Chapitre IV

6 minutes de lecture

Mayu avait oublié que prendre un portail était tout aussi perturbant que fascinant. En y entrant, son esprit volait, emporté par les éclats bleutés du portail qui la guidait jusqu’à sa destination. Quand elle surgit hors de l'Arcane, elle fut éblouie par une forte lumière rouge. Ses yeux s'habituèrent progressivement et elle finit par entrevoir les trois silhouettes qui l’attendaient.

Derrière celles-ci, plusieurs groupes sur une place bordée d’eau. Dans le ciel, trois soleils éloignés les uns des autres : bleu, jaune et rouge. La voix grave d’Azazel empêcha Mayu de finir son observation :

  • Les soleils ne sont pas couchés, on a encore un peu de temps !

Elle ignora totalement le commentaire d’Azazel et se tourna vers Reyn.

  • Pourquoi les gens se rassemblent ?
  • Les représentations de Capacités.

En prononçant ces mots, Reyn montra une flamme sortant du centre d'un des groupes avant de continuer son explication.

  • Sur cette place, chacun est libre de gagner sa vie en montrant l'étendue de son pouvoir.

Alors que Mayu finissait l'inspection des alentours, deux détails attirèrent son attention. Tout d'abord, les vêtements colorés des habitants. Elle croyait que toute la population portait du noir et du blanc. Dans ce décor plein de bruits et de couleurs, chaque habitant semblait se fondre dans une masse sans intérêt. Le deuxième élément était problématique : cette place était entourée d'eau et il n'y avait aucun moyen de la traverser.

Azazel et Hope se baladaient entre les assemblées pour observer les Capacités pendant que Reyn restait à égale distance de sa fille et de la maudite. Mayu s'approcha d’elle et lui demanda :

  • Comment on traverse sans pont ? Il y a des bateaux ?
  • Le seul moyen d'aller en ville est de marcher.

La mère se tourna vers une des foules et appela sa fille.

  • Hope, on rentre à la maison !

Immédiatement la petite rousse apparut, suivie de près par Azazel..

  • Allons-y chérie. Reste près de moi.
  • Mais, maman...

Un seul regard de Reyn suffit pour que l’enfant s'éloigne de Zel. Mayu passa devant et s'arrêta au bord de l’eau pour essayer de comprendre comment passer. Elle afficha un air surpris l’espace d’un instant.

Juste au-dessus de la surface de l’eau flottaient des carreaux transparents laissant entrevoir une ville à l'envers. Elle devinait des ombres humaines qui marchaient tranquillement. Alors que les deux voyageurs restaient à regarder toute cette vie sous-marine, les deux habituées les poussèrent doucement pour les forcer à avancer. Quand Azazel posa son pied de l’autre côté de l’étendue d’eau, il demanda, enthousiaste :

  • Dis-moi Reyn, comment est-ce possible ?
  • Nous sommes dans le quartier de Maara et donc celui de la magie. Les Capacités peuvent être utilisées sans limite. Par exemple, la ville sous-marine est remplie d'élémentalistes contrôlant l'eau.
  • Maintenant, on va où ? demanda Mayu.

Comme seule réponse, Hope montra du doigt l’avenue principale puis elles disparurent dans une ruelle sombre laissant les deux compagnons seuls.

Mayu trouva la ville... ordinaire. Elle était dans le quartier de la déesse de la magie pourtant, cet endroit semblait très simple : des maisons, des boutiques, des bibliothèques, des jardins. Toute l’avenue semblait vivre dans un rythme paisible, chacun connaissant son voisin. Azazel observait les alentours avec plus d’inquiétude. Après tout, ils allaient détruire le pays dans lequel ils marchaient. Le regard d’Azazel se durcit et l'anxiété se transforma en détermination.

Devant eux se dressait une statue gigantesque qui paraissait humaine. Sa peau métisse recouverte d’une toge blanche semblait flotter au gré du vent.

Mais... elle flotte !

La sculpture ne touchait pas le sol. Juste derrière elle, un escalier aux marches noires et blanches flottait dans les airs jusqu'à un immense manoir en marbre bicolore. Au-dessus de la première marche, une pancarte indiquait :

Toi qui grimpes ici, abandonne-toi à la folie car elle te donnera des ailes.

