Chapitre IX

5 minutes de lecture

En cette fin de matinée aucun bruit ne résonnait autour d'Azazel et Mayu qui pénétraient dans le hall d'entrée.Tous les élèves devaient être assis sagement en classe, traumatisés par la vision des gigantesques monstres se délectant de leurs camarades. Quant aux dualistes, ils devaient être dans leur tour d'ivoire, protégés de la menace sans se demander comment vont les futurs adeptes.

Mayu tapotait le mur de marbre près de la porte du réfectoire, dans l'espoir de trouver un nouveau passage. De l'autre côté de la pièce, Azazel l'imitait. L'adrénaline qui envahissait son corps l'empêchait d'être choqué par les événements de ce matin, mais il savait que la peur allait finir par refaire surface. Il devait garder son calme autant que possible pour découvrir un maximum d'informations et ne pas effrayer son amie qui avait frôlé la mort.

Après quelques recherches infructueuses, les deux camarades décidèrent d'adopter un nouvel angle de recherche. S’ils ne pouvaient pas enquêter chez les dualistes, ils chercheraient autre part. Ainsi, Zel et Mayu commencèrent une fouille minutieuse de toutes les chambres à l'étage.

Les dix premières étaient remplies d'objets inutiles, tels que des livres sur le Dualisme ou des photos de famille. L’impatience de Mayu fut calmée par la onzième chambre. Tout d'abord, c'était la première chambre fermée à clé. Les pièces se fermant de l'intérieur, ils toquèrent une dizaine de fois sans jamais avoir de réponse. Mayu se tourna vers son camarade et lui demanda :

  • Tu as des outils de crochetage ?
  • Oui, mais ils vont s'en rendre compte si on fait ça...
  • Et ? Dit Mayu la main tendue vers son ami.

Zel souffla avant d’ouvrir un portail et de lui tendre le matériel. La porte ne résista pas plus de cinq minutes à Mayu. Elle rentra la première, pressée de découvrir enfin quelque chose d'intéressant. Hélas, seule une chambre complètement désordonnée s'offrait à elle. Cette pièce avait clairement été fouillée par plusieurs personnes, tout objet suspect devait donc avoir été retiré. Dégoûtée, Mayu se tourna vers Zel pour lui proposer de changer de pièce. Ce dernier blêmit tout en fixant le dessus du lit comme si un danger s'y trouvait. Elle s'approcha de l'endroit et demanda :

  • T’as vu un fantôme ou quoi ?
  • Recule ! je connais cet Artefact... recule ! Je sais que les événements t'ont bouleversé, mais surtout n'y tou...

Avant d'avoir fini la phrase, Mayu était montée sur le lit et tâtonnait dans le vide à la recherche de cette mystérieuse menace.

  • Mayu... S'il te plait, descends doucement... chuchota Azazel en avançant doucement vers elle.

Mais il était trop tard, Mayu avait déjà une main sur l'Artefact qui était maintenant visible à ses yeux. Avant même de pouvoir le décrire, ce dernier produit une lumière intense qui l'aveugla. Dans un geste vif, Zel lui attrapa la main qui ne tenait pas l'objet lumineux.

  • Aveuglée, Mayu ne put remarquer qu'un détail, le fameux Artefact avait disparu de sa main. Pensant que cela était de la faute d’Azazel, elle se tourna vers sa silhouette et parla d'un ton autoritaire :
  • Rends-le-moi, je l'ai attrapé donc il est à moi, s'exclama-t-elle tout en tendant la main vers la silhouette de Zel.
  • Je n'ai rien pris du tout ! Je t'avais dit de ne pas y toucher ! Putain, je sais que tu ne vas pas bien mais quand même !
  • C'était quoi ce truc ? rétorqua Mayu qui ne comprenait qu'à moitié ses paroles.
  • C'était le sceptre de Maara, il ne répond qu'à une lignée bien précise et si quelqu'un d'autre le touche il l'emmène au Sanctuaire ! expliqua-t-il en montrant un point derrière son amie.

