Chapitre V

7 minutes de lecture

Mayu n'avait pas fermé l'œil de la nuit. Comment l'une des personnes les plus importantes de Jumal avait connaissance de leur plan, et pire encore, de sa Capacité ? Elle n’avait même pas parlé à Azazel de son pouvoir…


Cette insomnie lui avait au moins permis de doubler son sport matinal. Avec son nouveau compagnon, elle n'avait pas eu le temps de suivre son entraînement habituel. En sortant de sa chambre, Mayu se trouva face aux yeux noirs de son ami :

  • Tu es bien matinal, Azazel. Mal dormi ? Pourquoi j'aurai mal dormi ? Après tout, tu t'entends déjà  avec Tora Nobuyoshi ! Avec un peu de chance, notre plan pourrait s'accélérer ! En plus, je suis sûr que si on la persuade, Reyn nous suivra. Ah je me disais que…
  • À force de t'écouter, je vais être en retard. Si tu veux te faire renvoyer chez toi dès le premier  jour, ce sont tes affaires. Moi j'y vais.
    Amie avec une Nobuyoshi ? Alliée avec Reyn ? Si seulement il savait un dixième de la vérité.

Pendant que Mayu dévalait les marches, elle se félicitait intérieurement de n'avoir encore rien dit à son ami. Elle savait que détruire cette religion était l'objectif principal de Zel. S’il comprenait que Reyn se méfiait d’elle et que Tora savait la raison de leur venue, il paniquerait et commencerait à prendre de mauvaises décisions. Sans compter que, bien qu'elle en ait eu cent fois l'occasion, elle ne lui avait pas parlé de sa Capacité.
Si je lui disais maintenant, il serait encore plus perdu…

Mayu s’arrêta et tourna sur elle-même. Le hall noir et blanc accueillait maintenant des éléments rouges. Mais pas n'importe lequel : un rouge feu, flamboyant, fascinant. Les deux camarades suivirent les autres candidats qui s'agglutinaient devant une nouvelle porte.
Rouge rubis.

Elle n'était pas là avant. Sûrement encore un tour de magie de cet étrange bâtiment. La porte s'ouvrit sans aucun grincement et tous les inconnus se précipitèrent dedans. Mayu et Zel rentrèrent en dernier, sans se presser.
Rouge passion.

Toute la salle était remplie de bureaux rouges et de chaises de la même couleur. Devant eux, un tableau noir, classique. Tout le reste de la salle était blanc.
Rouge sang.

Les fenêtres étaient de cette couleur fascinante. L'admiration de Mayu fut vite interrompue par l'entrée de son tuteur.

Rouge pomme.

Reyn entra accompagnée de sa fille qui sautillait juste à côté d'elle. Un murmure se fit entendre. Devant le tableau, la tutrice jeta un regard glacial à toute l'assemblée et le bruit fit place à un silence de cathédrale. Pendant qu’Hope s'installait sur le siège du professeur, sa mère commença :

  • Bonjour, je suis votre tutrice de la semaine. Mon nom est Reyn Gallia et ma fille s'appelle Hope. Je vais être claire, je ne suis pas quelqu'un de gentil ou de tolérant. Je vais vous expliquer mes règles une seule fois, celui qui les enfreint sera éliminé immédiatement. Première règle : pas de retard accepté. Et je considère qu'une seconde est un retard. Si vous voulez juste survivre, apprenez que le timing est un élément essentiel. Deuxième règle : Ma fille est mon assistante. Montrez-lui du respect ou je vous renvoie. Menacez-là ou essayez d'avoir ses faveurs et je vous vire. Troisième règle : Je vais vous donner la condition pour réussir cette semaine. Aucune triche pour la passer n'est acceptée.

Voyant que le professeur faisait une pause, trois élèves levèrent timidement la main. Reyn souffla :

  • Les personnes levant la main sont éliminées.
  • Mais... protesta un des perdants.
  • Mais ? Posez une question sans que mon explication soit complète revient à me faire répéter. Dehors que je puisse continuer.

Ils obéirent à contrecœur. Après avoir lancé un sourire sadique aux élèves restants, elle continua :

Maintenant la condition au passage de cette semaine. Vous vous trouvez dans un pays où l’intelligence est source de pouvoir. Donc ma question est : comment vaincre son ennemi ? Cette fois vous pouvez répondre.