Sans aucune hésitation les deux compagnons commencèrent à monter. Dix, vingt, cent marches… Ils continuaient leur ascension mais l'escalier semblait interminable. Mayu se tourna vers Zel :

  • À quel point tu as confiance en moi ?
  • Ça dépend.

Elle le regarda droit dans les yeux, s'approcha de lui lentement et... le poussa dans le vide. Un bref cri se fit entendre. Elle regarda en bas.

  • C'est définitif, tu es complètement folle, balança-t-il.

Azazel flottait tranquillement dans les airs. Mayu le rejoint et ils marchèrent vers la porte du manoir :

  • Comment tu as deviné ? demanda-t-il.
  • La pancarte au-dessus de l’escalier.
  • Je n’avais même pas fait attention. Par contre, la prochaine fois que tu me lances dans le vide, préviens-moi. J’ai cru que j’allais mourir... en tout cas, on est arrivé au bon moment.

Sur ces mots Zel s’arrêta et regarda autour de lui. Mayu l’imita. Autour d'eux les trois soleils se couchaient, laissant apparaître le mélange de leurs couleurs dans le ciel et sur les bâtiments. Ils surplombaient les deux quartiers, celui de Maara si simple et celui de Kigen plus rustre encore.

  • Profitons de ce moment, car une fois la porte franchie, ce sera la guerre, déclara Azazel.

Mayu posa ses yeux un instant sur lui avant d’admirer de nouveau le décor et de répondre.

  • Et nous la gagnerons.

Après que les soleils se soient couchés, ils avancèrent avec détermination jusqu'à la porte en marbre noir et blanc. Le noir dessinait trois symboles : À gauche des ailes, à droite une horloge et au-dessus des deux, une simple clé.

Zel se réjouit en reconnaissant ces emblèmes et poussa la porte sans hésitation. Un grand hall s’ouvrait devant eux avec comme seul meuble un gigantesque bureau et un homme derrière celui-ci. Devant lui, une file de candidats attendaient leur tour pour l’Initiation. À gauche, des immenses marches en marbre blanc couvert d’un tapis noir étaient gardées par deux soldats en armure argentée.

Les deux compagnons entrèrent dans la queue. Ennuyé par l'attente, Zel proposa :

  • Eh Mayu, si on pariait sur qui va réussir la première Épreuve de l'Initiation ?
  • Si tu veux.

En scrutant les candidats, Mayu observa l'apparition de deux sorties sur le mur de droite. Elles étaient similaires à la porte d'entrée mais bien plus petite. Zel et Mayu commencèrent à montrer du doigt les potentiels Initiés, les choisissant selon leur attitude, leur temps de passage ou encore la porte qu’ils empruntaient. L’attente en devenait presque agréable, permettant à la fois aux deux compagnons de jauger leurs potentiels ennemis et de souder leur alliance encore naissante. Après une heure, leur tour arriva. L'homme derrière le bureau devait avoir soixante-dix ans, rond et chauve. Il interrogea Zel :

  • Nom, prénom, âge, Capacité et motivation.
  • Daitya Azazel, vingt-quatre ans, Créateur des Arcanes. Aucun homme ne peut survivre sans Dieu et les Dieux s'ennuient sans notre énigme.
  • Daitya ? dit le vieux secrétaire en souriant. Eh bien bienvenue Monsieur. La porte de gauche.
  • Nom, prénom, âge, Capacité et motivation.
  • Mayu, vingt ans, aucune. Aucun homme ne peut vivre sans Dieu et les Dieux s'ennuient sans notre énigme.
  • Pas de nom de famille ? C'est rare. La porte de droite.

À peine avait-elle refermé la porte qu’Azazel lui sauta dans les bras. Tout s'était passé comme il l’avait prévu. En effet, Zel lui avait expliqué que la première Épreuve était un vers du livre sacré Dualiste représenté sur la porte.

  • Alors, voyons qui a gagné, proposa Azazel.
  • Tu en as trouvé cinq et moi vingt, rétorqua-t-elle. Je crois que c'est une victoire écrasante.

Après avoir vérifié les résultats, Zel avança pour cacher sa déception. Cette salle était bien plus petite que la première. Elle était parfaitement symétrique. De chaque côté, un buffet, un canapé blanc accompagné de deux fauteuils noirs. Après une longue attente, la porte s’ouvrit de nouveau sur le grand hall. Cette fois-ci, une femme était derrière le bureau, une femme familière... Reyn. Quand Mayu et Zel arrivèrent à son niveau, elle leur dit, un sourire moqueur au coin des lèvres :

  • Félicitation, vous avez réussi la première épreuve mais vous êtes loin d'avoir réussi l'Initiation. Surtout toi, lança-t-elle à Mayu. Mais pour l'instant, reposez-vous. Profitez-en bien parce que demain je serai chargée de l'Initiation. Les chambres sont à l’étage.
  • Zel, on y va.
  • Mais...

