CHAPITRE 02 : « Quelque part » « Un asile pour la nuit »

6 minutes de lecture

CHAPITRE 02 : « Quelque part » « Un asile pour la nuit »

Les trois amis restent un long moment à réfléchir chacun pour soi, c’est Florian qui le premier donne son avis sur le fait de se mettre rapidement en mouvement en cherchant un endroit plus sûr que ce chemin qui relie le village à la citadelle.

- Ne restons pas là, vous voulez bien !!
- Pourquoi ai-je l’impression en t’écoutant que nous pourrions être en danger à rester sur ce chemin ?
- Parce qu’il m’est revenu à l’esprit la première réflexion de l’homme qui a croisé notre chemin, en me voyant il a semblé soudainement avoir eu la peur de sa vie, m’appelant « Kumiho ».
- Qu’est-ce que c’est au juste ?
- Sûrement une décharge de vieilles ferrailles ! Hi ! Hi !

Florian se tourne vers Alexandre alors que Kim se retient à l’évidence de rire.

- Je vois que le fait d’être perdu sur une planète inconnue ne t'a pas ôté ton humour à deux balles !!
- Faut bien relativiser !! Mais sans rire c’est quoi un Kumi machin ?
- Un Kumiho ? Selon les bases purement terriennes, c’est un mythe asiatique Coréen qui définit un être mi humain mi mystique.
- En d’autres termes ??
- Une sorte de monstre doté du pouvoir des quatre éléments, ceux de la terre, de l’eau, de l’air et du feu. Mais rien ne dit qu’ici il ait le même sens, juste qu’en le disant il paraissait évident que l’homme en était profondément effrayé.
- Pourtant tu ne ressembles pas à un monstre ? À moins que ce soit le fait d’être roux ?

Florian prend le temps de réfléchir avant de répondre, revisualisant le bref instant qui lui a amené cette remarque.

- J’ai plutôt eu l’impression que c’était au niveau du regard, l’homme avait ses yeux plongés dans les miens quand cette frayeur lui est venue. Je sais qu’il m’arrive de montrer des iris différentes quand je suis fortement perturbé et à mon humble avis ce doit être ce qui l’a rendu si craintif, maintenant il n’y a rien de sûr et cela n’a duré que le temps de le dire.

Tous optent quand même pour quitter le lieu où ils ont atterri, en prenant toutefois soin de le garder en mémoire au cas où il y aurait besoin de le retrouver.

Ce n’est que quelques kilomètres plus loin alors qu’ils suivent le chemin en direction du village, que des bruits les alertent de la venue de personnes arrivant dans leur direction.

D’un commun accord ils quittent alors le chemin pour s’engager plus avant dans le bois devenant de plus en plus dense, s’accroupissant derrière de gros buissons pour observer les nouveaux arrivants.

L’état de dénuement de ces pauvres hères passant lentement devant leur cachette saute au visage des trois amis, sentant de ce simple fait le danger s’éloigner d’eux et ce n’est qu’une fois les carrioles avec leurs tristes équipages hors de vues, qu’ils se redressent pour marquer la surprise de ce qu’ils ont aperçu.

- Je ne pense pas que notre choix de nous rendre dans ce village soit des plus judicieux, la misère semble y régner en maître.

Alexandre a alors une pensée soudaine en se souvenant des paroles de Florian suite à sa rencontre d’avec le premier homme croisant leur chemin.

- Au fait si je me rappelle bien il a été question d’esclave ? Ne serait-il pas possible que là où nous allons ce soit un village d’esclaves ? Cela expliquerait ce à quoi nous venons d’assister.
- Hum !! Peut-être qu’en effet ce n’est-ce pas le bon choix, il sera difficile d’y trouver quelqu’un nous cédant quelques vêtements et nourriture, alors que nous n’avons rien à leur offrir en retour.

Kim beaucoup plus terre à terre dans ses pensées, prend entre deux doigts la manche de sa chemise avant de se tourner vers ses deux amis.

- Pourtant nous devons trouver de quoi nous vêtir autrement, sinon nous ne passerons pas inaperçu c’est certain !!
- C’est un fait qui demande de ne pas se précipiter dans la gueule du loup, trouvons-nous déjà un endroit calme pour passer la nuit et réfléchir à un plan, inutile de se jeter tête baissée dans ce qui pourrait à tous les coups nous créer du tort.

Une petite heure de marche suffit aux trois amis pour trouver une cabane semblant abandonnée, le toit au trois-quarts manquant ne les rebute pas outre mesure du fait que la nuit reste chaude.

