CHAPITRE 04 : « Quelque part » « Florian »

6 minutes de lecture

CHAPITRE 04 : « Quelque part » « Florian »

La matinée est donc somme toute bien avancée quand les trois amis reprennent la route, la démarche au début hésitante de Kim prouve que les fameuses « tuttes » ne se sont pas contentées de sa gourmandise buccale.

Pourtant aussi étrange que cela puisse paraître aucune trace de fatigue ne peut se lire sur ses traits, le sourire heureux qu’il arbore montre qu’au contraire tout cela lui a donné la « pêche » et l’a rendu plus confiant pour la suite de leurs aventures.

Une brève discussion a suffi pour conclure que ni l’une ni l’autre des deux solutions envisagées comme direction à prendre ne sont à retenir, mais qu’au contraire il faut rechercher une ville où toute sorte de population se côtoie pour mieux se noyer dans la masse le temps qu’ils s’imprègnent de leur nouvel environnement.

La première tâche est de trouver des vêtements qui correspondent non seulement à l’époque où ils se trouvent, mais également à un certain statut social, l’idée de garder Kim comme esclave ne plaisant ni à Florian, ni à Alexandre.

- L’un de nous devra passer pour quelqu’un d’assez haut-placé et les autres seront à son service, nous trouverons bien quelqu’un pour nous expliquer le fonctionnement de cette société et en attendant il est bien entendu hors de questions de se faire repérer, si mon instinct ne me trompe pas les ennuis arriveront bien assez tôt comme cela.

Les deux autres ne trouvant rien à redire se contentent d’acquiescer en poursuivant leur route, Florian pour sa part reste fortement préoccupé par la perte de ses pouvoirs, la nuit pourtant agitée n’ayant en rien rechargé quelque batterie que ce soit.

Il repasse en boucle la brève conversation avec l’homme qu’il a rencontré, quelque chose suscite pourtant son attention sans qu’il arrive à mettre le doigt dessus.

Ce n’est qu’une fois l’après-midi fort avancé qu’une route plus large croise le chemin qu’ils suivaient jusqu’alors, les faisant stopper net et se concerter pour prendre une décision sur l’une des deux directions à prendre.

- La mer étant au sud, je propose que l’on prenne dans cette direction et y chercher un port où nous pourrons passer pour des étrangers. Rappelez-vous que pour eux la Terre est plate, alors n’allez pas dire n’importe quoi comme je l’ai fait sans le savoir si l’on vous pose des questions.

Alexandre s’engage sur la route en direction du sud sans plus poser de questions, les heures passent sans qu’ils ne croisent personne et il devient très vite évident pour eux qu’ils n’arriveront pas encore à bon port cette journée-là.

C’est Kim sans doute moins concerné par tout le tas de questions que se posent en silence ses deux amis, qui aperçoit le premier ce qui ressemble étrangement à un lieu de culte.

- Là-bas les gars… regardez !!

Le bâtiment tout en pierre et en rondeur, semble parfaitement entretenu et cette impression se vérifie au fur et à mesure que leurs pas s’en rapprochent, des traces évidentes d’activités humaines commencent également à se laisser percevoir.

Tout d’abord des champs de céréales, puis quelques vignes dont les rangées sont tirées au cordeau, pour terminer avec un verger aux essences d’arbres fruitiers multiples et un potager suffisamment grand pour nourrir plusieurs familles.

Sur le côté du bâtiment principal se trouvent les annexes et un peu plus loin ce qui ressemble à des étables, le tout donnant une impression de paix champêtre qui rassure quelque peu les trois amis.

Pourtant une fois arrivés à un tournant où ils seront bien trop visibles s’ils s’y engageaient, Florian les arrête pour montrer du doigt une cabane semblant moins bien entretenue mais surtout suffisamment éloignée de l’ensemble pour y faire une pause le temps de prévoir un plan d’action.

Le fait est en entrant à l’intérieur avec toute la prudence nécessaire qu’il a vu juste et que cette cabane ne sert que de rangement pour les outils de labour encombrants, aussi soufflent-ils, visiblement rassérénés d’avoir trouvé un endroit qui cachera leur présence le temps qu’ils prennent une décision.

Florian s’adresse alors à Alexandre après avoir mûrement réfléchi à la question.