Ne pas penser, juste dormir.

Alors qu'elle allait commencer à monter, un grand silence envahit la salle. Elle regarda Azazel qui fixait les marches avec insistance. Devant eux, une jeune femme, les cheveux roses attachés en queue de cheval par un nœud violet, descendait tranquillement les escaliers en lisant. Elle portait un kimono mauve à fleurs roses.

Cette aura, ces couleurs, cette beauté… On dirait un ange.

Ses pénétrants yeux verts se posèrent sur Mayu. Elle ferma son livre et sourit en descendant, sans perdre un instant du regard la maudite. Arrivée à sa hauteur elle la prit dans ses bras, l'embrassa sur la joue et lui chuchota :

  • J'ai hâte de participer à ta guerre, petite Lios. La question est : me veux-tu comme ennemie ou comme alliée ?

Elle s'écarta de Mayu et reprit à haute voix cette fois.

  • Pour ceux qui ne me connaîtraient pas, je suis Tora Nobuyoshi, petite-fille du Haut Commandant Nobuyoshi, chef de la section Maara. Sachez que mon temps est précieux et ne peut être gâché pour des Initiés. Tâchez au moins d’amuser la galerie quand vous échouerez.

Et merde...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
HT64
Il n'est jamais trop tard pour poser le bilan d'une année qui vient de s'écouler, 2020 a été une année éprouvante pour tout le monde ...

Et si, on parlait un peu positif ? Car je suis sûre que malgré tout ce qui a pu se passer, il y a des choses positives qui se sont passées dans votre vie ! que ce soit sur le plan professionnel ou personnel !

Bonne lecture à tous :D
3
6
0
14
Lhoreen Träume
CELESTIA WRAITH A TOUJOURS ÉTÉ LA PERSONNE QU'ON CONSIDÉRAIT COMME ÉTRANGE. A l'école, on la lynchait car ses parents possédaient le domaine de Dacryae, alias le "manoir hanté".
Lorsqu'elle a commencé à travailler au Curiosity, à sa majorité, on la traitait de gothique parce qu'elle portait du noir et qu'elle aimait le hard-rock.

C'EST D'AILLEURS LA-BAS QU'ELLE A RENCONTRÉ AILEN CRYPT, un gars mystérieux qui a finit par tellement la soûler qu'elle a démissionné. Ainsi, elle ne le verrait plus, n'est ce pas ?

POURTANT, c'est bien lui qui vient sonner chez elle par une nuit gelée d'hiver, prétendant voir "des gens partout chez lui".

Malgré leurs caractère bien différents, les deux jeunes gens vont devoir se supporter, car si l'un est nécromancien, l'autre peut contrôler l'électricité.

ENSEMBLE, ils vont devoir résoudre deux questions, que nous nous sommes tous posé au moins une fois :