- Je vais essayer de nous trouver quelque chose à nous mettre sous la dent, tu viens Kim ?? Laissons notre rouquin tranquille, je pense qu’il a besoin d’être seul pour tester ses capacités ou tout du moins ce qu’il en reste !!

Une fois seul, Florian essaie de s’échapper de son enveloppe corporelle histoire de faire le tour des environs et il doit vite déchanter que pour ce « don » là aussi il en a perdu sinon la marche à suivre, mais à tout du moins la faculté de le réaliser.

Un point des derniers évènements le laisse dans une rage difficile à contenir, il ne fait plus aucun doute pour lui qu’il a été piégé et qu’une trop grande confiance dans ses capacités ne lui a pas fait percevoir le piège tendu par ces vieillards d’un autre univers.

Le passage dans leur univers l’avait déjà rappelé à l’ordre du fait d’une baisse significative de sa puissance, sans doute ont-ils attendu le bon moment alors que cela faisait plusieurs jours qu’ils s’imprégnaient de la planète et ont profité de ce que ses pouvoirs soient au plus bas pour déclencher leur attaque en l’envoyant il le parierait vers un autre univers beaucoup plus jeune, d’où ses « dons » n’arrivent pas encore à ressortir pour une raison qu’il va devoir étudier de près s’il veut un jour retrouver l’Imperium.

Plus il y pense et plus Florian est convaincu d’avoir sauté à pieds joints dans un énorme piège et la seule raison pour avoir mis en œuvre une telle machination ne peut être rien d’autre que l'intention de conquérir l’Imperium et ses richesses.

Il connaît la puissance militaire de ce dernier mais si les cinq sont vraiment ce à quoi il pense, alors il ne fait aucun doute qu’au final l’Imperium sera vaincu.

Dans toutes ses pensées négatives, émergent néanmoins quelques pensées positives mais Florian ignore que pour au moins deux d’entre elles ce ne sera pas si simple.

En effet il ignore la disparition de deux de ses principaux atouts, le « Kinnn » et le « Kinouuu » étant sans qu’il le sache partis dans un premier temps à sa recherche en s’engageant dans un périple où le taux de réussite est quasiment nul, la traversée dans le vide absolu séparant les deux univers étant largement hors de leur portée.

Ne reste plus que Toshio mais le fait qu’il n’ait pas réellement conscience de ses pouvoirs laisse beaucoup trop d’incertitude quant à l’avenir de son fils, surtout devant la situation sans doute désespérée qui ne va pas tarder à frapper l’Imperium.

Plus il y pense et plus Florian est convaincu que ce sont bien là les desseins de ceux qui les ont envoyés dans cet endroit où il lui sera sans doute impossible d’en sortir avant qu’il ne soit trop tard, voire s’il y arrive un jour.

Florian en est là dans son triste bilan quand il entend les pas de ses amis sur le retour, redonnant un sourire à son visage qui depuis le début de ses cogitations était devenu des plus funestes.

Ils apparaissent alors les bras chargés de fruits et de baies, visiblement contents d’eux de pouvoir s’accorder un repas frugal.

***/***

« Quelques heures plus tard alors que la nuit est tombée. »

Le petit feu crépite alors que les trois amis se préparent à passer la nuit, Florian capte le regard d’Alexandre porté sur Kim et qui montre bien son intention de s’octroyer un petit plaisir avant de s’endormir.

- Je sais à quoi tu penses mais je serais toi j’y réfléchirais à deux fois avant de le regretter plus tard.
- Comme si tu n’en avais pas envie toi aussi ?

Florian se tourne vers Kim en lui envoyant un sourire qui montre bien au jeune homme qu’il n’a perdu aucun des intérêts qu’il avait sur sa personne, aussi il prend timidement la parole pour les encourager dans ce sens du fait que lui aussi en éprouve l’envie.

- Je ne serais pas contre non plus !!
- Il vaut mieux l’éviter pour l’instant tant que nous ne saurons pas si c’est dangereux, tu pourrais en mourir le sais-tu ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
flooney
Ce matin vous vous rendez au bureau, seul dans votre voiture. La ville est calme, les rues désertes. Vous vous dites que quelque chose n’est pas comme d’habitude. Vous avez raison.
12
68
16
116
Défi
Maryam

Les larmes crient à sa place
4
4
0
0
pierre françois

Un trait blanc crayeux
s'étale sur un tableau-
poussière de mots...
0
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0