Une dizaine de mains se levèrent doucement. Voyant que la tutrice n'interrogeait personne, Zel se leva et donna une réponse :

  • Avoir un plan solide, dit-il.
  • Faux. Il se peut que l'ennemi en ait un meilleur. Quelquefois, il connaît même le vôtre à l'avance.
  • Des armées et des équipements de qualité, répondit une jeune timide au fond de la salle.
  • Même problème.
  • Un plan de secours.
  • Une bonne défense.
  • Un moyen de fuir.
  • Prendre l'ennemi par surprise.
  • Tout est faux. Reyn, visiblement amusée par leurs échecs successifs, sondait ses élèves qui plus n’osaient plus prendre la parole. Même Hope connaît la réponse.

Alors que la petite fille allait répondre, Mayu se leva et donna une réponse :

  • Connaître mieux l'ennemi qu'il ne se connaît lui-même.
  • Exact. Hope peux-tu développer ?
  • Oui maman, accepta joyeusement la petite, fière de pouvoir répondre. Tout ce que vous avez dit, l'ennemi l’a également. Il peut même vous battre en tous ces points. Mais aucun homme ne peut fuir ses faiblesses. Pour gagner une guerre il faut savoir plus sur l'ennemi que lui ne sait sur vous.
  • Merci ma chérie. Elle déposa un baiser sur la joue de sa fille avant de continuer. L'épreuve de cette semaine aura comme thème l'espionnage. Et je serais votre ennemie. Amasser le plus d'informations sur moi et les vingt-cinq meilleurs réussiront. Bon je pense que tout est clair. Je vais...

Avant même d'avoir fini la phrase, un homme à bout de souffle rentra dans la salle. Mayu ne le connaissait pas. Il était proche du mètre quatre-vingts, habillé tout en noir, avec un bout de tissu noir lui cachant la bouche et le nez. Il semblait avoir la trentaine, la peau légèrement métisse, les cheveux châtains et les yeux rouge clair. Sans prendre la peine de retrouver son souffle, il s’excusa :

  • Désolé d'être aussi en retard, comme a dû vous le dire mes assistantes, madame Gallia et sa fille, je suis le tuteur qui vous apprendra la hiérarchisation de notre religion. Le test se basera sur la qualité la plus importante des bons protecteurs de notre île : l'observation. Vous allez donc devoir deviner la Capacité précise de Reyn et ses limites. Voilà pour l'explication, si... Mais il ne manquerait pas trois personnes ?

Ils sont arrivés en retard, alors comme vous l'avez suggéré, je les ai éliminés, menti Reyn.

  • Je vois. Bref, il est temps que je me présente. Je suis Nero, le chef du laboratoire de recherche Dualiste. Mon rôle est d’étudier les Capacités existantes et leurs limites. Bien que je sois haut placé, j'ai commencé là où vous êtes. Eh bien voilà pour…

Une toux exagérée de la part de Reyn lui indiqua qu’il avait oublié quelque chose. Il suivit le regard de son assistante jusqu’au bureau et vit le papier qui y était posé.


  • Ah oui ! J'allais oublier, le partage des cours et des activités ! C'est très simple, tout au long de votre formation, vous serez libre tous les jours en milieu d’après-midi. Cependant aucun de vous ne peut quitter l'enceinte du manoir Maara. Pour vous occuper, chaque salle propose des activités différentes. Vous pourrez participer à chacune d'elle. Des questions ?

Une dizaine de personnes levèrent la main dont Mayu. Reyn, étonnée la voir s’intéresser au cours, lui fit un signe de la tête pour lui donner la parole :

  • Pourquoi le hall et cette pièce portent des touches de rouge ?

Un murmure se fit entendre dans l'assemblée. Ses camarades devaient trouver la question étrange. Azazel se tourna légèrement vers son amie pour admirer son air imperturbable. Reyn esquissa un sourire et regarda son supérieur :

  • Très bonne question, jeune fille, répondit-il. Chaque semaine une nouvelle couleur apparaîtra. Chaque couleur est choisie par l'instructeur de la semaine. Quand toutes les couleurs seront présentes, ce qui arrive assez rapidement, votre enseignement de base sera fini et vous serez des Initiés. Vous choisirez ensuite une spécialisation qui vous permettra de vous intégrer dans notre hiérarchie.
  • Et pourquoi du rouge ? demanda Mayu.
  • C'est la couleur du département de recherche.

