Bon bah, alors, pourquoi on a besoin d’être lu ?

4 minutes de lecture

Cynique : Oh great ! Supposer que tous nos états d’esprit sont assis autour d’une table et discutent entre eux, dans une salle sombre, genre centre de commandement, c’est à peine déjà vu. Ils en ont même déjà fait une pub ! C’est dire le niveau ! 

Rageux : Mais ferme là, on essaie d’écrire là !

Cynique : Non, mais j’ai rien contre, moi. Je précisais juste que niveau originalité, on repassera. 

Blasé : L’originalité, en même temps, ça fait pas partie de l’ambition générale.

Rageux : Merci pour ta contribution. Et ta gueule. C’est déjà assez chaud d’écrire sans trop savoir pourquoi.

Candide : On écrit pour être lu ? Non ?

Astrologue, avec une voix de charlatan, même si ça n’est pas un timbre de voix : Prose est faite pour être lue ! 

Égoïstepéremptoire : On écrit pour soi.

Astrologuemême voix, discours inverse, le charlatan sait s’adapter : Prose est l’essence de soi ! 

Cynique : Ouais ! On écrit pour soi, d’ailleurs Scribouille, ou le blog, ou la concurrence, on y perd du temps juste pour soi !

Rageux, d’accord avec Cynique. Sans grande surprise, il s’emporte : C’est pour ça qu’on est pendus aux commentaires qui viennent pas, c’est pour ça qu’on clique sur « actualiser », genre frénétique, avec le pathétique espoir que quelque chose ait changé, que quelqu’un ait daigné nous apporter ce qu’on cherche en foutant les textes sur le net...

Raisonnable l’arrête, parce que quand il est parti, celui-là, il fout quand même bien la merde : Arrête, t’es pas raisonnable. 

Rageux rit, Cynique se moque, Astrologue émet l’hypothèse que Raisonnable est une balance et Rageux un cancer. 

Savoird’un ton professoral : C’est rigoureusement impossible, la même personne ne peut avoir deux signes astrologiques différents puisqu’elle est née le même jour.

Cynique : Quelles conneries 'faut pas chercher sur le net pour apprendre que les Cancers sont incompatibles avec les Balances, surtout pour sortir une compo sans queue ni tête (Ouais, je parle de ce qu’on écrit là...)

Candidequi croit bien faire en relançant la seule question constructive du débat, bien mal l’en prend : Donc, pourquoi écrit-on ? 

Rageux lui crache à la gueule : Ta gueule. On écrit pour être lu, point barre. 

Blasémorne et lisse comme un tableau néoclassique : Et c’est reparti...

Candideen s’essuyant les postillons : Bon bah, alors, pourquoi on a besoin d’être lu ?

Égoïste trépigne d’impatience et lève la main dans un réflexe enfantin pour demander la parole à la maîtresse qui la lui donne avec son sourire de vieille femme maternelle et bienveillante : 

La maîtresse (d’école) : Égoïste, tu veux dire quelque chose ?

À ce stade du récit et avec dix personnages, Constance meurt, ce qui descend leur nombre à neuf, ce qui n’est pas suffisant pour la ressusciter. Égoïste s’en fout, il a la parole.

Égoïste : On veut être lu parce que ce qu’on fait ne peut être que génial, mérite d’être lu, mérite d’être apprécié, mérite, merde, qu’on s’y intéresse, parce que merde, c’est de nous. 

Rageux qui se sent menacé par cette débauche de quolibets fécaux (manquerait plus qu’Égoïste lui choppe la place ! Déjà qu’il en prend de la place, ce con, à vouloir absolument héberger l’égo), en cœur avec Raisonnable, dont c’est la fonction : Calme-toi gars ! 

Égoïste : Non, mais merde quoi, qu’on fasse attention à mon talent, c’est quand même pas trop demandé !

Timide : En fait, moi ça me dérange pas. J’ai un peu peur des critiques. Si je reste dans mon coin, c’est moins risqué. 

Réaliste : Si on prend pas de risque, on n’avance pas, on tourne en rond. 

Une seconde de silence, tout le monde sait qu’Égoïste aussi crève de trouille. 

Le moine Taoiste, un peu dogmatique, mais on lui pardonne :

Sans franchir le seuil Connaître l’univers.
Sans regarder par la fenêtre Entrevoir la voie du ciel.
Le plus loin on se rend Moins on connaît.

Ainsi le sage Connaît 
Sans avoir besoin de bouger
Comprend Sans avoir besoin de regarder
Accomplit Sans avoir besoin d’agir.

Cynique veut prendre la parole, le Sage à moins que ça ne soit le Fou lui tape l’arrière du crâne. Il écrase son nez contre la table, ça pisse le sang, mais comme tout le monde en a marre du Cynique, personne ne se plaint et personne ne l’aide. Bonjour la solidarité.  

Enthousiaste change de sujet après un moment passé à regarder ailleurs, pendant qu’on évacue le cynisme. On respire mieux : Moi j’aime bien les défis, sur Scribouille. On n’en a pas fait des masses, mais petit à petit, ça oblige à sortir de sa zone de confort, à penser autrement, à écrire autrement.

Le hobbit : Je proteste et je reste dans mon trou ! Le confort, c’est la vie.

Caradoc : Non, le gras c’est la vie.

Ils se disputent et finissent par se réconcilier autour d’un bon saucisson. Mais c’est hors sujet. Enthousiaste poursuit avec... enthousiasme. 

Enthousiaste : C’est le début, ok, mais quarante-quatre [NDA : chiffres non contractuels, valables au moment où ce truc s’écrit sans mon consentement via les touches de mon clavier... À l’aide ils me tiennent en otage !] lectures, quand même ! 

Patienceà moins que ça ne soit Raisonnable. On s’y retrouve de moins en moins ! : Il faut être patient, persévérer.

Cynique (Ho merde, déjà de retour ?) : Quarante-quatre lectures (On sait même pas si elles sont allées jusqu’au bout ni si ça a plu, ou juste indifféré le lecteur, surgrogne Rageux) ça fait presque 1500 caractères par personne. Waouh ! 

Auto critique : Justement, je suis limitée (Moqueur se moque). Sans aide, sans les autres, sans un public, comment s’améliorer ?

Le Sage à moins que ça ne soit le Fou : L’expérience d’écriture se complète naturellement par celle de lecture. Ne serait-ce que nous, on relit, relit, relit. Partager l’histoire, partager l’expérience. C’est un pas vers les autres.

Le moine : Un pas vers soi même. 

Rageux, qui grince un rire de pirate : Allez fermez là la marmaille ! On est à presque 5500 caractères là, il faudrait pas faire un texte trop long, sinon ça sera pas lu ! 

Migraineviolente derrière ses grosses lunettes en verre fumé presque noires : Ouais ! Vos gueules ! 

...

Constance, longtemps après, ressuscite.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0