Chapitre 2

2 minutes de lecture

Un matin, Harry fut confié à une voisine dont les vêtements étaient imprégnés par l’odeur de chats, madame Figg.

Ainsi libérés de l’encombrant garçon, monsieur et madame Dursley partirent avec leur fils à Londres, plus précisément au chemin de Traverse, en suivant les indications notées dans la lettre d’admission de Poudlard.

Si Vernon et Pétunia étaient un peu mal à l’aise dans ces rues peuplées d’étranges personnages aux habits colorés, Dudley, lui, ouvrait grand les yeux, collant son visage gras sur les vitrines des magasins.

Après un tour chez Madame Guipure pour se trouver un costume de sorcier, sans oublier la librairie pour acheter les livres de cours, Dudley poussa une porte où une inscription dorée annonçait : Ollivander – Fabricants de baguettes magiques depuis 382 avant J.C.

Une voix enthousiaste se fit entendre :

— Bonjour !

— Euh bonjour.

— Qui es-tu ?

— Dudley Dursley.

— Hum, pas commun comme nom. Bien, c’est donc ta première entrée à Poudlard.

— Oui.

— Bien, bien, bien. Voyons un peu quel matériel te convient.

Monsieur Ollivander retira précautionneusement une boîte disposée sur une des étagères et en sortit une baguette en bois d’olivier et crin de poney, qu’il tendit à Dudley.

Le garçon sentit des picotements lui parcourir le dos, et d’un geste précis, Dudley agita la baguette en direction des rayonnages. Une épaisse fumée noire s’en dégagea.

Le propriétaire du magasin approuva :

— Parfait. Sans nul doute cette baguette est à vous.

Et Dudley eut ainsi l’impression d’être un véritable sorcier.

— Maintenant il te faut un animal de compagnie, indiqua Pétunia.

— Que veux-tu ? Un rat, un hibou ?

— Non rien. Les bêtes sont juste encombrantes et salissantes.

— Bien d’accord, approuva Vernon, en donnant une accolade dans le dos de son fils.

Les semaines précédant la rentrée de Dudley s’écoulèrent rapidement. Harry Potter intégra le collège de Saint Brutus, un établissement pour enfants difficiles.

Quant à Dudley… en ce doux matin de septembre, il se rendait, accompagné de ses parents, à la gare King’s Cross. Une fois là-bas, ils cherchèrent la voie 9 ¾. En vain… jusqu’à ce que Pétunia distingue toute une famille aux cheveux roux et à l’allure négligée, se presser au même endroit.

Le trio observa les inconnus et les vit passer sans ralentir, droit vers la barrière, entre les tourniquets… et disparaître.

— Bon, hé bien à nous, déclara fermement Vernon, affichant plus de courage que ce qu’il ressentait.

Dudley, poussant ses bagages, suivit de ses parents, franchit la barrière en fermant les yeux et se trouva projeté sur le quai d’une gare où une immense locomotive rouge à vapeur stationnait. Des fenêtres des wagons, de jeunes sorciers riaient et agitaient leurs mains en direction des personnes sur le quai.

(à suivre)

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Anneh Cerola

Je posterai ici mes diverses poésies que je partagerai au gré de mes envies et de mes humeurs.
150
206
21
14
korinne
Alice, libraire en province, vient de mourir. Le jour de son enterrement, une inconnue remet à son petit-fils, Dimitri, un manuscrit. Ce texte est l'œuvre de la mère du jeune homme, disparue vingt ans plus tôt.
À la fois intrigué et très affecté par son deuil, Dimitri reprend la librairie familiale et plonge dans Le livre des femmes.
Ce qu'il va découvrir, caché entre les lignes de l'utopie féministe maternelle, écrite avant les années 2000, sera explosif.



