~ Prologue ~

2 minutes de lecture

     En l'an 1245, alors que la Terre d'Oldrienne semble meurtrie et ravagée par tant d'années de batailles acharnées et sanglantes qui opposent depuis l'ère du temps, les différents peuples de ce continent, le temps semble s'être enfin arrêté, regroupant chaque tribus dans leur contrées respectives.
      Sur terre, sur les flots ou bien dans le ciel, il est connu que des peuples de créatures tels que les Daedras, les Moldariens ou bien encore les Fëenirs n'ont fait que de s'affronter par soif de territoires encore plus grands, encore plus riches, mais surtout et avant tout pour faire régner leur lois si particulières et tyranniques propre à chacun. 


       Mais il y a une vingtaine d'année de cela, le roi Gauvin de Carsteros, gagna une bataille sanglante face à un des peuples des plus redoutables d'autrefois : l'armée de Vinteros, qui régnait en terre du Nord. Puissant de sa conquête, il fit respecter l'ordre dans le pays et imposa ses règles sur tous le territoire d'Oldrienne. Chaque peuple de créature devait cesser d'être nomade et se devait de forger une cité, un repère où ils devaient résider définitivement. Il instaura des échanges commerciaux entre les contrées alliées, ce qui était inexistant auparavant. Il expulsa toute pauvreté loin du château, regroupant le bas peuple de Gardinorff à l'orée de la forêt, à une centaine de lieue du pied de la forteresse. Il prit cependant le soin d'en garder une poignée pour en faire des domestiques ou bien pour prostituer les plus jeunes d'entres elles afin d'assouvir les désirs de certains de ses soldats.Mais surtout il créa de nombreuses guildes au sein de la capitale, telle que celle de l'alchimie (contrôlée par les mages de la cité) ou bien encore celle de la garde montée qui consistait au dressage et à la domestication des Tracos, ce qui encouragea les plus jeunes hommes de la capitale à venir étoffer son armée.

        Ces deux principales guildes font la fierté et la signature du château de Gardinorff et nombreux sont ceux qui rêvent d'y accéder. Mais pour cela, il faut avoir le privilège d'être reconnu par le roi lors de la cérémonie des recrutements qui a lieu toutes les cinq lunes. Une cérémonie où seuls les fils de certains dirigeants réputés ou de valeureux soldats, peuvent y participer. La sélection est privilégiée et les épreuves redoutables, peu d'entre eux parviennent à détenir le Saint Graal et peuvent intégrer finalement la confrérie des Gardins, comme ils aiment l'appeler. 


       Ce désir si grand habite une jeune paysanne, Erya Helseth, qui malgré sa naïveté et son tempérament de garçon manqué, rêve un jour de rejoindre l'une des deux guildes de Gardinorff. Depuis toujours il est connu que les paysans ne détiennent aucuns droits sur la cité si ce n'est de les fournir en légumes et en bétails. Mais déterminée plus que jamais Erya veut arriver à ses fins, coûte que coûte et il lui arrive des nuits où dans ses rêves les plus fous, qu'elle songe secrètement de trône et de conquêtes glorieuses à son tour. 



                                                              

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

Défi
Mirabella
Les regrets, les peurs cachés au plus profond de l'âme, ils ne partent jamais, non ? Comment le pourraient-ils ? On dit que l'amour guérie les plus douloureux maux... Peut-être est-ce vrai ? Peut-être avec lui...
5
4
14
9
Alicé Awh
Les pensées qui me viennent à l'esprit dans la journée, peut-être un défouloir, un papier buvard au sens figuré. Je crois que moi seule peut saisir le sens complet de ces mots, et c'est justement pour cette raison que je m'autorise à le partager avec toi. Bienvenue dans mon esprit, jeune rhinocéros :)
44
26
5
9

Vous aimez lire Illusion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0