Insatisfaite de la réponse, Mayu préféra étudier les autres candidats. Trente-deux personnes réunies pour intégrer une dictature. Ils semblaient tous perdus, tous sauf un. Un homme gigantesque dont les yeux bridés avaient du mal à cacher la rage qu’il dégageait. Elle se concentra de nouveau sur les paroles de Nero :

  • ...Plus petit département de tout Jumal. Les quatre départements les plus importants sont : le département de la magie, de l'humanité, de l'armée et de la nature. Ils ont chacun un représentant différent : pour la magie, Tora Nobuyoshi, la fille prodige de l'un des Hauts Commandants de notre pays. Elle est connue pour sa Capacité, sa beauté et son fort caractère. L'humanité est représentée par Anaru Fillia, le génie bipolaire. Le plus intelligent mais aussi le plus instable des Dualistes. Un conseil ne le contredisez jamais. Pour l'armée, le deuxième Haut Commandant, Abigor Sila. Toujours parfait, c'est un homme très respecté malgré son jeune âge. Et enfin, la nature est représentée par la plus forte élémentaliste de nos rangs, Lamia Daitya. Je vous parlerais bien d'elle mais c'est un mystère. Cependant, quelqu’un ici pourrait répondre aux questions sur son origine. Nero avança dans les rangs et s'arrêta devant le bureau d’Azazel. N'est-ce pas, Monsieur Daitya ?

Mayu se tourna vers son ami. Malgré son visage stoïque, la perplexité se devinait. Azazel le bavard était muet devant cette révélation. Quel lien avait-il avec cette Lamia ? Était-elle une alliée ou une ennemie ? Qu’est-ce qu’il cachait d’autre derrière son sourire jovial ? Pour seule réponse, il la regarda dans les yeux d'un air déterminé, se tourna vers Nero et lui répondit :

  • Désolé de vous décevoir mais je ne connais pas cette personne.

Amusé par la réponse, le chercheur reprit sa place entre Reyn et Hope et continua son discours :

  • Vous connaîtrez chaque représentant dans les prochaines semaines. Je suis ici en tant que guide d'introduction. Aujourd'hui étant seulement une présentation, vous pouvez partir et découvrir toutes les possibilités qu’offrent notre manoir. Bonne journée à tous !

Sur ces mots, Mayu tira le bras de Zel et le fit sortir de la pièce :

  • Qui est Lamia ? Comme seule réponse, il lui chuchota à l’oreille : Je te raconterai tout ce soir. Pour l'instant, fais-moi confiance.

Dans quel bordel je me suis encore foutue ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
HT64
Il n'est jamais trop tard pour poser le bilan d'une année qui vient de s'écouler, 2020 a été une année éprouvante pour tout le monde ...

Et si, on parlait un peu positif ? Car je suis sûre que malgré tout ce qui a pu se passer, il y a des choses positives qui se sont passées dans votre vie ! que ce soit sur le plan professionnel ou personnel !

Bonne lecture à tous :D
3
6
0
14
Lhoreen Träume
CELESTIA WRAITH A TOUJOURS ÉTÉ LA PERSONNE QU'ON CONSIDÉRAIT COMME ÉTRANGE. A l'école, on la lynchait car ses parents possédaient le domaine de Dacryae, alias le "manoir hanté".
Lorsqu'elle a commencé à travailler au Curiosity, à sa majorité, on la traitait de gothique parce qu'elle portait du noir et qu'elle aimait le hard-rock.

C'EST D'AILLEURS LA-BAS QU'ELLE A RENCONTRÉ AILEN CRYPT, un gars mystérieux qui a finit par tellement la soûler qu'elle a démissionné. Ainsi, elle ne le verrait plus, n'est ce pas ?

POURTANT, c'est bien lui qui vient sonner chez elle par une nuit gelée d'hiver, prétendant voir "des gens partout chez lui".

Malgré leurs caractère bien différents, les deux jeunes gens vont devoir se supporter, car si l'un est nécromancien, l'autre peut contrôler l'électricité.

ENSEMBLE, ils vont devoir résoudre deux questions, que nous nous sommes tous posé au moins une fois :

