laisse le jeune rouquin inconscient et que l’étrange phénomène a commencé, laissant perplexe tous ceux qui en sont témoins.

Un bruit venant de l’entrée de la cour principale lui change le cours de ses pensées, apercevant messire Frank bientôt suivi de Maître Wong et du reste de la caravane marchande, entrant dans la cour d’un pas lourd de fatigue.

Tandis que les ordres fusent de partout pour aider et décharger les marchandises, préparer un repas copieux ou encore s’occuper des animaux de trait, sire Timan prend à l’écart maître Wong qui se laisse mener par le bras en comprenant à la vue du visage crispé de celui qu’il considère comme un fils, que quelque chose le trouble suffisamment pour en oublier les règles élémentaires de courtoisies dues à son maître.

- Qu’y a-t-il donc ? Quelque chose de si grave est arrivée que je n’aie pas le temps de prendre quelques repos ?

Sire Timan comprend qu’il a été irrespectueux envers son maître, aussi s’agenouille-t-il devant lui pour lui demander son pardon.

- Excusez-moi mon maître mais je ne sais à quel dieu me vouer devant une telle situation.

Maître Wong se baisse pour lui attraper le bras et le faire se relever.

- Allons ! Allons ! Dites-moi plutôt ce qui vous trouble à ce point, de vous mettre dans un état pareil n’est pas chose habituelle de votre part.

Maître Wong aperçoit seulement alors la construction récente gardée par deux hommes semblant des plus nerveux, il fait alors le rapprochement avec le trouble de sire Timan.

- Y aurait-il un lien avec ce qui se trouve dans cette habitation ?
- Oui maître, je…

Sire Timan explique alors ce qu’il en est depuis qu’il a été envoyé chercher les trois inconnus, maître Wong l’écoute et au fur et à mesure de l’avancement des explications, il commence à comprendre la raison d’être de cette nouvelle construction.

- Tu as pris une bonne initiative en séparant ces trois garçons, ils sont toujours recherchés par les soldats du roi ce qui m’inquiétait quelque peu.
- Comment se fait-il qu’ils les recherchent encore après plus d’un mois ?
- Peut-être que ce que tu ne m’as pas encore dit en est l’explication.
- Hum !! Sans doute oui, mais pour moi cela reste très mystérieux.
- Laisse-moi deviner !! Le garçon évanoui est à l’intérieur de cette demeure, il n’a toujours pas repris connaissance et les médecins ne savent plus que prédire. Comment le nourrissez-vous ?

Devant le trait soudainement devenu pâle de sire Timan, maître Wong fronce les sourcils en prenant d'un bon pas le chemin menant à la nouvelle construction.

Un son étrange pourtant l’arrête à mi-chemin, un bruit lancinant qui lui rappelle quelque chose mais qu’il n’arrive pas à identifier clairement sur le moment.

Il se tourne alors vers son maître d’armes.

- Tu n’as toujours pas répondu à ma dernière question ? Qu’est-ce donc ce bruit qu’on entend ?
- Nous n’avons pu le nourrir mais pourtant d’autres que nous semblent s’en charger.

Un serviteur voyant que son maître va s’approcher des deux gardes, il lui apporte un masque et des gants tandis que le bruit cette fois devient suffisamment audible pour qu’il en comprenne la provenance.

- Ne me dis pas qu’il y a un essaim d’abeille dans la pièce où dort le petit ?

Le hochement de tête affirmatif rend maître Wong subitement nerveux.

- Que signifie tout ceci !! Êtes-vous devenus tous fous autant que vous êtes ?
- Ceci n’est pas de notre fait maître, elles sont apparues il y aura bientôt deux semaines et attaquent nos hommes dès que nous cherchons à les chasser, pourtant ce n’est pas le plus étrange mais il vaut mieux que vous constatiez cela par vous-même.

Alors que sire Timan et les deux gardes enfilent leurs gants et leurs masques, maître Wong en fait tout autant mais en gardant toujours cet air contrarié qu’ils aient laissé cet état de fait se produire.

Une fois fin prêt, la porte est ouverte et laisse cette fois entendre le furieux vrombissement venant de la ruche, c’est maître Wong qui le premier passe la tête dans la pièce et reste comme figé devant le spectacle qu’il découvre sous ses yeux.

Les deux fenêtres ouvertes laissent passer des centaines et des centaines d’abeilles qui déposent leurs récoltes sur une espèce de cocon déjà entièrement recouvert de miel et à forme légèrement humaine, étendu sur le grabat de bois servant de lit.

Il n’a pas besoin d’avancer plus pour se faire une idée de la situation et ressort donc rapidement en faisant signe aux gardes de refermer la porte.

Ce n’est que quelque temps plus tard une fois assis confortablement dans son salon avec un thé fumant en main, qu’il reporte son attention sur sire Timan qui a respecté le long silence d’introspection venant de son maître.

- Voilà qui demande réflexion !! Qu’en est-il des deux autres garçons ?
- À part leur aspect physique, rien que de plus normal. J’ai demandé qu’ils soient vêtus comme des gardes noirs et j’ai ordonné la généralisation du port du masque pour ceux en fonction, nous en avions déjà parlé et c’est maintenant chose faite, plus personne ne saura reconnaître nos combattants dans leur vie privée et du coup les deux garçons se sont retrouvés beaucoup moins… « attractifs ».
- C’est très bien.

Maître Wong émet un petit ricanement amusé.

- Hi ! Hi !
- Maître ?
- Nous avions prévu cela pour la sécurité de nos hommes, comment aurions-nous pu prédire que cela servirait également à cacher des physiques hors normes comme ceux de ces deux garçons. Je vais devoir repartir en voyage rien que pour les voir de visu et me faire une idée plus réaliste que celle que j’ai en tête.
- Pas besoin d’aller aussi loin, celui que nous avons ici est de la même trempe que ses amis.
- Hum !!! Pour l’instant nul besoin de masque pour le cacher aux yeux du monde, envoie un messager au grand temple de Baeck, je vais préparer une missive pour le grand chaman !! Assure-toi que ce soit bien lui en personne qui reçoive ma lettre.

Maître Wong s’installe devant son bureau pour prendre un rouleau de parchemin ainsi que sa plume qu’il trempe pensivement dans l’encre, transcrivant ensuite rapidement le message qu’il a en tête avant de plier le parchemin et de sceller l’enveloppe par son sceau.

Il termine juste au moment où sire Timan réapparaît avec l’un de ses gardes les plus habiles, lui donnant l’enveloppe avec des directives strictes ne prêtant à aucune erreur.

L’homme repart et Sire Timan s’apprête à le suivre, quand il est rappelé par son maître redevenu subitement souriant.

- Tant que tu y es, demande donc au chef régisseur de se renseigner sur le prix du miel.
- Maître ??
- He bien oui quoi !! Nous n’allons pas gâcher toute cette bonne marchandise une fois que le garçon sera revenu à lui !! Qui saura à quoi elle a servi de toute façon ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
flooney
Ce matin vous vous rendez au bureau, seul dans votre voiture. La ville est calme, les rues désertes. Vous vous dites que quelque chose n’est pas comme d’habitude. Vous avez raison.
12
68
16
116
Défi
Maryam

Les larmes crient à sa place
4
4
0
0
pierre françois

Un trait blanc crayeux
s'étale sur un tableau-
poussière de mots...
0
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0