EXISTE-T-IL VRAIMENT UNE DIFFÉRENCE ENTRE LES RÊVES ET LA RÉALITÉ ? ET ENTRE LA VIE ET LA MORT ?
0
0
0
44
Défi
Jonas

À l’aube du XVIIIème siècle naquit en Cornouaille un homme qui compta sans nul doute parmi les plus cruels et les plus ambitieux de cette époque qui pourtant ne manqua pas de tyrans sanguinaires.
En cette année 1709, la famine fauchait sans pitié les gueux et les petites gens. Dans les terres reculées comme dans les bourgs disséminés dans le duché de Bretagne, les familles ne comptaient plus leurs morts. Les corps efflanqués s’amoncelaient sur des charniers hâtivement bénis par des curés pressés de fuir loin des fièvres putrides, malignes et pestilentes. Les récoltes clairsemées par un hiver glacial avaient rempli à grand peine les greniers des seigneurs et les caves des évêchés. Les pauvres des campagnes se contentaient de soupes de feuilles et de racines. Ceux des villes grillaient les rats qu’ils avaient eu la chance de piéger.
Sur la petite île perdue au large des côtes noires de Cornouaille, on subsistait de pêches faméliques. Les poissons avaient déserté les filets et l’ordinaire était constitué d’étrilles et de berniques arrachées aux rochers.
Ce soir-là, la tempête projetait des tombereaux d’écume jusqu’aux chaumières. Les hommes s’étaient rassemblés sur le rivage, armés de crochets, de cordes et de couteaux. Ils attendaient, impavides et silencieux, les yeux fixés sur l’horizon tourmenté. Une dizaine de gamins aux joues creusées avait allumé le suif des lanternes et déambulait sur la côte balayée par le vent. Les femmes se tenaient en retrait, appuyées aux charrettes couvertes de mousse. Roz, le fils ainé d’Erwan, avait le premier aperçu le bateau au large du Pen Du. La goélette disparaissait au creux des vagues furieuses puis, entêtée, réapparaissait à chaque fois comme un affront aux éléments déchainés.
L’épouse d’Erwan était restée sous la hutte de pierre avec deux anciennes d’une trentaine d’années. Son ventre gonflé donnerait cette nuit naissance à un pauvre de plus.
Fille ou garçon, Erwan  s’en fichait. Seul comptait cet esquif balloté par la tempête.
Lise, elle, donnerait le jour à son huitième enfant. Trois avaient survécu. Elle savait que ses seins flétris ne nourriraient pas celui-là. 
—Elle vire ! avait hurlé Roz en agitant de plus belle sa lanterne.
Il avait raison. Le nez de la goélette pointait maintenant dans leur direction. De longues minutes passèrent. Le bateau se rapprochait rapidement. Quand il fut à une centaine de mètres du rivage, Erwan distingua une silhouette à l’avant de la goélette, un bras tendu vers les rochers qui affleuraient à la surface. Le bateau vira brusquement mais il était trop tard. Il s’éventra sur les roches noires, se disloqua en quelques secondes. Des marins plongèrent puis, recrachés par la mer, s’empalèrent sur les roches acérées. Quelques-uns se jetèrent à l’eau agrippés à des tonneaux. Erwan sourit. Qui disait tonneaux disait nourriture, vin ou marchandise. Les hommes du clan avancèrent jusqu’à l’écume mousseuse. Roz les rejoignit en courant et sortit un couteau de sa ceinture.
Dans la hutte, la femme poussa un hurlement de douleur.
Un tonneau roula jusqu’aux graviers de la plage. Un marin à moitié noyé y était accroché. Erwan l’égorgea d’un geste sec.
À six cent pas, dans la hutte accolée à un bloc de granit, Lise criait sa souffrance.
—La tête sort, lui hurlait l’ancienne, pousse, nom de dieu !
Un morceau d’étrave s’échoua à son tour. Une jeune femme aux soieries détrempées s’y était agrippée. Le gros Vig souleva la masse de cheveux collés sur le visage.
—Merde ! Elle a passé !
Erwan pensa que la femme avait eu de la chance en se noyant.
Les vagues charriaient différents débris : toiles, bois et cordes, cadavres et tonneaux. Les naufrageurs travaillaient en silence. Ils déshabillaient les corps aux yeux exorbités, égorgeaient les rares rescapés avec la même indifférence que s’ils avaient été des lapins, empilaient les vêtements, les caisses et les tonneaux sur les charrettes. Le lendemain, il n’y aurait plus la moindre trace du naufrage.
Erwan s’approcha de la jeune noyée. Ses yeux bleus ne fixaient plus rien. À son cou, un médaillon pendait. Erwan l’arracha. Il représentait une licorne dorée allongée au pied d’un chêne. Erwan le mit dans sa poche. En haut de la grève, des charrettes s’éloignaient.
Dans la hutte, la femme expulsa le nourrisson dans un dernier hurlement. Le bébé brailla aussitôt.
—Quel gueulard çui-là, lança une ancienne. Si s’en sort, l’appellera Goul !
Erwan entra à cet instant dans la hutte, constata que l’enfant vivait et que c’était un mâle. Il tendit le médaillon à sa femme allongée. Elle le fixa, surprise ; jamais il ne lui avait fait de présent.
Elle jeta un coup d’œil à l’objet. Aucun d’eux ne savait à ce moment que le médaillon scellerait leur destin et qu’il conduirait le nouveau-né jusqu’à la gloire, la fortune et la folie.
5
10
0
3

Vous aimez lire Camille Ksaz ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0