Elle se tourna vivement et fut ébahie par ce décor féérique. Autour d'elle tout n'était que végétation imposante qui lui donnait l'impression d'être une fourmi. Les herbes faisaient la moitié de sa taille et les fleurs la dépassaient largement. Au milieu, un arbre gigantesque trônait tout en laissant ses racines, toutes aussi démesurées, se propager librement. Devant eux, un chemin leur permettait d'observer l'arbre qui les dominait.

Sans aucune hésitation, Mayu s'attacha les cheveux et avança d'un pas décidé vers l'enraciné. Zel aurait préféré l'arrêter mais il s'inquiétait pour elle, après tout, son amie avait frôlé la mort il y a à peine une heure.

Entourés de plantes qui les surplomblaient, les deux camarades ne voyaient rien à part le chemin de pierres, lui-même envahit de quelques minuscules fleurs qui le décoraient. L'endroit aurait été charmant dans d'autres circonstances, un havre de paix bercé par le son du vent caressant la végétation. Il était très différent de ce qu’avait imaginé Zel. Cet endroit était connu comme le dernier rempart protégeant férocement le Dualisme des impies. Mais il ne voyait aucune trace de ce courroux divin qui devait punir les ennemis de Maara et Kigen. Il était vexé de ce manque de réaction qui lui donnait l'impression d'être inoffensif.

Plus il s'approchait de l'arbre, plus Mayu marchait vite, impatiente de voir le secret que pouvait lui révéler cette place trop calme à son goût. Elle finit par courir, fonçant droit devant elle, sans réfléchir. Sa course fut brusquement interrompue. Elle ne pouvait plus bouger, paralysée par une force inconnue. Imperturbable, comme à son habitude, la jeune fille finit rapidement par se résigner et attendit calmement une explication.

La réaction d'Azazel fut plus prononcée. Pris d'abord d'une panique, il essaya de la tirer de toutes ses forces jusqu'à comprendre qu'il n'avait, lui aussi, aucun pouvoir sur ce piège. Alors, l'affolement se transforma en colère. Il ne supportait plus sa témérité et essayait de lui faire comprendre en lui reprochant son comportement. Réprimandes que la maudite n'écoutait pas, trop concentrée sur les alentours.

Elle ne voyait qu’un bout du tronc, bien trop imposant pour être vu en entier sans bouger la tête. Ses branches projetaient une immense ombre autour d'elle, laissant passer les couleurs des soleils à certains endroits. À mieux y regarder, l'arbre projetait également une lumière bleutée.


L'analyse de Mayu fut interrompue par un mouvement près de la souche du feuillu. Une ombre s'approchait lentement d'eux, un sceptre à la main. Fait de bois foncé, elle reconnut de loin la lumière violette si singulière des runes. En haut, il formait une boucle qui se refermait sur un emplacement vide.

Zel, sentant le danger, essaya de nouveau de la libérer, se refusant à l'abandonner. Mais cette tentative infructueuse ne changea pas la situation, les deux aventuriers ne pouvaient qu’observer, impuissant, l’inconnu venir vers eux.

Plus il approchait, plus la nature devenait bruyante, imposante et menaçante. Les plantes si rassurantes avaient encore grandi, noirci. Le vent si paisible lançait maintenant des rafales qui semblaient se battre avec la végétation de plus en plus sombre. Les soleils si puissants il y a une seconde avaient laissé place à un ciel orageux, grondant des éclairs dangereusement proches.

Je n’aurai pas du toucher à cet Artefact.

Azazel ne bougeait plus pour ne pas énerver leur hôte mais quelque chose le tracassait. Les rumeurs disaient que seuls l’héritier du créateur du Dualisme méritait le pouvoir de la déesse. Hors cet homme avait décidé de ne pas avoir d'enfant pour ne pas leur imposer cette responsabilité. Ce qui l'étonnait d'autant plus était que son propriétaire laisse traîner l'Artefact dans le château, laissant l’occasion à un potentiel voleur de franchir si facilement le Sanctuaire.

