CHAPITRE 01 : « Quelque part » « Florian »

4 minutes de lecture

CHAPITRE 01 : « Quelque part » « Florian »

Il a à peine posé la question alors que l’homme le regarde avec consternation, que déjà un embryon de mémoire lui revient tandis qu’il reconnaît finalement ses deux compagnons.

- Alexandre !! Kim !!

Le constat fait, il reporte son attention vers l’homme étrangement vêtu, prenant le temps de retrouver quelque peu ses esprits avant de poser des questions idiotes.

L’homme semble soudainement soulagé en fixant de nouveau le petit rouquin, ses yeux d’un magnifique vert ne brillent plus et lui font vite oublier sa première impression, secouant la tête en pensant qu’il a sans doute dû rêver.

Pourtant il aurait juré que les pupilles du garçon n’étaient que deux fentes verticales il y a à peine un instant, heureusement le sourire avenant du garçon le lui fait cette fois complètement oublier en le lui rendant, dévoilant des dents ébréchées et jaunies sans sembler en avoir honte.

- Vous comprenez mes paroles ?
- Mordious !! Je ne suis pas sourd !!

Florian préfère ne pas insister, leur présence sur ce chemin n’étant et de loin pas encore expliquée clairement, aussi se lève-t-il pour faire face à l’homme qui ne le quitte pas du regard.

- Y a-t-il une ville ou un village proche d’ici où nous pourrions mes amis et moi trouver asile ?

L’homme tend le bras dans la direction d’où il vient.

- Mon village est à un quart de jour de marche par là et…

Cette fois il se tourne pour tendre le bras dans la direction qui est la sienne.

- Par-là se trouve la forteresse du comté, il faut compter une demi-journée de marche à partir d’ici environ.
- Très bien monsieur, je vous remercie.
- Monsieur !! Par les dieux !! Vous moqueriez-vous de moi par hasard ?
- Je vous assure que non, c’est juste un terme de politesse du pays d’où je viens.
- Et quel est-il donc ?

Florian n’ayant déjà pour sa part aucune idée de la géographie locale se contente d’un large geste en direction de la forteresse.

- Bien loin de là, au-delà des mers !!

L’homme ouvre de grands yeux, avant de les plisser en penchant la tête de côté et en le regardant d’un air suspicieux.

- Votre tête va-t-elle bien mon garçon ? Il est pourtant notoire même pour un esclave inculte comme moi qu’au-delà de la grande mer qui termine le monde plus rien n’existe que le domaine des dieux.

Apparemment l’opinion que s’est fait de lui cet homme semble bien piètre, au point d’en reprendre la longe de l’animal et de repartir sans plus s’occuper de ces trois étranges jouvenceaux ayant croisé sa route.

Quelques pas plus loin, il se retourne en maugréant.

- Boudiou quelle tristesse de voir un si beau gars avec une cervelle aussi fêlée !!

Florian le regarde s’éloigner, cherchant dans sa mémoire ce qui les a amenés jusqu’à cet endroit, un regard vers le ciel lui fait plisser les yeux sous la forte lumière de l’astre de jour.

Aucune réponse ne lui venant et pour cause, il s’inquiète alors de réveiller ses deux compagnons, leur présence à ces côtés néanmoins l’apaise quelque peu.

Alexandre est le second à s’éveiller suivi de quelques secondes par Kim, les deux garçons ont exactement la même réaction que lui a eue et cela suffit à le faire sourire.

- Ne me demandez pas où nous sommes, je l’ignore tout autant que vous.
- Il y a longtemps que tu es réveillé ?
- Bratheu rha meck da ?

Florian allait répondre à Alexandre quand les paroles incompréhensibles de Kim le stoppent net, un coup d’œil sur la mimique comique d’Alexandre et le voilà utilisant son « don » pour remédier à la situation.

C’est à ce moment que Florian se rend compte qu’il n’est plus le même, son pouvoir jusque-là omniprésent n’agit plus que très faiblement et il lui faut coller son front à celui de Kim pour pouvoir avoir la puissance nécessaire à l’instruire sur le langage parlé qu’Alexandre et lui-même utilisent communément.

- Bratheu tha… est réveillé ?

Alexandre a bien sûr tout suivi avec un intérêt croissant, les deux derniers mots de Kim le soulageant visiblement beaucoup alors que pourtant la méthode employée le surprend.

- Pourquoi ai-je l’impression que cela t’est plus compliqué qu’avant d’utiliser tes pouvoirs ?
- Je l’ignore mais c’est un fait, j’ai eu un mal de chien à entrer dans l’esprit de Kim pour faire en sorte qu’il nous comprenne.

Il s’adresse au jeune homme qui les écoute bouche bée en regardant d’un air perdu tout autour de lui.

- C’est bon maintenant, tu nous comprends ?
- Oui maître !!
- ??

Alexandre et Florian se fixent un instant avec la même stupeur dans le regard.

- Maître ??

Alors qu’ils ont posé la question ensemble, c’est néanmoins Florian qui se reprend très vite en se souvenant de la brève conversation avec l’homme et son attelage datant d’un autre âge.

Il interrompt donc Alexandre qui allait comme de bien entendu reprendre Kim sur sa façon de les considérer, sa main lui prend alors fermement l’épaule.

- Laisse-le nous appeler comme ça, après tout ce qui compte c’est la façon dont nous le voyons et de plus ça colle pile-poil avec le peu que je connais du pays.
- Ah oui ??

Florian explique alors les quelques minutes passées avant qu’ils ne redeviennent conscients à leur tour, terminant par.

- … nous ne savons pas où nous venons d’atterrir et il va falloir y aller par petites touches si nous ne voulons pas nous attirer des ennuis, je pense que cette société doit ressembler fortement au Moyen Âge que j’ai connu dans les livres d’histoire de la Terre et de quelques vies passées avant cela, donc méfiance.
- Ne devrions-nous pas attendre la nuit pour nous repérer avec les étoiles ?
- Oui mais je doute fort que cela nous serve beaucoup.
- Pour nous deux sans doute mais pour Kim cela peut être différent, surtout s’il a quelques notions d’astronomie.

Florian fait la moue, quelque chose lui dit que ce serait trop facile de croire qu’ils ont été déposés sur une planète faisant partie de l’univers des « cinq », la perte à ce point de son pouvoir a été trop soudaine pour qu’il en soit ainsi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
flooney
Ce matin vous vous rendez au bureau, seul dans votre voiture. La ville est calme, les rues désertes. Vous vous dites que quelque chose n’est pas comme d’habitude. Vous avez raison.
12
68
16
116
Défi
Maryam

Les larmes crient à sa place
4
4
0
0
pierre françois

Un trait blanc crayeux
s'étale sur un tableau-
poussière de mots...
0
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0