- C’est toi qui vas devoir prendre le risque d’aller à leur rencontre, je ne sais toujours pas avec certitude si ce sont mes yeux ou le fait que je sois roux qui a apeuré l’homme à la charrette, toi tu n’as ni l’un ni l’autre donc cela devrait aller.
- Pour les vêtements on fait comment ?
- On improvise voilà tout !!

Florian cherche des yeux autant sur lui que sur ses deux amis.

- Kim !! Passe-lui ton pantalon et tu vas mettre ma chemise, avec ta veste portée à l’envers ça devrait le faire et…

Un regard sur les chaussures le fait soupirer.

- Tu devras y aller pieds nus, je ne pense pas que ce soit un problème dans une civilisation où la pauvreté domine.

Une fois chose faite, Florian met une touche supplémentaire de crédibilité en déchirant une poche de pantalon et en couvrant de boue l’ensemble.

- Voilà qui est parfait, tu fais suffisamment pitié pour que quelqu’un te vienne en aide de son plein gré.
- Comment peux-tu être aussi sûr de toi pour dire ça ?

Florian s’écarte un peu de lui pour le regarder dans son ensemble avec un grand sourire aux lèvres.

- Qu’est-ce que tu en penses Kim ?
- Que tu as entièrement raison.
- Vous vous moquez de moi juste pour me pousser à y aller !! D’ailleurs peux-tu me dire en quoi il a totalement raison, monsieur je-dis-toujours-comme-lui ?
- Parce que tu es à croquer, je ne connais personne qui laisserait un si beau garçon dans cette misère sans avoir envie de lui venir en aide.
- C’est exactement ce à quoi je pensais, si tu savais à te voir comme ça les envies qui me prennent !! Miam !!
- Oui bon !! N’en faites pas trop quand même !!

Alexandre va pour quitter la remise, quand il se retourne une dernière fois vers ses deux amis.

- C’est vrai ? Je suis si beau que ça alors ?
- Faudra qu’on te le prouve à ton retour ! Hi ! Hi !

Un gros clin d’œil signifiant qu’il y compte bien et Alexandre s’apprête à repartir, quand Florian lui donne ses derniers conseils.

- Surtout n’oublie pas de n’en dire que le moins possible, essaie juste de connaître la situation géographique autour de ce lieu de culte et de voir s’il n’y aurait pas moyen de chiper quelques nippes.
- Je n’aime pas beaucoup l’idée de voler de braves gens.
- Moi non plus mais c’est juste pour pouvoir s’en sortir.

Alexandre baisse la tête et part enfin pour réaliser sa mission, Florian le suit jusqu’à l’entrée de la remise sous le regard de Kim qui voit bien l’inquiétude marquer le visage du petit rouquin.

- Il saura s’en sortir ne t’inquiète pas trop.
- Hum !! Oui sans doute mais je ne peux pas m’empêcher d’être stressé.
- C’est parce que tu as perdu tes pouvoirs, tu te sens démuni en cas de crise ?
- Je ne les ai pas réellement perdus, je sens bien qu’ils sont toujours en moi mais c’est juste qu’il me manque la puissance nécessaire pour les utiliser.
- Tu crois que c’est lié au fait que tu ne sois plus dans ton univers ?
- Il y a sans aucun doute une relation de cause à effet, pour l’instant j’en ignore encore le pourquoi du comment, sans doute est-ce lié à la jeunesse de cet univers.
- Qu’est-ce qui te fais penser cela ?
- De quoi ?
- Qu’il est jeune… cet univers je veux dire.
- La nuit dernière j’ai observé les étoiles et leur nombre, ainsi que leur brillance ne font aucun doute pour moi.
- C’est comme pour moi alors, la nuit dernière j’en ai vu tout un tas aussi d’étoiles mais elles n’étaient pas dans le ciel celles-là mais dans ma tête ! Hi ! Hi !
- Mais c’est que tu deviens de plus en plus dévergondé… (un regard appuyé sur ses cuisses restées nues)… surtout sans ton pantalon ! Hi ! Hi !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
flooney
Ce matin vous vous rendez au bureau, seul dans votre voiture. La ville est calme, les rues désertes. Vous vous dites que quelque chose n’est pas comme d’habitude. Vous avez raison.
12
68
16
116
Défi
Maryam

Les larmes crient à sa place
4
4
0
0
pierre françois

Un trait blanc crayeux
s'étale sur un tableau-
poussière de mots...
0
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0