Si seulement tu étais là pour encore me raconter ces anecdotes qui te faisaient tant rire

2 minutes de lecture

Si seulement tu étais encore là, pour (encore) tenir ma main lorsque mon équilibre devient instable.


Toi, l'incroyable résistante aux yeux marqués par ton sourire.
Ces si jolies rides qui embellissaient ton visage d'ange.
Toi, la femme que j'ai tant admiré et que j'admirai toujours.
Toi, la Tolérance, l'Amour et la Bienveillance.
Toi qui m'a appris à ouvrir mon esprit aux vivants et à l'au-delà, toi qui ne m'a pas puni pour ma compassion mais qui, au contraire, m'a encouragé à encore plus me donner.
Toi, qui m'a appris que la mort ne sépare pas l'Amour.
Toi qui me soutenait quand le monde était contre moi.
Toi qui m'a donné la force de dire « stop » aux violences dont j'ai souvent et longtemps été victime. Toi qui m'a prise sous ton aile lorsque les éclairs paralysaient mon corps.
Toi, la maquisarde, toi, qui accueillait à bras ouverts les personnes ayant besoin d'aide.
Toi qui a trouvé ton amour, malheureusement décédé bien trop tôt, toi qui n'aurait jamais pu aimer un autre que lui.
Toi et ta douceur qui viennent parfois me rassurer lorsque la nuit est encore trop sombre.
Toi qui m'a élevé, éduqué, bercé de tes mots doux.
Toi, mon arrière-grand-mère, partie vers les cieux il y a maintenant presque deux ans.
Toi qui me manquera toujours.
Toi qui me rendait fière.

 Aujourd'hui lorsque l'on me dit que je te ressemble, je sens cette vague de joie embaumer mes poumons, ce sourire qui ne peut partir, tendant mes pommettes vers l'infiniment beau.


Toi qui a tant séché mes larmes.
Toi qui calmait mes colères.
Toi qui me soutenait.
Toi, qui est partie trop brusquement.
Toi, que je cherche dans chaque sourire.


 Tu as donné ta vie aux autres, tu as résisté sous l'Occupation, tu m'as appris tout ce que j'avais à apprendre pour ne pas devenir comme ces autres qui méprisent leurs semblables.
Toi qui m'a ouvert l'esprit et le cœur.
Toi qui guide mon âme dans mes plus sombres voyages.

Toi que je n'aimerais jamais assez pour une seule vie.

À Mamé,
cet Ange qui m'a déjà tant de fois sauvé.

Je t'aime.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Neptune ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0