Merci infiniment pour toute l'aide que beaucoup m'ont généreusement apporté !!!
387
766
1264
120
Défi
Jaypee


7h15, purée, je vais encore être en retard au boulot !
Allez, je m’apprête et avec un peu de chance je pourrais être à l’heure !
- Chérie ? T’es là ? Elle est surement déjà partie…
OK, petite douche rapide, pas le temps de petit-déjeuner, de toute façon je ne le prend jamais en semaine.
Waw, les routes sont super dégagées aujourd’hui ! Mais pourquoi il n’y a personne ? J’ai dû rater quelque chose ! Attend, faut que je passe un coup de fil, ce n’est pas possible ? Pas de réseau !
J’arrives au boulot en cinq minutes, personne ! Pas un chat ! Mais qu’est-ce qui a bien pu se passer ?
Un coup d’état, une catastrophe naturelle, une guerre ? Pourtant, tout autour de moi, un silence assourdissant, donc a priori, pas d’inquiétude à avoir, enfin, pas d’inquiétude, c’est vite dit, je n’ai encore vu personne depuis ce matin et toujours pas de nouvelles de ma femme !
Je vais chez mes parents, toujours personne, rien. Cela devient inquiétant. Suis-je en train de rêver, suis-je toujours en vie, suis-je au paradis ? Est-ce que tout cela est réel ?
Foutu pour foutu, il faudra bien m’occuper aujourd’hui ! Tant qu’à faire, on va faire un peu de sport. Je fonce à la maison récupérer mon maillot et je vais à la piscine.
Pas de gardien, tant mieux, ça sera donc gratuit pour une fois. Ce n’est pas mal au final pour une journée où tout tombe à l’eau, me dis-je en étouffant un fou rire.
Quel plaisir, quel silence, quelle paix ! Aucun enfant pour me casser les pieds, j’ai le bassin pour moi seul, quel bonheur !
Après une heure de nage intense, j’ai déjà un peu faim. Il est temps de rentrer à la maison. Au menu : côtes de porc avec des pates ! Je sors de ma cave un Haut-Médoc que je sirote pendant la cuisson. Les notes de musique classique que j’écoute en boucle rendent ce moment magique. Assis à ma fenêtre, je regarde les rues désertes. Qu’est-ce qui a bien pu se passer cette nuit ? Qu’est-il arrivé au monde ? Rien à la télé, rien à la radio non plus…
Aucune nouvelle de ma femme, de mes parents, de mes amis, de mes collègues. Aucun appel, aucun message, RIEN !
Je me mets à table. Je savoure mon repas autant que l’instant. En effet depuis toutes ces années, ai-je réellement eu un instant de tranquillité ? Un moment privilégié qui m’appartienne, à moi, rien qu’à moi. Je ne pense pas. Je suis toujours en train de courir, après un taxi, après une tâche urgente, après un fleuriste ou un boulanger, après un patron, après un ami, après un fournisseur, après le temps.
Et si je mettais cet instant à profit pour écrire ? Après tout, j’ai devant moi un jour, une semaine ou peut être un mois à ne rien faire. Alors, pourquoi pas rattraper le temps perdu, lire, écrire, marcher, prier, contempler le ciel, écouter les oiseaux chanter.
A ma terrasse, j’ai passé tout l’après-midi à écrire, d’une traite, sans m’arrêter. Comme pour combler un vide, comme pour vider mon sac, comme si toutes ces journées loin de ma passion avait rempli une bulle qui venait d’éclater, pour rependre de l’encre partout sur des feuilles blanches, comme pour déclencher dans mon esprit, toutes ces lettres que je tape sur mon clavier.
Quelle triste journée. Quelle belle journée ! Mon écriture a toujours eu ce côté mélancolique, mélange de joie et de peine. Je suis pris entre les deux, la joie de l’indépendance et la peine de la solitude, loin de ma femme, de celle que j’aime.
Je n’ai même pas vu le temps passer : 22 heures. Je n’ai pas vraiment faim, ni soif, car quand j’écris, je me nourris de ce vide. Pas de télé, pas d’internet. Je commence à avoir sommeil de toute façon. Les longueurs de ce matin commencent à se faire sentir. Il est temps de dormir. De toute façon, demain j’aurais encore le temps, le temps de nager, le temps d’écrire et de m’évader.
Je ferme les yeux, je m’endors dans ce silence frais, doux, cotonneux.
Soudain, une tape, une voix : « Chéri, il est l’heure de t’apprêter, tu vas encore être en retard au boulot »
1
2
0
3

Vous aimez lire Ode Colin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0