EXISTE-T-IL VRAIMENT UNE DIFFÉRENCE ENTRE LES RÊVES ET LA RÉALITÉ ? ET ENTRE LA VIE ET LA MORT ?
0
0
0
44
Défi
Jonas

À l’aube du XVIIIème siècle naquit en Cornouaille un homme qui compta sans nul doute parmi les plus cruels et les plus ambitieux de cette époque qui pourtant ne manqua pas de tyrans sanguinaires.
En cette année 1709, la famine fauchait sans pitié les gueux et les petites gens. Dans les terres reculées comme dans les bourgs disséminés dans le duché de Bretagne, les familles ne comptaient plus leurs morts. Les corps efflanqués s’amoncelaient sur des charniers hâtivement bénis par des curés pressés de fuir loin des fièvres putrides, malignes et pestilentes. Les récoltes clairsemées par un hiver glacial avaient rempli à grand peine les greniers des seigneurs et les caves des évêchés. Les pauvres des campagnes se contentaient de soupes de feuilles et de racines. Ceux des villes grillaient les rats qu’ils avaient eu la chance de piéger.
Sur la petite île perdue au large des côtes noires de Cornouaille, on subsistait de pêches faméliques. Les poissons avaient déserté les filets et l’ordinaire était constitué d’étrilles et de berniques arrachées aux rochers.
Ce soir-là, la tempête projetait des tombereaux d’écume jusqu’aux chaumières. Les hommes s’étaient rassemblés sur le rivage, armés de crochets, de cordes et de couteaux. Ils attendaient, impavides et silencieux, les yeux fixés sur l’horizon tourmenté. Une dizaine de gamins aux joues creusées avait allumé le suif des lanternes et déambulait sur la côte balayée par le vent. Les femmes se tenaient en retrait, appuyées aux charrettes couvertes de mousse. Roz, le fils ainé d’Erwan, avait le premier aperçu le bateau au large du Pen Du. La goélette disparaissait au creux des vagues furieuses puis, entêtée, réapparaissait à chaque fois comme un affront aux éléments déchainés.
L’épouse d’Erwan était restée sous la hutte de pierre avec deux anciennes d’une trentaine d’années. Son ventre gonflé donnerait cette nuit naissance à un pauvre de plus.
Fille ou garçon, Erwan  s’en fichait. Seul comptait cet esquif balloté par la tempête.
Lise, elle, donnerait le jour à son huitième enfant. Trois avaient survécu. Elle savait que ses seins flétris ne nourriraient pas celui-là. 
—Elle vire ! avait hurlé Roz en agitant de plus belle sa lanterne.
Il avait raison. Le nez de la goélette pointait maintenant dans leur direction. De longues minutes passèrent. Le bateau se rapprochait rapidement. Quand il fut à une centaine de mètres du rivage, Erwan distingua une silhouette à l’avant de la goélette, un bras tendu vers les rochers qui affleuraient à la surface. Le bateau vira brusquement mais il était trop tard. Il s’éventra sur les roches noires, se disloqua en quelques secondes. Des marins plongèrent puis, recrachés par la mer, s’empalèrent sur les roches acérées. Quelques-uns se jetèrent à l’eau agrippés à des tonneaux. Erwan sourit. Qui disait tonneaux disait nourriture, vin ou marchandise. Les hommes du clan avancèrent jusqu’à l’écume mousseuse. Roz les rejoignit en courant et sortit un couteau de sa ceinture.
Dans la hutte, la femme poussa un hurlement de douleur.
Un tonneau roula jusqu’aux graviers de la plage. Un marin à moitié noyé y était accroché. Erwan l’égorgea d’un geste sec.
À six cent pas, dans la hutte accolée à un bloc de granit, Lise criait sa souffrance.
—La tête sort, lui hurlait l’ancienne, pousse, nom de dieu !
Un morceau d’étrave s’échoua à son tour. Une jeune femme aux soieries détrempées s’y était agrippée. Le gros Vig souleva la masse de cheveux collés sur le visage.
—Merde ! Elle a passé !
Erwan pensa que la femme avait eu de la chance en se noyant.
Les vagues charriaient différents débris : toiles, bois et cordes, cadavres et tonneaux. Les naufrageurs travaillaient en silence. Ils déshabillaient les corps aux yeux exorbités, égorgeaient les rares rescapés avec la même indifférence que s’ils avaient été des lapins, empilaient les vêtements, les caisses et les tonneaux sur les charrettes. Le lendemain, il n’y aurait plus la moindre trace du naufrage.
Erwan s’approcha de la jeune noyée. Ses yeux bleus ne fixaient plus rien. À son cou, un médaillon pendait. Erwan l’arracha. Il représentait une licorne dorée allongée au pied d’un chêne. Erwan le mit dans sa poche. En haut de la grève, des charrettes s’éloignaient.
Dans la hutte, la femme expulsa le nourrisson dans un dernier hurlement. Le bébé brailla aussitôt.
—Quel gueulard çui-là, lança une ancienne. Si s’en sort, l’appellera Goul !
Erwan entra à cet instant dans la hutte, constata que l’enfant vivait et que c’était un mâle. Il tendit le médaillon à sa femme allongée. Elle le fixa, surprise ; jamais il ne lui avait fait de présent.
Elle jeta un coup d’œil à l’objet. Aucun d’eux ne savait à ce moment que le médaillon scellerait leur destin et qu’il conduirait le nouveau-né jusqu’à la gloire, la fortune et la folie.
5
10
0
3

Vous aimez lire Camille Ksaz ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0