Essayages

3 minutes de lecture

Je redescendis lentement dans la chambre lorsque Léa s’éveilla.

  • Tu étais où ?
  • Sur le toit.

Elle fit la moue mais hocha simplement la tête en ouvrant l’armoire :

  • Bien ! On s’habille et on va faire les magasins.
  • Tu ne vas plus avoir d’argent à force.
  • J’ai presque rien dépensé, c’est Batiste qui a tout payé.

J’eus un sourire en attrapant les habits qu’elle me lançait.

Elle voulait discuter tout en faisant une activité agréable, même si je ne trouvais pas réellement l’intérêt d’aller faire les magasins puisque je pouvais créer des vêtements.

Je m’habillai rapidement, short et débardeur. Mais alors que j’attendais Léa qui prenait son temps dans la salle de bain, une alarme retentit.

Qu’est-ce que c’était ? Rassemblement dans la grande cour pour une annonce du directeur.

  • Léa ? On doit aller dans la cour.

La jeune fille poussa un soupir alors qu’elle sortait en s’attachant les cheveux. Elle prit tout de même son sac contenant son argent avant de se diriger vers la porte.

On retrouva tous les autres élèves sagement en rang sous le ciel clair. Sur une petite estrade, certainement faite par un mage de création, le directeur eut un sourire :

  • Bien le bonjour à tous. Comme vous le savez, les deux prochains jours sont consacrés au prince Aurélien, mort au combat il y a maintenant quatre ans. En son honneur, de grandes fêtes sont célébrées. Pour la première fois, notre école, ainsi que les autres, ont été conviées à une fête demain soir se déroulant au château.

Un léger murmure s'éleva de l’assemblée d’élève.

  • Je sais, je connais votre crainte, votre présence à cette fête n’est pas obligatoire mais sachez que la garde y sera présente pour faire régner l’ordre, libre à vous de vous y rendre.

Je me tournai vers Léa, déjà toute excitée à l’idée de cette soirée. Elle me sourit très vite :

  • J’ai jamais vu le château !

Je ne pus m’empêcher de sourire moi aussi.

Pourquoi pas ? Même si Lucien et Karen y seront probablement, il ne devrait pas y avoir de problème.

Alors que tous les élèves se dispersaient, Batiste vint près de nous :

  • On va vous acheter des robes ?

Les joues de Léa rosirent, elle se tourna vers moi :

  • Ça ne te dérange pas ?
  • C’est toi qui voulais faire les magasins, pas moi.

Léa semblait déjà avoir une idée précise en tête sur la robe qu’elle allait porter. Une bleue, longue derrière et courte devant, bustier avec des brillants… Et puisqu’elle menait le pas dans l’allée marchande il était simple de deviner qu’elle ne l’avait pas inventée cette robe.

En effet, la jeune fille nous arrêta à une vitrine où l’habit exact était exposé sur un mannequin. On entra très vite derrière Léa, légèrement hystérique.

Toutes les robes étaient magnifiques.

Je m’arrêtai devant l’une. Longue, dorée et blanche, en dessous de la taille le tissu, jusque là moulant, laissait place à de multiples voiles semi-transparents, détachés les uns des autres afin de laisser les jambes libres. Sur le haut, elle s’attachait au cou uniquement, libérant le dos.

Aimerait-il ? Lui… quels étaient donc ses goûts ? Si je le voyais durant cette fête, ce serait une bonne occasion pour tout lui expliquer, à condition que l’on puisse s’isoler, pour que personne d’autre n’entende.

  • Tu veux l’essayer ?

Je souris à Léa. Derrière elle, Batiste avait déjà trois tickets dans les mains, trois robes différentes.

Bon, pourquoi pas ? Elle était jolie.

Je pris donc l’un des tickets aux pieds du mannequin avant de suivre le duo vers les cabines d’essayages.

L’une des employées nous apporta très vite les robes puis nous laissa nous changer.

Oui, cette robe était magnifique… mais peut-être dans une autre couleur.

Je pourrais changer la couleur ?

Si on l’achète oui.

Bien, je l’ajusterai également, afin qu’elle soit parfaitement moulante.

Retirant donc la robe, je retrouvai Batiste devant la cabine de Léa. Mais je repartis dans mes pensées alors qu’elle nous présentait les robes.

Comment lui dire ? Quels morts employer ? Devais-je lui avouer que je l’appréciais d’abord ? Ou après ? Lui dire « je suis une invocation » ou autre chose ? Est-ce qu’il l’accepterait ? Je me montai peut-être la tête pour rien… S’il n’avait qu’une intention d’amitié avec moi. Même si d’après ce qu’il avait c’était plus que ça.

Je ne savais pas. Que dire. Que faire. Quoi penser.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Djeb
Le mage conquérant est la quête d'une magie immémoriale. Elle va conduire notre héros dans une véritable épopée à travers l'histoire. Une course contre le temps est lancée . Il ne reste qu'un objet à trouver au nécromancien pour plonger l'humanité dans une ère de ténèbres.
3
4
9
3
Défi
artisanmots

Pour ce défi je ne fais pas oeuvre personnelle, je vais citer un passage de l'histoire de Joseph :
Joseph eut encore un autre songe, et il le raconta à ses frères. Il dit : J'ai eu encore un songe ! Et voici, le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi.
Il le raconta à son père et à ses frères. Son père le réprimanda, et lui dit : Que signifie ce songe que tu as eu ? Faut-il que nous venions, moi, ta mère et tes frères, nous prosterner en terre devant toi ?
La suite de l'histoire de Joseph confirme cette interprétation du songe, puisqu'il arrive que le père, la mère et les frères de Joseph se retrouvent dépendants de lui.
La question qu'on peut se poser : ce songe n'a t'il pas une autre signification ? Il faut rappeler que l'histoire de Joseph est une ode au pardon. Joseph parvient à pardonner à ses frères, qui ont pourtant envisagé de le tuer, et l'ont vendu comme esclave. Dans les Evangiles, la question du pardon n'est traitée que d'une manière théorique et vague. Dans l'histoire de Joseph, on se trouve au coeur du sujet. Se pourrait il alors que le songe du soleil et de la lune représente la récompense pour s'être montré capable d'un si grand pardon ?
2
3
0
1
JoyceAlias
Les lettres ce terminerons quand elles auront envie de le faire, il peu en avoir beaucoup comme presque pas.

J'ai décidé d'écrire des lettres a celui que j'aime et de les partager, j'ai besoin de me défouler et l'écriture, je pense est une bonne façon de le faire. Je sais qu'il y a plein de fautes dedans, mais me le dite pas, ça vient du coeur et c'est l'essentiel. Ce garçon existe et est pour le moment mon ex, je n'écris pas de la même façon mes lettres pour lui, que mes histoires. Surement, qu'elles sont mieux que mes histoires. Il ne les verra sûrement jamais, sinon cela voudrait dire qu'il est de retour dans ma vie.

Si vous n'aimez pas mon idée ne lisez tout simplement pas, personne vous y oblige. Il y aura une publication chaque jour, normalement.
0
0
0
8

Vous aimez lire Pierre d'âme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0