Le propriétaire se dessinait devant eux, un homme de deux mètres. Habillé d’une toge blanche, il se tenait très droit, un air fermé sur ses traits juvéniles. Un personnage que les deux compagnons reconnurent immédiatement.

Le géant colérique d'hier ! Putain je sais pas ce qu'il a fait cette nuit mais passer de simple élève à propriétaire d'un bout de Jumal, il se fait pas chier !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
HT64
Il n'est jamais trop tard pour poser le bilan d'une année qui vient de s'écouler, 2020 a été une année éprouvante pour tout le monde ...

Et si, on parlait un peu positif ? Car je suis sûre que malgré tout ce qui a pu se passer, il y a des choses positives qui se sont passées dans votre vie ! que ce soit sur le plan professionnel ou personnel !

Bonne lecture à tous :D
3
6
0
14
Lhoreen Träume
CELESTIA WRAITH A TOUJOURS ÉTÉ LA PERSONNE QU'ON CONSIDÉRAIT COMME ÉTRANGE. A l'école, on la lynchait car ses parents possédaient le domaine de Dacryae, alias le "manoir hanté".
Lorsqu'elle a commencé à travailler au Curiosity, à sa majorité, on la traitait de gothique parce qu'elle portait du noir et qu'elle aimait le hard-rock.

C'EST D'AILLEURS LA-BAS QU'ELLE A RENCONTRÉ AILEN CRYPT, un gars mystérieux qui a finit par tellement la soûler qu'elle a démissionné. Ainsi, elle ne le verrait plus, n'est ce pas ?

POURTANT, c'est bien lui qui vient sonner chez elle par une nuit gelée d'hiver, prétendant voir "des gens partout chez lui".

Malgré leurs caractère bien différents, les deux jeunes gens vont devoir se supporter, car si l'un est nécromancien, l'autre peut contrôler l'électricité.

ENSEMBLE, ils vont devoir résoudre deux questions, que nous nous sommes tous posé au moins une fois :

EXISTE-T-IL VRAIMENT UNE DIFFÉRENCE ENTRE LES RÊVES ET LA RÉALITÉ ? ET ENTRE LA VIE ET LA MORT ?
0
0
0
44
Défi
Jonas

À l’aube du XVIIIème siècle naquit en Cornouaille un homme qui compta sans nul doute parmi les plus cruels et les plus ambitieux de cette époque qui pourtant ne manqua pas de tyrans sanguinaires.
En cette année 1709, la famine fauchait sans pitié les gueux et les petites gens. Dans les terres reculées comme dans les bourgs disséminés dans le duché de Bretagne, les familles ne comptaient plus leurs morts. Les corps efflanqués s’amoncelaient sur des charniers hâtivement bénis par des curés pressés de fuir loin des fièvres putrides, malignes et pestilentes. Les récoltes clairsemées par un hiver glacial avaient rempli à grand peine les greniers des seigneurs et les caves des évêchés. Les pauvres des campagnes se contentaient de soupes de feuilles et de racines. Ceux des villes grillaient les rats qu’ils avaient eu la chance de piéger.
Sur la petite île perdue au large des côtes noires de Cornouaille, on subsistait de pêches faméliques. Les poissons avaient déserté les filets et l’ordinaire était constitué d’étrilles et de berniques arrachées aux rochers.
Ce soir-là, la tempête projetait des tombereaux d’écume jusqu’aux chaumières. Les hommes s’étaient rassemblés sur le rivage, armés de crochets, de cordes et de couteaux. Ils attendaient, impavides et silencieux, les yeux fixés sur l’horizon tourmenté. Une dizaine de gamins aux joues creusées avait allumé le suif des lanternes et déambulait sur la côte balayée par le vent. Les femmes se tenaient en retrait, appuyées aux charrettes couvertes de mousse. Roz, le fils ainé d’Erwan, avait le premier aperçu le bateau au large du Pen Du. La goélette disparaissait au creux des vagues furieuses puis, entêtée, réapparaissait à chaque fois comme un affront aux éléments déchainés.
L’épouse d’Erwan était restée sous la hutte de pierre avec deux anciennes d’une trentaine d’années. Son ventre gonflé donnerait cette nuit naissance à un pauvre de plus.
Fille ou garçon, Erwan  s’en fichait. Seul comptait cet esquif balloté par la tempête.
Lise, elle, donnerait le jour à son huitième enfant. Trois avaient survécu. Elle savait que ses seins flétris ne nourriraient pas celui-là. 
—Elle vire ! avait hurlé Roz en agitant de plus belle sa lanterne.
Il avait raison. Le nez de la goélette pointait maintenant dans leur direction. De longues minutes passèrent. Le bateau se rapprochait rapidement. Quand il fut à une centaine de mètres du rivage, Erwan distingua une silhouette à l’avant de la goélette, un bras tendu vers les rochers qui affleuraient à la surface. Le bateau vira brusquement mais il était trop tard. Il s’éventra sur les roches noires, se disloqua en quelques secondes. Des marins plongèrent puis, recrachés par la mer, s’empalèrent sur les roches acérées. Quelques-uns se jetèrent à l’eau agrippés à des tonneaux. Erwan sourit. Qui disait tonneaux disait nourriture, vin ou marchandise. Les hommes du clan avancèrent jusqu’à l’écume mousseuse. Roz les rejoignit en courant et sortit un couteau de sa ceinture.
Dans la hutte, la femme poussa un hurlement de douleur.
Un tonneau roula jusqu’aux graviers de la plage. Un marin à moitié noyé y était accroché. Erwan l’égorgea d’un geste sec.
À six cent pas, dans la hutte accolée à un bloc de granit, Lise criait sa souffrance.
—La tête sort, lui hurlait l’ancienne, pousse, nom de dieu !
Un morceau d’étrave s’échoua à son tour. Une jeune femme aux soieries détrempées s’y était agrippée. Le gros Vig souleva la masse de cheveux collés sur le visage.
—Merde ! Elle a passé !
Erwan pensa que la femme avait eu de la chance en se noyant.
Les vagues charriaient différents débris : toiles, bois et cordes, cadavres et tonneaux. Les naufrageurs travaillaient en silence. Ils déshabillaient les corps aux yeux exorbités, égorgeaient les rares rescapés avec la même indifférence que s’ils avaient été des lapins, empilaient les vêtements, les caisses et les tonneaux sur les charrettes. Le lendemain, il n’y aurait plus la moindre trace du naufrage.
Erwan s’approcha de la jeune noyée. Ses yeux bleus ne fixaient plus rien. À son cou, un médaillon pendait. Erwan l’arracha. Il représentait une licorne dorée allongée au pied d’un chêne. Erwan le mit dans sa poche. En haut de la grève, des charrettes s’éloignaient.
Dans la hutte, la femme expulsa le nourrisson dans un dernier hurlement. Le bébé brailla aussitôt.
—Quel gueulard çui-là, lança une ancienne. Si s’en sort, l’appellera Goul !
Erwan entra à cet instant dans la hutte, constata que l’enfant vivait et que c’était un mâle. Il tendit le médaillon à sa femme allongée. Elle le fixa, surprise ; jamais il ne lui avait fait de présent.
Elle jeta un coup d’œil à l’objet. Aucun d’eux ne savait à ce moment que le médaillon scellerait leur destin et qu’il conduirait le nouveau-né jusqu’à la gloire, la fortune et la folie.
5
10
0
3

Vous aimez lire Camille Ksaz ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0